Regards sur l'Afrique

Théâtre | Après une première en petit comité, mais réussie, au Théâtre Prémol, la compagnie des Inachevés propose plusieurs rendez-vous autour de la littérature africaine à Grenoble et dans les environs. On a échangé quelques mots avec Moïse Touré, metteur en scène.

Martin de Kerimel | Samedi 10 juillet 2021

Il y a les signatures les plus illustres : Léopold Senghor, Ahmadou Kourouma ou Amadou Hampâté Bâ. Hommes et femmes, d'autres les côtoient, de toutes les générations d'auteurs africains. Le spectacle que propose actuellement la compagnie grenobloise des Inachevés est un vrai régal pour les curieux de littérature. Sur scène, le dispositif est minimaliste : pas de décors, des comédiens assis, un danseur qui se lève parfois pour accompagner le texte et, pour le bonheur des mélomanes, un griot qui joue d'un instrument à cordes traditionnel.

Traversée – c'est le nom de cette belle heure de théâtre dansé et musical – place sur le devant de la scène un continent que l'on laisse encore trop souvent de côté. Existe-t-il vraiment ? Dès les premiers instants, l'interrogation est lancée au public, qui s'en saisira peut-être. « C'est une bonne question, juge Moïse Touré, metteur en scène. Le mot Afrique lui-même ne vient pas des Africains. Il ne faut pas avoir peur de dire que nous avons été désignés. D'où la question de savoir qui je suis et comment je me désigne moi-même. L'Afrique, ce sont des cultures, des régions, des histoires, des langues différentes. Cette diversité fait qu'il n'y a pas une Afrique, mais des Afriques. Pour ma part, je ne peux apporter qu'une réponse poétique. »

« Réactualiser nos connaissances »

Le moins que l'on puisse écrire, à présent, c'est que c'est réussi. Sa grande sobriété technique n'empêche pas Traversée d'être un spectacle envoûtant, dont on ne ressort qu'à regret, tant le souhait d'en entendre davantage nous saisit une fois le rideau retombé. Moïse Touré en parle volontiers comme de la résultante de son envie de transmission : « Ce spectacle est une manière de réactualiser nos connaissances sur l'Afrique. Il y a les anciens, bien sûr, mais, de tous temps, les Africains ont écrit. Quelles que soient les générations. Je trouve cela important : ce qui s'écrit aujourd'hui doit être entendu. Traversée est une façon de montrer la vivacité intellectuelle et imaginaire du continent. » Surprise : les textes eux-mêmes s'éloignent parfois de l'Afrique. L'un de ceux que nous avons entendus a pour auteur un certain Michel, originaire du Burkina Faso, et parle… de la Syrie ! Preuve s'il en fallait que les artistes d'Afrique sont connectés au monde entier. « Il y a d'autres façons de parler de l'Afrique que celle des journaux. Nous proposons au public de prendre de nos nouvelles autrement. »

« La vie continue »

Autre particularité du spectacle : il associe plusieurs langues au français. On entend ainsi du bambara, la langue du Mali, de la Guinée et de la Côte d'Ivoire, du dioula, une forme populaire, du mossi, parlé au Burkina Faso, du wolof sénégalais, du peul utilisé par les nomades… et ce n'est pas si surprenant. « Nous avons commencé à créer ce travail à Bodo-Dioulasso et à Ouagadougou, les deux grandes villes du Burkina Faso, raconte Moïse Touré. Certaines personnes là-bas ne comprennent pas le français. Notre idée était de faire une proposition poétique où, quelle que soit leur langue, les gens pourraient se retrouver aussi. Certaines rencontres ont été violentes, avec notamment la colonisation, mais la vie continue. Ce genre de travail permet de se rendre compte qu'il n'est pas possible d'être manichéen. »

Le metteur en scène – qui est né et a commencé le théâtre dans le quartier de la Villeneuve, à Grenoble – témoigne de sa conviction qu'un comédien qui s'exprime dans sa langue joue différemment et met une impulsion particulière à son texte. Il propose à des auteurs africains de traduire les textes de leurs homologues européens. Traversée démontre que la beauté naît ainsi d'improbables rencontres. Dans sa logique même, il est donc aussi, bien sûr, question de fraternité.

