Cédric Chapuis : « Le rugby est une deuxième famille »

Théâtre / interview | Avec "Au-dessus de la mêlée", l'auteur et comédien Cédric Chapuis livre un seul-en-scène sur l'univers du rugby et de ces clubs amateurs dans lesquels les gamins découvrent la vie. Un spectacle drôle et touchant qui, surtout, s'adresse à tous, fans de rugby comme néophytes. L'un de nos coups de cœur de l'année.

Aurélien Martinez | Mardi 7 février 2017

Photo : Chantal Depagne/ Palazon 2015


Avec Au-dessus de la mêlée, vous convoquez le rugby sur les scènes de théâtre. C'est risqué, tant le monde culturel et le monde sportif peuvent parfois sembler éloignés !

Cédric Chapuis : En fait, je me suis posé la question à l'envers, en me demandant de quoi j'avais envie de parler, avec quelle toile de fond j'étais capable de raconter une histoire intéressante – intéressante dans le sens où le spectateur va recevoir un certain nombre d'émotions, où son intelligence et sa sensibilité vont être mises à contribution… Du coup, quelle que soit l'histoire que je trouve et qui réponde à tous ces critères, une fois qu'elle est là, je fonce et je croise les doigts pour qu'elle rencontre le public.

Votre spectacle parle certes de rugby, mais il est tout sauf technique. Et il s'adresse du coup à tout le monde…

Tout à fait. La deuxième scène par exemple raconte ce premier contact avec le rugby de ce garçon de cinq ans qui se retrouve sur un terrain sans savoir vraiment ce qu'il fait là, face à un ballon plus gros que sa tête. Il tente juste de comprendre les règles, il est vrai parfois surprenantes pour des gens qui ne connaissent pas ce sport – il faut quand même avancer en se passant le ballon uniquement en marche arrière !

Cette scène, je l'ai voulue assez drôle pour simplement poser quelques bases, et après on n'a pas besoin d'en savoir plus pour apprécier ce spectacle. Car certes, la toile de fond est le rugby, mais le spectacle parle avant tout d'amour, de la mort, du respect de certaines valeurs…

Concernant les valeurs, vous montrez que les clubs amateurs dans lesquels les enfants évoluent peuvent s'apparenter à des familles…

Complètement, et c'est comme ça que je l'ai vécu moi-même en ayant pratiqué ce sport pendant une quinzaine d'années – j'ai commencé à cinq ans comme mon personnage et j'ai arrêté à vingt ans. C'est une deuxième famille, avec par exemple les mamans des joueurs qui font le goûter quand on est petits. On est maternés mais en même temps très vite responsabilisés vis-à-vis d'un groupe, avec un esprit de camaraderie très fort qui se développe presque à notre insu, du fait de notre passion commune.

Bastien, le personnage principal de votre spectacle que l'on suit pendant toute son enfance, c'est vous ?

Bien sûr, il y a pas mal d'aventures personnelles qui ont servi d'inspiration pour le spectacle, mais Bastien, c'est surtout l'écran sur lequel les spectateurs peuvent se projeter. C'est lui qui découvre ce sport avec ses yeux d'enfant, c'est lui qui s'émerveille face au haka des All Blacks, c'est lui qui se retrouve dans un conflit d'amitié entre son meilleur ami et la femme de sa vie… En opposition, le coach Moustache incarne vraiment les valeurs du rugby, et la figure paternelle : celui qui réprimande quand c'est mal, celui qui félicite quand c'est bien, celui qui est dur mais toujours juste…

Sur scène, chaque personnage que j'interprète a donc vraiment sa fonction : on a aussi Sylvain qui représente l'amitié absolue à laquelle on ne doit pas faillir, Jennifer qui représente l'amour qu'on a envie de trouver…

Au-dessus de la mêlée est souvent drôle. Un aspect voulu d'emblée ?

Oui bien sûr, même si ça n'est pas que drôle – il y a des moments tragiques. D'ailleurs, en partant juste avec l'envie de faire rire, c'est comme ça qu'on se plante ! Mais je voulais que ça soit drôle par la situation, par les attitudes des personnages plus que par de la vanne. Il n'y a d'ailleurs pas beaucoup de blagues dans le spectacle, ce n'est pas mon style d'écriture. J'avais juste envie de raconter une histoire, et dans une histoire parfois on a envie de rire, parfois on a envie de s'émouvoir…

Comment les spectateurs qui pratiquent le rugby ont-ils accueilli le spectacle ?

Pas mal de vétérans – même un ancien international – sont déjà venus le voir, et tous me disent se retrouver dedans. Ils me remercient d'être arrivé à retranscrire cet univers avec autant de sensibilité. Souvent, l'image du rugby, c'est les troisièmes mi-temps, c'est "tourner les serviettes"… Mais ça n'est pas que ça. Donc plus que les enfants, qui eux sont en plein dedans et voient surtout sur scène les ressemblances avec leur vie, les anciens ont un regard très nostalgique sur ce que je raconte.

Au-dessus de la mêlée
Au Théâtre en rond (Sassenage) samedi 11 février à 20h30


Au-dessus de la mêlée

Ms Mira Simova, par Cédric Chapuis, Cie Scènes Plurielles
Théâtre en Rond 6 rue François Gerin Sassenage
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Au-dessus de la mêlée": il va y avoir du sport (mais pas que)

Théâtre | Critique (enthousiaste) du seul-en-scène que Cédric Chapuis donnera samedi 11 février au Théâtre en rond de Sassenage.

