Jérôme Villeneuve est le nouveau directeur de l'Hexagone

Nomination | Le président de l'association Arcan prend la tête de la scène nationale de Meylan.

Valentine Autruffe | Lundi 11 octobre 2021

Photo : (c) Pierre Jayet


La scène nationale de Meylan connaît officiellement le nom de son nouveau directeur : il s'agit de Jérôme Villeneuve, 34 ans et président de l'association Arcan (Association ressource pour la création artistique numérique), qui organise plusieurs événements autour des arts, de la science et du numérique, comme Negotium ou DN[A]. Titulaire d'un doctorat en "Ingénierie de la Cognition, de l’Interaction, de l’Apprentissage et de la Création", il est également chercheur au sein de la cellule "Arts Numériques et Immersions Sensorielles", construite avec le Ministère de la Culture, le CNRS, l’Université Grenoble Alpes et installée au laboratoire GIPSA. Le profil de Jérôme Villeneuve, très orienté art et sciences, a logiquement été retenu pour l'Hexagone, dont un pan important de la programmation est tourné vers cette dualité : le théâtre organise notamment la biennale Experimenta, et travaille en lien étroit avec le CEA. Le successeur d'Antoine Conjard prendra ses fonctions le 15 novembre.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Culture solidaire à l’Hexagone

Association | Afin de permettre aux plus démunis de se rendre au spectacle, l’Hexagone fait appel à l’association Cultures du cœur pour distribuer gratuitement des billets solidaires au sein de différentes structures sociales.

Hugo Verit | Mardi 5 octobre 2021

Culture solidaire à l’Hexagone

Après une ultime improvisation bien chaloupée de Jowee Omicil et son groupe, la salle de l’Hexagone, ardente et conquise, se vide tranquillement… Mais pas dans son intégralité. Quelques spectateurs restent assis car ils ont droit à un petit plus, une rencontre de quinze minutes avec la star du soir. « Est-ce que l’ordre des morceaux est défini à l’avance ? », demande l’un d’entre eux lorsque Jowee les a rejoints au milieu des fauteuils rouges. « Excellente question ! Tout ce que vous avez vu est improvisé selon l’énergie que vous m’avez donnée. C’est vous qui avez fait le spectacle ce soir », répond le saxophoniste, très flatteur à l’américaine. Si ces personnes ont la possibilité, ce soir-là, d’échanger avec le musicien, c’est qu’elles ont bénéficié d’un billet solidaire, financé grâce aux dons (de 3, 6, 9 ou 18€) de certains spectateurs de l’Hexagone, sur le principe des cafés suspendus. « Cela fait trois saisons que nous avons mis en place ce dispositif. Normalement, on édite cinq à dix places par soirée mais à cause du Covid, on s’est retrouvé avec 50 billets solidaires qu’on a donc proposés intégralement pour ce concert. C’est l’occasion de c

Continuer à lire

Avec "Negotium", le numérique se donne en spectacle

Événement | Après une première édition réussie en 2020, la soirée "Negotium", consacrée à l’art numérique dans le spectacle vivant, investit à nouveau le Marché d’intérêt national ce samedi 28 août avec, notamment, une tête d’affiche européenne de la discipline : Robert Henke.

Hugo Verit | Mardi 24 août 2021

Avec

Une nuit entière (huit heures de programmation !) dédiée à la création numérique dans le spectacle vivant, sous les voûtes alvéolées du gigantesque Marché d’intérêt national (MIN)… On ne va pas tergiverser : la soirée Negotium, organisée par l’insatiable collectif ARCAN (Association ressource pour la création artistique numérique) s’annonce comme l’un des événements les plus excitants de cette fin d’été. Mêlant le plus souvent musique et image – et quelques incursions théâtrales et chorégraphiques dans une moindre mesure –, cette seconde édition voit plus grand, plus fort, plus vertigineux que la première avec, notamment, la venue d’une star allemande de l’art numérique : un certain Robert Henke que l’équipe d’ARCAN n’a pas eu trop de mal à convaincre. « Dès qu’il a vu le lieu, son architecture, il l’a tout de suite intégré comme un terrain de jeu et a décidé d’adapter sa création. En fait, la programmation de Negotium, c’est aussi une grande part d’improvisation », se réjouit Jérôme Villeneuve, président de l’association. Pour tous les publics

Continuer à lire

DN[A], un festival pour « décloisonner l’art numérique » (et le présenter dans l’espace public)

CONNAITRE | Après l’annulation de la dernière édition pour cause de Covid, le festival d’art numérique DN[A] revient fin mai et s’installe dans le quartier Saint-Laurent pendant deux jours.

Hugo Verit | Mercredi 19 mai 2021

DN[A], un festival pour « décloisonner l’art numérique » (et le présenter dans l’espace public)

« Il y a quelques semaines encore, on pensait organiser un événement réservé aux professionnels et mettre l’accent sur de la captation vidéo. » Jérôme Villeneuve, président de l’Association ressource pour la création artistique numérique (ARCAN), a le sourire – et la pêche ! La troisième édition du festival DN[A], dédié aux arts numériques et plus spécifiquement « aux arts visuels, petites formes et jeunes œuvres », pourra finalement accueillir du public. Grâce à une énergie débordante et une rare force de persuasion, l’équipe est parvenue à établir une programmation plutôt riche en un temps record. Un festival court et efficace : deux jours, une dizaine de lieux et une quinzaine d’œuvres à voir sur quelques centaines de mètres le long de la rue Saint-Laurent (Grenoble), très fréquentée par temps printanier. « Notre objectif est de décloisonner l’art numérique qui est souvent enfermé dans des boîtes, plus rarement présenté dans l’espace public et patrimonial. On fait le choix d’exposer des propositions plus plastiques, sensibles, interactives qui permettent

Continuer à lire

Échanges dans l'orbite de Shangri-La

Découverte | Changement de programme. À défaut de pouvoir jouer son spectacle immersif tiré de la BD éponyme de Mathieu Bablet, Christelle Derré, directrice artistique du collectif poitevin Or Normes, est venue à l’Hexagone de Meylan lundi 29 et mardi 30 mars, à la rencontre d’étudiants. Des échanges fructueux dont elle nous a parlé dans la foulée.

