Max Bird : « Je suis plus scientifique qu'humoriste »

Humour | Un comique qui, sur scène, fait rire en parlant des dinosaures, de la mythologie égyptienne ou encore de la science, ça existe ? Oui, et c’est passionnant en plus d’être très drôle. Rencontre avec le jeune humoriste de 26 ans Max Bird, qui s’installe pendant deux semaines à la Basse cour avec son original "Encyclo-spectacle".

Aurélien Martinez | Lundi 26 septembre 2016

Photo : Laurent Sigwald


Comment arrive-t-on à imaginer un spectacle construit autour de sujets aussi peu communs pour un humoriste ?

Max Bird : J'ai toujours su que, sur scène, je voulais faire une sorte de vulgarisation scientifique, avec humour ; que je voulais parler de thèmes plus ou moins scientifiques ou historiques comme l'Égypte, la sélection naturelle ou encore les pingouins et les manchots. Mais je n'osais pas le faire vraiment de peur que ça ne soit pas assez fédérateur. Si tous les humoristes font des sketchs sur l'observation du quotidien, ce n'est pas pour rien, c'est parce que les gens aiment bien se sentir concernés, qu'on leur parle d'eux…

Et pourquoi, finalement, avoir sauté le pas ?

C'est grâce aux festivals d'humour que j'ai beaucoup faits, dans lesquels on est en compétition avec d'autres artistes. J'étais là avec mes sketchs entre guillemets lambdas qui n'étaient pas très différents de tous ceux que l'on pouvait voir dans les autres one-man-shows, face à des humoristes extrêmement solides : j'étais ridicule ! Mes petits trucs sur le métro ou autres marchaient bien pour faire rire les copains, mais quand on se mesure à quelqu'un qui fait vraiment de l'humour noir ou de l'observation du quotidien, ça ne passait pas.

Du coup, après m'être vautré dans deux trois festivals, je suis arrivé en 2014 au Festival national des humoristes, l'un des plus gros de France [en Ardèche – NDRL], et là j'ai décidé de tenter autre chose. J'ai alors présenté mes sketchs les plus originaux, les plus bizarres : celui sur l'Égypte, celui sur l'Amazonie… Et, miracle, j'ai gagné le festival cette année-là ! Tout le monde est alors venu me demander si tout le spectacle était comme ça… J'ai répondu oui, même si c'était complètement faux ! C'est là qu'est née l'idée de faire cet Encyclo-spectacle sur des thèmes qu'on verrait plus dans C'est pas sorcier que sur scène.

Des thèmes originaux pour un humoriste donc, que vous semblez maîtriser parfaitement…

Oui, oui ! Je ne me suis pas du tout forcé à faire des recherches, je suis déjà passionné par ces thèmes depuis que je suis tout petit : gamin, je rêvais d'être scientifique, ornithologue ; je ne rêvais pas de faire de la scène. Je pense même être, dans l'âme, plus un scientifique ou un naturaliste qu'un humoriste !

Quand on assiste au spectacle, on se dit donc que vous êtes scientifique, humoriste mais aussi comédien : il faut vous voir imiter le velociraptor ! Vous êtes passé par une école de théâtre ?

Quand j'ai décidé de monter à Paris pour faire de la scène, mes proches ont été surpris ! Je suis allé au Cours Florent pour rencontrer des gens comme je voulais faire du théâtre et qu'il me fallait un réseau. Et ça m'a beaucoup appris d'être tous les jours sur scène face à une classe.

Mais après, je pense que ça a toujours été là, en moi, cette gestuelle bizarre, ces drôles de mimiques… C'est d'ailleurs à mettre en relation avec les thèmes que j'aborde. Depuis que je suis tout petit, je parle à tout le monde des insectes ou des oiseaux, mais ça n'a jamais intéressé grand monde ! Et je comprends ! Du coup, inconsciemment, j'ai toujours rajouté des mimiques, des imitations, des références à la culture populaire ; pour rendre tout ça moins barbant !

Il y a le spectacle, que vous tournez de plus en plus et qui connaît son petit succès (vous avez par exemple fait la première partie de Gad Elmaleh), mais aussi vos activités sur Youtube, où vous avez une chaîne là aussi très portée sur la science

Je l'ai créée en mai, mais ça faisait un an que je travaillais dessus pour ne pas faire ça à la légère. D'ailleurs, dès que j'ai commencé à être humoriste, je savais que je voulais faire un programme de vulgarisation scientifique, c'était une idée fixe presque aussi importante que le spectacle.

Depuis que ça a commencé, ça a pris bien plus de place que le spectacle. Et ça m'a apporté un nouveau public : cet été au Festival d'Avignon, la salle s'est remplie grâce à ça ! C'est super !

Max Bird
À la Basse cour du jeudi 29 septembre au samedi 8 octobre


L'encyclo-spectacle

De Max Bird
La Basse Cour 18 rue Colbert Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


L'encyclo-spectacle

De Max Bird
La Basse Cour 18 rue Colbert Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Rirologie avec le festival Aux rires etc

Humour | Quatrième édition pour le festival Aux rires etc qui se déroulera du dimanche 19 au samedi 25 janvier dans plusieurs salles de l’agglomération grenobloise. Avec, cette année, une programmation assez enthousiasmante.

