"Iliade & Odyssée" de Pauline Bayle : en souvenir des bons vieux mythes

Théâtre | La jeune metteuse en scène dévoile à la MC2 son diptyque consacré aux deux épopées du poète grec Homère : "Iliade", spectacle créé en 2015, et "Odyssée", qui vient de voir le jour à Grenoble.

Aurélien Martinez | Lundi 9 octobre 2017

Photo : Lorine Baron


Si nous sommes toujours surpris par la propension de pas mal de jeunes metteurs en scène à s'emparer de vieux textes comme si, implicitement, aucune plume d'aujourd'hui n'avait quelque chose à dire sur notre monde contemporain (mais peut-être que ces artistes débutants voient dans ce choix une assurance d'être plus facilement programmés ?), force est de reconnaître que l'aventure que Pauline Bayle a menée autour de l'Iliade et l'Odyssée du poète grec Homère (on est donc dans les environs de 800 av. J.-C.) a de la gueule. Sur scène, cinq comédiens s'emparent de ces deux épopées (la première évoquant la guerre de Troie, la deuxième étant centrée sur le personnage d'Ulysse de retour de guerre) en délivrant le récit tantôt face public, tantôt en jouant chacun les différents personnages sans se soucier de leur genre – comprendre qu'Ulysse sera campé aussi bien par des hommes que par des femmes.

Et c'est justement quand elle s'amuse avec la narration et ses figures (les passages avec les dieux dans Iliade, l'arrivée d'Ulysse dans sa maison squattée par pas mal d'hommes hostiles dans Odyssée) que Pauline Bayle donne véritablement corps à son adaptation, trouvant un décalage léger mais efficace avec ces œuvres monstres – alors que les parties déclamées sont plus linéaires, moins théâtrales (c'est flagrant dans Odyssée quand on suit de près le voyage d'Ulysse). Tout ça dans une scénographie bien léchée (qui rappelle les grandes heures de Wajdi Mouawad) source d'images prégnantes et efficaces – vive les paillettes ! Pourquoi pas...

Odyssée
À la MC2 jusqu'au vendredi 13 octobre

Iliade & Odyssée
À la MC2 samedi 14 octobre à 14h30


Odyssée

D'après Homère, adaptation et ms Pauline Bayle, avec Charlotte van Bervesselès, Florent Dorin...
MC2 4 rue Paul Claudel Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Iliade & Odyssée

D'après Homère, adaptation et ms Pauline Bayle, avec Charlotte van Bervesselès, Florent Dorin...
MC2 4 rue Paul Claudel Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

1, 2, 3, nous irons au bois

ESCAPADES | Si l’Isère organise une année sur le thème de la forêt, c’est qu’elle occupe un rôle et une place essentiels dans le département, le recouvrant du tiers de sa surface. Partez à la découverte de quelques-unes d’entre elles et profitez de leurs bienfaits reconnus.

Jérémy Tronc | Mardi 29 juin 2021

1, 2, 3, nous irons au bois

Vallin, forêt mystique Magique, mystique, magnétique, miraculeuse, sacrée… Les mots caractérisant la forêt de Vallin (Nord-Isère) sur Internet ou dans les magazines l’entourent d’une aura qui attire inévitablement des promeneurs tendance New Age en quête de spiritualité sylvicole. Là-bas, à 60 km au nord-ouest de Grenoble, sous les frondaisons, on fait des gros câlins aux arbres (sylvothérapie) et on vient profiter des énergies telluriques censées affoler les boussoles. La légende raconte que la forêt abritait jadis un ancien site druidique. On susurre aussi qu’elle fut parcourue par des Templiers, des croix aux abords du site venant étayer cette idée. Pour toutes ces raisons, le bois est devenu un vrai lieu de pèlerinage. Les randonneurs et les pèlerins y côtoient fréquemment les magnétiseurs, guérisseurs et radiesthésistes. D'un point de vue plus cartésien, la forêt de Vallin vaut le détour pour sa faune sauvage et ses milieux naturels très diversifiés : mares, zones humides, prairies et deux ruisseaux, eux aussi nourris d’histoires de guérisons en raison de leur particularité. L’un est chargé d’argile verte, l’autre est formé d’un lit d’oxyde de fer. E

Continuer à lire

Festival du film pour enfants : tout pour les plus jeunes !