Martin de Kerimel | Mercredi 31 mars 2021

Échanges dans l'orbite de Shangri-La

Souvenez-vous… ou fouillez nos archives : au Petit Bulletin, en octobre dernier, nous vous avions parlé de la nouvelle BD de Mathieu Bablet, Carbone et Silicium. Le jeune auteur nous avait alors expliqué qu’il avait dû prendre du recul après le succès de son précédent album, Shangri-La, en lice au Festival international d’Angoulême et vendu à plus de 100 000 exemplaires. On a vite fait le rapprochement quand le même titre est réapparu du côté de l’Hexagone, coproducteur et promoteur d’un concert visuel et immersif inspiré de l’ouvrage. L’univers SF de Mathieu Bablet est si puissant que l’on regrette que les dates prévues à Meylan aient été annulées cette année. Ce maudit coronavirus ! Une œuvre recomposée En attendant, c’est avec une sincère curiosité que l’on a discuté avec Christelle Derré, la directrice artistique d’Or Normes, le collectif à l’origine du spectacle. Faute de jouer, la jeune femme a rencontré des collég

Continuer à lire

Un détour chez Renart

Concert | Pas de public en salle, mais toujours des idées : cette fois, c’est avec l’Hexagone de Meylan que le Centre national des musiques nomades (CIMN) s’est associé pour proposer, mardi 26 janvier, une création de Fidel Fourneyron inspirée du "Roman de Renart". En parallèle, il revoit l’organisation de son festival, Les Détours de Babel. Explications.

La rédaction | Mardi 26 janvier 2021

Un détour chez Renart

En 2019, les Victoires du jazz l’avaient couronné comme « artiste qui monte ». Originaire d’Albi, Fidel Fourneyron, 38 ans, joue du trombone depuis l’enfance et a plus d’une inspiration dans son sac. L’une des dernières l’a donc conduit à travailler sur le Roman de Renart. Goupil, Ysengrin, Chantecler… ça vous rappelle des souvenirs ? Ces personnages de poils et de plumes sont nés au Moyen-Âge, d’abord dans de courts récits indépendants. Après avoir retrouvé un livre illustré de son enfance, Fidel Fourneyron a mis au point ce qu’il appelle « un mini-opéra ». Prévu en mars dernier dans le cadre des Détours de Babel, ce spectacle arrive finalement à l’Hexagone mardi 26 janvier : à partir de 19h30, il pourra être suivi en live stream, à la fois sur le site de l’institution meylanaise et sur celui du CIMN, ainsi que sur leurs pages Facebook respectives. Sur scène, les curieux découvriront une chanteuse lyrique, Dalila Khatir, que Fidel Fourneyron accompagnera lui-même. Avec eux, plusie

Continuer à lire

« Aujourd’hui, nos théâtres sont de grandes gares où les trains restent à quai »

Crise du coronavirus | Lors de la conférence de presse du jeudi 14 janvier, le gouvernement, à travers la voix de la ministre de la culture Roselyne Bachelot, a expliqué que « la situation était trop instable pour évoquer une date de réouverture » des établissements culturels. Comment ce contexte lié à la crise du coronavirus est-il vécu par celles et ceux qui travaillent dans des théâtres de nouveau fermés au public depuis fin octobre ? Pour le savoir, nous avons interrogé Arnaud Meunier, tout frais directeur de la MC2, Cécile Guignard, directrice des relations avec le public et de la communication de l’Hexagone de Meylan, et Noémi Duez, directrice de l’Ilyade et responsable de la programmation culturelle des villes de Seyssinet-Pariset et Seyssins.

Aurélien Martinez | Vendredi 15 janvier 2021

« Aujourd’hui, nos théâtres sont de grandes gares où les trains restent à quai »

« On a mis beaucoup d’espoir dans ce référé-liberté [en décembre, des professionnels de la culture ont demandé au Conseil d’État la réouverture des salles de spectacle fermées depuis fin octobre pour raisons sanitaires – NDLR], on espérait même que ça passerait. Mais ça n’a pas été le cas. Même si le Conseil d’État a clairement dit que cette fermeture était une atteinte à la liberté de créer et que, donc, nos établissements ne pourraient pas être fermés dans la durée. C’est déjà ça. Il ne reste plus qu’à savoir quelle sera la longueur de la durée ! Pour l’instant, on n’en sait rien. » Voilà ce qu’a répondu d’emblée Cécile Guignard, directrice de la communication et des relations avec le public de l’Hexagone de Meylan, à notre première question : comment ça va dans votre théâtre ? Une situation pleine d’incertitudes qui pèse sur pas mal de professionnels du secteur culturel, à l’image d’

Continuer à lire

Invitation au rêve

Spectacle | Spectacle / Les quelques images que nous avons pu apercevoir nous rendent curieux de découvrir Oniri 2070 ! « Un voyage poétique, sonore et (...)

Martin de Kerimel | Mardi 8 septembre 2020

Invitation au rêve

Spectacle / Les quelques images que nous avons pu apercevoir nous rendent curieux de découvrir Oniri 2070 ! « Un voyage poétique, sonore et visuel » : c’est ainsi que Juliette Guignard, Alexandre Machefel et Ezra, ses concepteurs artistiques, présentent ce spectacle, à découvrir lors de la présentation de saison de l’Hexagone (Meylan) le 11 septembre et dans d’autres points de l’Isère du 9 au 18. Les artistes ont d’abord invité des volontaires à s’exprimer sur un monde imaginaire, tel qu’il pourrait exister dans cinquante ans. Sur cette base d’enregistrements sonores, ils ont brodé une création vidéo et une musique, réalisée en direct lors des représentations publiques. Le projet est né de la volonté d’aborder les notions de sobriété et d’autonomie énergétiques, mises en pratique lors de la performance live : chaque représentation du spectacle consomme moins d’un Kwh d’énergie électrique – l’équivalent d’une demi-douche chaude. Soutenus par une importante équipe technique, c’est aussi pour nous faire réfléchir que les artistes nous invitent à rêver. Oniri 2070. À l’Hexagone (Meylan) vendredi 11 septembre, à 20h30 (sur réservation)

Continuer à lire

Antoine Conjard, directeur de l’Hexagone : « On a le sentiment que la saison est terminée »

Spectacle | « Suite aux consignes nationales liées à la pandémie du Covid-19, nous sommes contraints d’annuler au minimum tous les spectacles prévus au mois de mars et avril 2020 » : c'est ce qu'a écrit l’équipe de l’Hexagone sur son site web, dès les mesures de confinement adoptées. On a appelé Antoine Conjard, le directeur de cette scène nationale arts sciences basée à Meylan, pour savoir s’il avait maintenant le recul pour nous en dire plus.

