Hip-hop don't stop : « On se dirige tranquillement vers un festival d'importance nationale »

Danse | C’est l’histoire d’un festival qui, depuis sa création en 2017, prend de plus en plus d’ampleur dans l’agglomération grenobloise : le Hip-hop don’t stop, piloté par l’Heure bleue de Saint-Martin-d’Hères et la compagnie Citadanse. À la veille de la troisième édition prévue du 7 au 16 février, rencontre avec Hachemi Manaa, co-directeur artistique de l’aventure.

Aurélien Martinez | Lundi 4 février 2019

« À Saint-Martin-d'Hères et dans toute l'agglomération grenobloise en général, il y a toujours eu une grosse histoire de la culture hip-hop, et notamment de la danse hip-hop grâce au chorégraphe Bouba Landrille Tchouda. Se sont alors succédé plusieurs générations de danseurs, et c'était je pense important à un moment de créer un temps fort métropolitain autour de cette pratique. » Voilà comment Hachemi Manaa de la compagnie martinéroise Citadanse explique la création du Hip-hop don't stop festival en 2017.

Un événement qui s'inscrit dans la lignée d'un précédent. « C'est l'héritier d'un autre festival qui avait lieu auparavant sur l'agglomération grenobloise : La Nuit du hip-hop, menée par Anne-Marie Astier. Il y a un peu eu un passage de relai entre elle et Vincent Villenave, à l'époque directeur de l'Heure bleue à Saint-Martin-d'Hères, qui a tout de suite accepté de remettre en marche le projet. »

« Il y avait clairement un manque »

Depuis, Hip-hop don't stop prend chaque année de l'ampleur. « Sur l'agglo, il y avait clairement un manque de lumière, d'événement de grande envergure centré sur le hip-hop, alors qu'il y a beaucoup de pratiquants et pratiquantes. Humblement, je dirais qu'on se dirige tranquillement vers un festival d'importance nationale. Cette année, on a par exemple beaucoup de grands noms nationaux voire internationaux de la culture hip-hop, aussi bien pour les spectacles que pour la soirée battle. »

Pas faux. On pourra ainsi assister à une pièce (Danser Casa, créée fin juin au festival Montpellier Danse – photo) de Kader Attou et Mourad Merzouki, soit tout simplement deux des noms les plus importants du hip-hop français. Classe. Ou encore à une création signée Nono Battesti, artiste qui remplit souvent les salles et draine un public large – on l'a encore constaté cet été dans le Off du Festival d'Avignon.

Citons également, parmi les autres propositions, celle, intrigante, baptisée Emoovoir, fruit de la rencontre entre le très chanson française Lionel Damei et le danseur Geoffroy Durochat. Et bien sûr la fameuse soirée battle qui clôturera le festival, histoire d'en mettre littéralement plein la vue.

Hip hop don't stop
Dans divers lieux du jeudi 7 au samedi 16 février


Nakama + Repaire(s)/Repère(s) (1ère partie)

Danse hip-hop, chor. Saief Remmide, par la Cie Un autre angle de rue, dès 8 ans
L'Heure Bleue Rue Jean Vilar Saint-Martin-d’Hères
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Double + Repaire(s)/Repère(s) (1ère partie)

Par la Cie Dessources
L'Odyssée 89 avenue Jean Jaurès Eybens
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Danser Casa + Repaire(s)/Repère(s) (1ère partie)

Par Kader Attou et Mourad Merzouki
L'Heure Bleue Rue Jean Vilar Saint-Martin-d’Hères
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Emoovoir

Par Lionel Damei et Geoffroy Durochat, chant et danse
Espace René Proby 2, place Édith Piaf Saint-Martin-d'Hères
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


No man's land + Repaire(s)/Repère(s) (1ère partie)

Danse hip-hop, contemporaine, chorégraphie de Milène Duhameau, par la Cie Daruma
L'Ilyade 32 rue de la Fauconnière Seyssinet-Pariset
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Battle Hip-hop don't stop

Danseurs reconnus et titrés dans le circuit hip-hop en France, invités pour une battle de break 3 contre 3
L'Heure Bleue Rue Jean Vilar Saint-Martin-d’Hères
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Hip-hop moderne

Danse | Les mouvements à la marge sont-ils voués à en sortir ? L’expérience penche vers l’affirmative et dans le lot, la danse hip-hop ne fait pas exception. Si (...)