Aurélien Martinez | Mardi 7 février 2017

Il est seul sur scène pour camper plusieurs personnages évoluant autour d’un club de rugby : les joueurs, le coach, les parents, les petites copines… Pour donner corps à tout un microcosme : celui des groupes amateurs où certains enfants découvrent les joies, les peines, les souffrances, l’amitié… Pour remonter le fil d’une histoire qui commence par le coup d’envoi d’un match capital pour l’équipe à laquelle appartient le grand Bastien, héros du spectacle dont on suit le parcours tant sportif (c’est son père qui l’a initié au rugby dès son plus jeune âge et non sans difficultés) que personnel. En 1h30, avec une scénographie on ne peut plus simple (qui ouvre du coup de nombreuses portes imaginaires) et un texte dynamique, Cédric Chapuis embarque le spectateur avec tendresse, en le tenant aussi bien par le rire que par le cœur. Sur le plateau, il y a donc du sport, mais surtout de la vie, d’où le fait que ce seul-en-scène s’adresse à tous, qu’on comprenne ou non les codes du rugby, qu’on aime ou non le rugby. Au-d

Continuer à lire

Notre sélection de concerts et spectacles à offrir à Noël

ACTUS | Comme chaque année en décembre, tout le monde se demande quoi mettre à qui sous le sapin. Laissons à nos confrères les suppléments en papier glacé vantant les mérites de produits high-tech capables de vider un porte-monnaie en deux secondes et autres biens de consommation qui en jettent une fois le papier déballé mais n’ont plus aucune utilité dès le 26 décembre, et optons pour une sélection 100% immatérielle à base de spectacles et de concerts. C'est cadeau !

La rédaction | Mardi 6 décembre 2016

Notre sélection de concerts et spectacles à offrir à Noël

Jeff Mills Pour les vétérans de l’électro Jeff Mills ? Une véritable légende de la musique électronique, à la fois technicien hors pair, artiste inspiré et figure historique de la scène techno de Détroit. Avec sa création atypique de 2014 baptisée Planets, il a réinterprété l’une des partitions les plus célèbres du répertoire symphonique classique (Les Planètes de l’Anglais Gustav Holst, composée il y a un siècle) pour un voyage dans le système solaire (d’où le titre) en dix mouvements. Et autant (voire plus) d’émotions, comme « le mélange du classique et de la musique électro produit toujours des résultats inattendus » selon lui. On le croit sur parole. À la MC2 vendredi 31 mars De 10 à 29€ ______ Julien Doré Pour les amateurs de chanson française à tendance hipster On a toujours regardé avec intérêt Julien Doré, même s’il y a toujours eu un petit quelque chose en lui qui ne nous convainquait pas totalement – son personnage de dandy adepte des références

Continuer à lire

Étudiants, au spectacle !

Numéro étudiant | « En trouvant super naze de mettre les gens dans des cases » chantait Vincent Delerm dans son morceau "Catégorie Bukowski". Ouais, on a des références au PB. Et on n’obéit pas forcément au chanteur en livrant une sélection on ne peut plus subjective de spectacles à voir selon le cursus suivi par vous autres étudiants. Sachant que tout le monde est libre de sortir des cases !

Aurélien Martinez | Jeudi 6 octobre 2016

Étudiants, au spectacle !

Pour les étudiants en sciences Max Bird On en a déjà parlé précédemment, on en remet une couche : l’humoriste Max Bird, qui « pense être, dans l’âme, plus un scientifique qu’un humoriste », est excellent dans son Encyclo-spectacle. Excellent et également passionnant quand il parle des dinosaures ou encore des effets de l’alcool sur le corps humain. De l’humour intelligent donc, avec en plus la possibilité pour les chercheurs en herbe de causer avec l’artiste après la représentation – enfin, on s’engage peut-être un peu trop, mais c’est souvent ce qui se fait à la Basse cour. À la Basse cour du jeudi 6 au samedi 8 octobre _______ Pour les étudiants en économie Celui qui tombe Adam Smith et consorts, c’est sympa mais bon, l’histoire de la manufacture d’

Continuer à lire

Théâtre : les temps forts de la saison grenobloise

Panorama 2016/2016 | Pour cette saison 2016/2017, on vous a concocté un programme varié entre spectacles coups de poing, aventures atypiques et classiques rassurants. Suivez-nous, que ce soit à la MC2, à l'Hexagone, au Théâtre de Grenoble, à la Rampe, à la Faïencerie, au Théâtre en rond...

Aurélien Martinez | Jeudi 13 octobre 2016

Théâtre : les temps forts de la saison grenobloise

LA 432 « Un spectacle intelligent pour ceux qui ne veulent pas réfléchir » : voilà comment les légendaires Chiche Capon présentent leur LA 432, que l’on a classé en théâtre parce qu’il faut bien le mettre quelque part. Sauf que c’est beaucoup plus que ça : un déferlement burlesque et musical (leur ritournelle Planète Aluminium reste très longtemps en tête) porté par des comédiens clownesques survoltés qui n’hésitent pas à secouer le public (ou à lui taper dessus). Joyeusement régressif ! Au Théâtre municipal de Grenoble mardi 22 novembre ________ Fables Un spectacle où certaines fables de Jean de La Fontaine (1621 – 1695) sont mises en scène par deux joyeux comédiens qui s’amusent véritablement à camper les différents animaux

Continuer à lire