Jérémy Ferrari : « Je suis celui qui va le plus loin sur scène »

Humour / interview | C’est l’un des one-man-shows les plus surprenants du moment, jusque dans son titre : "Vends deux pièces à Beyrouth". Un spectacle avec lequel l’humoriste Jérémy Ferrari veut réveiller les consciences en exposant divers faits (sur les origines du bordel actuel au Moyen-Orient notamment, ou sur les pratiques pas très morales de certains philanthropes), le tout en ambitionnant de faire marrer son auditoire. Un attelage qui fonctionne (Ferrari est un excellent bateleur) et remplit les salles partout en France. Interview avant son passage par le Summum

Aurélien Martinez | Mardi 11 avril 2017

D'où vous est venue cette idée d'un one-man-show présenté comme le « premier spectacle d'humour sur la guerre » ?

Jérémy Ferrari : Je n'en sais rien ! C'est juste que j'aime utiliser des thématiques pour les one-man-shows parce que je trouve que, sinon, on parle tous de la même chose. Faire payer 45 euros une place de spectacle à quelqu'un pour lui parler de sexualité, je ne vois pas l'intérêt. Je me suis donc posé la question du comment pouvoir être surprenant sachant que tous les thèmes ont déjà été traités. J'avais déjà fait ça pour Hallelujah bordel !, mon précédent spectacle dans lequel j'avais parlé de la religion.

Et cette fois-ci je parle de la guerre… Vaste thème ! J'ai donc vraiment travaillé pendant deux ans et demi avant de commencer à l'écrire. Je suis retourné à l'école – comme je l'avais arrêtée très jeune – pour prendre des cours de géopolitique. J'ai aussi rencontré des généraux, des mecs de l'Otan, de l'Onu, des ONG, des militaires… J'ai fait un travail de presque journaliste en amont. Et à partir de ce moment-là, écrire a été facile.

Et comment avez-vous fait pour rendre ça drôle (car ça l'est) ?

Parce que c'est absurde ! La réalité est toujours très absurde. Par exemple, quand je fais le sketch de la station service et des frères Kouachi [les responsables de l'attentat contre Charlie Hebdo – NDLR] : le pompiste est forcément en train de regarder BFM TV comme tout le monde, vu que les mecs sont en cavale. Et là, les deux gars rentrent dans sa station-service. C'est une situation dramatique certes, mais absurde aussi, il ne devait pas s'y attendre !

Pareil quand je fais tout le passage sur le monde musulman : lorsque ça devient trop sérieux ou trop informatif, je fais une digression sur la reine d'Angleterre en l'insultant de manière totalement gratos pendant trois minutes parce que, là aussi, c'est absurde. Voilà pourquoi je trouve ça réducteur quand on parle d'humour noir à mon sujet – même si je l'accepte totalement. Car si l'on regarde vraiment la manière dont je travaille, je traite les sujets très noirs par de l'absurde.

Comme quand vous évoquez les attentats du Bataclan…

Quand c'est arrivé, je démarrais mon spectacle trois mois après. Je me suis vite demandé comment j'allais pouvoir traiter ce truc. J'ai cherché plein de manières détournées d'en parler mais je n'y arrivais pas. D'où l'idée d'y aller en frontal : je démarre le spectacle en informant les spectateurs qu'il est évident que l'on va se faire attaquer, donc on va s'organiser en faisant des équipes, pour désarmer le mec. Et tout d'un coup, le fait que ça soit aussi frontal, ça devient absurde.

En humour, quand on veut faire du noir mais que c'est finalement gris, ça ne marche pas. Il faut aller le plus loin possible pour que ça devienne surprenant, voire impossible, et que ça fasse rire les gens.

Votre spectacle marche très bien auprès du public, avec des salles immenses souvent complètes. Voyez-vous ce succès comme un besoin d'information des spectateurs sur ces questions très contemporaines ?

Je ne sais pas si c'est le thème qui attire le public… Quand j'ai commencé, on m'a dit que j'étais malade, que comme les gens entendaient parler de la guerre toute la journée, ils n'auraient envie de réentendre ça dans un one-man-show. Je pense plutôt que c'est le ton, totalement dans la vérité, qui plaît au public. Moi je ne fais pas de promesses pour rien aux gens – c'est pour ça que je reproche à certains humoristes de ne pas être suffisamment engagés.

Quand ils viennent me voir, les gens savent que je prends vraiment des risques : j'arrive sur scène avec des documents, je balance des noms… Je ne mens pas aux gens. Après ils aiment ou pas le spectacle, bien sûr, mais quand je leur dit "je suis celui qui va le plus loin sur scène, venez", je ne leur mens pas. Et si un mec un jour va plus loin que moi aujourd'hui dans Vends deux pièces à Beyrouth, et bah dans mon troisième spectacle j'irai encore plus loin que lui !

Vous avez un petit côté mégalo, notamment sur scène avec votre monologue de fin ou quand vous lancez des tacles à certains de vos collègues – comme Sophia Aram. Vous l'assumez ?

