"Fabrice Luchini et moi" : Olivier Sauton, l'apprenti sorcier

Théâtre | Charismatique, érudit, caricatural aussi, Fabrice Luchini fascine le comédien Olivier Sauton qui dialogue avec lui dans "Fabrice Luchini et moi". Un curieux et séduisant seul-en-scène (Sauton campe les deux rôles) à voir à la Basse cour.

Nadja Pobel | Mardi 4 septembre 2018

Photo : Lucas Grenier


Fabrice Luchini est là tout le temps, sans être là, au point qu'il a fallu modifier l'affiche pour ne pas prêter à confusion : « Olivier Sauton dans Fabrice Luchini et moi ». Car la vedette rohmérienne, après avoir été troublée et séduite par ce one-man-show créé en 2014, fut plus tatillonne sur cette production quand la bise (tempête) fut venue. Pour cause : Olivier Sauton a vu réapparaître l'an passé, quand il semblait promis à un Molière du seul-en-scène, des tweets antisémites qu'il reconnaît avoir écrits du temps où il frayait le même chemin que Dieudonné. Et qu'il considère aujourd'hui, sans se forcer, comme nauséabonds.

Temps révolu, dit-il sur scène en regardant son public. Et « le petit con attardé » qu'il évoque à propos de cette époque est finalement le même que celui qu'il met en scène dans ce spectacle. Un jeune homme (lui-même donc) dont on découvre l'appétit à se cultiver et à s'élever au-dessus de la bêtise crasse. Tenant solidement en main son spectacle, en grande partie grâce à un talent d'imitation incontestable, il fait alors apparaître Luchini, croisé au hasard d'une nuit (c'est véridique), transformé ensuite en maître (c'est fictif). L'apprenti va alors apprendre. Vite.

Copie conforme

Très bon acteur et conteur, Olivier Sauton fait enchaîner à son personnage des leçons grâce auxquelles il découvre qu'on peut lire autre chose que L'Équipe quand bien même son mentor a comme devise la phrase d'un certain Antoine Blondin (romancier et journaliste sportif) : « travaille comme tu t'amuses ». La confrontation classique (et souvent caricaturale) du sport et de la culture ponctue ainsi ce spectacle qui n'évite pas quelques poncifs – non, dans le théâtre public, on ne déclame plus depuis longtemps !

Pourtant, passés ces traits démago, il faut reconnaître à Olivier Sauton une réelle capacité, quasi pédagogique, à transmettre, en les revisitant, La Cigale et la Fourmi La Fontaine, c'est le génie français à l'état pur » pour Luchini) ou la première scène du Misanthrope, dont il s'empare avec justesse. Possible, en ce sens – et si cette opposition tient toujours en matière de théâtre – que cet enfant du privé fasse œuvre ici de mission publique, avec un certain sens de l'humour.

Fabrice Luchini et moi
À la Basse cour du jeudi 6 au samedi 15 septembre


Fabrice Luchini et moi

Seul-en-scène d'Olivier Sauton
La Basse Cour 18 rue Colbert Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Voyage au bout de Luchini

SCENES | L’été à Grenoble, toutes les salles de spectacle sont fermées. Toutes ? Non, car la Basse cour tente cette fois-ci d’ouvrir en août, le mois le plus calme de l’année culturelle, en programmant notamment un excellent spectacle mêlant théâtre et humour. "Fabrice Luchini et moi" d’Olivier Sauton est ainsi le rendez-vous de l’été. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mercredi 23 juillet 2014

Voyage au bout de Luchini

Le spectacle s’appelle Fabrice Luchini et moi mais il pourrait aussi s’appeler Fabrice Luchini est moi. Un glissement sémantique qui illustre parfaitement l’incroyable prestation réalisée par le comédien Olivier Sauton : incarner Fabrice Luchini sur scène. Luchini, une figure française aux mimiques, à la gestuelle et à la voix reconnaissables entre mille que Sauton a parfaitement intégrée, jusqu’à sembler ne faire qu’un avec son modèle. Son Dieu même. Car dans son seul-en-scène, Olivier Sauton raconte comment un soir, alors qu’il n’était qu’un jeune con inculte à la recherche de gloire, il croise dans la rue le grand Luchini qu’il admire tant. Il lui demande alors de lui réciter une Fable de la Fontaine : ce sera la peu connue La Tortue et les deux Canards, dans laquelle Luchini voit de nombreux sous-entendus sexuels. Puis le jeune homme insiste carrément pour prendre des cours avec son idole, qui finira par accepter

Continuer à lire