Aurélien Martinez | Jeudi 2 avril 2020

Antoine Conjard, directeur de l’Hexagone : « On a le sentiment que la saison est terminée »

Quel est le quotidien d’un directeur dont le théâtre est fermé ? Antoine Conjard : Il est particulier mais je me suis organisé pour être en connexion avec toute l’équipe. Très tôt, avant les décisions d’interdiction des rassemblements de plus de 1 000 personnes, on avait commencé à s’organiser en vue d’un possible confinement. On a fait en sorte que toute l’équipe de l’Hexagone puisse faire du télétravail dans de bonnes conditions : tout le monde en ce moment peut donc communiquer et se parler afin de préparer la suite. Quelle suite ? Imaginez-vous rouvrir le théâtre avant juin et la fin de la saison culturelle 2019/2020 ? Ça, on n’en sait rien. On avance au jour le jour en fonction des annonces du gouvernement, mais c’est sûr qu’on a le sentiment que la saison est terminée. Même si on ne peut pas le dire tant que ce n’est pas effectif. Qu’en est-il des spectacles qui ont dû être annulés du fait de la fermeture du théâtre ? Globalement, on a une position de principe : il faut faire en sorte que les cho

Continuer à lire

Hexagone : à l’école de la scène

Infos | La salle de spectacles propose un jumelage à plusieurs établissements scolaires de l'agglomération. L'occasion de sensibiliser collégiens et lycéens à la pratique artistique.

Martin de Kerimel | Mardi 3 décembre 2019

Hexagone : à l’école de la scène

Ce sera un temps fort de leur parcours : de la sixième à la terminale, plus de 200 élèves scolarisés à Meylan, mais aussi à Grenoble, Saint-Martin-d’Hères, Saint-Ismier et Villard-Bonnot sont réunis au collège Lionel-Terray mercredi 4 décembre pour l’acte 1 de leur jumelage avec l’Hexagone. Magalie Gheraieb, chargée de la relation avec le public scolaire, et les équipes de la salle de spectacles les convient à des ateliers artistiques, sous la conduite de professionnels. Chaque élève en choisira deux disciplines : théâtre, musique, chant, danse africaine, arts numériques… les possibilités sont nombreuses. Cet après-midi festif est la face la plus visible du dispositif que, depuis 1995, l’Hexagone met en place toute l’année en faveur des établissements partenaires. Des musiciens et comédiens s’y rendent aussi pour sensibiliser les enfants à la pratique artistique et former le public de demain. Chaque jeune assiste à trois spectacles de l’Hexagone au cours de la saison. Le 27 mai 2020, l’acte 2 du jumelage les réunira tous sur scène pour de courtes présentations de leurs travaux et des discussions sur le chemin parcouru. En juin, deux établissements – le collège Lionel-T

Continuer à lire

"Gloria Mundi" : un monde immonde

Cinema | Portrait par Robert Guédiguian d’une famille de la classe moyenne soumise au déclassement moyen dans la France contemporaine, où certains n’hésitent pas à se faire charognards pour ramasser les miettes du festin. Un drame noir et lucide. Coupe Volpi à Venise pour Ariane Ascaride.

Vincent Raymond | Mercredi 27 novembre 2019

Autour de Mathilda, qui vient d’accoucher d’une petite Gloria, le cercle de famille s’agrandit mais ne se réjouit pas trop : les jeunes parents peinent à joindre les deux bouts, le père de Mathilda (qu’elle connaît à peine) sort de prison ; quant à sa mère et son nouvel homme, ils ne roulent pas sur l’or. Seuls sa sœur et son compagnon s’en sortent grâce à une boutique de charognards… Est-ce ainsi que les Hommes vivent ? Citer Aragon, l’aède communiste par excellence, a quelque chose d’ironique accentuant la désespérance profonde dont ce film est imprégné. Gloria Mundi s’ouvre certes par une naissance, mais ne se reçoit-il pas comme un faire-part de décès dans l’ambiance mortifère d’un deuil, celui des illusions collectives et de la foi en l’avenir ? Triste est l’époque que Robert Guédiguian nous montre en miroir, où sa génération (celle des actifs usés, sur le point de partir à la retraite, incarnés par l’épatant trio Meylan/Ascaride/Darroussin) ne peut plus transmettre le flambeau de la lutte ni des solidarités généreuses à sa progéniture. Cette dernière, hypnotisée par les chimères libérales, s’est muée en soldate

Continuer à lire

Robert Guédiguian : « Les idées des dominants sont devenues dominantes »

Cinema | Une famille déchirée par l’argent, fléau social gangrenant âmes, cœurs et corps… Dans Gloria Mundi, Robert Guédiguian tend un miroir sans complaisance à sa génération, épuisée d’avoir combattu, et à la suivante, aveuglée par les mirages. Mais ne s’avoue pas vaincu. Entretien exclusif.

Vincent Raymond | Mercredi 27 novembre 2019

Robert Guédiguian : « Les idées des dominants sont devenues dominantes »

Dans la mesure où vous travaillez en troupe, mais aussi où un lien très privilégié vous unit à Ariane Ascaride, comment avez vous reçu la Coupe Volpi qui lui a été remise à la Mostra de Venise ? Robert Guediguian : Je crois que tous les gens qui travaillent ensemble depuis toujours, dont moi, ont pris ce prix pour eux, disons-le. Et l’on trouve juste et justifié ce rapport qui a été fait entre Ariane (qui est d’origine italienne), ses rôles dans le cinéma que je fais et les grandes références comme Anna Magnani. Un prix à Venise oblige à penser à tout le cinéma italien des années 1970 qu’on aime beaucoup et qui nous a grandement frappés : dans notre adolescence, c’était le plus fort du monde. On a plus de références avec le cinéma italien qu’avec le cinéma français ou américain. C’est un peu une transmission, un passage de témoin magnifique. Gloria Mundi est un film sur les valeurs. Mais ce mot a des acceptions différentes selon les générations : pour les aînés, il s’agit de valeurs humaines, alors que les enfants les considèrent sur le plan économique… Je crois, oui. C’est ce

Continuer à lire

Digital N[Art]atives, un nouveau festival pour « soutenir les arts numériques »

Festival | Du jeudi 24 au samedi 26 mai, on a rendez-vous dans plusieurs lieux grenoblois pour découvrir la première édition de ce festival consacré aux arts numériques qui « vise à promouvoir les jeunes créateurs auprès des publics de la métropole ».

Aurélien Martinez | Vendredi 18 mai 2018

Digital N[Art]atives, un nouveau festival pour « soutenir les arts numériques »

Oh, un nouveau festival à Grenoble, centré lui sur les arts numériques. Son petit nom ? DN[A], pour Digital N[Art]atives. Aux commandes, une équipe de passionnés (« jeunes artistes, ingénieur.e.s, bricoleur.se.s, chercheur.se.s » comme écrit dans le dossier de présentation) qui s’est réunie pour « soutenir la création et les créateurs en arts numériques en leur proposant une belle vitrine » dixit le coordinateur Jérôme Villeneuve. « Vous souhaitez créer ou développer un événement à caractère innovant et fédérateur, sur le territoire de Grenoble-Alpes Métropole, en rapport avec le thème "art et sciences" ? La Métropole vous accompagne pendant 3 ans. » Voilà l’annonce à laquelle tout ce petit monde a répondu l’an passé. Avec succès donc, et 10 000 euros à la clé pour cette première édition – la subvention sera dégressive sur les trois ans. Concrètement, pendant trois jours, le public pourra découvrir diverses performances et installations en accès libre proposées par 35 créateurs et créatrices (principalement du coin) dans plusieurs lieux – des places du centre-ville, à la Belle électrique, la Bifurk,

Continuer à lire

"La Villa" : une calanque en hiver par Robert Guédiguian

ECRANS | Page arrachée à son journal intime collectif, le nouveau film de Robert Guédiguian capte les ultimes soubresauts de jeunesse de ses alter ego, chronique le monde tel qu’il est et croit encore à la poésie et à la fraternité, le tout du haut d’un balcon sur la Méditerranée. De l’utopie vraie.

