Hélène Gratet : « J'ai cru que mon coeur allait exploser ! »

Théâtre | La comédienne Hélène Gratet nous raconte comment elle a vécu la période du confinement et, surtout, comment elle a apprécié recommencer faire du théâtre.

Aurélien Martinez | Mardi 9 juin 2020

Photo : (c) JP Angei


Confinement. Au début, j'ai vécu le confinement bizarrement. Je n'étais ni dans l'enthousiasme de ceux qui clamaient que ça allait être une période idéale pour prendre du temps – encore aurait-il fallu avoir la liberté de choisir –, ni dans le catastrophisme. Après, bien sûr, j'ai été très affectée par l'annulation des spectacles que je devais jouer, comme Chansons d'écrivains à la MC2 ou encore L'Important c'est La Tempête de Thomas Bernhard [mis en scène par Dominique Léandri et créé l'automne dernier à la MC2 – NDLR] dont la tournée devait se poursuivre. Il y avait aussi le festival Regards croisés [dédié au théâtre contemporain via des lectures – NDLR] prévu en mai et auquel j'aurais dû participer. Et j'ai également pas mal d'activités d'enseignement théâtral qui se sont arrêtées. Ça fait beaucoup. Surtout que tous ces temps sont normalement des moments de joie pour une comédienne, il a fallu que je fasse sans. Mais bon, j'ai profité de cette pause pour lire ou relire plein de choses, et même regarder du théâtre filmé, moi qui suis habituellement contre !

Déconfinement. Là, ces derniers jours, ça a enfin un peu repris – avec le respect des gestes barrières, à quatre mètres les uns des autres ! On a par exemple pu se revoir avec l'équipe de Western, le prochain spectacle de Serge Papagalli qui sera joué en octobre à la MC2 pour les 50 ans de carrière de Serge. J'étais dans un état d'excitation et de joie que j'avais assez peu connu, ce qui m'a fait mesurer la privation énorme provoquée par le confinement ! J'étais tellement heureuse que j'ai cru que mon cœur allait exploser !

L'après. J'ai peur que cette histoire de distanciation sociale – une expression horrible au passage – change vraiment notre vision des rapports physiques. Franchement, je ne me projette pas trop dans un monde avec des masques et tout ça… De toute façon, j'ai l'impression que le théâtre sera plus fort puisqu'il implique la présence, l'absence de distanciation physique. Du moins j'espère qu'il sera plus fort…

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La Ville sort le Tricycle du Théâtre 145 et du Poche

ACTUS | Depuis quatre ans, le Théâtre 145 et le Théâtre de poche sont gérés par un collectif d’artistes (baptisé Tricycle) dont le cœur du projet est la création théâtrale contemporaine locale. Une aventure qui pourrait s’arrêter à la fin de la saison, la Ville de Grenoble ayant décidé de reprendre en régie directe ces deux lieux lui appartenant, pour les inscrire dans un ensemble plus vaste. On fait le point. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Lundi 12 octobre 2015

La Ville sort le Tricycle du Théâtre 145 et du Poche

Ces derniers mois, on entendait pas mal de bruits sur l’avenir incertain du Tricycle, ce collectif d’artistes gérant depuis 2011 le Théâtre 145 et le Théâtre de poche dans le but « d’encourager la création de spectacles à travers des résidences d’artistes ». Est-ce que l’équipe Piolle voulait poursuivre ce projet lancé par l’équipe Destot, projet que l’adjointe aux cultures Corinne Bernard avait même loué dans nos colonnes en arrivant aux affaires – « Il y a 88 compagnies de spectacle vivant à Grenoble, et une dizaine de lieux. Doit-on continuer à donner les clés à un seul artiste ? Sur cette question, l’expérimentation du Tricycle est tellement bonne qu’il faut peut-être continuer comme ça. » Ça c’était en septembre 2014. Depuis, le collectif a eu peu de contacts avec la nouvelle municipalité malgré leurs nombreuses demandes. La dernière présentation de saison s’est dér

Continuer à lire

Les bâtisseurs d'avenir

SCENES | Alors que sera lancée jeudi soir la quatrième saison du Tricycle, on s’est une fois de plus penchés sur ce projet audacieux qui demande néanmoins toujours d’être expliqué. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 16 septembre 2014

Les bâtisseurs d'avenir

« Trois ans déjà » comme l’écrit Gilles Arbona, l’un des artistes à la tête du collectif Tricycle, dans l’édito de la nouvelle plaquette. Trois ans pendant lesquels l’idée d’un théâtre (ou plutôt de deux – le 145 et le Poche) dédié à la création théâtrale s’est affinée. Depuis, l’équipe aux commandes s’est dotée d’un projet spécifiant ses missions – il est disponible en fin de plaquette. Hélène Gratet, autre membre du collectif (aux côtés de figures grenobloises variées comme Serge Papagalli, Grégory Faive, Bernard Falconnet...) nous le résume : « On est partis des trois premières années d’expérience. On a commencé à le mettre en place cette saison, autour de trois axes forts : l’expérimentation, les écritures contemporaines et la pluralité des esthétiques. » Avec toujours un principe : faire de la création en aidant les artistes qui, sans l’aide du Tricycle, ne pourraient pas montrer leur travail – d’où l’absence de grosses têtes d’affiche, même locales, dans la programmation. Pour info, le collectif

Continuer à lire