Pierre Guillois : « "Bigre" est une pièce dramatique et comique à la fois »

Théâtre | "Bigre", à découvrir au Théâtre municipal de Grenoble, c’est une hilarante comédie sans paroles sur l’ultra moderne solitude portée par un trio de comédiens qui, chacun cloîtré dans sa minuscule chambre de bonne (la scénographie est remarquable), cherche quelques grammes de bonheur dans une marée de petites misères. Rencontre avec son concepteur Pierre Guillois, et critique de ce véritable succès, lauréat l’an passé du Molière de la meilleure comédie.

Aurélien Martinez | Lundi 26 février 2018

Photo : DR / Fabienne Rappeneau


Le point de départ du spectacle est-il la solitude humaine ?

Pierre Guillois : Je ne dirais pas ça. Je ne conçois pas mes spectacles avec des idées générales ou des volontés de discours. Après, il se trouve que j'ai passé près de dix ans de ma vie dans une chambre de bonne. Pourtant, quand j'ai conçu ce spectacle en me disant qu'il y aurait trois personnages chacun dans une chambre de bonne, j'avais presque oublié ce passage de ma vie – c'était donc assez inconscient !

Ensuite, au cours du travail d'improvisation avec les acteurs – car on a fait une véritable écriture au plateau –, c'est évidemment ça que, petit à petit, nous nous sommes raconté…

Comment avez-vous travaillé au plateau ?

Avec Olivier Martin-Salvan et Agathe L'Huillier, deux personnes que je connaissais bien et avec qui j'avais envie de travailler parce que je savais que ce spectacle marcherait vraiment avec leur fantaisie, on est partis simplement de l'idée : deux hommes une femme sous les toits. Pour voir ensuite ce qui allait se passer.

Au début, ce n'était pas glorieux : les quinze premiers jours, je n'étais pas du tout fier de ce qu'on avait fait. Puis, petit à petit, on a tiré des fils et on a trouvé comment tout ça allait s'agencer. Ça a été une aventure longue dans le temps mais très joyeuse après ces premiers quinze jours !

Le spectacle est sans paroles…

C'était le principe de départ : avoir trois personnages qui ne parlent pas. Même si, attention, ils peuvent parler – ils ne sont pas muets. Sauf qu'on les prend toujours à des moments où ils ne parlent pas, soit parce qu'ils n'en ont pas besoin, soit parce qu'ils sont en incapacité de parler – par peur, timidité… On voulait vraiment faire une pièce dramatique et comique à la fois.

D'où le fait qu'aux Molières 2017, la pièce ait été classée dans la catégorie comédie – vous avez d'ailleurs remporté ce Molière de la meilleure comédie…

Oui. Je dis partout que c'est de la comédie parce que c'est un signe clair donné aux gens qu'ils vont pouvoir rire. Mais en même temps, on est plus proches de la farce. Mais peu importe ce que l'on dit : moi, je ne suis pas très théoricien, donc je parle plutôt d'une mécanique du rire mise en place…

Le rire, au théâtre, n'est pas si courant que ça. Il est même souvent tenu à distance par les grands "théâtreux", qui peuvent le juger beaucoup trop trivial…

Certes, mais le rire n'est pas une valeur en soi. Il y a un rire dégueulasse, de mépris, horrible... Il est donc normal de s'en méfier. Après, il est vrai que la comédie ne bénéficie pas toujours d'un statut élevé dans les institutions culturelles. On accorde souvent leurs lettres de noblesse aux comiques une fois qu'ils sont morts. Mais on s'en fout, ce n'est pas grave. Surtout qu'avec Bigre, on a la chance de beaucoup tourner…

Ce qui vous a d'ailleurs conduit à mettre en place une deuxième distribution…

Ça s'est fait petit à petit. Il y a d'abord l'un des comédiens qui n'a pas pu continuer, donc on l'a remplacé. Puis ainsi de suite. Moi, par exemple, j'ai joué le spectacle 250 fois ! Du coup, au bout d'un moment, je ne pouvais plus en monter d'autres parce que celui-ci est extrêmement physique, prend beaucoup d'énergie, nous emmène tout le temps sur les routes. C'était une nécessité de métier que de renouveler l'équipe.

On a pris le temps – ça a été très long – pour trouver les bons acteurs comme on avait chacun écrit notre rôle, qui était donc attaché à notre personne. Personnellement, j'ai trouvé un acteur qui est quasiment un frère jumeau ; c'est hallucinant ! Et ces acteurs ont maintenant joué presque autant que nous, sachant qu'il n'y a pas deux distributions mais de multiples : on joue les uns avec les autres en fonction des plannings et ça marche très bien.

