"Nous, l'Europe, banquet des peuples" : ensemble, tout redevient possible

Aurélien Martinez | Mardi 7 janvier 2020

Photo : Christophe Raynaud de Lage


« Nous ne coalisons pas des États, nous unissons des hommes », écrivait en 1952 Jean Monnet, fondateur de la Communauté européenne. C'est beau. Sauf que cette aventure humaine, cette utopie progressiste, a du plomb dans l'aile en ce début de XXIe siècle. D'où le spectacle Nous, l'Europe, banquet des peuples que le metteur en scène et compositeur Roland Auzet a dévoilé cet été au Festival d'Avignon, et qui tourne depuis. Un long chant d'après un texte de l'auteur Laurent Gaudé pour défendre l'idée d'une Europe ouverte, inclusive, humaniste... Et une pièce qui prend la forme d'un grand cabaret de 2h30 avec, sur le plateau, tout un tas de monde – des comédiens et comédiennes de diverses nationalités, un grand chœur…

L'ambition est aussi belle que les intentions de Monnet. Alors certes, ça part dans tous les sens (même s'il y a une sorte de fil conducteur chronologique démarrant il y a presque deux siècles), on se noie parfois entre les tableaux (malgré, paradoxalement, le côté didactique de l'aventure), mais en ressort un enthousiasme généreux grâce, notamment, à quelques passages musicaux captivants et un final voulu participatif. C'est déjà ça.

Nous, l'Europe, banquet des peuples
À la MC2 du mardi 14 au jeudi 16 janvier


Nous, l'Europe, banquet des peuples

Texte Laurent Gaudé, conception, musique et ms Roland Auzet
MC2 4 rue Paul Claudel Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Île et lui

SCENES | Roland Auzet, après Tu tiens sur tous les fronts, fait un grand écart comme il les aime (et sait les faire) avec Aucun homme n'est une île. Une fable de (...)

Laetitia Giry | Jeudi 7 février 2013

Île et lui

Roland Auzet, après Tu tiens sur tous les fronts, fait un grand écart comme il les aime (et sait les faire) avec Aucun homme n'est une île. Une fable de Fabrice Melquiot confrontant un personnage de synthèse, Oscar, à un jeune adolescent bien réel, Jacques, incarné par le grand comédien Julien Romelard. Au plateau, c'est un déluge d'artifices technologiques qui s'abat sans que jamais l'humanité des personnages ne passe à la trappe. La pièce s'ouvre majestueusement sur d'immenses yeux se dessinant sur une toile en avant-scène. Oscar se réveille. Commence alors un dialogue d'autant plus animé que lui et Jacques s'entichent d'une même fille, laquelle traverse virtuellement la scène dans une robe rouge éclaboussant un univers sombre et bleuté. Jacques est seul sur son île, ou plutôt son no man's land (ça peut être sa maison, une cour d'école...), enfermé dans son espace mental. Oscar existe-il autrement que dans sa tête ? Ne symbolise-t-il pas le réel coincé dans une matrice ? S'appuyant sur le graphisme et le principe des jeux vidéo que tous les enfants o

Continuer à lire

"Tu tiens sur tous les fronts" : trop c’est trop

SCENES | Porter de la poésie sur un plateau n’est pas un exercice aisé. Si certains s’en sont admirablement sortis, usant de partis pris radicaux (Ode Maritime de (...)

Aurélien Martinez | Mercredi 30 janvier 2013

Porter de la poésie sur un plateau n’est pas un exercice aisé. Si certains s’en sont admirablement sortis, usant de partis pris radicaux (Ode Maritime de Claude Régy en 2010 à la MC2, avec sur scène un seul comédien statique déclamant du Pessoa), ou utilisant la forme cabaret (l’excellent Quand m’embrasseras-tu ? de Claude Bronzoni, sur des textes de Mahmoud Darwich – à voir en mai à la Rampe d’Échirolles), d’autres n’arrivent malheureusement pas à imbriquer les exigences parfois contradictoires du spectacle vivant et de la poésie. C’est le cas du metteur en scène Roland Auzet qui, avec son Tu tiens sur tous les fronts, peine à jouer avec les mots du poète français Christophe Tarkos. Tarkos, c’est une langue riche et déstructurée maniée avec force, dans un souci constant de la porter à son sommet. Une œuvre exigeante, qui demande une écoute attentive et concentrée p

Continuer à lire

De 7 à 77 ans

SCENES | Du jonglage onirique et de la danse énergique : cette semaine, deux propositions pour petits et grands conçues par des artistes passionnants. Pourquoi s’en priver ? AM

François Cau | Jeudi 10 février 2011

De 7 à 77 ans

Josette Baïz est une chorégraphe atypique : ancienne danseuse chez Gallotta (pour la référence locale), elle élabore depuis des spectacles avec son groupe Grenade : une formation née en 1992, et composée de jeunes issus des quartiers d’Aix-en-Provence et Marseille – aujourd’hui, une cinquantaine âgés de 7 à 18 ans. Pour sa nouvelle création, baptisée Oliver Twist, Baïz a fait appel à quinze d’entre eux, les plus jeunes. « Le thème de l’enfance maltraitée est récurrent dans mes pièces. Il m’a semblé intéressant de le recréer avec des danseurs de 8 à 13 ans » écrit la chorégraphe. Le résultat est bluffant niveau technique, les interprètes étant d’une justesse et d’un professionnalisme étonnants pour leur âge. Dans un décor anthracite relativement sobre, ils figurent le roman de Charles Dickens plus qu’ils ne le racontent – parti pris judicieux qui évite l’écueil de la succession de tableaux narratifs comme a pu le faire par exemple Prejlocaj avec sa Blanche-Neige. En découle alors une proposition agréable à suivre, à laquelle néanmoins on peut reprocher certaines longueurs qui amoindrissent l’intensité générale. Plateau musical

Continuer à lire