Le discours de fin n'est pas mégalo, c'est juste un mec en colère qui dit "j'emmerde, j'emmerde, j'emmerde"… En revanche, vous avez raison sur d'autres choses : quand je me mets à taquiner mes collègues humoristes, on peut voir de la mégalomanie. Mais pour qu'il y en ait vraiment, faudrait que je me prenne vachement au sérieux, et que je prenne le milieu des humoristes vachement au sérieux ! Alors que je suis vraiment au-delà de ça.

Ça me fait penser que j'ai fait une interview il y a quelques jours sur France info dans laquelle le journaliste me disait que Kev Adams, qu'il avait reçu avant moi, a évoqué la difficulté de vivre cette tension entre les humoristes. J'ai éclaté de rire ! Mec, tu vis mal la tension entre les humoristes ?! C'est-à-dire que dans ta vie, tu trouves qu'il y a une telle guerre entre les humoristes que tu le vis mal. Là c'est complètement absurde ! Parce que se vanner entre humoristes, c'est juste un non-événement. Et ce n'est donc pas de la mégalomanie. J'insulte quand même ma mère de pute pendant 10 minutes sur scène : à partir de là, je ne respecte rien, même pas mes parents ou moi-même !

On vous définit souvent comme un humoriste engagé. Mais on peut aussi vous voir comme un humoriste combattant…

Engagé, à force de l'entendre, j'emploie ce mot aussi. Mais c'est bien que vous posiez la question parce que, finalement, je ne me sens pas engagé. Car ça voudrait dire que je défends quelque chose, que je dirais aux gens de faire ci ou ça. Alors que ce n'est pas ce que je fais. Et dans le terme engagé, il y a un côté politique que je n'aime pas. En revanche, le mot combattant, oui, pourquoi pas. Parce que j'ai clairement cette volonté de faire bouger les choses et de foutre le bordel.

Vends 2 pièces à Beyrouth
Au Summum jeudi 13 avril à 20h30


Vends 2 pièces à Beyrouth

One-man-show de Jérémy Ferrari
Summum Rue Henri Barbusse Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Humour : nos huit temps forts de la saison

Panorama de rentrée culturelle 2019/2020 | Avec des têtes d'affiche, des stars sur le retour ou encore des humoristes à découvrir.

La rédaction | Mardi 17 septembre 2019

Humour : nos huit temps forts de la saison

Didier Super Si nous n’avons pas vu cette nouvelle livraison de Didier Super intitulée tout de même Didier Super est beaucoup plus marrant que tous ces comiques de merde, on en attend beaucoup comme au PB, nous adorons ce personnage fort en gueule, aussi bien comédien, chanteur que plein d’autres choses, qui propose des spectacles dans lesquels il prend plaisir à mettre le public mal à l’aise pour mieux le faire rire. « Ça y est ! Après avoir été pendant 15 ans l’égérie à l’arôme gauchisant d’un public allant de l’altermondialiste post-ado au retraité bobo sous perfusion intellectuelle de France Inter, Didier s’est enfin mis en marche » nous annonce le programme. OK ! À la Salle noire mercredi 9 et jeudi 10 octobre Julien Santini On qualifie de "pince-sans-rire" la façon qu’a Julien Santini de pratiquer l'humour et c'est idiot car, pour le coup, on rit beaucoup à l'écoute des bassesses et envies de grandeur de ce Corse installé à Lyon à l'apparence mi-professorale mi-patraque (

Continuer à lire

Notre sélection de concerts et spectacles à offrir à Noël

ACTUS | Comme chaque année en décembre, tout le monde se demande quoi mettre à qui sous le sapin. Laissons à nos confrères les suppléments en papier glacé vantant les mérites de produits high-tech capables de vider un porte-monnaie en deux secondes et autres biens de consommation qui en jettent une fois le papier déballé mais n’ont plus aucune utilité dès le 26 décembre, et optons pour une sélection 100% immatérielle à base de spectacles et de concerts. C'est cadeau !

La rédaction | Mardi 6 décembre 2016

Notre sélection de concerts et spectacles à offrir à Noël

Jeff Mills Pour les vétérans de l’électro Jeff Mills ? Une véritable légende de la musique électronique, à la fois technicien hors pair, artiste inspiré et figure historique de la scène techno de Détroit. Avec sa création atypique de 2014 baptisée Planets, il a réinterprété l’une des partitions les plus célèbres du répertoire symphonique classique (Les Planètes de l’Anglais Gustav Holst, composée il y a un siècle) pour un voyage dans le système solaire (d’où le titre) en dix mouvements. Et autant (voire plus) d’émotions, comme « le mélange du classique et de la musique électro produit toujours des résultats inattendus » selon lui. On le croit sur parole. À la MC2 vendredi 31 mars De 10 à 29€ ______ Julien Doré Pour les amateurs de chanson française à tendance hipster On a toujours regardé avec intérêt Julien Doré, même s’il y a toujours eu un petit quelque chose en lui qui ne nous convainquait pas totalement – son personnage de dandy adepte des références

Continuer à lire