Guillaume Meurice : «Essayons tous ensemble d'être moins cons»

Humour | Dans "Si tu écoutes, j’annule tout" sur France Inter, il prend le pouls de la France avec ses chroniques entre humour et reportage. Sur scène dans "Que demande le peuple ?", il joue le communicant de politiques souhaitant devenir président de la République. Avant son passage par l’Heure bleue de Saint-Martin-d’Hères dans le cadre du nouveau festival Aux rires etc, l’indispensable Guillaume Meurice a répondu à nos questions.

Nadja Pobel | Mardi 24 janvier 2017

Photo : Arlo


Né en Bourgogne, étudiant en gestion à Besançon, est-ce que vous envisagiez dans votre enfance d'être comédien ?

Guillaume Meurice : On ne va pas se mentir, je ne me suis jamais tellement projeté dans un métier qui touche à la comptabilité. J'ai fait ces études par défaut en suivant un pote : on était dans la campagne profonde en Haute-Saône, et c'était l'occasion d'aller dans une ville étudiante où j'ai passé deux années à bien me marrer. Je ne regrette rien, mais je ne me suis jamais imaginé comptable, non.

Le cours Florent à Paris : vous saviez ce que vous vouliez devenir précisément ? Être acteur de textes classiques ?

Le one-man-show a toujours été la forme qui m'a le plus plu : j'aime bien écrire, faire marrer les gens et j'aime bien la liberté du one-man. Je peux improviser, écrire dix minutes avant d'entrer en scène s'il se passe quelque chose dans l'actu. Je reste maître du spectacle, et ça me plaît beaucoup.

Est-ce plus facile de taper sur la droite que sur la gauche ? De la Fête de L'Huma, vous ramenez pour votre chronique un sujet plus anecdotique sur les naturistes...

La Fête de l'Huma, c'est un bon exemple : j'aurais dû faire un sujet sur la division de la gauche. Je me le suis dit après coup. Mais oui, c'est plus facile de taper sur la droite car le raisonnement des gens de droite est quand même souvent plus con, je suis désolé. Là où l'on peut se moquer de la gauche, c'est sur la stratégie et le manque d'unité.

Sur France Inter, vous abordez des thèmes parfois violents, comme le pillage des diamants en Afrique. Est-ce que derrière vos chroniques très drôles, il n'y a pas une immense dépression ?

Beaucoup de gens me disent qu'ils se marrent autant de mes chroniques qu'elles les font déprimer. Bon, je ne garde que ce qui m'arrange. Je ne suis pas sociologue. Ce n'est pas un état de la France que je veux montrer, plutôt les failles de raisonnements, les contradictions. Il ne faut pas prendre ça comme un travail de journaliste que je ne suis pas. Je suis humoriste. Après, je ne garantis pas que l'état de la France soit meilleur... (rires)

Mais je suis plutôt optimiste : en discutant avec les gens, en quelques phrases on peut les convaincre, leur montrer qu'ils n'ont pas réfléchi, qu'il y a un élément qu'ils ne connaissaient pas. Il y a un travail de pédagogie à faire et je le dis sans condescendance car j'aime bien qu'on le fasse avec moi, que l'on corrige mes conneries. Il ne s'agit pas de donner des leçons mais d'essayer tous ensemble d'être moins cons.

N'est-ce pas un triste constat d'échec de voir que lors de L'Émission politique de France 2, il faut convoquer une humoriste (votre complice Charline Vanhoenacker) pour oser aborder ce que les journalistes ne font pas, comme l'affaire Paul Bismuth face à Nicolas Sarkozy ?

Oui, et c'est le même problème à France Inter dans le sens où la parole "de gauche" ou un peu militante est confiée quasi uniquement aux humoristes. Mais il faudrait une thèse là-dessus. J'ai la tête dans le guidon, c'est compliqué de prendre de la hauteur.

Dans votre spectacle, vous jouez le communicant de divers candidats à l'élection présidentielle [avant la démission de Manuel Valls, il jouait le communicant de ce dernier]. D'où vient cette idée ?

Du titre Que demande le peuple ? Si le peuple est le public, alors il fallait un mec entre eux et les puissants et je me suis aperçu qu'il existait vraiment et qu'on l'appelait le communicant. C'est un métier transversal présent dans tous les secteurs de la société et auquel je suis confronté tous les jours.

Par exemple, un jour, j'étais avec Bernard Cazeneuve, pour une chronique sur les professionnels de la sécurité. Son chargé de com' m'a reconnu et n'a pas voulu me répondre alors que j'avais une question intéressante à lui poser sur le syndicaliste qui a perdu son œil dans une manif. Il savait bien que l'AFP n'allait pas lui poser la même question…

Que demande le peuple ?
À l'Heure bleue (Saint-Martin-d'Hères) samedi 28 janvier à 20h. Complet


Que demande le peuple ?