Quels comédiens seront présents à Grenoble ?

Entièrement la nouvelle équipe: Bruno Fleury, Eléonore Auzou-Connes et Jonathan Pinto-Rocha.

Bigre
Au Théâtre municipal de Grenoble jeudi 1er et vendredi 2 mars à 20h30


Bigre

De Pierre Guillois, par la Cie Le fils du grand réseau
Théâtre municipal de Grenoble 4 rue Hector Berlioz Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Bigre" : nos chers voisins

Théâtre | Critique enthousiaste de la pièce du metteur en scène Pierre Guillois qui sera donnée jeudi 1er et vendredi 2 mars au Théâtre municipal de Grenoble.

Nadja Pobel | Lundi 26 février 2018

En prenant le parti de se passer de texte, le metteur en scène Pierre Guillois a dû inventer une autre forme d’échange entre ses trois personnages. Un pari d'autant plus risqué que ce qu’il a à nous dire n’est pas très réjouissant. Voyez ces trois individus, cloîtrés dans leurs studios grands comme des mouchoirs de poche. Ils pourraient être de jeunes étudiants rongeant leur frein en attendant des jours meilleurs ; mais ce sont des adultes, comme un nombre croissant des locataires des appartements minuscules et branlants dont s'enorgueillit notre belle société. Des adultes anonymes dont les caractéristiques font non seulement de parfaits ressorts comiques pour ce spectacle burlesque, mais expriment également comment l’homme, esseulé, s’est mis à parler aux murs. C’est là que le théâtre reprend ses droits, via un travail méticuleux sur le décor constitué par leurs trois cabanes. L’un des protagonistes loge ainsi dans une piaule high-tech et d’un blanc immaculé, ne commandant ses ob

Continuer à lire

Notre sélection de places de spectacle et de concert à mettre sous le sapin

Noël | Noël approchant à grands pas, voici notre traditionnelle sélection de cadeaux immatériels. Soit des concerts et des spectacles dont il reste des places (on s’en est assuré) et qui, lors du déballage des paquets, vous placeront pour sûr du côté de celles et ceux qui refusent ce monde matérialiste-capitaliste et qui préfèrent offrir des émotions vivantes – même si bon, une tablette, ça peut toujours faire plaisir.

La rédaction | Mardi 5 décembre 2017

Notre sélection de places de spectacle et de concert à mettre sous le sapin

Pour les cinéphiles qui n’ont rien contre aller de temps en temps au théâtre Créé cet automne, le spectacle Festen de Cyril Teste est l'une des claques théâtrales de l'année, justement parce que c'est plus que du théâtre. Qualifié de « performance filmique » par son metteur en scène, c'est l'adaptation sur le plateau du fameux film Festen de Thomas Vinterberg sorti en 1998 sur une réunion de famille qui part en vrille du fait de la révélation d’actes terribles commis par le père il y a des années. Un récit anxiogène à l'écran, qui se déploie sur scène dans une scénographique immense… et sur un écran retransmettant des images tournées en direct, notamment derrière le décor. Remarquable. Festen À la MC2 du mardi 23 au samedi 27 janvier De 10€ à 25€ Pour celles et ceux que le burlesque n’effraie pas, bien au contraire Le théâtre, ce n'est pas que des spectacles bavards et longs. C'est aussi des propositions sans paroles au potentiel comique incroyable, dans la

Continuer à lire

Théâtre : les 15 pièces à voir cette saison à Grenoble et aux alentours

Panorama de rentrée culturelle 2017/2018 | On a épluché l'ensemble des programmes des salles de l'agglo, et on en a sorti ce qui nous semble le plus pertinent. Sortez votre agenda : il y aura de quoi faire les prochains mois.

La rédaction | Mercredi 13 septembre 2017

Théâtre : les 15 pièces à voir cette saison à Grenoble et aux alentours

Le Oliver Saint-John Gogerty Mais que l’on aime au PB les Chiche Capon, clowns déjantés créateurs d’univers forts et de personnages très, mais alors très très hauts en couleur. Après avoir présenté leur LA 432 l’an passé au Théâtre municipal, ils reviennent cette saison dans les mêmes murs avec un précédent spectacle sur l’évolution de l’homme à la réputation plus que flatteuse – le spectacle, pas l’évolution. Et qui se trouve être celui qu’ils préfèrent dans l’ensemble de leur répertoire – c’est ce qu’ils nous avaient affirmé l’an passé en interview. On sera dans la salle. Au Théâtre municipal de Grenoble le 19 octobre Saigon

Continuer à lire