Vincent Raymond | Mardi 28 novembre 2017

Depuis un drame intime, Angèle n’était jamais revenue voir son père ni ses frères. Après l’AVC du patriarche, elle redescend pourtant un jour d’hiver dans la calanque familiale. Histoire de régler le présent, solder le passé et peut-être se reconstruire un futur. « J’ai l’impression de faire une espèce de feuilleton depuis trente ans. Sans personnage récurrent, mais avec des acteurs récurrents. Et je joue avec cette ambiguïté. » La confidence de Robert Guédiguian prend d’autant plus de sens ici où le cinéaste convoque un extrait de son film Ki Lo Sa (1985) pour illustrer un flash-back – procédé auquel il avait déjà eu recours dans La Ville est tranquille (2001), agrémenté d’un fragment de Dernier été (1981). « Je serais tenté de le faire souvent, mais ce serait une facilité. Là, par rapport au sujet, ça se prêtait bien » confirme le cinéaste. Bercée par la musique de Bob Dylan, cette réactivation d’une archive ensoleillée du lieu et des protagonistes confère à La Villa une singulière épaisseur temporelle emplie de mélancolie. Passant l’e

Continuer à lire

Simple question de l’été #6 : pourquoi certaines salles de spectacle sont-elles subventionnées ?

ACTUS | S’il existe des salles de spectacle privées qui vivent (plus ou moins) bien, les salles publiques, elles, comptent sur la contribution des différents acteurs publics (ville, département, région, État…) lorsqu’elles bouclent leur budget annuel. Antoine Conjard, directeur de la scène nationale l’Hexagone de Meylan, nous explique pourquoi.

Nicolas Joly | Jeudi 20 juillet 2017

Simple question de l’été #6 : pourquoi certaines salles de spectacle sont-elles subventionnées ?

« Si nous n’avions pas d’argent public, les places de spectacle de l’Hexagone qui sont à 12 ou 13€ en moyenne seraient à 40 ou 50€. C’est pour cela que les prix des places dans les salles privées sont plus élevés que ceux des salles publiques. Car après tout, accueillir des spectacles génère des coûts. Il faut entretenir l’espace dont on dispose, accueillir les artistes et les équipes, mais aussi rémunérer correctement les personnes qui travaillent au sein de notre structure. » Mais encore ? « Il faut aussi savoir que le secteur public spectacle vivant travaille à la création contemporaine, pour permettre l’échange entre les chercheurs que sont les artistes et les spectateurs. Nous voulons permettre à ces derniers de découvrir des formes de spectacle qu’ils n’auraient pas l’occasion de voir si nous n’existions pas. » Plus d'infos sur l'Hexagone de Meylan : www.theatre-hexagone.eu

Continuer à lire

Biennale arts-sciences : les changements, c’est maintenant

Festival | On l’a appris au détour d’une conversation, l’Hexagone de Meylan n’ayant encore rien officialisé publiquement : la biennale arts-sciences Les Rencontres-i va changer de nom (ce sera Experimenta) et de dates (en février plutôt qu’en octobre). On a du coup essayé d’en savoir plus en allant directement à la source.

Aurélien Martinez | Mardi 28 mars 2017

Biennale arts-sciences : les changements, c’est maintenant

« On avait de nombreux noms pour nos différentes activités entre la biennale Arts-Sciences, les Rencontres-i, Experimenta… Il nous a paru important de nous recentrer en trouvant le format le plus immédiatement compréhensible à la fois pour le public de l’agglomération et pour nos partenaires extérieurs, notamment à l’étranger. » Voilà qui est clair comme nous l’a expliqué Antoine Conjard, directeur de l’Hexagone de Meylan et de la biennale arts-sciences que ce même Hexagone organise : le nom du « salon arts, sciences et technologies » organisé chaque année à Minatec devient le nom de la biennale dans son ensemble, les Rencontres-imaginaires étant délaissées pour une appellation plus explicite. « Pour la petite histoire, quand on en a parlé avec des partenaires japonais, pour eux il n’y avait pas photo : Experimenta était le nom le plus évident. Ils comprennent tout de suite ce que ça veut dire. » « On est sur du marketing territorial » Et quitte à changer le nom

Continuer à lire

Atelier Arts Sciences : j'ai 10 ans

ACTUS | À Grenoble, l’Atelier Arts Sciences, financé conjointement par la scène nationale l’Hexagone de Meylan et le CEA, rassemble des artistes et des chercheurs afin qu’ils échangent sur leurs pratiques et, surtout, travaillent ensemble. Pour fêter les dix ans de ce laboratoire original, l’équipe l’ouvre au public le temps d’une journée (le jeudi 2 février).

Jean-Baptiste Auduc | Mardi 31 janvier 2017

Atelier Arts Sciences : j'ai 10 ans

« Notre travail repose sur l’intégration des nouvelles technologies dans le monde de l’art » : voilà comment Eliane Sausse, directrice de l’Atelier Arts Sciences (et secrétaire générale de l’Hexagone de Meylan), résume les missions de ce laboratoire lancé en 2007. Grâce à l’Atelier, artistes et scientifiques se rencontrent, échangent et progressent pour aboutir à des projets communs. Comme, par exemple, celui d’EZ3kiel : en 2009, le groupe de musiciens, assoiffé d’innovation, avait pu travailler à Grenoble sur une installation interactive baptisée « les mécaniques poétiques ». « L’Atelier Arts Sciences a montré que les artistes réussissaient à bien anticiper les évolutions de la société » poursuit Eliane Sausse, qui annonce pour 2017 une réalisation du plasticien très branché nanoélectronique Lionel Palun. En octobre, la résidence de ce dernier prendra fin. Son œuvre, consacrée au "big data" (des milli

Continuer à lire

Culture : la métropole grenobloise s’en mêle enfin

ACTUS | Le 3 novembre, Grenoble Alpes Métropole s’est dotée de la compétence culturelle réclamée depuis longtemps par les acteurs culturels. Mais dans les faits, la collectivité semble très prudente puisqu’elle ne s’engage que sur une chose : le transfert dans ses services des deux scènes nationales du territoire – la MC2 et l’Hexagone. On fait le point.

