Rirologie avec le festival Aux rires etc

Humour | Quatrième édition pour le festival Aux rires etc qui se déroulera du dimanche 19 au samedi 25 janvier dans plusieurs salles de l’agglomération grenobloise. Avec, cette année, une programmation assez enthousiasmante.

Aurélien Martinez | Mardi 14 janvier 2020

Photo : Laurent Sigwald


L'humour est un univers à part dans le vaste monde du spectacle vivant. Une discipline qui n'arrive souvent pas à se débarrasser d'une image pas très flatteuse – il serait trop facile, trop populaire voire trop beauf pour une poignée de programmatrices et programmateurs autoproclamés "respectables". Alors que, paradoxalement, le public adore ça – le versant Off du Festival d'Avignon accueille chaque été une foule de comiques (des bons comme de très mauvais !) qui remplissent les salles.

Louons donc le festival Aux rires etc qui, depuis 2017, aime à développer le rire dans les salles qui lui sont dédiées (la Basse cour à Grenoble, le Théâtre en rond à Sassenage) comme dans d'autres plus généralistes – l'Heure bleue à Saint-Martin-d'Hères, l'Espace Paul-Jargot à Crolles, le Déclic à Claix et le Diapason à Saint-Marcellin. Et essaie de balayer large.

« Plus scientifique qu'humoriste »

Cette année, en plus d'un salutaire plateau découvertes, cinq têtes d'affiche (que des hommes) assureront le show. Tout débutera avec l'énergique Jovany, sorte de Jim Carrey made in France qui happe le public dès qu'il déboule sur scène pour raconter son envie, gamin, de faire le clown. Impressionnant niveau jeu !

Suivront, dans l'ordre chronologique, le comique-chanteur Biscotte et ses situations du quotidien (l'amour, les gosses, l'âge, la voiture…) propices à quelques sympathiques refrains comiques ; l'excellent Karim Duval qui, dans Y, ausculte avec mordant cette fameuse génération Y (à laquelle il appartient) bourrée de paradoxes (de l'humour sociologique en somme) ; ou encore Yohann Métay et son fameux one-man-show La Tragédie du dossard 512 sur un homme embarqué presque malgré lui dans un incroyable défi sportif.

Puis tout se terminera avec un ovni scénique lui aussi souvent comparé à Jim Carrey : Max Bird. Un comique-scientifique (il a récemment repris la présentation de la fameuse émission C'est pas sorcier) qui tourne depuis quelques années avec un Encyclo-spectacle sur des « thèmes plus ou moins scientifiques ou historiques comme l'Égypte, la sélection naturelle ou encore les pingouins et les manchots », comme il nous l'expliquait en interview en 2016. Que ça fait du bien de l'humour qui sort des clous, surtout quand c'est fait de la sorte !

Aux rires etc
À Crolles, Claix, Grenoble, Sassenage, Saint-Marcellin et Saint-Martin-d'Hères du dimanche 19 au samedi 25 janvier


Jovany et le dernier saltimbanque

De et avec Jovany
Espace Paul Jargot Rue François Mitterrand Crolles
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Biscotte

One-man-show musical
Le Déclic 11 chemin de Risset Claix
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Carte blanche aux découvertes

Mapie Nalbandian, Karl Decamps, Morgane Cadignan, Julien Ville
La Basse Cour 18 rue Colbert Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Y

Ms et par Karim Duval. Première partie : plateau de quatre découvertes
Théâtre en Rond 6 rue François Gerin Sassenage
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


La Tragédie du dossard 512

Par Yohann Métay. Première partie : plateau de quatre découvertes
Le Diapason 11 rue Jean Rony Saint-Marcellin
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


L'Encyclo-spectacle

Par Max Bird. Première partie : plateau de quatre découvertes
L'Heure Bleue Rue Jean Vilar Saint-Martin-d’Hères
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Karim Duval : rire sociologique

Humour | Le festival Aux rires etc ouvre la scène du Théâtre en rond à l'humoriste, pour une soirée unique jeudi 23 janvier, au Théâtre en rond (Sassenage). Drôle et utile à la fois.

