"Giselle" de Dada Masilo : mourir d'amour déchaînée

Danse | La chorégraphe et danseuse sud-africaine star sera mercredi 21 et jeudi 22 novembre sur la scène de la Rampe d'Échirolles pour une nouvelle relecture bondissante d'un des classiques de l'histoire de la danse.

Aurélien Martinez | Lundi 19 novembre 2018

Photo : Stella Olivier


Depuis six ans (son premier passage à la Biennale de la danse de Lyon date de 2012), les théâtres français s'enflamment pour une jeune chorégraphe venue d'Afrique du sud où elle a été formée (même si elle est également passée par la Belgique et l'école de la chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker). Ses relectures de classiques de la danse (Le Lac des cygnes et Carmen) ont ainsi énormément tourné, souvent à guichets fermés – comme ce sera d'ailleurs le cas cette semaine à la Rampe d'Échirolles.

Elle, c'est Dada Masilo, qui s'attaque cette fois au mythique personnage de Giselle, jeune paysanne trompée sur les intentions de celui qu'elle aime et qui en mourra. Mais entre ses mains, l'héroïne presque naïve devient une femme forte : une nouvelle direction qui éclate énergiquement dans la deuxième partie du spectacle, lorsqu'il s'agit pour la défunte de se venger. Une énergie qui vient du choix de la chorégraphe et interprète principale d'ancrer son histoire (presque théâtralisée pour que le public la comprenne au mieux) dans les traditions africaines – alors que Giselle est l'archétype même du ballet romantique européen (il a été créé en 1841). D'où cette danse puissante et intense qui donne une pièce magnétique et, surtout, généreuse. Du grand spectacle haut de gamme en somme.

Giselle
À la Rampe (Échirolles) mercredi 21 et jeudi 22 novembre à 20h


Giselle

Chorégraphie de Dada Masilo
La Rampe 15 avenue du 8 mai 1945 Échirolles
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Danse : nos huit coups de cœur ou attentes pour cette saison

Panorama de rentrée culturelle 2018/2019 | Avec des grands noms de la danse contemporaine comme des plus confidentiels mais non moins passionnants.

La rédaction | Mardi 18 septembre 2018

Danse : nos huit coups de cœur ou attentes pour cette saison

Comme un trio « La littérature, pensais-je, pouvait peut-être encore faire danser les mots, ces mots qui attendent patiemment qu’on les pousse dans un corps brûlant les pieds sur demi-pointe. » Voilà ce qu’écrit le chorégraphe grenoblois Jean-Claude Gallotta en note d’intention de sa prochaine création qu’il dévoilera en avant-première fin septembre à la MC2. Une pièce pour trois interprètes basée sur le fameux Bonjour Tristesse de Françoise Sagan, roman culte plein de fougue. On en attend beaucoup. À la MC2 jeudi 27 septembre et du mardi 11 au samedi 15 décembre À l’Agora (Saint-Ismier) vendredi 28 septembre À l’Oriel (Varces) samedi 29 septembre SEИS La compagnie Arcosm, qui fut en résidence les trois dernières saisons à la Rampe, reviendra à Échirol

Continuer à lire

"Carmen" de Dada Masilo : amour à mort (ou presque)

SCENES | Après un magnifique et unanimement ovationné Swan Lake dans lequel elle revisitait Le Lac des cygnes, Dada Masilo, bondissante chorégraphe sud-africaine de (...)

Aurélien Martinez | Mardi 23 septembre 2014

Après un magnifique et unanimement ovationné Swan Lake dans lequel elle revisitait Le Lac des cygnes, Dada Masilo, bondissante chorégraphe sud-africaine de 29 ans, revient avec sa version de Carmen, reprise d’une création de 2009. Une Carmen libre et sensuelle, en robe rouge sang, pour qui les hommes se déchirent. Une Carmen moderne qui garde pourtant les traits que la culture populaire lui prête, grâce notamment à l’œuvre de Bizet : tout sauf lisse, à la fois bourreau et victime. Carmen, sur scène, c’est Dada Masilo elle-même, à la présence magnétique, qu’elle incarne à la croisée des genres – le flamenco bien sûr (on est à Séville), le contemporain (elle est passée par l’école d’Anne Teresa de Keersmaecker) ou encore la danse zoulou (dans les tableaux de groupe). « Carmen parle de sexe, de manipulation, de douleur, d’ambition et de mort – ce dont le monde est vraiment fait. Donc, je ne veux pas être polie ou timide à propos de quoi que ce soit. Je suis aussi influencée par ce qui se passe autour de

Continuer à lire

"Swan Lake" de Dada Masilo : black Swan

SCENES | Dada Masilo ? Une jeune chorégraphe sud-africaine formée à l’école bruxelloise d’Anne Teresa de Keersmaecker qui solde l'héritage des années Mandela d'une manière (...)

Benjamin Mialot | Jeudi 7 novembre 2013

Dada Masilo ? Une jeune chorégraphe sud-africaine formée à l’école bruxelloise d’Anne Teresa de Keersmaecker qui solde l'héritage des années Mandela d'une manière radicale. Comment ? En faisant du Lac des cygnes un manifeste contre la rigidité de la société sud-africaine – ici, c'est pour un homme que Siegfried se détourne du mariage qu'on lui impose. Ce n'est pas la première fois que Dada Masilo se frotte à des mythes classiques (elle a déjà relu Roméo & Juliette et Carmen à travers le prisme de son iconoclasme), mais jamais elle n'avait poussé aussi loin le métissage : des spasmes zoulous répondent aux postures romantiques, les envolées orchestrales de Tchaïkovski aux minimalismes implacables de Steve Reich, la clarté des tutus à la noirceur des peaux, l'humour et la fantaisie à la douleur et à la gravité... Autant de frictions qui font de ce Swan Lake un monument de courage et d'humanité. Car ce n’est pas tant la puissance évocatrice qui impressionne et émeut le plus dans le spectacle, mais l'absolue générosité des forces de la nature qui l'interprètent. « On voit à la démarche de chacun s'il a t

Continuer à lire

Danse : on va voir quoi cette saison?

SCENES | Le point GGiselle est un ballet classique monumentale, symbole même du romantisme. Une hisoire d’amour, un mélange de tragédie et de surnaturel. Garry (...)

François Cau | Vendredi 12 septembre 2008

Danse : on va voir quoi cette saison?

Le point GGiselle est un ballet classique monumentale, symbole même du romantisme. Une hisoire d’amour, un mélange de tragédie et de surnaturel. Garry Stewart et sa compagnie l’Australian Dance Theatre, qui avaient séduit le monde de la danse en déconstruisant Le Lac des cygnes, ont décidé de s’attaquer à ce somment vertigineux, pour en livrer une interprétation toute personnelle baptisée G., Stewart, laissant ainsi de côté la linéarité de l’œuvre originale, s’empare de Giselle, l’avale et la recrache brute sur scène. Aux danseurs de la figurer, aidés par des panneaux lumineux narrant de façon très succincte les différents moments clés du ballet. Le design est léché (il faut aimer le vert électrique !), la musique minimaliste, et l’énergie omniprésente. À voir les 21 et 22 octobre à la Rampe. Danse martialeÀ vos calendriers. Le danseur et chorégraphe anglais Russell Maliphant sera mardi 25 novembre à l’affiche de la Rampe où il présentera un programme découpé en trois parties : Flux, Small Boats et Push. Un travail tout en retenue sur le corps, l’espace, la lumière ; en té

Continuer à lire