"Les Chatouilles ou la danse de la colère" : enfance volée

Théâtre | Le spectacle à succès de la comédienne et danseuse Andréa Bescond passera par Crolles mercredi 10 novembre. Un acte artistique fort à la première personne du singulier sur les ravages de la pédocriminalité.

Aurélien Martinez | Mardi 2 novembre 2021

Photo : Sven Andersen


C'est l'histoire d'une petite fille prénommée Odette, comme le cygne blanc du ballet de Tchaïkovski. C'est surtout l'histoire d'une gamine à qui il arrive l’indicible : des viols répétés perpétrés par un ami de ses parents. Lui appelait ça « les chatouilles », pour mieux manipuler l'enfant, lui faire croire que tout ceci n'était qu'un jeu sans conséquence...

Cette histoire, révoltante pour les spectateurs qui la reçoivent, c'est celle de la comédienne et danseuse Andréa Bescond, qu'elle a transposée sur scène dans le solo Les Chatouilles ou la danse de la colère. Face au public, elle porte tous les personnages de son enfance : ses parents, sa prof de danse, son agresseur... Et d'autres qu'elle côtoie aujourd’hui, adulte, dont sa psy. Car c'est dans le cabinet de cette dernière qu'elle se trouve maintenant, accompagnée de sa mère totalement dans le déni, pour guérir de son passé. On plonge alors avec elle au cœur de ses souvenirs, en un enchaînement de séquences, certaines très drôles (ah, les comédies musicales des années 2000 !), d'autres émouvantes (l'arrivée d'Odette en internat dans sa minuscule chambre), ou d'autres totalement révoltantes (les viols).

Succès fou

Depuis sa création en 2014, le spectacle d'Andréa Bescond connaît un grand succès public, et cumule les récompenses – dont, en 2016, le prestigieux Molière du meilleur seule en scène. En 2018, la comédienne en a même fait un film, coréalisé avec son metteur en scène Éric Métayer. C'est que son sujet – les dommages causés par la pédocriminalité – et la manière dont elle l'évoque parlent malheureusement à beaucoup de monde.

En 2019, Andréa Bescond a passé la main sur scène à une autre interprète : Déborah Moreau. Elle est Odette et tous les autres personnages avec autant d'intensité et d'investissement. D'où une performance d'actrice tout aussi remarquable, qui permet au spectacle de continuer à tourner presque huit ans après sa création. Et de rencontrer encore et encore le public.

Les chatouilles ou la danse de la colère
À l'Espace Paul-Jargot (Crolles) mercredi 10 novembre à 20h30


Les chatouilles ou la danse de la colère

C’est l’histoire d’Odette, une petite fille. Une petite fille de huit ans dont l’enfance a été volée par "un ami de la famille".
Espace Paul Jargot Rue François Mitterrand Crolles
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Les Chatouilles" : Andréa Bescond, touchée mais pas coulée

ECRANS | Portant le fardeau d’une enfance abusée, Odette craque et solde son passé, subissant en sus l’incrédulité hostile de sa mère. Une histoire vraie passée par la scène peinant à trouver sa pleine voix au cinéma mais heureusement relayée par des comédiens d’exception.

Vincent Raymond | Lundi 12 novembre 2018

Enfant, Odette a régulièrement été abusée par Gilbert, un ami de la famille masquant ses sévices en "chatouilles". À l’âge adulte, la danse ne suffisant plus pour exorciser son passé, Odette entreprend (à reculons) une psychanalyse. Et lutte en sus contre le déni maternel… Comme un écho douloureux. Un semaine après la sortie d’Un amour impossible de Catherine Corsini d'après un roman de Christine Angot, ce premier long-métrage coréalisé par Éric Métayer et Andréa Bescond, adaptation du spectacle autobio-cathartique de cette dernière, aborde à nouveau (et plus frontalement encore) l’abominable question des attouchements et des viols sur mineur·es. S’il a fallu à l’autrice-interprète principale une dose de courage à peine concevable pour se livrer aussi crûment et se reconstruire, on ne peut cependant pas taire sa perplexité face à

Continuer à lire

Rentrée cinéma 2018 : et voici les films qui feront les prochains mois

ECRANS | Quels sont les cinéastes et, surtout, les films à ne pas louper avant la fin de l'année ? Réponses en presque vingt coups – dix-neuf pour être précis.

La rédaction | Mardi 4 septembre 2018

Rentrée cinéma 2018 : et voici les films qui feront les prochains mois

Les Frères Sisters de Jacques Audiard Sortie le 19 septembre Escorté par son inséparable partenaire et coscénariste Thomas Bidegain, Jacques Audiard traverse l’Atlantique pour conter l’histoire de deux frères chasseurs de primes contaminés par la fièvre de l’or. Porté par l’inattendue fratrie John C. Reilly/Joaquin Phoenix (à l’œil puant le vice et la perversité), ce néo-western-pépite empli de sang et de traumas ne vaut pas le coup, non, mais le six-coups ! Climax de Gaspar Noé Sortie le 19 septembre Une chorégraphe a réuni une équipe internationale de danseurs pour son nouveau projet qu’elle achève de répéter dans une salle isolée. Après un ultime filage, la troupe s’octroie un réveillon festif sur la piste, s’enivrant de musique et de sangria. Mais après quelques verres, les convives se mettent à vriller sérieusement. Qu’y avait-il donc dans cette satanée sangria ? Noé compose un cocktail de survival et de transe écarlate à déguster séance hurlante.

Continuer à lire