Jean-Baptiste Auduc | Mardi 15 novembre 2016

Culture : la métropole grenobloise s’en mêle enfin

La métropole grenobloise commence à rajouter des cordes à son arc. Après sa création l’an dernier (elle a succédé à la communauté d'agglomération du même nom), elle vient de s’adjoindre, en plus de ses six compétences actuelles, le domaine culturel et sportif. Même si, dans les faits, au 1er janvier 2017, il n’y aura pas de création de poste de vice-président à la culture, ni de service correspondant. Et, bien sûr, les adjoints à la culture des 49 équipes municipales ne disparaitront pas. Le président PS Christophe Ferrari et sa majorité préfèrent y aller doucement. « Le transfert des deux équipements à la Métropole que sont l’Hexagone de Meylan et la MC2 est la seule décision réelle prise pour le début d’année prochaine » résume Henri Touati, membre du Collectif métropolitain des acteurs artistiques et culturels qui a participé à la concertation autour de ce sujet. En 2017, les réflexions vont donc continuer, et ainsi valider (ou infirmer) les choix faits en ce début novembre. La culture conjuguée au conditionnel Utiliser le conditionnel est donc néces

Continuer à lire

Des vacances au théâtre avec le programme Vive les vacances

ACTUS | Quand plusieurs salles de spectacle de l'agglo décident d'ouvrir leurs portes aux plus jeunes pendant les vacances scolaires, on ne peut qu'applaudir.

Aurélien Martinez | Mardi 18 octobre 2016

Des vacances au théâtre avec le programme Vive les vacances

Et c’est parti pour la saison 4 de Vive les vacances, programme lancé en 2013 qui porte plutôt bien son nom. Soit plusieurs salles de l’agglomération grenobloise qui ont décidé de programmer des spectacles destinés au jeune public pendant les petites vacances scolaires, périodes où ces salles étaient habituellement fermées – oui, on l’a écrit (et regretté) de nombreuses fois dans ces pages, mais on ne comprend pas ce calendrier culturel construit autour d’une forte activité certains mois (mars et novembre par exemple) et de plus d’activité du tout à d’autres moments. Mais revenons-en à cette chouette initiative. Sur la saison 2016/2017, dix spectacles seront ainsi donnés dans huit salles de l’agglo. Pendant ces premières vacances de l’année, celles de Toussaint, on pourra se rendre à la MC2 pour découvrir Dormir 100 ans de l’auteure et metteuse en scène Pauline Bureau – une pièce qui, nous dit-on, « explore ce passage particulier de l’entrée dans l’adolescence ». À la Rampe, on aura plutôt droit à de la chanson (avec la souvent vue dans l’agglo Tartine Reverdy), a

Continuer à lire

« Pour une ambition culturelle métropolitaine à la hauteur de la capitale des Alpes »

Tribune | En 2016, Grenoble Alpes Métropole définit ce que sera l’intérêt métropolitain dans plusieurs domaines afin de construire ses politiques publiques. Ainsi en est-il de la culture pour laquelle la nouvelle collectivité doit délimiter les contours de son engagement. Au-delà de l’éventuel transfert d’équipements à l’euro près entre les communes et la métropole, c’est l’occasion de faire le point sur ce qu’est la culture à Grenoble et son agglomération et sur l’ambition que cette réflexion peut nourrir.

Antoine Conjard, directeur de l’Hexagone Scène Nationale Arts Sciences | Mardi 24 mai 2016

« Pour une ambition culturelle métropolitaine à la hauteur de la capitale des Alpes »

Dans l’histoire de la décentralisation, la vie culturelle grenobloise est un creuset de la vie culturelle française. Aujourd’hui encore les artistes et acteurs culturels grenoblois sont des références et irriguent nombre de réseaux à l’échelle européenne et internationale. Mon intention ici n’est pas de faire un inventaire exhaustif mais de faire prendre conscience de la chance que chaque habitant de l’agglomération a d’avoir la possibilité d’être au contact d’œuvres et d’artistes qui participent du mouvement mondial des idées, des émotions. L’importance de ce contact interdit toute politique de repli et engage à articuler action territoriale et ouverture internationale. Nous n’avons pas suffisamment conscience de cette chance, qui trop souvent est confondue avec une forme d’élitisme. Gageons que la formule de Jean Vilar « élitaire pour tous » soit toujours et plus que jamais d’actualité : offrir le meilleur au plus grand nombre. La culture, a contrario d’un bien matériel, ne s’épuise pas dans sa consommation mais se démultiplie dans le partage. « S’élever, d’urgence! » Le rapport à la création et à l’art en général est un moyen unique pour chaqu

Continuer à lire

L'Hexagone de Meylan, toujours aussi original

ACTUS | On fait le point sur la programmation audacieuse, avec du théâtre, de la danse, de la musique..., de la scène nationale arts-sciences de Meylan.

Aurélien Martinez | Lundi 8 juin 2015

L'Hexagone de Meylan, toujours aussi original

Comme chaque année, la scène nationale de Meylan présente une programmation riche et audacieuse avec certes quelques noms bien identifiés : Les Tréteaux de France de Robin Renucci sur Le Faiseur de Balzac. Le jongleur et artiste numérique Adrien Mondot avec une nouvelle création baptisée Le Mouvement de l’air. Le chorégraphe Denis Plassard avec la reprise de son Rites vu il y a un an à la Rampe. Le jeune metteur en scène belge Fabrice Murgia, déjà passé par la MC2 aux commandes de l’excellent Chagrin des ogres, avec Notre peur d’en être, spectacle sur des êtres humains confr

Continuer à lire

Au fil d’Ariane

ECRANS | Présenté comme une « fantaisie », le nouveau film de Robert Guédiguian divague selon les bons plaisirs du cinéaste et de sa comédienne fétiche Ariane Ascaride, pour un résultat old school et foutraque, avec toutefois de vrais instants de beauté. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 17 juin 2014

Au fil d’Ariane

Il serait facile de balayer en quelques frappes sur notre ordinateur Au fil d’Ariane : cinéma d’un autre âge justifiant son n’importe quoi scénaristique par un appel paresseux au rêve, ou encore projet récréatif pour Guédiguian entre deux films d’envergure… Tout cela est loin d'être faux, mais… Le jour de son anniversaire, Ariane (Ascaride) reste seule face à son gâteau ; plutôt que de se morfondre, elle décide de partir à l’aventure et, au gré des rencontres, va se constituer une petite famille de gens simples, avant de réaliser son fantasme : chanter sur scène. Pour l’occasion, Guédiguian a convoqué sa famille de comédiens (Meylan, Darroussin, Boudet ou Anaïs Demoustier, désormais intégrée) tous apportant leur touche de couleur au casting. À la façon de certains Blier dernière manière et conformément à son titre, Au fil d’Ariane semble écrit au gré de l’inspiration, dans une logique de premier jet où les bonnes comme les mauvaises idées se retrouveraient sur un pied d’égalité. Parfois, c’est effectivement ridicule (les images de synthèse au début, Boudet et son faux accent anglais, Ascaride qui dialogue avec une tortue) mais à force de ne mett

