Alain Benzoni (Au Bonheur des Mômes) : « Ne pas prendre les enfants pour des imbéciles »

Festival | Au Bonheur des Mômes, c’est un festival jeune public situé au Grand-Bornand, en Haute-Savoie, dont la réputation dépasse largement les Alpes, voire même la France ! Alors que s’approche sa 27e édition (prévue du 26 au 31 août), on a causé avec Alain Benzoni, son créateur et toujours directeur.

Alice Colmart | Mercredi 20 juin 2018

Photo : Augustin Losserand / Michel Bries


Pourquoi, en 1992, avez-vous décidé de créer cet événement souvent présenté comme une sorte de Festival d'Avignon pour les enfants ?

Alain Benzoni : Les enfants sont trop souvent une cible financière, je voulais les faire sortir de ce business. Car ce n'est pas en allant au McDo ou en regardant ce qui est proposé à la télé qu'ils rêveront. Le spectacle vivant, lui, fait passer des messages, prête à rire, à pleurer, à réfléchir. Une véritable éducation pour ces gamins qui seront les citoyens de nos futures sociétés.

Et puis participer à un festival en famille, c'est une expérience très riche car les enfants peuvent parler et débattre des spectacles avec leurs parents, à la différence de ceux qu'ils voient seuls à l'école.

Comment construisez-vous la programmation ?

Les compagnies sont parfois déjà venues, mais un spectacle ne revient jamais deux fois car je n'aime pas l'habitude. Pour ça, je fouine et bourlingue dans les festivals en France et en Europe, et les gars de La Toupine, la compagnie avec laquelle je tourne à l'année, peuvent aussi en repérer pour moi.

C'est une recherche de longue haleine car le public du Grand-Bornand est connaisseur, il attend des spectacles intelligents qui ne prennent pas les enfants pour des imbéciles. Alors je cherche… Et même si, avec les années, c'est difficile d'encore me surprendre, j'arrive toujours à trouver des choses qui me scotchent !

D'ailleurs, qu'est-ce qu'un spectacle intelligent ?

Là, je pense à la compagnie Bouffou théâtre qui viendra avec Du vent dans la tête, un spectacle de marionnettes sur l'apprentissage, la science et le voyage. Mais aussi à un opéra spécialement adapté pour les tout-petits ; à des spectacles qui font rêver comme Transhumance de la compagnie Xip XAp où se promèneront dans la rue des marionnettes de chèvres et de moutons à taille réelle ; ou encore à des choses très délurées comme la Ganzenfanfare, une fanfare d'oie comique.

Lors de la prochaine édition, l'Italie sera à l'honneur. Pourquoi ce choix ?

Je l'ai fait par rapport à l'actualité. Car il se trouve qu'en ce moment dans le monde du spectacle jeune public, les Italiens proposent des choses vraiment pas mal. On a sélectionné plus de vingt compagnies, parmi lesquelles la Factory qui présentera Journal d'un vilain petit canard, un spectacle qui traite de la trisomie. Et ça donne des frissons.

Il y aura aussi Tony Clifton Circus, surnommé "la terreur des mamas italiennes" : un clown moderne, rentre-dedans et rock 'n' roll. D'ailleurs, le thème de l'année prochaine sera consacré aux clowns et on est déjà en train de s'y préparer !

Pour vous qui êtes dans le domaine culturel depuis plus de quarante ans, comment avez-vous vu évoluer le monde culturel, notamment dans votre région ?

À l'époque, la culture était un gros mot, notamment dans les montagnes du Grand-Bornand. C'était inconnu. Du coup, en 1977, lorsque j'ai créé ma compagnie, tout était possible ! Puis, dans les années 1990, il y a eu une évolution importante, avec l'éclatement des arts de la rue et la création des "compagnies", un mot qui n'existait pas il y a trente ans. Maintenant il y en a énormément. Et puis, chaque ville a créé son espace culturel, son centre culturel…

Aujourd'hui, il y a beaucoup plus de diffusion de la culture, mais ça n'empêche qu'elle ne soit trop souvent réservée qu'à une élite. Lorsque certains sont spectateurs des scènes nationales, d'autres sont devant TF1. Voilà pourquoi la culture pour tout le monde, c'est vraiment l'important.

