Cyril Teste : « Faire en sorte que le théâtre reste en permanence au présent »

Théâtre | En adaptant le fameux film "Festen" (1998) du Danois Thomas Vinterberg sur un repas de famille qui va révéler les terribles agissements du père, le metteur en scène Cyril Teste livre un spectacle intense et captivant. Et emmène le théâtre dans des contrées cinématographiques avec cette « performance filmique » dans laquelle le récit se suit aussi bien sur le plateau que sur grand écran, via des images tournées en direct. On en parle avec lui.

Aurélien Martinez | Lundi 15 janvier 2018

Photo : Simon Gosselin


Pourquoi avoir décidé de porter un film sur scène, et ce film en particulier ?

Cyril Teste : Tout simplement parce que Festen est un chef-d'œuvre du cinéma, un film qui fait partie d'une des dernières Nouvelles vagues en Europe : le Dogme [mouvement lancé en 1995 par plusieurs réalisateurs danois sous l'impulsion de Lars von Trier et de Thomas Vinterberg – NDLR]. C'est une œuvre artistique forte, qui contient des propos forts : Thomas Vinterberg va se servir du thème de l'inceste, ce tabou inavouable, pour faire entendre cette vérité enfouie comme d'autres : le racisme – 1998, l'année de sa sortie, correspond à la montée du nationalisme au Danemark –, la maltraitance faite aux femmes, la question du mépris entre classes sociales…

Dans Festen, on est face à une cartographie d'une société qui est pleinement la nôtre. Car il y a vingt ans, Thomas Vinterberg avait déjà senti que de mauvaises bases avaient été posées et venait en rendre compte. C'est donc un film qui raconte la fin d'un monde, ce qui n'est pas la fin du monde, mais un endroit où il est possible d'assister à la chute de quelque chose tout en pouvant participer à la naissance d'un autre monde.

La fin d'un monde que, dans le film et sur scène, la famille ne veut pas comprendre, alors que la parole du fils se libère enfin. Une famille qui peut être vue comme une métaphore de la société…

Bien sûr. Et de toute façon, la première des sociétés dans laquelle on évolue, c'est notre famille. En plus, ici, ce n'est pas une société anodine : elle est aristocratique, à la Shakespeare, elle détient un pouvoir. Ce qui est très intelligent et sensible de la part de Vinterberg, c'est d'être parti d'une superficie à dimension humaine pour y faire résonner des thèmes universels.

Vous mettez en scène un film construit selon les règles strictes du Dogme (« le son ne doit jamais être réalisé à part des images, et inversement ; la caméra doit être portée à la main ; un éclairage spécial n'est pas acceptable ; le film ne doit pas contenir d'action de façon superficielle »…), qui avaient été érigées en réaction aux superproductions cinématographiques jugées formatées. Qu'avez-vous fait de ces règles sur scène ?

Comme on fait du théâtre, on n'a pas travaillé avec les règles du Dogme, mais avec celles de la « charte de la performance filmique » que nous avons établie nous [le Collectif MXM]. Une charte qui rejoint un peu les préoccupations du Dogme – je me reconnais d'ailleurs dans la démarche artistique du Dogme –, mais qui revendique surtout que le temps du théâtre est un temps vivant.

Du coup, dès que l'on utilise une image au plateau, aussi cinématographique soit-elle, elle doit exister dans le temps du théâtre : tout doit être fait pendant la représentation. On a droit à un temps très limité d'images préenregistrées pour éviter d'être dans une fabrication factice du récit. Pareil pour la musique, qui doit être mixée en temps réel et rien ne doit être ajouté en postproduction.

En découle un travail presque chorégraphique dans sa construction, millimétré aussi bien pour les acteurs que pour les techniciens – notamment ceux chargés de filmer sur scène. Comment, avec ces contraintes, ne pas figer la mise en scène ?

En partant de l'improvisation. Tout est improvisé au départ, on travaille de manière très intuitive. La chorégraphie se met en place au fur et à mesure, et on commence à sculpter pour, en effet, finir avec un objet très chorégraphié. Mais du début à la fin, les acteurs sont quand même très libres !

Votre Festen a un côté grand spectacle facile à suivre, qui procure une foule d'émotions, qui en met plein la vue par sa maîtrise technique… Comme si vous souhaitiez faire un théâtre grand public ouvert à tous…

Arriver au degré que vous décrivez, c'est pour moi quelque chose de très fort. La performance filmique est un outil qui permet de tout simplement raconter une histoire en suivant une personne et en la voyant évoluer tout au long du récit. Et en effet, on se rend bien compte que cette façon de faire touche un très large public : c'est beau pour nous de voir que l'exigence que l'on essaye de mettre en place ne se déconnecte pas d'une écoute grand public.

Les performances filmiques que vous créez (comme la précédente Nobody, qui avait rencontré un beau succès) sont-elles des outils de plus au service du théâtre ou souhaitez-vous, avec elles, changer la nature même du théâtre ?