Aurélien Martinez | Mardi 21 janvier 2020

Karim Duval : rire sociologique

« J’ai choisi un titre sobre pour entretenir un suspense de deux minutes ! » En effet, le Y de Karim Duval a de quoi intriguer. Même si très vite dans la salle (voire même avant, si on lit quelques trucs ici et là, comme cet article), on comprend que l’humoriste va nous causer de la fameuse génération Y dont il fait partie – une génération qui, en gros, regroupe celles et ceux nés entre le début des années 1980 (c’est son cas – « je suis un vieil Y ! ») et la fin des années 1990. Avec un tel pitch, Y sort des cases habituelles de l’humour pour s’approcher de la sociologie. Enfin, « de la sociologie de comptoir », comme nous l’a expliqué Karim Duval au téléphone, « même si oui, j’ai vraiment commencé à bosser en écrivant des choses pas drôles ». En résulte du stand-up pour essayer de capter « la quête d’une génération un peu perdue » entre reconversions professionnelles parfois loufoques (comme Karim Duval lui-même, ex-ingénieur devenu guignol professionnel) et « chômage vu comme un CDD de deux ans ». Une vraie bonne surprise, ouverte à tous les publics bien sûr («

Continuer à lire

Humour : nos huit temps forts de la saison

Panorama de rentrée culturelle 2019/2020 | Avec des têtes d'affiche, des stars sur le retour ou encore des humoristes à découvrir.

La rédaction | Mardi 17 septembre 2019

Humour : nos huit temps forts de la saison

Didier Super Si nous n’avons pas vu cette nouvelle livraison de Didier Super intitulée tout de même Didier Super est beaucoup plus marrant que tous ces comiques de merde, on en attend beaucoup comme au PB, nous adorons ce personnage fort en gueule, aussi bien comédien, chanteur que plein d’autres choses, qui propose des spectacles dans lesquels il prend plaisir à mettre le public mal à l’aise pour mieux le faire rire. « Ça y est ! Après avoir été pendant 15 ans l’égérie à l’arôme gauchisant d’un public allant de l’altermondialiste post-ado au retraité bobo sous perfusion intellectuelle de France Inter, Didier s’est enfin mis en marche » nous annonce le programme. OK ! À la Salle noire mercredi 9 et jeudi 10 octobre Julien Santini On qualifie de "pince-sans-rire" la façon qu’a Julien Santini de pratiquer l'humour et c'est idiot car, pour le coup, on rit beaucoup à l'écoute des bassesses et envies de grandeur de ce Corse installé à Lyon à l'apparence mi-professorale mi-patraque (

Continuer à lire

Fugue en rire au festival Aux rires etc

Humour | Avec le festival Aux rires etc, TéléGrenoble et l’agence De la lumière dans la boîte nous proposent pendant une semaine un condensé d'humour à voir à Grenoble et au-delà. On fait le point sur cette troisième édition avec Charline Chéchirlian, co-directrice de l’événement.

Alice Colmart | Lundi 14 janvier 2019

Fugue en rire au festival Aux rires etc

En avant pour la troisième édition d’Aux rires etc, dont le nom a pour ambition de sonner comme « un hymne » et dont l’envie est de « rassembler tout le monde autour du rire » nous explique Charline Chéchirlian qui organise l’événement avec notamment Éric Ghenassia, ancien directeur de la Bobine. Né du constat qu’« il n'y avait pas de festival d’humour en Isère », la manifestation a pris le parti de se déployer à Grenoble (la Basse cour), dans l’agglo (le Théâtre en rond de Sassenage, l’Heure bleue de Saint-Martin-d’Hères, le Déclic de Claix) et au-delà (l’Espace Paul-Jargot de Crolles, le Diapason de Saint-Marcellin). « On voulait dans un premier temps avoir un maillage de salle sur l’agglo et puis, l’ambition étant d’aller sur l’Isère, on a voulu s’associer à des salles plus éloignées. Le but était que la répartition sur le territoire soit homogène. Par la suite, on pense même potentiellement conquérir le Trièves. » « Mettre en avant différentes formes d’humour » Six soirs durant, une multitude d'artistes se su

Continuer à lire

Le festival Aux Rires Etc sera de retour en janvier

Humour | Fort de son succès rencontré l’an passé lors de la première édition (c’est les organisateurs que sont De la lumière dans la boîte et TéléGrenoble qui le disent), le (...)

Aurélien Martinez | Mardi 21 novembre 2017

Le festival Aux Rires Etc sera de retour en janvier

Fort de son succès rencontré l’an passé lors de la première édition (c’est les organisateurs que sont De la lumière dans la boîte et TéléGrenoble qui le disent), le festival d'humour reviendra à Grenoble (la Basse cour), dans l’agglo (le Théâtre en rond de Sassenage, l’Heure bleue de Saint-Martin-d’Hères, le Déclic de Claix) et au-delà (l’Espace Paul Jargot de Crolles, le Diapason de Saint-Marcellin) du 21 au 27 janvier 2018. Avec des découvertes, des talents confirmés et une star : Pierre-Emmanuel Barré (qui, au passage, affiche quasiment complet, donc faites vite si vous aimez l’humour noir). On en reparle en temps voulu.