Au Bonheur des Mômes
Au Grand-Bornand (Haute-Savoie) du dimanche 26 au vendredi 31 août

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Au Bonheur des Mômes : le monde à hauteur d’enfant

Festival (Haute-Savoie) | Du 20 au 25 août, c'est en Haute-Savoie que ça se passera avec un festival concocté depuis 25 ans spécialement pour le jeune public (et leurs parents).

Aurélien Martinez | Mardi 27 juin 2017

Au Bonheur des Mômes : le monde à hauteur d’enfant

« Lâche tes écrans, viens voir du vivant ! » Depuis 25 ans, et malgré un récent contexte financier difficile qui a fragilisé le festival (la question de son maintien s’est même posée), le jeune public a chaque été droit à une oasis de spectacles conçus pour lui et donnés dans un magnifique cadre : celui du Grand-Bornand, village de montagne situé en Haute-Savoie. Car l'émerveillement est autant en arrivant sur place qu'en découvrant les différentes propositions présentées par cet événement au doux nom : Au Bonheur des Mômes. 90 000 festivaliers sur une semaine ; 30 000 places de spectacles achetées ; 400 représentations environ en salle, sous chapiteau ou en plein air ; quelque 75 compagnies retenues : des chiffres communiqués par l’équipe organisatrice qui démontrent bien l'importance de cette manifestation culturelle qui, "malgré" ce succès, a tout de même su préserver l’esprit joyeusement foutraque faisant son charme – on est vraiment sur du populaire et de l’accessible à tous. Comme à chaque édition, le programme est dense de chez dense (relisez les chiffres donnés plus haut) : nous ne nous aventurerons donc pas à livrer des cons

Continuer à lire

Là-haut

SCENES | La saison 2014-2015 sera une «belle saison» dixit le Ministère de la culture, qui a décidé de la placer sous le signe du jeune public : «Depuis quelques (...)

Aurélien Martinez | Mardi 24 juin 2014

Là-haut

La saison 2014-2015 sera une «belle saison» dixit le Ministère de la culture, qui a décidé de la placer sous le signe du jeune public : «Depuis quelques années, le spectacle vivant pour l’enfance connaît un élan créatif et une vitalité artistique qui touchent tant les écritures que les langages scéniques.» Tout à fait Aurélie. Et cet élan, on peut le mesurer chaque fin d’été au Grand-Bornand avec Au Bonheur des Mômes. Soit le rendez-vous incontournable du spectacle jeune public, qui voit chaque année une centaine de compagnies du monde entier investir cet écrin splendide niché en pleine montagne. Au sein d’une programmation foisonnante – et pour une bonne moitié en accès libre –, on notera pour l’édition 2014 la présence de La Fabrique des Petites Utopies, avec notamment deux excellentes créations centrées sur l’ailleurs (l’Afrique notamment). Les enfants sont les spectateurs de demain : leur proposer une approche ludique et exigeante du spectacle vivant comme le fait Au Bonheur des Mômes est donc une entreprise plus que louable ; parole d’ex-jeune festivalier !

Continuer à lire

À hauteur d’enfant

SCENES | C’est un peu the place to be de la fin de l’été pour le jeune public. Ainsi, du 26 au 31 août, le village haut-savoyard du Grand-Bornand accueille, (...)

Aurélien Martinez | Vendredi 22 juin 2012

À hauteur d’enfant

C’est un peu the place to be de la fin de l’été pour le jeune public. Ainsi, du 26 au 31 août, le village haut-savoyard du Grand-Bornand accueille, comme chaque année depuis maintenant vingt ans, le festival Au bonheur des mômes. Un temps fort consacré à ce volet de la création artistique peu pris en compte par les salles institutionnelles, le festival allant même jusqu’à proposer de nombreux spectacles en direction des moins de trois ans, ce qui ne se fait que trop rarement. D’où un succès jamais démenti pour la manifestation, succès qui demande une organisation très précise de la part du public, sous peine de ne finalement rien voir tant les spectacles sont pris d’assaut – la rançon, amère pour certains, de la gloire. À noter que cette année, pas moins de quatre-vingt-trois troupes ont été invitées, dont une quinzaine de belges. Et qu’une bonne moitié des propositions sera en accès libre, afin que tous puissent en profiter. AM

Continuer à lire