Traversée. Au Pot au Noir (Rivoiranche) samedi 10 juillet, à 18h30. Au Théâtre Sainte-Marie-d'en-Bas mardi 13, à 20h. Au Musée dauphinois vendredi 16, à 20h. Au Festival Textes en l'Air (Saint-Antoine-l'Abbaye) mercredi 21, à 16h30.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les films de la quinzaine : La Voix d'Aïda, La Traversée, Tout s'est bien passé...

Théma | Pile, la vie qui continue, l’espoir… Face, le néant. Entre les deux, l’exil, la maladie ou le combat, pour abolir le désastre ou précipiter la fin. Refuser de basculer de l’autre côté ou y courir, telle est la question…

Vincent Raymond | Mardi 21 septembre 2021

Les films de la quinzaine : La Voix d'Aïda, La Traversée, Tout s'est bien passé...

Sur le fil, jusqu’au bout : au printemps dernier, La Voix d'Aïda de Jasmila Žbanić (22/09) aurait pu valoir à la Bosnie-Herzégovine son deuxième Oscar du film international. Voire aurait dû pour sa prescience. Car s’il évoque le passé — en se déroulant durant la chute de Srebrenica en 1995, quand l’ONU laisse la ville aux mains de Mladic —, il trouve un stupéfiant écho dramatique avec l’actualité afghane. On y suit la course folle d’Aïda, interprète pour les Casques Bleus, tentant d’exfiltrer son mari et ses fils alors que la milice se rapproche. Ce film glace les sangs par son tragique (et hélas historique) suspense, transmettant l’étouffement progressif saisissant Aïda. Respectueux des victimes, il rappelle la réalité des épurations ethniques comme la fragilité de la paix. Sur une thématique voisine mais dans un traitement fort différent, La Traversée de Florence Miailhe (29/09) relate sous forme de conte atempore

Continuer à lire

Tokyo spleen pour Sofia Coppola

ECRANS | À la sortie de Lost in translation, Sofia Coppola n’était encore que la fille de son père et la réalisatrice d’un premier long prometteur, Virgin Suicides. (...)

Christophe Chabert | Mardi 20 janvier 2015

Tokyo spleen pour Sofia Coppola

À la sortie de Lost in translation, Sofia Coppola n’était encore que la fille de son père et la réalisatrice d’un premier long prometteur, Virgin Suicides. Tout va changer ensuite, au point de faire naître, comme c’est souvent le cas, des préjugés difficiles à décoller sur son cinéma qui, de Marie-Antoinette à The Bling ring, ne cessera de décevoir ses admirateurs. Raison de plus pour retourner aux sources du malentendu et ce grâce à une nouvelle séance des "Traversées urbaines" de la Cinémathèque. Dans Lost in translation, Coppola suit les pas de Bob, comédien américain en pleine dépression, venu à Tokyo tourner une pub pour un whisky. Ce comédien, c’est Bill Murray, qui grâce à ce rôle passera du statut d’acteur comique culte à celui d’égérie de la vague hipster du cinéma américain. En plein "jet lag" et paumé dans une ville dont il ne comprend ni la langue, ni les codes, Bob rencontre la jeune Charlotte qui, en attendant que son photographe de mari ne rentre à son hôtel, traîne son spleen et son ennui. Ensemble, ils

Continuer à lire

"Maine Océan", l’odyssée vendéenne de Jacques Rozier

ECRANS | En ouverture de ses Traversées urbaines, la Cinémathèque présente le génial "Maine Océan". Où comment le plus secret des cinéastes français, Jacques Rozier, transformait les tribulations de deux contrôleurs SNCF en parcours burlesque. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 30 septembre 2014

