Emmanuel Meirieu : « Donner des émotions fortes, c'est mon boulot »

Théâtre | Depuis 20 ans, le metteur en scène Emmanuel Meirieu trace un sillon de plus en plus fin dans le vaste monde du théâtre contemporain, comme on pourra le constater à la MC2 avec "Des hommes en devenir". Un spectacle, adapté du roman de Bruce Machart, centré sur six personnages victimes d’une perte déchirante. Et un grand moment d’émotion.

Nadja Pobel | Mardi 22 janvier 2019

Dans Des hommes en devenir, il est question de la perte. Vous allez au cœur du mal mais ce n'est pas sombre, il y a comme une lueur…

Emmanuel Meirieu : Si les spectateurs sortent en se disant que ce n'est pas la peine de se battre, j'ai raté mon spectacle. J'espère que mes spectacles donnent du courage pour affronter la vie. Ce texte de Bruce Machart est une leçon de courage. Il y a la brutalité du monde – tomber malade, perdre son enfant… – mais tous les personnages l'affrontent magnifiquement. J'ai besoin de modèles comme ça dans ma vie.

Pourquoi avoir utilisé un filtre comme ce tulle qui nous sépare du plateau ?

C'est une protection. Donner des émotions fortes, c'est mon boulot, mais je pense qu'avec le théâtre que je fais, je dois protéger un peu les gens. Et puis ça me permet de faire ce que j'aime : des gros plans visage que je projette sur ce tulle plutôt qu'en fond ou sur un écran ; car ça, ça ne m'intéresse pas.

Pourquoi ?

Parce que je ne fais pas du cinéma. Je fais du théâtre. Un visage, c'est un paysage et, avec de grands acteurs, c'est sublime. J'ai toujours été frustré que seuls les deux premiers rangs puissent voir cela. Mon travail sur le son avec le micro suit la même logique. Ça permet de faire passer l'infinie richesse de tout ce qui traverse une voix humaine.

Vos références sont pourtant souvent cinématographiques…

Oui, j'ai plus vu de films dans ma vie que de spectacles de théâtre, c'est certain. Et les premières grandes émotions dans mon enfance viennent du cinéma. Après, je fais tout sauf du cinéma au théâtre parce que je fais quelque chose d'impossible au cinéma, à savoir que le personnage s'adresse directement au spectateur. Au cinéma, à part chez Godard ou Truffaut, ça n'existe pas. C'est un effet. Dans Pierrot le fou, Belmondo se retourne et me regarde mais c'est une fois.

Au théâtre, il y a cette possibilité que le personnage vous parle à vous directement, vous regarde dans les yeux. Je pense que ce qui m'attire profondément est la présence physique du personnage, d'une histoire. J'adore lire des beaux romans, voir des beaux films mais là, le personnage est au même endroit du monde, au même moment que moi, il respire le même air que moi, il est à quelques mètres de moi, je peux le toucher si je veux. Il est présent physiquement et c'est irremplaçable.

Votre théâtre passe essentiellement par le roman. Pourquoi ?

Le répertoire de théâtre que j'aime en matière d'écriture est celui qui suit les règles : unité de lieu, unité de temps. Comme Jez Butterworth ou David Mamet. Mais si tu fais ces textes-là, tu n'auras jamais la densité d'un roman, on ne racontera jamais autant de choses, c'est impossible.

Je suis d'une génération de séries où il y a du choral, du polyphonique, des intrigues extrêmement multiples, des fresques immenses. Là, dans Des hommes en devenir, même si tout se passe dans la même ville, au même moment, j'ai six histoires différentes riches où certains racontent trente ans de leur vie.

Des histoires portées par des hommes. Depuis vos débuts, votre théâtre est relativement masculin…

Ce qui m'a bouleversé quand j'ai lu le texte de Des hommes en devenir est cette façon de parler des femmes. Ces hommes aiment les femmes. Ils sont dingues de la leur. Ils sont fous amoureux d'elles. Elles ont une place immense dans ce spectacle.

La question du masculin est évidemment importante pour moi. Je pense que Machart rebat un peu les cartes du masculin. Il raconte des hommes qui me ressemblent. C'est fini ce temps de la virilité crasse, de la surpuissance, tout ce que je déteste et qui, pour moi, détruit les hommes et aussi les femmes.

Des hommes en devenir
À la MC2 du mardi 29 au jeudi 31 janvier


Des hommes en devenir

Par Emmanuel Meirieu. D’après le roman de Bruce Machart
MC2 4 rue Paul Claudel Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Des hommes en devenir" : un cri qui vient de l'intérieur

Théâtre | Critique plus qu'enthousiaste du spectacle que le metteur en scène Emmanuel Meirieu présentera à la MC2 du mardi 29 au jeudi 31 janvier.