Continuer à lire

En route vers 2014 / 2015

ACTUS | Tout le mois de juin, le Petit Bulletin parcourt de façon subjective les programmations à venir des différentes salles de l’agglo, pour vous aider à faire votre choix dans le flot de spectacles proposés l’an prochain. Et pour que vous arriviez armés aux traditionnelles présentations de saison. Premier épisode (sur quatre) cette semaine avec l’Hexagone de Meylan, la Rampe d’Échirolles et la Faïencerie de La Tronche. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 3 juin 2014

En route vers 2014 / 2015

L’Hexagone Détailler le programme d’une salle comme l’Hexagone est toujours un travail périlleux, tant son directeur Antoine Conjard essaie année après année de présenter une série de spectacles audacieux, atypiques et déroutants – même si, bien sûr, on a aussi le droit à quelques formes plus classiques. Cela venant sans nul doute du positionnement arts et sciences d’un théâtre qui, on le rappelle, organise tous les deux ans les Rencontres-i (rendez-vous en automne 2015). Niveau têtes connues et appréciées, la saison prochaine, nous retrouverons à Meylan le chorégraphe Aurélien Bory (l’un des plus talentueux de sa génération), avec deux propositions : Sans objet, pièce de 2009 pour deux interprètes et un robot de l’industrie automobile, et Plexus, solo pensé pour et avec la fascinante danseuse Kaori Ito. Le facétieux Roger Bernat sera

Continuer à lire

Les Rencontres-i, fabrique de grandes utopies

ACTUS | Début la semaine prochaine de la septième édition des Rencontres-i, biennale mixant habilement arts et sciences. Une aventure atypique, aventureuse et passionnante portée par l’Hexagone, la scène nationale de Meylan amenée à devenir un pôle national sur ces questions. De ça, et d’autres choses encore, on a longuement causé avec le directeur Antoine Conjard.

Aurélien Martinez | Vendredi 20 septembre 2013

Les Rencontres-i, fabrique de grandes utopies

Les Rencontres-i, c’est donc une « biennale arts sciences »... Mais encore ?! Antoine Conjard : Il s’agit de mixer arts et sciences au regard de quelque chose. Le triptyque est important : quand il y a une relation à deux, binaire, on est vite dans le ping-pong. En revanche, dès que l’on rajoute un troisième plan, une dynamique se met en route. C’est donc arts et sciences avec ce troisième côté qu’est la société, le territoire... Car ce n’est pas les artistes et les scientifiques dans leur bocal, c’est les artistes et les scientifiques sur le territoire. Avec, au cœur du projet depuis 2002, l’idée de programmer des spectacles atypiques... Les Rencontres, au départ, ont été faites pour présenter des projets artistiques qui sortent du cadre traditionnel, qui ne rentrent pas trop dans la boîte du théâtre et qui interrogent la relation arts et sciences. Mais on ne présente pas forcément des spectacles technologiques : je ne veux surtout pas que ce soit la seule image que l’on garde de cette relation. Par exemple, la compagnie Les Ateliers du spectacle utilise beaucoup de technique, avec plein d’objets sur le plateau, sans tou

Continuer à lire

L'Hexagone et la Rampe se dévoilent

ACTUS | Que verra-t-on la saison prochaine à l’Hexagone (la scène nationale de Meylan) et à la Rampe (la scène régionale conventionnée danse et musiques d’Échirolles) ? Éléments de réponse... AM

Aurélien Martinez | Mardi 11 juin 2013

L'Hexagone et la Rampe se dévoilent

Un peu moins de spectacles, mais plus de dates pour la majorité d’entre eux : tel est le nouveau credo de l’Hexagone, et l’on ne peut que s’en réjouir, tant le théâtre a besoin de séries pour vivre (grâce notamment au bouche à oreille). La saison prochaine, sur la scène de Meylan, on retrouvera ainsi avec plaisir, sur trois soirs, Philippe Car et son Agence de voyages imaginaires. Le metteur en scène, adepte des relectures énergiques des classiques du répertoire (on se souvient d’un excellent Bourgeois Gentilhomme) s’attaquera cette fois-ici au Cid (photo) de Corneille. Au rayon des autres retours attendus, le truculent Oscar Gómez Mata (avec La Maison d’antan, d’après Stevenson) ou encore le Turak Théâtre de Michel Laubu (

Continuer à lire

Rendez-vous l’année prochaine

SCENES | Que verra-t-on dès septembre sur les scènes de la MC2, de l’Hexagone et de la Rampe ? Une première réponse ici, avant notre traditionnel et incontournable panorama sélectif (et argumenté !) de la rentrée. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Lundi 11 juin 2012

Rendez-vous l’année prochaine

Un mix entre de grands auteurs du répertoire – que ce répertoire soit classique ou plus  contemporain – et des créations d’artistes d’aujourd’hui : tel sera, comme à l’accoutumée,  le crédo de la MC2 pour la saison théâtrale qui s’annonce. Ainsi, sur les différentes scènes de la Maison de la culture, on croisera Edmond Rostand (et son fameux Cyrano, par Dominique Pitoiset), Harold Pinter (Le Retour, mise en scène Luc Bondy, nouveau directeur du Théâtre de l’Odéon à Paris, avec sur le plateau un casting haut de gamme – Bruno Ganz, Louis Garrel, Pascal Greggory, Emmanuelle Seigner...), Marivaux (La Fausse suivante, mise en scène Nadia Vonderheyden, une fidèle de Sivadier), ou encore Eugène Ionesco (Rhinocéros, par Emmanuel Demarcy-Mota, directeur du Théâtre de la Ville de Paris). Mais au-delà de cet inventaire à la Prévert, on retient surtout les propositions plus originales qu’a choisies la MC2 : la nouvelle création de Julie Bérès, fabuleuse metteuse en scène déjà croisée à l’Hexagone et à la MC2 ; le dernier projet de Véronique Bell

Continuer à lire

Science friction

SCENES | FESTIVAL/ À la fin du mois débuteront les Rencontres-i, organisées par l’Hexagone de Meylan. Une biennale arts-sciences en plein développement qui s’impose petit à petit comme l’un des évènements culturels de l’agglo les plus excitants. Rien que ça, oui. Aurélien Martinez