Continuer à lire

Festival Aux rires etc : « Venez vous marrer avec nous »

Humour | 3 questions à l’équipe du festival prévu à Grenoble et dans l'agglo (Claix, Sassenage, Saint-Martin-d'Hères et Crolles) du mercredi 25 au dimanche 29 janvier.

Charline Corubolo | Mardi 24 janvier 2017

Festival Aux rires etc : « Venez vous marrer avec nous »

C’est la première édition du festival Aux rires etc, organisé par De la lumière dans la boîte et TéléGrenoble. Pourquoi un festival d’humour dans la région ? Est-ce pour combler un vide ? Charline Chechirlian (De la lumière dans la boîte) : L’idée est de mettre un coup de projecteur sur l’humour et de le développer. Le message c’est vraiment : venez vous marrer avec nous ! On pense qu’il y a la place sur le territoire pour un événement comme celui-là. On voulait amener l’humour dans des lieux où il n’est pas forcément pour sensibiliser de nouveaux publics, même si le festival va aussi se dérouler dans des salles qui ont l’habitude de cette forme, comme la Basse cour. Comment a été pensée la programmation ? Gregory Delelo (programmateur) : Le pari, c’était que sur cinq jours, on arrive à avoir cinq spectacles complètement différents : humour noir, humour politique, comédie de boulevard, humour vocal et humour visuel. C’est très varié, on ne voulait pas avoir de spectacles qui se ressemblent. Il y a aussi un plateau jeunes talents en

Continuer à lire

Étudiants, au spectacle !

Numéro étudiant | « En trouvant super naze de mettre les gens dans des cases » chantait Vincent Delerm dans son morceau "Catégorie Bukowski". Ouais, on a des références au PB. Et on n’obéit pas forcément au chanteur en livrant une sélection on ne peut plus subjective de spectacles à voir selon le cursus suivi par vous autres étudiants. Sachant que tout le monde est libre de sortir des cases !

Aurélien Martinez | Jeudi 6 octobre 2016

Étudiants, au spectacle !

Pour les étudiants en sciences Max Bird On en a déjà parlé précédemment, on en remet une couche : l’humoriste Max Bird, qui « pense être, dans l’âme, plus un scientifique qu’un humoriste », est excellent dans son Encyclo-spectacle. Excellent et également passionnant quand il parle des dinosaures ou encore des effets de l’alcool sur le corps humain. De l’humour intelligent donc, avec en plus la possibilité pour les chercheurs en herbe de causer avec l’artiste après la représentation – enfin, on s’engage peut-être un peu trop, mais c’est souvent ce qui se fait à la Basse cour. À la Basse cour du jeudi 6 au samedi 8 octobre _______ Pour les étudiants en économie Celui qui tombe Adam Smith et consorts, c’est sympa mais bon, l’histoire de la manufacture d’

Continuer à lire

Max Bird : « Je suis plus scientifique qu’humoriste »

Humour | Un comique qui, sur scène, fait rire en parlant des dinosaures, de la mythologie égyptienne ou encore de la science, ça existe ? Oui, et c’est passionnant en plus d’être très drôle. Rencontre avec le jeune humoriste de 26 ans Max Bird, qui s’installe pendant deux semaines à la Basse cour avec son original "Encyclo-spectacle".

Aurélien Martinez | Lundi 26 septembre 2016

Max Bird : « Je suis plus scientifique qu’humoriste »

Comment arrive-t-on à imaginer un spectacle construit autour de sujets aussi peu communs pour un humoriste ? Max Bird : J’ai toujours su que, sur scène, je voulais faire une sorte de vulgarisation scientifique, avec humour ; que je voulais parler de thèmes plus ou moins scientifiques ou historiques comme l’Égypte, la sélection naturelle ou encore les pingouins et les manchots. Mais je n’osais pas le faire vraiment de peur que ça ne soit pas assez fédérateur. Si tous les humoristes font des sketchs sur l’observation du quotidien, ce n’est pas pour rien, c’est parce que les gens aiment bien se sentir concernés, qu’on leur parle d’eux… Et pourquoi, finalement, avoir sauté le pas ? C’est grâce aux festivals d’humour que j’ai beaucoup faits, dans lesquels on est en compétition avec d’autres artistes. J’étais là avec mes sketchs entre guillemets lambdas qui n’étaient pas très différents de tous ceux que l’on pouvait voir dans les autres one-man-shows, face à des humoristes extrêmement solides : j’étais ridicule ! Mes petits trucs sur le métro ou autres marchaient bien pour faire rire les copains, mais qua

Continuer à lire

Panorama de rentrée : quoi de neuf cette saison ?

