Hip-hop don't stop festival : « Montrer toute la diversité de la danse hip-hop »

Alice Colmart | Mardi 30 janvier 2018

Photo : Julie Cherki


Lancement mardi 6 février de la deuxième édition du Hip-hop don't stop festival organisé par la compagnie martinéroise Citadanse et la salle l'Heure bleue, elle aussi martinéroise. Pourtant, nouveauté cette année, la manifestation ne débutera pas à Saint-Martin-d'Hères mais à Seyssinet-Pariset, à l'Ilyade plus précisément, avec la reprise du très bon spectacle Têtes d'affiche de Bouba Landrille Tchouda. Avec ce festival dont il est parrain, le chorégraphe veut « montrer toute la diversité et l'évolution de la danse hip-hop d'aujourd'hui » comme il l'a déclaré lors de la conférence de presse de présentation.

C'est justement, semble t-il, l'un des objectifs du programme Trois solos prévu le jeudi 8 février à l'Heure bleue (retour à Saint-Martin-d'Hères donc). Lors de cette soirée, trois artistes se succéderont : Fred Bendongué, « l'un des pionniers de la danse hip-hop qui rendra hommage aux musiciens embarqués malgré eux dans la guerre de 14-18 » ; Antoinette Gomis, qui se fera la porte-parole « de la femme noire dans la société occidentale » ; et Aurélien Kairo, qui « s'inspire de Charlie Chaplin pour une prestation fantaisiste et burlesque ».

Au programme également l'excellente compagnie Stylistik (photo) le vendredi 9, et des battles le samedi 10 lors desquelles se défieront huit groupes de hip-hop français. Le reste du week-end, des ateliers, des masterclass et une conférence seront proposés au public afin de prolonger l'échange.

Hip-hop don't stop festival
À Saint-Martin-d'Hères et à Seyssinet-Pariset du mardi 6 au dimanche 11 février


Têtes d'affiche

Chor. Bouba Landrille Tchouda, par la Cie Malka, à partir de 10 ans
Théâtre 145 145 cours Berriat Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Trois solos

"Mama blues" par la Cie Fred Bendongué + "Images" par la Cie Antoinette Gomis + "J'arrive" par la Cie De Fakto
L'Heure Bleue Rue Jean Vilar Saint-Martin-d’Hères
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Résistances

Chor. Jeanne Azoulay, par la Cie Stylistik + 1ère partie : tremplin jeunes
L'Heure Bleue Rue Jean Vilar Saint-Martin-d’Hères
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Battle hip-hop don't stop

L'Heure Bleue Rue Jean Vilar Saint-Martin-d’Hères
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Hip-hop don’t stop : « On se dirige tranquillement vers un festival d’importance nationale »

Danse | C’est l’histoire d’un festival qui, depuis sa création en 2017, prend de plus en plus d’ampleur dans l’agglomération grenobloise : le Hip-hop don’t stop, piloté par l’Heure bleue de Saint-Martin-d’Hères et la compagnie Citadanse. À la veille de la troisième édition prévue du 7 au 16 février, rencontre avec Hachemi Manaa, co-directeur artistique de l’aventure.

Aurélien Martinez | Lundi 4 février 2019

Hip-hop don’t stop : « On se dirige tranquillement vers un festival d’importance nationale »

« À Saint-Martin-d’Hères et dans toute l’agglomération grenobloise en général, il y a toujours eu une grosse histoire de la culture hip-hop, et notamment de la danse hip-hop grâce au chorégraphe Bouba Landrille Tchouda. Se sont alors succédé plusieurs générations de danseurs, et c’était je pense important à un moment de créer un temps fort métropolitain autour de cette pratique. » Voilà comment Hachemi Manaa de la compagnie martinéroise Citadanse explique la création du Hip-hop don’t stop festival en 2017. Un événement qui s’inscrit dans la lignée d’un précédent. « C’est l’héritier d’un autre festival qui avait lieu auparavant sur l’agglomération grenobloise : La Nuit du hip-hop, menée par Anne-Marie Astier. Il y a un peu eu un passage de relai entre elle et Vincent Villenave, à l’époque directeur de l’Heure bleue à Saint-Martin-d’Hères, qui a tout de suite accepté de remettre en marche le projet. » « Il y avait clairement un manque » Depuis, Hip-hop don’t stop prend chaque année de l

Continuer à lire

Le hip-hop dans la chair avec le festival Hip-Hop don’t stop

Danse | Du jeudi 16 au dimanche 19 février, le hip-hop va briller à Saint-Martin-d’Hères avec la première édition du festival Hip-Hop don’t stop. On vous en dit plus.

Charline Corubolo | Mardi 14 février 2017

Le hip-hop dans la chair avec le festival Hip-Hop don’t stop

Pour les aficionados, Saint-Martin-d’Hères est le terreau fertile du hip-hop depuis la fin des années 1980. Mais pour le quidam, cette commune n’est pas forcément connue comme le terrain de jeu des breakers. Pour réveiller cet esprit, Vincent Villenave de l’Heure bleue, ainsi que la compagnie martinéroise Citadanse, organisent du 16 au 19 février le festival Hip-hop don’t stop. Le chorégraphe et danseur Bouba Landrille Tchouda est le parrain de cette première édition qui s’annonce riche et table sur la transmission. Du jeudi au samedi, sur la scène de l’Heure bleue, se succéderont plusieurs créations locales et nationales, avec cette volonté de dévoiler un hip-hop contemporain allant au-delà de la danse pour questionner le regard. On retrouve ainsi le jeudi Citadanse avec Quand le regard parle, la compagnie A-tika pour un hip-hop féminin et les Lézards Dorés qui s’aventurent sur le registre de Bach. Le vendredi, c’est la compagnie Dyptik qui nous entraîne Dans l’engrenage. Et comme il n’y a pas de hip-hop sans battle, huit crews s’affronteront

Continuer à lire