ECRANS | Villard-Bonnot et Vizille accueillent du 19 au 31 octobre leur traditionnel événement cinéma entièrement tourné vers le jeune public. Que du bonheur !

Vincent Raymond | Mardi 20 octobre 2020

Festival du film pour enfants : tout pour les plus jeunes !

L’emblème choisi pour orner l’affiche de sa 22e édition (la Calamity "jeune" de Rémi Chayé, arborant un air résolu) illustre merveilleusement la combativité du Festival du film pour enfants. S’il a dû revoir sa logistique (adieu, les salles temporaires de Vizille !) et sacrifier quelques-uns de ses rendez-vous conviviaux (bye-bye, les petits en-cas gourmands avant et après certaines séances !) à cause de cette satanée pandémie, l’événement tient fermement ses rênes : plus de vingt-cinq films sont au programme, des animations conservées et la compétition maintenue ! Surtout, la thématique retenue cette année donne foi en le futur : "Rêvons l’avenir". Comme toujours, les films en lice sont divers et récents, dans une acception large du terme : figurent notamment De toutes nos forces de Nils Tavernier, Le Vent se lève de Miyazaki (2014), Lamb de Yared Zeleke, Le Roi des masques de Wu Tian-Ming (2015), Tous en scène d

Continuer à lire

"L'Odyssée de Choum" : de la chouette animation !

Cinema | De Julien Bisaro, Sonja Rohleder, Carol Freeman (Fr.-Bel., 0h38)

Vincent Raymond | Mardi 28 janvier 2020

La parade nuptiale d’un oiseau pour trouver l’élue de son nid ; l’amitié entre un oiseau naufragé et une jeune baleine ; la course-poursuite entre un bébé chouette et son puîné dans l’œuf emporté par une tempête… Trois courts métrages exceptionnels à voir sans tarder ! L’exemple récent de films d’animation atypiques partis de France ou d’Europe à la conquête du monde, glanant les récompenses (après avoir éprouvé toutes les peines à se financer…), devrait rendre les spectateurs plus vigilants : qu’elles soient longues ou courtes, ces œuvres animées brillent souvent par leur inventivité graphique, leur poésie narrative et visuelle ou leur intégrité artistique les conduisant hors des sentiers rebattus. Et combien dépaysants se révèle la plupart des programmes estampillés "jeune public", effervescent laboratoire du cinéma contemporain ! Judicieusement composé autour des volatiles, celui-ci est un mixe de techniques : 2D minimaliste colorée et épurée pour Le Nid de Sonja Rohleder, peinture sur verre (image par image, donc) pour le déchirant L’Oiseau et la Baleine de l’opiniâtre Carol Freeman et enfin 2D digitale (au rendu

Continuer à lire

Grands espaces pour grands écrans au Ciné-Club de Grenoble...

ECRANS | ... qui propose notamment de (re)voir le mythique "2001, l’Odyssée de l’espace" mercredi 10 avril.

Vincent Raymond | Lundi 8 avril 2019

Grands espaces pour grands écrans au Ciné-Club de Grenoble...

Vous avez vu Roma ? Sur Netflix ? Et sur votre portable ? OK, il est temps de remettre les choses à l’endroit. Non pas grâce une projection du film d'Alfonso Cuarón dans une salle obscure (maintenant que le mal est fait, il faudrait pour cela attendre une conjonction de la Lune en Jupiter dans la maison de Kamoulox), mais avec "Grands espaces, Grand écran", le nouveau cycle du Ciné-Club qui vous prouve dans les grandes largeurs que certains films se conçoivent pour être vus et revus ad libitum en salle dans une intimité partagée. Après avoir convoqué Les Cheyennes de John Ford en ouverture, c’est l’indémodable 2001, l’Odyssée de l’espace (1968, photo) de Stanley Kubrick qui vient donner mercredi 10 avril de la profondeur (sans 3D) métaphysique à l’humanité et son histoire. Si chacune des visions de ce film-monde apporte une nouvelle interrogation (à défaut d’élucider toutes les questions précédentes), sa découverte dans son format "natif" (puisqu’il fut tourné en 65mm) garantit des émotions inédites. En particulier dans l’ultime segment du film, Jupiter et au-delà de l’infini, qui donne sa pleine mes

