Olivia Moore : moi, moi, mon toit

Aurélien Martinez | Mardi 7 septembre 2021

Photo : DR


Mère indigne, maintenant Égoïste : l'humoriste Olivia Moore (qui, pour la petite histoire, vient du monde de l'entreprise mais a tout envoyé balader il y a une dizaine d'années pour tenter l'aventure de la scène) aime les titres de spectacle qui ne la mettent pas en valeur. Ce qui, paradoxalement, lui donne de la valeur dans le vaste paysage de l'humour !

« Tout le monde cherche le Grand Amour. Je l'ai trouvé, c'est moi » raconte-t-elle dans Égoïste, seule-en-scène certes conventionnel dans son sujet (en gros, la vie quotidienne et tous ses aléas qui peuvent prêter à rire – les rencontres amoureuses, la famille, le rapport à notre physique...), mais qu'elle aborde avec un sens de l'écriture (il y a plein de remarques bien senties) et un sens du rythme (on ne s'ennuie pas) efficaces et appréciables. Notamment lorsqu'elle, mère célibataire, évoque son retour sur le marché de la drague (marché qui a bien changé) ou lorsqu'elle n'arrive pas à être aussi bienveillante que la société le demande. Dur boulot que de ne pas être égoïste !

Égoïste
Au Théâtre en rond (Sassenage) vendredi 17 septembre à 20h30


Égoïste par Olivia Moore

Un spectacle sur l’amour de soi… et des autres éventuellement…
Théâtre en Rond 6 rue François Gerin Sassenage
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le Géant égoïste

ECRANS | Deuxième film de Clio Barnard, cette puissante fable sociale sur deux gamins qui récupèrent des câbles électriques pour un ferrailleur peu scrupuleux s’inscrit dans la lignée du réalisme social anglais, de Loach à Andrea Arnold, qu’il métamorphose avec audace en western contemporain. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 11 décembre 2013

Le Géant égoïste

Dans le far west américain, les hors-la-loi attaquaient les trains pour en dérober les objets de valeur. Dans l’Angleterre d’aujourd’hui, les richesses sont planquées au fond des coffres des nantis, et l’or n’est plus dans les wagons mais autour, sur les lignes de chemins de fer où l’on trouve des câbles électriques et du cuivre, risqués à voler mais faciles à revendre. Un business comme un autre pour Arbor et Swifty, deux gamins en rupture complète avec la société – école et famille dans le même sac de nœuds – qui trouvent dans un ferrailleur pas très net leur mentor et leur patron. Car ce Kitten organise des courses de chevaux clandestines la nuit sur le périphérique ; comme Swifty sait s’y prendre avec les bourrins, il devient son protégé, pendant que le tempétueux Arbor redouble d’énergie pour satisfaire son employeur. Amitié électrique L’enfant redevenu sauvage à force de vivre dans la précarité, les petites maffias du quotidien, la déréliction sociale ; on connaît cela désormais par cœur, c’est l’horizon du réalisme anglais. Loach en a posé les bases, qu’Andrea Arnold a stylisées ensuite dans son formidable

Continuer à lire