Saison 2016 / 2017 | De nouvelles têtes, des changements, un drôle de projet...

Aurélien Martinez | Mardi 13 septembre 2016

Panorama de rentrée : quoi de neuf cette saison ?

Des changements côté salles... De la danse en rassemblement à la MC2 Depuis le début d’année, le Centre chorégraphique national de Grenoble est dirigé par Yoann Bourgeois et Rachid Ouramdane (photo), qui ont ainsi pris la suite de l’emblématique Jean-Claude Gallotta. Un CCNG deuxième génération qui proposera cette saison deux événements atypiques à la MC2, un fin décembre et un autre fin mai : Le Grand Rassemblement. Des temps forts autour de la danse (mais pas que) qui sont en train d’être dessinés, et qui donnent très envie au vu des infos que l’on a pu glaner ici et là – pas mal d’invités, des spectacles phares… Deux nouvelles têtes Deux équipements culturels de l’agglo ont récemment changé de direction. À la Faïencerie de La Tronche, Céline Sabatier, venue du Coléo de Pontcharra, a remplacé Élisabeth Mathieu partie à la retraite. Au Pa

Continuer à lire

Humour : nos quatre temps forts de la saison

Saison 2016 / 2017 | Une sélection à base de têtes d'affiche et de (plus ou moins) découvertes.

Aurélien Martinez | Mardi 13 septembre 2016

Humour : nos quatre temps forts de la saison

Max Bird Les spectacles d’humour tournent souvent autour des mêmes thèmes – le sexe, les relations hommes-femmes, les iPhone… Alors quand un comique vient avec son Encyclo-spectacle nous parler de son amour des dinosaures ou encore des effets de l’alcool sur notre corps, on l’écoute avec attention. Et on rit grandement, tant il le fait magistralement (Max Bird est un excellent comédien, façon Jim Carrey) et avec pertinence (on apprend en plus plein de trucs). À la Basse cour du jeudi 29 septembre au samedi 8 octobre Valérie Lemercier Celle qui aime tant camper les grandes bourgeoises est de retour sur scène sept ans après son dernier one-woman-show. Un nouveau spectacle dans lequel on croisera visiblement certains de ses personnages fétiches – la grande bourgeoise bien sûr ou encore la coach en diététique. Car la polyvalente Lemercier, tour à tour comédienne, réalisatrice, humoriste voire chanteuse, a un talent certain pour croquer ses semblables ; et surtout pour livrer des textes intellige

Continuer à lire

Le rêveur Duval

SCENES | Karim Duval a fait un rêve. Le rêve que, un jour, migrants et "Français de souche" communient dans la bonne humeur aux tourments des déracinés. Il a alors (...)

Benjamin Mialot | Mardi 3 novembre 2015

Le rêveur Duval

Karim Duval a fait un rêve. Le rêve que, un jour, migrants et "Français de souche" communient dans la bonne humeur aux tourments des déracinés. Il a alors abandonné son poste d'ingénieur pour, adossé à un arbre généalogique plus ramifié qu'un Dragonnier de Socotra (sa mère est sino-tahitienne, son père franco-berbère), poursuivre avec un acharnement qui force le respect la carrière d'«humoriste de bout de table» entrevue dans son enfance. Pour autant, Duval n'est pas un de ces stand-uppers communautaires interchangeables comme les comedy clubs parisiens en usinent à la douzaine. Au contraire : chez ce Lyonnais d'adoption, la question des origines, bien qu'abordée dans le respect de la plupart des canons du genre (imitation d'accents, répertoriage de particularismes, sous-texte réconciliateur) ne se résout pas via un humour de repli (mal) camouflé en autocritique, mais avec un sens du récit, une rigueur d'écriture et un souci d'équilibre entre bienveillance et mordant tels qu'ils paraissent inscrits dans son ADN. Des qualités à l’œuvre sur Melting pot', premier one-man-show où, de sketchs noirs (la multinationale de vente de roses à la sauvet

Continuer à lire