« Schtong à la gare », « Toute la smala ! » ou la chanson Le Roi de la Samba… Tous ceux qui, depuis sa sortie il y a presque trente ans, ont vu Maine Océan se souviennent de ces répliques et séquences ô combien cultes, véritables mots de passe pour cinéphiles amateurs d’objets insituables. Jacques Rozier, son réalisateur, est lui-même une sorte de mystère. Depuis ses débuts, en pleine Nouvelle Vague, il n’a tourné qu’une poignée de films, tous irréductiblement singuliers, que ce soit son opera prima Adieu Philippines, le délirant Les Naufragés de l’île de la tortue (avec Pierre Richard et Claude Rich !) ou encore le séminal Du côté d’Orouet, croisement improbable entre Pascal Thomas et Éric Rohmer. Mais de tous, Maine Océan s’impose comme le plus abouti, le plus drôle et, surtout, le plus imprévisible. Hors de contrôle(urs) Tout commence lorsque deux conducteurs de la SNCF (Luis Rego et Bernard Ménez, dans son plus grand rôle) tentent de faire comprendre à une jolie passagère brésilienne qu’elle n’a pas composté son billet. À la barrière linguistique s’ajoute l’intervention d’une avocate ta

Continuer à lire

La Cinémathèque prend un nouvel envol

ECRANS | En juillet, à l’orée du Festival du court métrage en plein air, la Cinémathèque avait inauguré ses nouveaux locaux et présenté les grandes lignes de son action à venir. (...)

Christophe Chabert | Mardi 23 septembre 2014

La Cinémathèque prend un nouvel envol

En juillet, à l’orée du Festival du court métrage en plein air, la Cinémathèque avait inauguré ses nouveaux locaux et présenté les grandes lignes de son action à venir. Désormais dotée d’une petite salle où, à partir de janvier 2015, les films de ses collections seront en consultation libre (d’ici là, cela sera possible pour les étudiants et chercheurs sur rendez-vous), la Cinémathèque fait sa rentrée avec un très beau programme de films à découvrir salle Juliet Berto pour le semestre à venir. Les thématiques sont audacieuses : celle qui ouvre le bal, baptisée "Génération 58-68", propose de mettre en lumière des cinéastes qui, sans avoir participé au mouvement, sont apparus dans le cinéma français au moment de l’explosion de la Nouvelle Vague : Jean-Pierre Mocky, Robert Enrico, José Bénazeraf, Michel Drach, Jean-Daniel Pollet… Auteurs ou artisans, ils défient les étiquettes et s’imposent tous par la liberté de leur cinéma, sur la forme comme sur le fond. Puis la Cinémathèque participera à sa façon aux commémorations de la Grande Guerre avant de s’attaquer à une m

Continuer à lire

Mains basses sur la ville

ECRANS | Cette semaine, la Cinémathèque inaugure son cycle de projections regroupées sous le thème des Traversées Urbaines. Zoom sur le projet et nos films de prédilection. FC

François Cau | Lundi 27 septembre 2010

Mains basses sur la ville

Les observateurs les plus attentifs reconnaîtront là une initiative caractéristique de l’orientation qu’est en train de prendre la Cinémathèque grenobloise sous l’impulsion de son directeur Guillaume Poulet et du président de l’association Nicolas Tixier. Ce dernier rebondit jusqu’à s’envoler sur son passif dans l’architecture en imaginant une série de rencontres autour de l’urbanisme au cinéma. Chaque projection étant assortie de discussions avec des intervenants cinéphiles ou plus spécialisés sur les questions d’archi, le tout en partenariat avec moult structures affiliées. Soit une façon d’exploiter pertinemment le fonds de la Cinémathèque (pour les plus obsédés par le pragmatisme), d’explorer un thème à travers ses traitements cinématographiques (pour les autres). Le cycle démarre donc ce lundi 4 octobre à 19h30 avec le classique L’Aurore de Murnau, film muet accompagné pour l’occasion au piano par Jean-Michel Gonzales. Pour causer de l’impact des métropoles sur les psychés du jeune 20e siècle, la parole sera donnée au philosophe Philippe Simay. The Town(s) Le lundi 18 octobre, la soirée tournera autour de notre film chouchou de la sélectio

Continuer à lire