Aurélien Martinez | Mardi 14 janvier 2020

Rirologie avec le festival Aux rires etc

L’humour est un univers à part dans le vaste monde du spectacle vivant. Une discipline qui n’arrive souvent pas à se débarrasser d’une image pas très flatteuse – il serait trop facile, trop populaire voire trop beauf pour une poignée de programmatrices et programmateurs autoproclamés "respectables". Alors que, paradoxalement, le public adore ça – le versant Off du Festival d’Avignon accueille chaque été une foule de comiques (des bons comme de très mauvais !) qui remplissent les salles. Louons donc le festival Aux rires etc qui, depuis 2017, aime à développer le rire dans les salles qui lui sont dédiées (la Basse cour à Grenoble, le Théâtre en rond à Sassenage) comme dans d’autres plus généralistes – l’Heure bleue à Saint-Martin-d’Hères, l’Espace Paul-Jargot à Crolles, le Déclic à Claix et le Diapason à Saint-Marcellin. Et essaie de balayer large. « Plus scientifique qu’humoriste » Cette année, en plus d’un salutaire plateau découvertes, cinq têtes d’affiche (que des hommes) assureront le show. Tout débutera avec l’énergique Jovany, sorte de Jim Carrey made in France qui happe le public dès qu’il déboule sur scène

Continuer à lire

Humour : nos huit temps forts de la saison

Panorama de rentrée culturelle 2019/2020 | Avec des têtes d'affiche, des stars sur le retour ou encore des humoristes à découvrir.

La rédaction | Mardi 17 septembre 2019

Humour : nos huit temps forts de la saison

Didier Super Si nous n’avons pas vu cette nouvelle livraison de Didier Super intitulée tout de même Didier Super est beaucoup plus marrant que tous ces comiques de merde, on en attend beaucoup comme au PB, nous adorons ce personnage fort en gueule, aussi bien comédien, chanteur que plein d’autres choses, qui propose des spectacles dans lesquels il prend plaisir à mettre le public mal à l’aise pour mieux le faire rire. « Ça y est ! Après avoir été pendant 15 ans l’égérie à l’arôme gauchisant d’un public allant de l’altermondialiste post-ado au retraité bobo sous perfusion intellectuelle de France Inter, Didier s’est enfin mis en marche » nous annonce le programme. OK ! À la Salle noire mercredi 9 et jeudi 10 octobre Julien Santini On qualifie de "pince-sans-rire" la façon qu’a Julien Santini de pratiquer l'humour et c'est idiot car, pour le coup, on rit beaucoup à l'écoute des bassesses et envies de grandeur de ce Corse installé à Lyon à l'apparence mi-professorale mi-patraque (

Continuer à lire

Étudiants, au spectacle !

Numéro étudiant | « En trouvant super naze de mettre les gens dans des cases » chantait Vincent Delerm dans son morceau "Catégorie Bukowski". Ouais, on a des références au PB. Et on n’obéit pas forcément au chanteur en livrant une sélection on ne peut plus subjective de spectacles à voir selon le cursus suivi par vous autres étudiants. Sachant que tout le monde est libre de sortir des cases !

Aurélien Martinez | Jeudi 6 octobre 2016

Étudiants, au spectacle !

Pour les étudiants en sciences Max Bird On en a déjà parlé précédemment, on en remet une couche : l’humoriste Max Bird, qui « pense être, dans l’âme, plus un scientifique qu’un humoriste », est excellent dans son Encyclo-spectacle. Excellent et également passionnant quand il parle des dinosaures ou encore des effets de l’alcool sur le corps humain. De l’humour intelligent donc, avec en plus la possibilité pour les chercheurs en herbe de causer avec l’artiste après la représentation – enfin, on s’engage peut-être un peu trop, mais c’est souvent ce qui se fait à la Basse cour. À la Basse cour du jeudi 6 au samedi 8 octobre _______ Pour les étudiants en économie Celui qui tombe Adam Smith et consorts, c’est sympa mais bon, l’histoire de la manufacture d’

Continuer à lire

Humour : nos quatre temps forts de la saison

Saison 2016 / 2017 | Une sélection à base de têtes d'affiche et de (plus ou moins) découvertes.

Aurélien Martinez | Mardi 13 septembre 2016

Humour : nos quatre temps forts de la saison

Max Bird Les spectacles d’humour tournent souvent autour des mêmes thèmes – le sexe, les relations hommes-femmes, les iPhone… Alors quand un comique vient avec son Encyclo-spectacle nous parler de son amour des dinosaures ou encore des effets de l’alcool sur notre corps, on l’écoute avec attention. Et on rit grandement, tant il le fait magistralement (Max Bird est un excellent comédien, façon Jim Carrey) et avec pertinence (on apprend en plus plein de trucs). À la Basse cour du jeudi 29 septembre au samedi 8 octobre Valérie Lemercier Celle qui aime tant camper les grandes bourgeoises est de retour sur scène sept ans après son dernier one-woman-show. Un nouveau spectacle dans lequel on croisera visiblement certains de ses personnages fétiches – la grande bourgeoise bien sûr ou encore la coach en diététique. Car la polyvalente Lemercier, tour à tour comédienne, réalisatrice, humoriste voire chanteuse, a un talent certain pour croquer ses semblables ; et surtout pour livrer des textes intellige

Continuer à lire