Continuer à lire

"Aïlo : une odyssée en Laponie" : le renne des neiges

ECRANS | de Guillaume Maidatchevsky (Fr, 1h26) documentaire

Vincent Raymond | Mardi 12 mars 2019

Au-delà du cercle polaire, Aïlo, un petit renne, est né. Dès ses premières heures, sa vie est un combat, puisqu’il doit en compagnie de sa maman rejoindre le troupeau protecteur et gagner des terres nourricières. Sur le chemin, les embûches sont nombreuses, et les prédateurs également… Porté en français par la douce voix du héros des enfants Aldebert, ce rafraîchissant documentaire animalier vaut, comme tout film à suspense ou polar efficace, pour la qualité de l’opposant du héros. Car, à la vérité, comme personne ne doute de la bonne fortune d’Aïlo et que tout se terminera bien pour lui, autant que son adversaire soit redoutable. On n’est pas déçu puisqu’il s’agit de l’animal totem de Wolverine, le carcajou, autrement connu sous le nom de glouton. Oubliez Hugh Jackman : derrière son mignon minois de nounours croisé blaireau se cache une vieille saloperie vicieuse ; un prédateur sournois capable de toutes les ruses pour croquer du renne, si possible bien tendre, ou de fatiguer des chiens pour aller en prélever dans un élevage. La bête est fascinante d’intelligence, et vaut à elle seule plus que les traditionnels plans sur la

Continuer à lire

Pauline Bayle : « L'écriture de George Brant est très incisive, très au présent »

Théâtre | Dans le seule-en-scène "Clouée au sol", Pauline Bayle incarne une pilote de chasse qui se retrouve à devoir faire la guerre depuis les États-Unis à l’aide d’un drone. Un spectacle fort qui pose de nombreuses questions très contemporaines dont on a causé avec la comédienne avant son passage par l’Odyssée d’Eybens.

Alice Colmart | Lundi 12 novembre 2018

Pauline Bayle : « L'écriture de George Brant est très incisive, très au présent »

Rares sont les personnages de pilotes de chasse sur les scènes de théâtre ! Quelle a été votre première réaction à la découverte du texte de George Brant ? Pauline Bayle : Il y a eu une rencontre immédiate entre le texte et moi. Je me suis pris une claque avec cette écriture très incisive, très au présent, très percutante. Mais je ne me disais pas que ça allait marcher parce que je n’avais pas l’impression d’avoir une dégaine de pilote de chasse ! Par contre, je trouvais que ce personnage avait quelque chose de très universel étant à la fois une femme avec une grande humanité, qui a une passion, celle de voler dans le ciel, et une femme combattante. Elle m’a fait penser à des personnages de la mythologie grecque comme Électre ou Antigone… Le sujet de la pièce est très ancré dans le présent… Oui, tout à fait. Dans cette pièce, il y a toute une réflexion très intéressante sur les drones, ces machines qui viennent bouleverser

Continuer à lire

"Clouée au sol" : à la guerre pas comme à la guerre

Théâtre | Critique plus qu'enthousaiste du seule-en-scène que la comédienne Pauline Bayle présentera vendredi 16 et samedi 17 novembre à l’Odyssée d'Eybens.