François Cau | Vendredi 16 septembre 2011

Science friction

La science d’un côté, l’art de l’autre. Les deux se regardent en chien de faïence. « Pourquoi vient-il me sucrer une part de budget pour des bagatelles de bobos quand moi, je travaille pour l’avenir de l’humanité ? » s’exclame la première, sûre d’elle et de sa légitimité. « Espèce de technophile sans aucune humanité qui va nous mener droit dans le mur » lui rétorque le second, d’un ton dénigrant et méprisant. Le décor est planté : on pourrait avoir ici affaire à un western moderne où deux mondes qu’a priori tout oppose s’affronteraient dans une lutte sans merci. Mais rien de tout ça. Car l’on est à Grenoble, là où rien ne se passe jamais comme on l’attend. Grenoble : une terre d’asile pour les scientifiques les plus réputés, carrément surnommée la « Silicon Valley » à la française par les plus ambitieux du fait de son positionnement en recherche et développement. Un territoire riche en laboratoires, universités et entreprises, également généreusement pourvu niveau culturel, à la grâce de politiques passées volontaristes (on cite souvent le Conseil général dans ce cas-là, alors citons-le) et d’acteurs locaux extrêmement impliqués. Ce qui fait dire là aussi aux plus ambitieux que

Continuer à lire

Du sang neuf

SCENES | PREVIEW/ Que verra-t-on la saison prochaine dans les théâtres de l’agglo ? Deuxième tentative de réponse cette semaine (avant notre panorama de septembre prochain) avec le dévoilement de la programmation de l’Hexagone et de l’Heure Bleue. AM

François Cau | Mercredi 8 juin 2011

Du sang neuf

19 créations sur 43 spectacles programmés : l’Hexagone de Meylan poursuit sur sa lancée, se différenciant ainsi d’autres salles dites généralistes. Une prise de risque qui néanmoins rend difficile l’analyse de la programmation a priori. Parmi ces créations dont on ne sait pas grand-chose mais qui titillent notre curiosité, il y a celle du circassien Camille Boitel (vu dernièrement à la MC2 avec L’Immédiat) accompagné de Boris Gibé, ou encore celle de Joris Mathieu sur l’œuvre et la vie de Philip K. Dick. Le Songe d’une nuit d’été par la Cie L’Unijambiste promet aussi d’envoyer du lourd, au vu de l’univers très fort du metteur en scène déjà passé deux fois à Meylan. De plus, on attend beaucoup du Sous la glace de Falk Richter (mise en scène d’Andrea Novicov), l’auteur allemand s’attaquant frontalement à l’univers de l’entreprise. Et on retrouvera avec plaisir Adrien Mondot pour sa dernière livraison made in Hexagone – sa résidence prenant fin en 2011. Enfin, à noter que le festival des Rencontres-i, biennale arts-sciences organisée par l’Hexagone, prend encore de l’ampleur, tant au niveau du nombre de spectacles proposés (une douzaine) que du nombre de

Continuer à lire

Bon anniversaire !

SCENES | SPECTACLE VIVANT / L’agglomération grenobloise est chanceuse. Elle renferme en son sein deux scènes nationales (les autres étant régionales ou municipales) : (...)

François Cau | Mercredi 5 janvier 2011

Bon anniversaire !

SPECTACLE VIVANT / L’agglomération grenobloise est chanceuse. Elle renferme en son sein deux scènes nationales (les autres étant régionales ou municipales) : la MC2 et l’Hexagone. Situation ubuesque pour certains (dans une logique de décentralisation impulsée par le ministère de la culture depuis 1991, à peu près chaque grande ville de France en accueille une, et une seule), qui néanmoins peut se justifier tant les deux théâtres semblent plus se compléter que se tirer dans les pattes – la taille même de leurs deux établissements les contraignant. Ainsi, alors que Wajdi Mouawad a commencé à venir dans l’agglo via l’Hexagone, il s’est ensuite retrouvé à la MC2 au vu de ses dernières créations imposantes (Ciels demandait une très grande salle). Et aussi de leurs coûts. Car la MC2 est la scène nationale ayant le plus grand budget de France, ce qui lui permet de construire une programmation pluridisciplinaire d’envergure nationale (voire plus), porteuse de sens. Loin de faire de la figuration, l’Hexagone, l’une des plus petites niveau budget, a quant à elle su jouer la carte de la différenciation, en choisissant des pr

Continuer à lire

« Pour une politique culturelle d’agglomération »

ACTUS | Le bassin grenoblois est extrêmement riche culturellement, notamment niveau spectacle vivant. On dénombre ainsi deux douzaines de plateaux de théâtre (dont (...)

Aurélien Martinez | Vendredi 24 septembre 2010

« Pour une politique culturelle d’agglomération »

Le bassin grenoblois est extrêmement riche culturellement, notamment niveau spectacle vivant. On dénombre ainsi deux douzaines de plateaux de théâtre (dont deux scènes nationales : la MC2, la plus grande de France, et l’Hexagone, l’une des plus petites), offrant ainsi au public un choix considérable. Un public qui suit souvent en nombre, comme nous l’ont tous affirmé les directeurs, et comme nous pouvons nous en rendre compte chaque soir. Des spectateurs qui voyagent de ville en ville, sans se soucier des frontières administratives. À l’Hexagone par exemple, selon son taulier, un tiers du public vient de Meylan, un autre tiers de Grenoble et un dernier tiers de l’agglo (hors Grenoble). Pourtant, il n’existe pas de politique culturelle d’ensemble gérée par l’agglomération, ce que regrettent unanimement les directeurs que l’on a interrogés, comme nous l’explique Jacky Rocher de la Rampe : « Il va vraiment falloir se questionner là-dessus. Parce que si jamais les resserrements budgétaires devenaient trop importants, j’ai un peu peur des réflexes d’un certain nombre de villes et d’élus qui fassent des politiques culturelles pour leur ville exclusivement. C’est un immense

Continuer à lire

Baisse-moi

ACTUS | Comment un directeur de salle aborde cette rentrée où sont annoncées des baisses de financements de toutes parts (État, département…). Comment voit-il l’avenir compte tenu de ces incertitudes ? Quel regard porte-t-il sur son métier et sur les activités culturelles en général ? On a rencontré trois des principaux directeurs de salle de l’agglo pour évoquer avec eux ces sujets. Magnéto. Propos recueillis par Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Vendredi 24 septembre 2010

Baisse-moi

En France, les activités culturelles sont financées à hauteur de 70 à 80% par les collectivités locales. Ainsi, un théâtre comme l’Hexagone reçoit 22% de ses subventions de la part de l’État, les 78 % restants provenant des collectivités – la ville de Meylan en premier lieu, puis le conseil régional, et enfin le conseil général. Or, outre la possible suppression de la clause de compétence générale (1) un temps prévue par la réforme des collectivités territoriales, plusieurs facteurs pourraient condamner ces financements multiples : que ce soit du côté des collectivités territoriales, en quête constante de financement du fait du transfert de nombreuses compétences sur leurs épaules, et de la disparition de certaines de leurs recettes, ou du côté de l’État avec sa politique de diminution de ses coûts de fonctionnement (2). «Les flous ne sont jamais bénéfiques» «Que font les collectivités locales aujourd’hui ? On leur a supprimé la taxe professionnelle, on leur dit qu’il y aura des compensations en euros constants garanties sur deux-trois ans – quid d'après ? Donc, les collectivités elles-mêmes prennent peur, font gaffe et anticipent. La plupa