One-man-show de Guillaume Meurice
Espace Aragon 19 boulevard Jules Ferry Villard-Bonnot
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Humour : nos quatre temps forts de la saison

Saison 2016 / 2017 | Une sélection à base de têtes d'affiche et de (plus ou moins) découvertes.

Aurélien Martinez | Mardi 13 septembre 2016

Humour : nos quatre temps forts de la saison

Max Bird Les spectacles d’humour tournent souvent autour des mêmes thèmes – le sexe, les relations hommes-femmes, les iPhone… Alors quand un comique vient avec son Encyclo-spectacle nous parler de son amour des dinosaures ou encore des effets de l’alcool sur notre corps, on l’écoute avec attention. Et on rit grandement, tant il le fait magistralement (Max Bird est un excellent comédien, façon Jim Carrey) et avec pertinence (on apprend en plus plein de trucs). À la Basse cour du jeudi 29 septembre au samedi 8 octobre Valérie Lemercier Celle qui aime tant camper les grandes bourgeoises est de retour sur scène sept ans après son dernier one-woman-show. Un nouveau spectacle dans lequel on croisera visiblement certains de ses personnages fétiches – la grande bourgeoise bien sûr ou encore la coach en diététique. Car la polyvalente Lemercier, tour à tour comédienne, réalisatrice, humoriste voire chanteuse, a un talent certain pour croquer ses semblables ; et surtout pour livrer des textes intellige

Continuer à lire

La communication noire de Guillaume Meurice

SCENES | Retour aux sources pour la Basse Cour jusqu’au samedi 25 avril avec Guillaume Meurice, comique et chroniqueur sur France Inter. Lors de la première (...)

Charline Corubolo | Vendredi 17 avril 2015

La communication noire de Guillaume Meurice

Retour aux sources pour la Basse Cour jusqu’au samedi 25 avril avec Guillaume Meurice, comique et chroniqueur sur France Inter. Lors de la première saison du lieu, l’humoriste avait joué son spectacle Tout le monde y passe, tirant le portrait d'une multitude de personnalités désespérées. Il revient cette fois pour évoquer un autre personnage désespéré : le peuple français. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'on lui donne du grain à moudre... noir. D'ailleurs, il s'interroge : Que demande le peuple ? Vu qu'en France, franchement, nous avons tout pour être heureux… C'est alors qu'on tombe sur Xavier, communicant de Manuel Valls qui sillonne les terres provinciales pour sonder la population et, enfin, trouver une réponse. De jeux de mots carrément douteux (mais qui révèlent notre véritable nature sournoise) sur l'actualité en anecdotes politiques foireuses, Guillaume Meurice dévoile les arcanes d'une société gangrénée dont nous sommes à la fois les victimes et les acteurs. En 1h30, et ce malgré une sortie quelque peu loupée car pas follement originale et trop attendue, il démonte avec un humour corrosif bienvenu l'hypocrisie ambiante.

Continuer à lire

Ça passe ou ça casse

SCENES | Humour / Drôle de bonhomme que ce Guillaume Meurice. Chroniqueur sur France inter dans l’émission On va tous y passer, il présente sur deux semaines son (...)

Laetitia Giry | Lundi 11 février 2013

Ça passe ou ça casse

Humour / Drôle de bonhomme que ce Guillaume Meurice. Chroniqueur sur France inter dans l’émission On va tous y passer, il présente sur deux semaines son one-man-show Tout le monde y passe à la Basse cour – dans une configuration café-théâtre parfaitement adaptée. Alors, si l’on peut parfois regretter que les sujets d’actu traités soient quelque peu attendus, que certaines blagues ou jeux de mots le soient tout autant, force est d’admettre que le talent comique de ce monsieur est de taille. Pour l’exploiter, il se fond dans une galerie de personnages tous plus désespérés les uns que les autres : de Dieu (effaré par l’attitude des hommes) à Ronald McDonald (rencontrant quelques problèmes digestifs), de Marianne (pochtronne) à la Mort (ravie des guerres et épidémies). Si l’on devait décerner une palme, ce serait au panda de WWF, complètement déboussolé par le règne de l’ours blanc dans les médias… Un personnage plus étonnant, qui donne lieu à des gags dont l’absurdité séduit sans bémol. Au final, c’est sans langue de bois ni vulgarité (on lui en sait gré), que Guillaume Meurice parvient à faire passer le message, et c’est bien là l’essentiel. Laetitia Giry

Continuer à lire