Alice Colmart | Lundi 12 novembre 2018

Quelle mystérieuse identité que celle de cette pilote de l’US Air Force. Pas de prénom ; voit moins bien de près que de loin ; mesure entre 1m62 et 1m96. Le décor est planté sur écran. Pourtant, Pauline Bayle est bien là, sans nul autre accessoire que sa combinaison kaki, mais avec toute sa prestance. Presque à bout de souffle, elle nous conte son voyage intérieur, celui d’une femme qui travaille dans un monde d’hommes, pour qui le bonheur quotidien est le ciel, « son bleu », et « son Tiger », un avion militaire dans lequel elle a presque élu domicile. Jusqu’au jour où elle s’amourache d’Éric, puis tombe enceinte. Son « gros ventre déborde sous sa combinaison », elle doit quitter son poste. Sauf qu’au retour de sa grossesse, elle est envoyée à Las Vegas, « clouée au sol », condamnée à piloter un drone depuis une chaise, à tuer des êtres humains à des kilomètres derrière un écran « gris » avant de retrouver le soir son mari bienve

Continuer à lire

"2001 : l'odyssée de l'espace" s'est fait une beauté grâce à Christopher Nolan

ECRANS | Il y a 50 ans sortait en salle un film devenu culte depuis même s’il n’est pas forcément le plus abordable de son auteur : 2001 : l'odyssée de l'espace (...)

Aurélien Martinez | Lundi 11 juin 2018

Il y a 50 ans sortait en salle un film devenu culte depuis même s’il n’est pas forcément le plus abordable de son auteur : 2001 : l'odyssée de l'espace de Stanley Kubrick, accompagné au scénario d’Arthur C. Clarke. « Une expérience visuelle dont l’interprétation est laissée libre à tout un chacun » comme l’avait déclaré à l’époque le cinéaste à Playboy. Une œuvre phare dans l’histoire du cinéma, avant-gardiste sur de nombreux points (sur l’intelligence artificielle notamment), dont le réalisateur Christopher Nolan, souvent présenté comme un héritier potentiel de Kubrick, a supervisé la restauration afin de la diffuser dans des conditions similaires à celles de sa sortie. Après une projection événement à Cannes dans une copie en 70 mn, le film sort dans toute la France (à la Nef à Grenoble) ce mercredi 13 juin en version numérique. Grandiose, forcément grandiose.

Continuer à lire

Oh, les amoureux !

ECRANS | Que faire lorsqu'on est en couple et cinéphile — mais aussi quand on est cinéphile et en quête de l’âme sœur ? Se rendre dans une salle obscure, pardi ! (...)

Vincent Raymond | Mardi 7 février 2017

Oh, les amoureux !

Que faire lorsqu'on est en couple et cinéphile — mais aussi quand on est cinéphile et en quête de l’âme sœur ? Se rendre dans une salle obscure, pardi ! Chacun(e) vous le dira : c’est le meilleur endroit pour vivre une histoire passionnée ou, à défaut, passionnante. Alors, si vous promenez vos guêtres du côté de Seyssins, le 14 février prochain, jour de la Saint-Valentin, plongez dans un grand bain d’affection et de tendresse, seul(e) ou accompagné(e), grâce au double programme consacré à Wes Anderson : vous en sortirez réconcilié avec la vie et scotché à votre galant(e). Avec À bord du Darjeeling limited (2008), vous suivrez une fratrie en train de se rabibocher à l’occasion d’un voyage de deuil dépaysant ; et dans le somptueux La Vie aquatique (2005) — vrai faux biopic de Cousteau plus crédible et poétique que L’Odyssée (2016) — vous partagerez le quotidien d’un impavide explorateur des hauts fonds, Steve Zissou, incarné par le non moins impassible Bill Murray, su

Continuer à lire

Des vacances au théâtre avec le programme Vive les vacances

ACTUS | Quand plusieurs salles de spectacle de l'agglo décident d'ouvrir leurs portes aux plus jeunes pendant les vacances scolaires, on ne peut qu'applaudir.

