Voyage au Vietnam avec "À Ố Làng Phô"

Nouveau cirque | Spectacle pour seize acrobates du Nouveau cirque du Vietnam, "À Ô Làng Phô" est une pure merveille. À découvrir à la MC2.

Nadja Pobel | Dimanche 5 juin 2016

Photo : Nguyen The Duong


À la fois exercice technique de très haut niveau mais aussi formidable documentaire sur le Vietnam, À Làng Phô est une œuvre aussi personnelle qu'universelle. Si parfois ces circassiens semblent verser dans le cliché, c'est bien leur réalité qu'ils peignent et non les cartes postales d'Occidentaux en mal d'exotisme. Ainsi, ils traversent le plateau sur des vélos vacillants et surchargés de provisions, rejouent le travail à la chaîne d'une usine ressemblant à une fourmilière ou encore agitent leurs fouets culinaires immenses, comme à l'arrière-salle d'un restaurant.

Très narratif, ce spectacle présente une succession de tableaux décrivant la modernisation de cette société et, comme au théâtre, un décor (ici tout en bois d'une grande élégance) abrite cette faune qui bondit, jaillit à cour, à jardin. Ils se saisissent de toutes les possibilités qu'offrent le cirque : voltige, jonglage (avec des mal nommés mâts "chinois"), contorsions (dans de drôles de demi-coques)…

Un portrait de la jeunesse

Tout est prétexte au jeu : que faire des paniers d'osier avec lesquels ils viennent de reconstituer une scène de marché ? En les accrochant à leurs ventres, les circassiens se transforment en batraciens. À quoi servent de longues tiges de bois ? Au jonglage bien sûr, mais aussi à construire des rampes de lancement pour charger et faire circuler des objets comme dans un atelier de fabrication.

L'imagination est partout dans ce spectacle plein de malice. Outre la musique traditionnelle vietnamienne, résonne aussi un rap dont les ados de cette Asie du Sud-Est raffolent : les voilà qui tracent des diagonales de part et d'autre du plateau, enserrés dans des roues filant à toute allure. Plus qu'une imagerie de ce fascinant pays du bout du monde, c'est un portrait de la jeunesse qui se dessine sous nos yeux grâce à des artistes aujourd'hui reconnus dans le monde entier (le metteur en scène Tuan Lee est membre du Cirque du Soleil à Montréal, le directeur musical Nguyen Nhat Ly et son frère, directeur artistique, sont diplômés de la grande école du cirque d'Hanoï et travaillent entre leur ville et la France).

La vivacité, l'absolue unité entre tous et l'attention portée à la scénographie ainsi qu'aux lumières font de cette création l'une des plus fortes qu'il nous ait été donné de voir ces dernières années dans cette discipline dite du "nouveau cirque".

À Ố Làng Phô
À la MC2 du mardi 7 au samedi 11 juin


À Ố Làng Phố

Conception Tuan Le, Nguyen Nhat Ly, Nguyen Lan Maurice, Nguyen Tan Loc. Seize interprètes (acrobates, jongleurs, performeurs en arts martiaux ou en danse de rue) et quatre musiciens pour un spectacle qui s’ouvre comme un livre d’images.
MC2 4 rue Paul Claudel Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Nouveau cirque : nos coups de cœur de la saison

SCENES | Du jonglage, des acrobates vietnamiens et, bien sûr, du Yoann Bourgeois.

Aurélien Martinez | Jeudi 17 septembre 2015

Nouveau cirque : nos coups de cœur de la saison

Les Beaux Orages… / Pan-Pot… Né il y a plus de dix ans, le collectif Petit Travers déploie depuis un langage visuellement impressionnant construit autour de l’art du jonglage. Mais du jonglage grandiose et expressif qui, plus qu’un simple numéro, devient le cœur de leurs spectacles. Leur création de 2009 Pan-Pot ou modérément chantant, qui repasse cette saison à la Rampe, en est un exemple frappant : sur scène, une pianiste, trois jongleurs et des balles blanches en grand nombre ; point. Un postulat de départ minime qui offre pourtant un grand moment de poésie visuelle, notamment lorsque les balles semblent devenir des notes de musique s’échappant de la portée imaginaire qui les maintient. Ces circassiens d’un autre genre seront également cette année au Grand Angle avec Les Beaux Orages qui nous étaient promis, création de 2013 (que nous n’avons pas vue) pour cette fois-ci sept jongleurs. « Cet effectif d

Continuer à lire