"Le Syndrome de Cassandre" : la magie noire selon le clown Yann Frisch

Nouveau cirque | Critique plus qu'enthousiaste du spectacle qui sera à l'Hexagone de Meylan du mardi 17 au jeudi 19 novembre.

Benjamin Mialot | Mardi 10 octobre 2017

Photo : Sylvain Frappat


Si le spectacle est vivant, c'est parce qu'un public est là pour le lui rappeler : une affirmation qui prend tout son sens dans le cas des clowns. Car sans l'approbation convulsive de spectateurs, leurs gags ne seraient que d'embarrassantes maladresses. De cette dépendance quasi mythologique et du paradoxal lien de méfiance qui la sous-tend (de par sa fonction, un clown ne peut être pris au sérieux), Yann Frisch a tiré un seul-en-scène pour le moins atypique, sorte de huis clos mental où, le teint charbonneux et la voix renfrognée, il tente de combler le vide existentiel qui sépare l'amuseur de son auditoire.

Pour qui a connu ce jeune magicien multi-titré sur les plateaux des nababs du divertissement télévisuel, la métamorphose a de quoi surprendre. Baltass, l'incroyable numéro d'escamotage et de multiplication de balles en mousse qu'il rodait alors, en portait pourtant les prémices : le poil fourni et animé de tics, il y racontait en silence la lutte désespérée d'un homme contre des objets semblant n'en faire qu'à leur tête.

Le Syndrome de Cassandre le voit pousser plus loin cette interaction et la gestuelle insane qui la met en branle à son paroxysme. À la différence près que le trucage, désormais, est plus scénographique que manipulatoire – au point que, malicieux, il se contente d'amorcer à plusieurs reprises son tour phare. Dans une pénombre contagieuse (son humour, qui surgit au détour d'une dispute avec une marionnette maternelle toute fripée, est d'une noirceur terrible), ses propos anti-spectaculaires et ses sautes d'humeur lui donnent l'air d'un Monsieur Fraize de retour d'un stage de cirque. Mais qu'on ne s'y trompe pas : c'est bien un artiste singulier qui se cache sous les nippes de ce clochard funeste.

Le Syndrome de Cassandre
À l'Hexagone (Meylan) du mardi 17 au jeudi 19 octobre à 20h


Le syndrome de Cassandre

Clown, magie par Yann Frisch, dès 14 ans
Hexagone 24 rue des Aiguinards Meylan
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Yann Frisch : « La magie est un langage à part entière »

Nouveau cirque | Sacré champion du monde de magie avec un numéro qui a fait le tour du web et des télés, le prodigieux Yann Frisch, 27 ans, truste désormais les théâtres avec "Le Syndrome de Cassandre", seul-en-scène métaphysique troublant de noirceur alliant clown et magie. Interview et critique avant le passage du spectacle par l’Hexagone de Meylan.

Nadja Pobel | Mardi 10 octobre 2017

Yann Frisch : « La magie est un langage à part entière »

Vous êtes un artiste atypique adepte du grand écart, puisque vous vous produisez aussi bien dans des scènes nationales comme l’Hexagone de Meylan que sur France 2 dans Le Plus grand cabaret du monde… Yann Frisch : Oui, car en réalité, je viens de là aussi. J’aime bien le beau music-hall, les beaux numéros de clowns. Par exemple, une de mes petites fiertés avec Baltass [le numéro qui lui a valu ses titres, vu plus d’un million de fois sur Youtube – NDLR] est qu’au moment où il a commencé à buzzer sur Internet, dans la même semaine j’avais des propositions de scènes nationales et du Crazy Horse. Cette forme-là de magie séduit des réseaux et des milieux très différents. C’est quand même une petite réussite, d’autant que ce n’était pas une intention de départ. Peut-être est-ce parce que la magie est l'un des derniers arts populaires qui s'adresse à tout le monde... Maintenant, beaucoup d’artistes commencent à poser un regard d’auteur sur la magie. Elle devient alors un langage à part entière. Mais il

Continuer à lire

Cinq spectacles de cirque (mais pas que) à voir cette saison

Panorama de rentrée culturelle 2017/2018 | Une sélection à base d'acrobaties mais aussi de western, de clown ou encore d'humour.

La rédaction | Jeudi 14 septembre 2017

Cinq spectacles de cirque (mais pas que) à voir cette saison

Le syndrome de Cassandre Champion du monde de magie avec Baltass, un numéro de balles vu près d'un million de fois sur Youtube, Yann Frisch a poussé plus loin son talent et a même déconstruit son savoir-faire dans cette pièce qui tourne partout et émeut. Il est un clown qui tombe le masque ; plutôt que de faire rire de ses maladresses, il voudrait faire croire ce qu'il raconte. Alors il se fait sombre, sort sa mère en tissu d'un cercueil, escamote des tours et touche au cœur. À l’Hexagone du 17 au 19 octobre Halka Le Groupe Acrobatique de Tanger est une compagnie de cirque impressionnante, qui maîtrise l’art du spectaculaire (ils seront quatorze acrobates sur scène) et de la pyramide humaine. Si nous n’avons pas encore vu leur nouvelle création, on en attend beaucoup. À la Rampe (Échirolles) les 12 et 13 décembre Minuit

Continuer à lire