Aurélien Martinez | Mardi 18 octobre 2016

Des vacances au théâtre avec le programme Vive les vacances

Et c’est parti pour la saison 4 de Vive les vacances, programme lancé en 2013 qui porte plutôt bien son nom. Soit plusieurs salles de l’agglomération grenobloise qui ont décidé de programmer des spectacles destinés au jeune public pendant les petites vacances scolaires, périodes où ces salles étaient habituellement fermées – oui, on l’a écrit (et regretté) de nombreuses fois dans ces pages, mais on ne comprend pas ce calendrier culturel construit autour d’une forte activité certains mois (mars et novembre par exemple) et de plus d’activité du tout à d’autres moments. Mais revenons-en à cette chouette initiative. Sur la saison 2016/2017, dix spectacles seront ainsi donnés dans huit salles de l’agglo. Pendant ces premières vacances de l’année, celles de Toussaint, on pourra se rendre à la MC2 pour découvrir Dormir 100 ans de l’auteure et metteuse en scène Pauline Bureau – une pièce qui, nous dit-on, « explore ce passage particulier de l’entrée dans l’adolescence ». À la Rampe, on aura plutôt droit à de la chanson (avec la souvent vue dans l’agglo Tartine Reverdy), a

Continuer à lire

"L’Odyssée" : aquatique en toc

ECRANS | de Jérôme Salle (Fr., 2h02) avec Lambert Wilson, Pierre Niney, Audrey Tautou…

Vincent Raymond | Mardi 11 octobre 2016

Rien de tel qu’un biopic pour hameçonner public et récompenses. Alors imaginez qu’on en consacre un à l’icône Jacques-Yves Cousteau… c’est du dragage dans les grandes profondeurs ; de la pêche à la dynamite – pour reprendre ses gaillardes méthodes de recensement des espèces pélagiques. Sauf que "JYC", comme tout un chacun, n’était pas clair comme de l’eau de roche et Jérôme Salle n’a pas réussi à trancher entre l’hagiographie consensuelle ou l’étude critique des nombreuses vies du bonhomme. Faussement âpre pour ne pas paraître (trop) complaisant, son film est pareil à un grand livre privilégiant les belles images en couleurs, arrachant celles qui seraient trop ternes ou gênantes – ah, l’art pratique de l’ellipse ! Si Jérôme Salle ménage la dorure de la statue du Commandant, il montre cependant la course perpétuelle après l’argent de cet utopo-égoïste plus imbu de sa propre publicité et de ses aventures que du destin de ses proches ou de celui de la planète. Le vieux cabot de mer s’est mué sur le tard en héraut de l’environnement : une conversion devant beaucoup à son fils Philippe (Pierre Niney), et au fait que son aud

Continuer à lire

Eybens : l’Odyssée fêtera ses dix ans la saison prochaine

ACTUS | Avec une programmation plus qu’alléchante dans laquelle on retrouve beaucoup d'artistes qui ont fait les belles heures de la salle d'Eybens.

Aurélien Martinez | Mardi 23 juin 2015

Eybens : l’Odyssée fêtera ses dix ans la saison prochaine

À Eybens, on adore la compagnie des Gentils. Du coup, on met en couverture de la plaquette son metteur en scène en mode promenade bucolique au bord de l’eau. Et bien sûr on programme la dernière création de la troupe baptisée Le Carnaval des somnambules, dont on attend beaucoup. Puisqu’on en est à parler de compagnie locale, on est ravis que le très beau Mon frère, ma princesse mis en scène par Émilie Le Roux (Les Veilleurs) soit repris ; et que le circassien Yoann Bourgeois présente plusieurs petites formes avec sa compagnie. La saison prochaine à l’Odyssée, on croisera également Olivier Letellier, metteur en scène du succès jeune public

Continuer à lire

Fidélio, l’odyssée d’Alice

ECRANS | "Une fille dans chaque port" : c’est une devise des marins, et elle en dit long sur l’univers hautement viril qui règne au sein des équipages. Fidélio, (...)