Hugo Verit | Mardi 18 janvier 2022

Hip-hop moderne

Les mouvements à la marge sont-ils voués à en sortir ? L’expérience penche vers l’affirmative et dans le lot, la danse hip-hop ne fait pas exception. Si elle conserve un attachement fort à ses racines, son histoire et ses codes, elle ne se résume certainement pas à certains clichés (bitume, esbroufe, combat d’ego…). Une dualité que le Hip-Hop Don’t Stop festival, organisé par la ville de Saint-Martin-d’Hères avec la compagnie Citadanse, se propose de refléter : « On essaye de donner des repères en racontant ce qu’était ce mouvement dans le passé, à travers par exemple le spectacle-conférence Hip-hop, est-ce bien sérieux ?, mais aussi en montrant un hip-hop contemporain qui se mélange de plus en plus à d’autres esthétiques. Ainsi, Isthme est un voyage entre hip-hop et musique jazz et orientale, une soirée très enrichissante », explique Célie Rodriguez, directrice de Saint-Martin-d’Hères en scène. Par ailleurs, cette sixième édition s’inscrit dans son époque avec un spectacle comme Queen Blood qui revendique « une présence féminine au plateau ». « L’un de nos axes forts, c’est aussi la transmission, la médiation. Beaucoup

Continuer à lire

Hip-hop don’t stop festival : « Montrer toute la diversité de la danse hip-hop »

Danse | Lancement mardi 6 février de la deuxième édition du Hip-hop don’t stop festival organisé par la compagnie martinéroise Citadanse et la salle (...)

Alice Colmart | Mardi 30 janvier 2018

Hip-hop don’t stop festival : « Montrer toute la diversité de la danse hip-hop »

Lancement mardi 6 février de la deuxième édition du Hip-hop don’t stop festival organisé par la compagnie martinéroise Citadanse et la salle l’Heure bleue, elle aussi martinéroise. Pourtant, nouveauté cette année, la manifestation ne débutera pas à Saint-Martin-d'Hères mais à Seyssinet-Pariset, à l’Ilyade plus précisément, avec la reprise du très bon spectacle Têtes d’affiche de Bouba Landrille Tchouda. Avec ce festival dont il est parrain, le chorégraphe veut « montrer toute la diversité et l’évolution de la danse hip-hop d'aujourd'hui » comme il l’a déclaré lors de la conférence de presse de présentation. C’est justement, semble t-il, l’un des objectifs du programme Trois solos prévu le jeudi 8 février à l’Heure bleue (retour à Saint-Martin-d'Hères donc). Lors de cette soirée, trois artistes se succéderont : Fred Bendongué, « l’un des pionniers de la danse hip-hop qui rendra hommage aux musiciens embarqués malgré eux d

Continuer à lire

Le hip-hop dans la chair avec le festival Hip-Hop don’t stop

Danse | Du jeudi 16 au dimanche 19 février, le hip-hop va briller à Saint-Martin-d’Hères avec la première édition du festival Hip-Hop don’t stop. On vous en dit plus.

Charline Corubolo | Mardi 14 février 2017

Le hip-hop dans la chair avec le festival Hip-Hop don’t stop

Pour les aficionados, Saint-Martin-d’Hères est le terreau fertile du hip-hop depuis la fin des années 1980. Mais pour le quidam, cette commune n’est pas forcément connue comme le terrain de jeu des breakers. Pour réveiller cet esprit, Vincent Villenave de l’Heure bleue, ainsi que la compagnie martinéroise Citadanse, organisent du 16 au 19 février le festival Hip-hop don’t stop. Le chorégraphe et danseur Bouba Landrille Tchouda est le parrain de cette première édition qui s’annonce riche et table sur la transmission. Du jeudi au samedi, sur la scène de l’Heure bleue, se succéderont plusieurs créations locales et nationales, avec cette volonté de dévoiler un hip-hop contemporain allant au-delà de la danse pour questionner le regard. On retrouve ainsi le jeudi Citadanse avec Quand le regard parle, la compagnie A-tika pour un hip-hop féminin et les Lézards Dorés qui s’aventurent sur le registre de Bach. Le vendredi, c’est la compagnie Dyptik qui nous entraîne Dans l’engrenage. Et comme il n’y a pas de hip-hop sans battle, huit crews s’affronteront

Continuer à lire