Continuer à lire

L’Hexagone : ouverture vers toutes les disciplines

SCENES | Avant notre traditionnel panorama de septembre (attendu comme le messie, on le sait !), regardons de plus près ce que les salles de l’agglo nous offrent pour la saison prochaine. Aujourd’hui, on a rendez-vous avec l’Hexagone, la prolifique scène nationale de Meylan. AM

François Cau | Vendredi 18 juin 2010

L’Hexagone : ouverture vers toutes les disciplines

Une bonne trentaine de spectacles à voir sur toute la saison : pour 2010/2011, l’Hexagone maintient le rythme. Si beaucoup de propositions restent de parfaits mystères à nos yeux (notamment du fait de la dizaine de créations au programme), notre curiosité est néanmoins diablement titillée par certaines d’entre elles. Au programme cette année, Adrien Mondot en résidence oblige, une soirée "Panorama des jonglages" sera proposée (en décembre), ainsi qu’un labo entre Adrien et EZ3kiel (fin octobre) – parallèlement à la reprise du "Cinématique" du même Mondot (début octobre – pour info, la photo de la plaquette, ce sont les pieds de Satchie Noro, la danseuse du spectacle). On retrouvera aussi au cours de la saison des artistes que nous aimons beaucoup : la passionnante Julie Bérès, qui revient à l’Hexagone après "Sous les visages" avec "Notre besoin de consolation" ; la magnifique danseuse Kaori Ito, que l’on espère à la hauteur pour sa deuxième création (mi février) – sa première, présentée en 2008 à l’Hexagone, nous avait un peu déçus ; ou encore le jongleur Jérôme Thomas avec son splendide "Deux hommes jonglaient dans leur tête" (fin février). Au rayon des surprises, à noter surto

Continuer à lire

Duel à l’ombre

MUSIQUES | Zoom / La Maison de la Musique de Meylan va accueillir, pour fêter la nouvelle Cuvée, trois groupes dont l’adjonction devrait garantir de passer une soirée appréciable. Dôei, Greg Gilg, et Rien joignent leurs forces obscures pour votre propre bien. FC

Christophe Chabert | Mercredi 31 janvier 2007

Duel à l’ombre

Le concert de lancement de la Cuvée Grenobloise 2007 se devait d’allier des personnalités musicales à même de séduire une audience variée. On peut affirmer que c’est chose faite, que différents publics devraient se côtoyer en bonne intelligence. Les sons languides de Dôei tenteront de plonger l’auditoire en transe, quitte à plonger les novices dans une certaine torpeur. La base dub de la formation est toujours présente, ses explorations des racines rythmiques orientales se font plus poussées, après, c’est quitte ou double en fonction de son degré de réception. Primesautier changement d’ambiance avec Greg Gilg et son “one-man-violoncelle-show“, désormais rôdé à toutes les scènes possibles. Notre homme se love plus confortablement dans des atmosphères intimes, mais ne rechigne pas à s’adresser à de plus larges auditoires, égrénant ses compos délicieusement décalées comme on chuchoterait une berceuse à l’oreille d’un(e) inconnu(e). Chamanisme mon amour Puis vient le cas du groupe Rien. Le successeur de leur premier album (Requiem pour des Baroqueux) était attendu avec fébrilité – il arrivera finalement en mars, sous le nom opaque (mais plein de bon sens) d’Il ne peut y avoir de pré

Continuer à lire

La guerre du faire

CONNAITRE | Présentation / Pour leur quatrième édition, les Rencontres I poursuivent leurs interactions entre disciplines artistique et scientifique, tout en interrogeant bon nombre de sujets brûlants. FC

| Mercredi 7 mars 2007

La guerre du faire

Présentation / La scène se passe le 18 janvier, sur la scène de l’Hexagone. Pour la présentation officielle des Rencontres I, l’équipe a rassemblé les invités sur des transats, clin d’œil malicieux à la Sieste Géante (prévue le samedi 10 mars de 14h à 16h place Victor Hugo dans le cadre de l’événement). L’équipe des Rencontres se félicite d’avoir imposé au fil des ans une manifestation dont les mérites sont désormais reconnus, tant au niveau des partis pris de sa programmation (une nouvelle fois riche de plusieurs dizaines de rencontres, débats, ateliers…) que de sa ligne directrice. En l’occurrence cette année, le festival écope du thème L’âge du faire. Un intitulé sciemment vague, qui peut désigner à la fois l’exaltation des avancées technologiques exponentielles tous domaines confondus, et, a priori à l’opposé, la valorisation des techniques plus traditionnelles à l’heure de la numérisation généralisée. Vaste programme, donc, dont on retiendra ici quelques axes (faute d’avoir tout vu !) avant d’y revenir la semaine prochaine. Au menu Sur la über délicate question des nanotechnologies, le Directeur de l’Hexagone (et initiateur des Rencontres) Antoine Conjard fait mine de botter

Continuer à lire

Musicien généraliste

MUSIQUES | MUSIQUE / Producteur touche-à-tout et virtuose, Doctor L distille depuis plus de 20 ans sa science de la composition dans des projets aussi hétéroclites (...)

| Mercredi 14 mars 2007

Musicien généraliste

MUSIQUE / Producteur touche-à-tout et virtuose, Doctor L distille depuis plus de 20 ans sa science de la composition dans des projets aussi hétéroclites que convaincants. Né à Dublin en 1968, mais élevé en France dès son enfance, Liam Farrell fait ses débuts dans la musique en tant que batteur de rock, avant de s’imposer comme un des pionniers du mouvement hip-hop français en produisant les instrus des deux premiers albums d’Assassin. Un cadre duquel il ne tarde pas à s’émanciper rapidement en multipliant les projets : productions variées pour d’innombrables artistes, remixes, musiques de films, albums solo, collaborations… Homme de l’ombre inclassable, il accumule ainsi les expériences dans les sphères musicales les plus éloignées, de toute évidence guidé par sa seule passion. Conséquence logique, une discographie hétéroclite en diable, où s’entremêlent abstract hip-hop, bidouillages électro lo-fi, rock ascendant punk, blues millénaires, afro-beat, free-jazz, house, et musiques caribéennes… Un joyeux fourre-tout, plutôt downtempo dans l’ensemble, mélancolique même par instants, qui frappe autant par son érudition que par son refus de faire de la “musique pour musiciens”, écueil tr

Continuer à lire