"Langues de feu, lames de fond" : il était une fois la révolution arabe par Christian Ubl

Aurélien Martinez | Mardi 8 octobre 2019

Photo : Jean Barak


« Quand j'ai mis de l'essence, j'ai pensé à Tarek-Mohamed. Est-ce qu'il savait ce qu'il déclencherait ? » Sur scène, une femme broyée par le système économique actuel veut en finir, à l'image de celui qui, en Tunisie fin 2010, a, par son geste, lancé ce que l'on a rétrospectivement appelé le Printemps arabe. « De la révolte intime à la protestation publique, le feu des révolutions arabes s'est propagé, mais l'espoir immense a laissé la place au chaos ; un pays à feu et à sang, alors des milliers d'hommes se jettent à l'eau » comme l'a écrit l'autrice Lucie Depauw dans la note d'intention du spectacle Langues de feu, lames de fond que le chorégraphe Christian Ubl a pensé avec elle et que l'on pourra découvrir jeudi 10 et vendredi 11 octobre à l'Hexagone de Meylan.

Un ensemble composé de « deux poèmes-documentaires chorégraphiques » qui embrassent le présent et ses enjeux avec force – du moins c'est ce qui en est ressorti de la captation que l'on a pu découvrir. Et qui, surtout, offre une nouvelle facette du travail singulier et plastiquement recherché que le chorégraphe franco-autrichien mène depuis une dizaine d'années sur certaines scènes françaises (dont l'Hexagone, qui lui est fidèle).


Langues de feu, lames de fond

Spectacle mêlant danse et texte. Conception et chor. Christian Ubl, texte Lucie Depauw, musiques Igor Stravinsky (Langues de Feu) Fabrice Cattalano (Lames de Fond)
Hexagone 24 rue des Aiguinards Meylan
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Stil" de Christian Ubl : danse viennoise

Danse | Stil, c’est un spectacle de danse construit autour des œuvres de deux artistes majeurs du début du XXe siècle : Gustav Klimt et Egon Schiele, « yin (...)

Aurélien Martinez | Mardi 24 octobre 2017

Stil, c’est un spectacle de danse construit autour des œuvres de deux artistes majeurs du début du XXe siècle : Gustav Klimt et Egon Schiele, « yin et yang de l’âme autrichienne » selon le chorégraphe Christian Ubl à l’origine du projet. « À eux deux, l’aîné et son orfèvrerie, le cadet et sa crudité, ils résument la fameuse Sécession viennoise, ce mouvement pour un art nouveau qui, avant 1914, secoua le cœur de l’Empire et de l’Europe, et leur lourde civilité bourgeoise » explique le Franco-Autrichien en note d'intention. Une ambition artistique qui donne une pièce surprenante centrée, comme les peintures des deux Autrichiens, sur les corps et leur expression parfois extrême – surtout chez Schiele. Les tableaux des deux maîtres se retrouvent alors comme jetés en vrac sur scène (le chorégraphe a cherché à retranscrire certaines postures des personnages), les six danseurs étant littéralement investis dans cette recherche, comme transportés par leur mission – ils sont aidés en ça par les deux musiciens présents à leur côté. En résulte une création baroque (les costumes issus des œuvres de Klimt en sont le meille

Continuer à lire

Le goût du risque avec le Concentré de danses

SCENES | Nouvelle édition pour le Concentré de danses, temps fort impulsé par le Pacifique afin de promouvoir dans l’agglo la danse sous toutes ses formes. Cette année, sept lieux se sont prêtés au jeu. Mais que verra-t-on sur leur scène ? Tentatives de réponses. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 19 janvier 2016

Le goût du risque avec le Concentré de danses

Si, lors d’éditions précédentes, on se dirigeait bien informés vers le Concentré de danses, cette année, on y va à l’aveugle. Certes, quelques noms de chorégraphes ou de danseurs nous parlent plus ou moins, mais niveau spectacles, sur la petite dizaine proposée, on n’en a vu qu’un seul en amont, et en plus en vidéo (on y reviendra). Pas grave nous répondront sans doute les organisateurs (les différents boss des salles concernés, avec en guide spirituel le Pacifique, centre de développement chorégraphique de Grenoble), le but de ces douze jours étant de partir à la découverte de la danse d’aujourd’hui sous toutes ses formes et sans aprioris. Avec, par exemple, une pièce qui « convoque l'intime de toute une génération » dixit son chorégraphe Thomas Lebrun (Trois décennies d’amour cerné, sur le sida ; jeudi 21 au Pacifique), une autre dansée et parlée visiblement pleine d’humour sur « un chorégraphe qui s’est engagé à faire un spectacle et qui ne le fera pas, préférant fuir plutôt que d’assumer ses responsabilités » (En souvenir de l'indien d’Aude Lachaise ; lundi 25 au Pacifique), une autre, qui nous intrigue fortement, sur un marathon

Continuer à lire

We are the world !

SCENES | C'est une drôle de pièce que livrera le chorégraphe franco-autrichien Christian Ubl jeudi 27 et vendredi 28 novembre à l'Hexagone de Meylan. Un cri rageur pour (...)

Aurélien Martinez | Mardi 25 novembre 2014

We are the world !

C'est une drôle de pièce que livrera le chorégraphe franco-autrichien Christian Ubl jeudi 27 et vendredi 28 novembre à l'Hexagone de Meylan. Un cri rageur pour cinq interprètes qui questionne l'idée d'identité européenne : un vaste et ambitieux projet moins didactique qu'il n'y paraît, et surtout porteur d'une énergie étourdissante, notamment du fait de la présence de deux musiciens sur le plateau travaillant le rythme – batterie et sonorités électroniques. Au centre de la scène nue, le corps des danseurs et divers drapeaux qui se confronteront les uns aux autres. Un Skake it out dont on a pu voir les deux premiers tiers cet été au festival d'Avignon, et qui convainc par sa construction en strates et son efficace montée en puissance (avant un final paraît-il assez choc) : ça fait un bien fou, surtout que le chorégraphe fait preuve d'un humour fin bienvenu et trop peu vu en danse contemporaine. Aurélien Martinez

Continuer à lire