C'est un dispositif qui va amener la nature du théâtre à évoluer. Même si, bien sûr, le théâtre n'a pas besoin de la technologie pour évoluer. Mais le théâtre est un art – et c'est pour ça que je l'adore – qui peut accueillir tous les autres. Du coup si on s'essaie, comme une sorte de chimiste, à élaborer une grammaire qui nous soit propre, ça peut permettre au théâtre d'avancer. Nous, on s'ajoute à ce qui a déjà été fait, et on essaie d'amener le théâtre encore un peu plus loin, ce qui est je crois la quête de tout artiste.

On ne fait pas de l'art pour l'art ; les artistes sont plutôt des gardiens qui permettent au théâtre de toujours avoir une résonnance avec son époque. Par exemple, Molière est quelqu'un qui a réformé le théâtre. Il est important, son écriture est magnifique et sublime, mais elle ne peut plus réformer comme elle l'a fait à son époque. Les artistes d'aujourd'hui doivent faire en sorte que le théâtre reste en permanence au présent, qu'il ne soit jamais emprunt de quelque nostalgie que ce soit.

Festen
À la MC2 du mardi 23 au samedi 27 janvier


Festen

Performance filmique, de Thomas Vinterberg et Mogens Rukov, ms Cyril Teste, Collectif MxM, avec Estelle André, Vinvent Berger, Hervé Blanc...
MC2 4 rue Paul Claudel Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Festen" : une famille pas si formidable

Théâtre | Critique enthousiaste du spectacle que le metteur en scène Cyril Teste proposera à la MC2 du mardi 23 au samedi 27 janvier.

Aurélien Martinez | Lundi 15 janvier 2018

Festen est un de ces spectacles qui ont une immédiateté évidente, démontrant s'il le fallait encore que le théâtre contemporain n'est pas qu'un truc forcément prise de tête et/ou ennuyeux auquel on ne comprend pas grand-chose. Mais plutôt un art qui peut prendre aux tripes lorsque, par exemple, les artisans qui le conçoivent portent sur le plateau de grands récits à multiples entrées – ici un huis clos familial dans lequel un fils, sorte de Hamlet moderne (la référence est clairement affichée par le metteur en scène Cyril Teste), va révéler au cours d’un dîner les terribles agissements passés du père et démontrer l’hypocrisie d'une société bourgeoise souhaitant à tout prix se donner une image respectable, même si cela doit passer par une hypocrisie mortifère. Une immédiateté qui vient aussi du matériau adapté (un film – celui du Danois Thomas Vinterberg, Prix du jury à Cannes en 1998) et de la façon qu’a Cyril Teste de concevoir une mise en scène mod

Continuer à lire

Notre sélection de places de spectacle et de concert à mettre sous le sapin

Noël | Noël approchant à grands pas, voici notre traditionnelle sélection de cadeaux immatériels. Soit des concerts et des spectacles dont il reste des places (on s’en est assuré) et qui, lors du déballage des paquets, vous placeront pour sûr du côté de celles et ceux qui refusent ce monde matérialiste-capitaliste et qui préfèrent offrir des émotions vivantes – même si bon, une tablette, ça peut toujours faire plaisir.

La rédaction | Mardi 5 décembre 2017

Notre sélection de places de spectacle et de concert à mettre sous le sapin

Pour les cinéphiles qui n’ont rien contre aller de temps en temps au théâtre Créé cet automne, le spectacle Festen de Cyril Teste est l'une des claques théâtrales de l'année, justement parce que c'est plus que du théâtre. Qualifié de « performance filmique » par son metteur en scène, c'est l'adaptation sur le plateau du fameux film Festen de Thomas Vinterberg sorti en 1998 sur une réunion de famille qui part en vrille du fait de la révélation d’actes terribles commis par le père il y a des années. Un récit anxiogène à l'écran, qui se déploie sur scène dans une scénographique immense… et sur un écran retransmettant des images tournées en direct, notamment derrière le décor. Remarquable. Festen À la MC2 du mardi 23 au samedi 27 janvier De 10€ à 25€ Pour celles et ceux que le burlesque n’effraie pas, bien au contraire Le théâtre, ce n'est pas que des spectacles bavards et longs. C'est aussi des propositions sans paroles au potentiel comique incroyable, dans la

Continuer à lire

Théâtre : les 15 pièces à voir cette saison à Grenoble et aux alentours

Panorama de rentrée culturelle 2017/2018 | On a épluché l'ensemble des programmes des salles de l'agglo, et on en a sorti ce qui nous semble le plus pertinent. Sortez votre agenda : il y aura de quoi faire les prochains mois.