Christophe Chabert | Mardi 23 décembre 2014

Fidélio, l’odyssée d’Alice

"Une fille dans chaque port" : c’est une devise des marins, et elle en dit long sur l’univers hautement viril qui règne au sein des équipages. Fidélio, premier long de Lucie Borleteau, vient mettre un bon coup de "girl power" dans ce petit monde, en propulsant la trentenaire Alice sur un cargo pour une mission de trois mois en tant que mécanicienne. À terre, elle a laissé son copain Felix (Anders Danielson Lie, le héros d’Oslo 31 août), à bord, elle retrouve son grand amour, Gaël, capitaine du Fidélio (Melvil Poupaud). Le féminisme du film n’a pourtant rien d’un chemin de roses : Alice doit d’abord s’imposer face à des marins en manque, pensant trouver en elle une proie facile. Sa stratégie est double : d’un côté, marquer ses distances, de l’autre, jouer d’égale à égaux, quitte à accepter certaines coutumes très masculines – un boy black "offert" pour son anniversaire au cours d’une escale. Vient aussi se greffer le souvenir du mécanicien précédent, mort dans des circonstances troubles, dont le journal intime révèle ses failles affectives et son be

Continuer à lire

En route vers 2014 / 2015

ACTUS | Dernier épisode de notre série du mois de juin sur les différentes programmations des salles de l’agglo publiées avant l’été. Avec cette semaine le Grand Angle de Voiron, l’Odyssée d’Eybens, la Vence scène de Saint-Égrève et le Théâtre en rond de Sassenage. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 24 juin 2014

En route vers 2014 / 2015

Le Grand Angle Changement de direction au théâtre voironnais, la nouvelle directrice étant Éliane Baracetti. Oui, l’adjointe à la culture de la municipalité grenobloise précédente, qui fut aussi directrice de la Rampe d’Échirolles et secrétaire générale de la MC2 – un CV qui en impose. Pour sa première saison en tant que programmatrice, pas de grands changements notables, la majorité des propositions ayant surement été validée avant sa prise de poste (mais on ira l’interroger à la rentrée pour savoir ce qu’elle compte faire avec ce très grand Grand Angle). À partir de septembre prochain à Voiron, on retrouvera donc beaucoup d’humour (Muriel Robin, Mathieu Madénian, Malik Bentalha, Ary Abittan...) et de musique (Vincent Delerm, Bernard Lavillier, Linda Lemay voire même Nana Mouskouri). Côté danse, on découvrira la prochaine création du chorégraphe Kader Attou mêlant comme toujours contemporain et hip-hop ; le fameux Alonzo King Ballet venu des États-Unis ; ou encore quelques compa

Continuer à lire

L’Odyssée de Pi

ECRANS | Longtemps entre les mains de Jean-Pierre Jeunet, cette adaptation d’un best-seller canadien racontant l’histoire d’un adolescent indien perdu au (...)

Christophe Chabert | Mercredi 12 décembre 2012

L’Odyssée de Pi

Longtemps entre les mains de Jean-Pierre Jeunet, cette adaptation d’un best-seller canadien racontant l’histoire d’un adolescent indien perdu au milieu du Pacifique sur un canot de sauvetage avec comme seul compagnon un tigre peu amical a finalement atterri entre celles d’Ang Lee. Les trente premières minutes donnent d’ailleurs le sentiment que le réalisateur de Brokeback mountain fait du Jeunet à sa sauce, c’est-à-dire en gommant les contours des vignettes colorées très Amélie Poulain pour tester la plasticité de ses images. Car Lee, lorsqu’il s’attaque à des blockbusters, devient un cinéaste expérimental. C’est sans doute ce qu’il y a de plus impressionnant dans L’Odyssée de Pi, cette manière de fondre les plans les uns dans les autres, de faire sortir l’image de son cadre, de jouer avec les formats, de créer de purs moments de sidération plastique par l’effet conjugué de la 3D et d’une picturalité saisissante. Cette sophistication entre toutefois en conflit avec le programme familial du scénario et avec une décision économiquement logique mais esthétiquement ratée : le tigre numérique (et le reste du bestiaire) ne fait jamais oublier ses pixels. Aux deux ext

Continuer à lire