Nadja Pobel | Mardi 22 janvier 2019

Lors de sa découverte en juin 2017, à sa quasi-création, ce spectacle fut anéantissant et bouleversant tant les récits nous apparurent forts. Leur puissance nous a presque abîmés quatre mois plus tard lors d'une seconde vision, probablement parce qu’Emmanuel Meirieu, qui fouille depuis deux décennies la psyché des hommes (exclusivement via des personnages masculins), se fait de plus en plus précis au fil du temps. Un metteur en scène qui, une fois de plus, est allé chercher aux États-Unis un auteur contemporain – ici Bruce Machart, qui publia ces nouvelles en 2011. Des tranches de vies d’hommes (Ray, Tom, Vincent, Dean…) qui confient, face micro et tour à tour, la douleur de la perte : d'un membre de leur corps, d'un enfant à naître ou déjà grand, d'un amour. Et même de rien, car ne rien avoir à sauvegarder, à serrer contre son cœur, est une souffrance immense. Leur voix est calme, posée, ils murmurent et leur souffle bat la mesure. Lorsqu'il est question de pansements à décoller sur la peau d'une enfan

Continuer à lire

Théâtre : quinze spectacles pour une saison parfaite (ou presque)

Panorama de rentrée culturelle 2018/2019 | Suivez-nous, on vous emmène à la MC2, à l'Hexagone, au Théâtre municipal de Grenoble, à l'Heure bleue, à l'Ilyade, à l'Espace Paul Jargot, au Grand Angle...

La rédaction | Vendredi 28 septembre 2018

Théâtre : quinze spectacles pour une saison parfaite (ou presque)

Et pendant ce temps, Simone veille ! « Quatre générations de femmes se succèdent dans ce voyage qui s’étend de la lutte pour l’avortement à la procréation assistée. » Voilà bien un spectacle audacieux dans le fond (surtout que parler de féminisme fait encore peur à certains de nos jours) et très réussi dans la forme, comme il mixe propos politiques forts et humour bienvenu. Sur scène, les comédiennes traversent les époques et les questionnements pour rappeler que le combat féministe a certes avancé, mais reste toujours d’actualité. Passionnant (même si on peut discuter de certains propos, ce qu’on essaiera de faire en octobre avec l’une des autrices). À l’Heure bleue (Saint-Martin-d’Hères) mardi 9 octobre La Rose et la hache Créé en 1979, déjà redonné en 2004 pour la réouverture (après travaux) de la MC2, La Rose et la hache est un spectacle culte de Georges Lavaudant, avec notamment sur scène le fameux comédien Ariel Garcia-Valdès, complice de longue date du metteur en scène né à Greno

Continuer à lire

La maîtrise du traître

SCENES | Il est des auteurs qui arrivent presque par enchantement dans l’univers d’un metteur en scène. C’est le cas de Sorj Chalandon, qui a croisé la route d’Emmanuel Meirieu avec "Mon traître" et "Retour à Killybegs", deux splendides romans devenus un puissant spectacle de théâtre. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mercredi 8 janvier 2014

La maîtrise du traître

« Quand j’ai refermé Mon traître, j’ai tout de suite demandé les droits de traduction ! » plaisante encore Emmanuel Meirieu. Il faut dire que jusqu'ici, le metteur en scène lyonnais n’avait adapté que des auteurs anglophones (Joe Connelly, Russell Banks, Jez Butterworth), non par anti-patriotisme primaire, plutôt parce que ces écrivains ont inventé des personnages simples et tendres comme il les affectionne. C’est Loïc Varraut, son complice, co-directeur de sa compagnie Bloc opératoire qui lui a mis les textes de Sorj Chalandon entre les mains. Chalandon, qui vient d’obtenir le Goncourt des lycéens avec un bonheur contagieux pour Le Quatrième mur, a publié en 2008 et 2011 deux romans remuants qui fonctionnent en diptyque : Mon traître, qui relate la vie d’un petit luthier parisien qui se prend d’amour pour l’Irlande du Nord, le combat des catholiques de l’IRA et de leur icône Tyron Meehan, et Retour à Killybegs, miroir du premier ouvrage dans lequel Tyrone Meehan prend la parole pour dire son histoire familiale, celle de son pays, pourquoi on combat, comment on trahit. Le tout est un grand décalque de la réalité : le luthier e

Continuer à lire