La rédaction | Mercredi 13 septembre 2017

Théâtre : les 15 pièces à voir cette saison à Grenoble et aux alentours

Le Oliver Saint-John Gogerty Mais que l’on aime au PB les Chiche Capon, clowns déjantés créateurs d’univers forts et de personnages très, mais alors très très hauts en couleur. Après avoir présenté leur LA 432 l’an passé au Théâtre municipal, ils reviennent cette saison dans les mêmes murs avec un précédent spectacle sur l’évolution de l’homme à la réputation plus que flatteuse – le spectacle, pas l’évolution. Et qui se trouve être celui qu’ils préfèrent dans l’ensemble de leur répertoire – c’est ce qu’ils nous avaient affirmé l’an passé en interview. On sera dans la salle. Au Théâtre municipal de Grenoble le 19 octobre Saigon

Continuer à lire

"La Communauté" : ensemble tout devient possible, non ?

ECRANS | Le Danois Thomas Vinterberg, réalisateur du célèbre "Festen", renoue avec son thème de prédilection (l’étude des dynamiques de groupes en vase clos) en exhumant des souvenirs de sa propre enfance au sein d’une communauté. Chroniques sans filtre d’un passé pour lui révolu.

Vincent Raymond | Lundi 16 janvier 2017

Les années 1970, au Danemark. Plutôt que de revendre la vaste demeure familiale qu'ils ont héritée, Erik, Anna et leur fille Freja la transforment en une communauté ouverte à une poignée d’amis ainsi qu’à quelques inconnus démocratiquement sélectionnés. Le concept est splendide, mais l’idéal se heurte vite aux murs de la réalité… À l’inverse de Festen (1998), film adapté en pièce de théâtre, La Communauté fut d’abord un matériau créé pour les planches à Vienne avant d’être transposé pour l’écran. Pourtant, et bien que le sujet s’y prête, Thomas Vinterberg ne se laisse jamais enfermer par le dispositif du huis clos. Prétexte de l’histoire, ce foyer partagé ne fusionne pas les personnages en une masse compacte façon "auberge espagnole" à la sauce nordique : il aurait plutôt tendance à les individualiser, à diffracter leurs trajectoires. À sa manière, la communauté agit en effet comme un accélérateur sur ces particules élémentaires que sont les individus, provoquant collisions et (ré)percussions, mais également des créations d’"espèces chimiques" inconnues – en l’occurrence, des situations inenvisageables aupar

Continuer à lire

À mots contés

SCENES | En croisant avec finesse le théâtre et les arts numériques, Cyril Teste s’adresse désormais au jeune public avec "Tête haute". Et raconte comment une petite fille grandit en affrontant ses peurs. Bienvenue au pays des rêves. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 25 février 2014

À mots contés

En retrouvant l’auteur Joël Jouanneau avec lequel il avait déjà collaboré pour Sun (spectacle créé en 2011 au Festival d’Avignon et inédit à Grenoble), Cyril Teste poursuit son travail sur l’enfance mais s’adresse cette fois-ci directement aux petits. Sun, largement défendu dans les colonnes lyonnaises du Petit Bulletin, comme dans celles de très nombreux confrères, était une émanation d’un fait divers réel de deux enfants ayant décidé d’aller se marier en Afrique. Déjà les arts numériques étaient omniprésents, permettant de créer des sensations plus encore qu’un récit linéaire. Cyril Teste possède cette part d’onirisme qui, l’air de rien, se raréfie sur les scènes, notamment vis-à-vis du jeune public tant des pièces réalistes, didactiques, des fables écologistes fleurissent. Le théâtre n’est pas là pour éduquer, mais pour éveiller aux sens : c’est semble-t-il guidé par cette envie que le metteur en scène du collectif MxM a construit Tête haute. Une petite fille se plonge dans un abécédaire, récite des listes de verbes avec un b

Continuer à lire

Cyril Teste et David Gauchard

SCENES | Moderne Cyril Teste est un metteur en scène à l’univers passionnant et à l’écriture scénographique percutante – il utilise les nouvelles technologies et le (...)

Aurélien Martinez | Jeudi 9 janvier 2014

Cyril Teste et David Gauchard

Moderne Cyril Teste est un metteur en scène à l’univers passionnant et à l’écriture scénographique percutante – il utilise les nouvelles technologies et le numérique de façon poétique et judicieuse. On pourra découvrir son travail jeudi 27 et vendredi 28 février à l’Hexagone de Meylan, puisqu’il mettra en scène Tête haute, un texte tout public de Joël Jouanneau sur l’histoire d’une petite fille abandonnée par ses parents, roi et reine. Sur scène, il transposera le principe des livres pop up, où les pages dévoilent des architectures de papier en volume. Alléchant...   Classique Toujours à l’Hexagone, mais les jeudi 20 et vendredi 21 mars, on retrouvera le metteur en scène David Gauchard, adepte des remixes théâtraux de Shakespeare. Mais cette fois-ci, notre homme se confronte à l’écrivain russe Leonid Andreïev et sa pièce Ekatérina Ivanovna dat

Continuer à lire