Humour : nos huit temps forts de la saison

Panorama de rentrée culturelle 2019/2020 | Avec des têtes d'affiche, des stars sur le retour ou encore des humoristes à découvrir.

La rédaction | Mardi 17 septembre 2019

Didier Super

Si nous n'avons pas vu cette nouvelle livraison de Didier Super intitulée tout de même Didier Super est beaucoup plus marrant que tous ces comiques de merde, on en attend beaucoup comme au PB, nous adorons ce personnage fort en gueule, aussi bien comédien, chanteur que plein d'autres choses, qui propose des spectacles dans lesquels il prend plaisir à mettre le public mal à l'aise pour mieux le faire rire. « Ça y est ! Après avoir été pendant 15 ans l'égérie à l'arôme gauchisant d'un public allant de l'altermondialiste post-ado au retraité bobo sous perfusion intellectuelle de France Inter, Didier s'est enfin mis en marche » nous annonce le programme. OK !

À la Salle noire mercredi 9 et jeudi 10 octobre


Julien Santini

On qualifie de "pince-sans-rire" la façon qu'a Julien Santini de pratiquer l'humour et c'est idiot car, pour le coup, on rit beaucoup à l'écoute des bassesses et envies de grandeur de ce Corse installé à Lyon à l'apparence mi-professorale mi-patraque (d'où l'évocation de Woody Allen) et à l'ego surdimensionné mais pas dénué de tendresse. On rit à l'évocation de ses souvenirs d'un kafkaïen passé de fonctionnaire, à sa course-poursuite folle entre Martine et Bibou le pervers, à son imitation de Christophe Maé chantant le générique de Boumbo… Et, surtout, on apprécie son sens du décalage bienvenu dans un monde de l'humour davantage centré sur la vanne pour la vanne que sur l'installation d'un univers. Ici, l'univers est vraiment là, à la fois drôle, absurde et lunaire.

À la Basse cour du jeudi 7 au samedi 16 novembre


Karim Duval

Le stand-up est un genre artistique qui peut vite tourner en rond tant les codes semblent immuables et les inspirations similaires entre chaque artiste – en gros, les vicissitudes de la vie quotidienne. Alors quelle bonne surprise que ce spectacle de Karim Duval qui, certes, ne révolutionne pas le genre (il se tient devant nous et parle, point), mais aère le cadre en ne sombrant pas dans une simple enfilade de blagues. Lui, ancien golden boy, élève ainsi le niveau en décortiquant cette fameuse génération Y (à la quelle il appartient) bourrée de paradoxes – il est notamment question de fêter son chômage ! On peut appeler ça du stand-up sociologique, et c'est très agréable.

Au Théâtre en rond (Sassenage) jeudi 23 janvier, dans le cadre du festival Aux rires etc


Max Bird

Comme on vient de l'écrire, les spectacles d'humour tournent souvent autour des mêmes thèmes – le sexe, les relations hommes-femmes, les iPhone… Alors quand, avec L'Encyclo-spectacle, un comique vient nous parler de son amour des dinosaures ou encore des effets de l'alcool sur notre corps, on l'écoute avec attention. Et on rit grandement, tant il le fait magistralement (Max Bird est un excellent comédien, façon Jim Carrey) et avec pertinence (on apprend en plus plein de trucs). À (re)découvrir avec plaisir (après deux passages à la Basse Cour en 2016 et 2018).

À l'Heure bleue (Saint-Martin-d'Hères) samedi 25 janvier dans le cadre du festival Aux rires etc


Nora Hamzawi

À la télévision, à la radio, dans les magazines et les librairies : Nora Hamzawi est partout. Elle est aussi et surtout sur scène, et cartonne. Sans tomber dans les clichés des spectacles girly qui peuvent parfois sonner creux, la Cannoise de naissance propose un humour simple et qui s'adresse à tous. Aux jeunes adultes, évidemment, aux jeunes, tout court, aux anxieux comme elle, et à celles et ceux qui s'en moquent. Voilà l'histoire simple d'une grande enfant qui grandit sans doute trop vite à son goût. En bref, Nora Hamzawi, c'est l'histoire d'une fille...

Au Summum samedi 1er février


Noémie de Lattre

Mais que ce Féministe pour homme, seule-en-scène de la comédienne, autrice et humoriste Noémie de Lattre, est une réussite ! Où il est question de tout ce que les femmes ont encore à subir dans notre société patriarcale, que ce soit des injustices criantes (salariales forcément, mais pas que malheureusement), des injonctions (ah, la féminité), des impensés (mais pourquoi le clitoris fait-il autant peur ?)… Un discours fort, engagé et solidement argumenté qui se trouve renforcé par l'approche de Noémie de Lattre qui joue clairement la carte du spectacle humoristique et faussement léger. Vivement février qu'on en parle beaucoup plus longuement avec elle !

Au Coléo (Pontcharra) jeudi 13 février
Au Théâtre en rond (Sassenage) samedi 15 février


Muriel Robin

Avec Et pof, Muriel Robin reprend ses sketchs cultes co-écrits avec Pierre Palmade il y a 30 ans, et c'est une excellente idée, tant la comédienne a marqué le monde de l'humour avec ses véritables petites pièces hilarantes et magistralement interprétées – L'Addition, La Réunion de chantier, Le Salon de coiffure… On ira découvrir ça fin septembre à Paris lors les premières représentations, afin de vous en parler en temps voulu.

Au Summum mardi 18 février


Jérémy Ferrari

Après la religion et la guerre, Jérémy Ferrari s'est trouvé un nouveau cheval de bataille : la santé. L'humoriste qui dézingue à tout-va revient avec un nouveau seul-en-scène (baptisé Anesthésie Générale) très attendu dont la tournée débutera en 2020. Défibrillateur et massage cardiaque de rigueur !

À la Vence scène (Saint-Égrève) jeudi 11 juin
Au Jeu de paume (Vizille) vendredi 12 juin
Au Ciné-Théâtre de la Mure samedi 13 juin

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter