Le Festin des Idiots veut couper court au théâtre intimidant avec ses "Apéros-Tragédies"

Théâtre | Des histoires mythiques du théâtre classique ; des comédiens et comédiennes investis ; une contrainte de temps (10 minutes) : avec ses "Apéros-Tragédies", la compagnie grenobloise "Le Festin des Idiots" propose de désacraliser trois œuvres du répertoire en une soirée très cabaret. On adore l'idée.

Aurélien Martinez | Mardi 2 novembre 2021

Photo : Le Festin des Idiots


Depuis plusieurs années, la compagnie Le Festin des Idiots propose ici (dans des salles de spectacle) et là (dans des lieux où l'on a moins l'habitude de voir du théâtre) des réductions en dix minutes de textes importants du patrimoine dramatique. Des propositions décalées qui n'ont pas pour but de se substituer à l'œuvre originale, mais simplement d'en transmettre la substantifique moelle à un public aussi bien fan de théâtre que complètement profane. C'est que leurs aventures, accessibles à tous, que l'on connaisse ou non le texte initial, n'ont rien de la blague potache et facile qui pourrait faire hurler les puristes incapables d'imaginer que le répertoire vive. Même si, dans certains cas, le rire n'est jamais loin – et tant mieux.

Florent Barret-Boisbertrand, comédien de la compagnie, s'est attelé à plusieurs formes courtes (il n'y a pas de metteur en scène attitré dans ce projet). « Si on résume la tragédie, il peut en effet se passer quelque chose d'assez comique et grotesque. Mais nous sommes aussi sur d'autres sensations. Je pense à mes versions, qui ne sont généralement pas les plus drôles ! Sur Dom Juan par exemple, j'avais envie de montrer que le personnage est un nihiliste assez fasciné par, on va dire, la décomposition des corps ! Ma proposition est donc assez sombre. »

6 x 10 minutes

Pour ces Apéros-Tragédies, trois textes ont été réduits (en les réécrivant totalement, en sélectionnant certains passages, en les livrant quasiment sans parole...) : Roméo et Juliette de Shakespeare, Dom Juan de Molière et Médée de Sénèque. Avec, pour chacune des pièces, deux versions courtes différentes, histoire de multiplier les points de vue. « Et au milieu des deux, on fait un petit focus sur un passage clé de l'œuvre pour partager le texte tel qu'il est à l'origine, comme souvent on s'en éloigne un petit peu ! »

Le tout est présenté au cours d'une soirée à l'univers très cabaret, pour là encore désacraliser le rapport à ces textes qui peuvent intimider. Au vu de certaines des versions courtes que nous avons déjà pu découvrir (notamment deux Roméo et Juliette savoureux), ces soirées que lance la compagnie pourraient bien, tant il y a du potentiel, être multipliées à l'avenir. On l'espère ardemment.

Les Apéros-Tragédies
Au Déclic (Claix) jeudi 18 novembre à 20h
À l'Espace culturel René-Proby (Saint-Martin-d'Hères) vendredi 26 novembre à 20h
+ en forme réduite sur le campus mardi 9 novembre à 12h30 (à la bibliothèque Joseph-Fourier) et à 18h30 (à l'Est)


Les apéros tragédies

Le Festin des Idiots se fixe comme objectif de faire entendre des œuvres mythiques au plus grand nombre, et ce dans un minimum de temps.
EST (Espace scénique transdisciplinaire) 675 avenue centrale Saint-Martin-d'Hères
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Les apéros tragédies

Les Apéros Tragédies sont à mi-chemin entre un cabaret, une soirée disco et un match de basket.
Le Déclic 11 chemin de Risset Claix
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Les Apéros-Tragédies

La compagnie Les Gentils propose des adaptations de grands classiques en dix minutes seulement !
Espace René Proby 2, place Édith Piaf Saint-Martin-d'Hères
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En attendant le public... (épisode 2)

SCENES | L'équipe du Petit Bulletin est repartie à la rencontre des compagnies de théâtre et de danse pour recueillir leurs impressions sur la crise sanitaire et l'évolution de leur travail au quotidien. Cinq d'entre elles nous ont répondu pour témoigner de leurs incertitudes persistantes, mais aussi, parfois, d'un relatif optimisme.

La rédaction | Vendredi 5 février 2021

En attendant le public... (épisode 2)

Yoann Bourgeois – Centre chorégraphique national de Grenoble (CCN2) « C’est difficile car cette crise a touché le cœur de nos activités. Mais c’est aussi difficile pour moi de dire que c’est difficile parce que je sais que beaucoup d’autres sont plus impactés que nous au CCN2, qui sommes une institution assez solide économiquement. Même si, bien sûr, notre économie repose beaucoup sur la diffusion – on tournait énormément –, presque totalement à l’arrêt depuis un an. » Pour Yoann Bourgeois, codirecteur du Centre chorégraphique national de Grenoble (en binôme avec Rachid Ouramdane), cette crise sanitaire a chamboulé énormément de choses, notamment au niveau artistique puisque trois de ses créations sont en suspens : Hurricane, pour le ballet de l’Opéra de Göteborg en Suède, répétée entre janvier et mars 2020 mais qui n’a pu pour l’instant être jouée que le soir de la première en mars (on devrait cependant la voir la saison prochaine à la MC2) ; I wonder where the dreams I don't remember go, pour la fameuse

Continuer à lire

Sarah Kane : l’amour et la violence

Lecture | Mercredi 13 février à l'Amphidice, on aura droit à une lecture de la pièce "L’Amour de Phèdre" de la mythique dramaturge anglaise. On vous en dit plus.

Nathalie Gresset | Mardi 5 février 2019

Sarah Kane : l’amour et la violence

Mercredi 13 février, pour la cinquième année consécutive, le collectif grenoblois Troisième bureau et l’Université Grenoble Alpes célèbreront le théâtre contemporain avec une soirée de lecture autour de Sarah Kane, dramaturge britannique morte il y a vingt ans à l’âge de 28 ans. Pour l’occasion, Florent Barret-Boisbertrand, metteur en scène et comédien grenoblois, mettra en voix L’Amour de Phèdre, œuvre inspirée du mythe de l’amour de Phèdre pour Hippolyte magnifié notamment par Racine au XVIIe siècle. « Je m’intéresse aux réécritures contemporaines des mythes et c’est ce que Sarah Kane nous propose ici, avec un parti pris assez singulier, assez noir qui me plaît beaucoup. » Pour lui, l’œuvre de Sarah Kane est « fulgurante » : la dramaturge anglaise a ainsi écrit cinq pièces, qui « sont toujours autant montées aujourd’hui et pourtant difficiles à mettre en scène car Sarah Kane dépeint des rapports d’une extrême tension, brutalité, surtout dans L’Amour de Phèdre. Il règne un certain mystère autour de son écriture et la dimension de violence qui émane de son théâtre m’interroge bea

Continuer à lire

Et le Petit 38 devint le Midi / Minuit

ACTUS | En mars 2017, la metteuse en scène Chantal Morel a quitté le Petit 38 qu’elle avait fondé vingt ans plus tôt quartier Saint-Laurent. Et en a confié les clés au jeune collectif grenoblois Midi / Minuit, qui a du coup rebaptisé le lieu histoire que tout soit bien clair. On a rencontré l’un de ses membres pour en savoir plus.

Alice Colmart | Lundi 15 janvier 2018

Et le Petit 38 devint le Midi / Minuit

Depuis presque un an, le bail du Petit 38, minuscule théâtre situé rue Saint-Laurent, a été repris par Midi / Minuit, collectif de quatre bénévoles porté par les comédiens et metteurs en scène Florent Barret-Boisbertrand et Élisa Bernard (à droite sur la photo), tous deux issus du Conservatoire de Grenoble. Précédemment occupé par la metteuse en scène Chantal Morel et sa troupe, cet ancien café-restaurant de 89 m² va donc évoluer. « Le Petit 38, c’est avant tout un lieu de vie, de rencontre, de réflexion. Chantal Morel a fait perdurer cette idée depuis 1997. Ce n’est pas parce que le lieu devient le Midi / Minuit que l’on marque une rupture avec ce qu’elle voulait » nous assure Florent Barret-Boisbertrand. Car l’âme du lieu vient avant tout de son architecture : le hall d’entrée, le bar ou encore l’arrière-petite salle peuvent faire office d'endroits pour répéter ou se produire. « Ici, les artistes sont en contact direct avec leur public. C’est une dimension importante pour nous. On souhaite d’ailleurs renforcer

Continuer à lire

Il était une fois un prince en slip

SCENES | Le metteur en scène et auteur Tom Porcher-Guinet livre une pièce fleuve (3h) sur un petit groupe bien décidé à lutter contre la connerie. Drôle, fougueux et plaisant. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 26 avril 2016

Il était une fois un prince en slip

Comment, quand on est une toute jeune compagnie de théâtre, cumuler les handicaps ? En proposant d'abord une pièce écrite par un membre de la troupe plutôt qu'un texte bien populaire sûr de parler au plus grand nombre. En affichant ensuite fièrement plus de trois heures de représentation afin de bien effrayer ceux qui auraient pu se laisser tenter par tant d'inconnu. Voilà ainsi rapidement présenté le spectacle À demis cœurs vaillants, presque rien d’impossible, mis en scène et écrit par Tom Porcher-Guinet du collectif grenoblois Le Festin des Idiots. Une histoire de héros lancé dans une grande quête contre la connerie au cours de laquelle il croisera un lutin, une princesse ou encore une sirène. « Tous ceux qui veulent changer le monde, venez marcher venez chanter » comme le chantaient les jeunes UMP dans un clip en 2010. Venez marcher avec ce prince naïf qui sert de point de départ à Tom Porcher-Guinet pour s’amuser (on rit beaucoup pendant ces trois heures qui passen

Continuer à lire

Le Petit 38 voit plus grand avec le collectif Midi/Minuit

ACTUS | Ça s’active du côté du Petit 38 : le lieu tenu par la metteuse en scène Chantal Morel va ainsi être ouvert continuellement pendant les six prochains mois, avec des spectacles presque tous les soirs. La faute à Midi / Minuit, jeune collectif qui en veut. On fait les présentations. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Lundi 11 janvier 2016

Le Petit 38 voit plus grand avec le collectif Midi/Minuit

Le Petit 38, c’est un lieu à part à Grenoble, situé rue Saint-Laurent. Un local qui aurait dû être un restaurant, mais que la metteuse en scène Chantal Morel et son équipe ont finalement transformé en 1997 en place culturelle. Un petit espace avec une antichambre d’accueil à l’entrée et une salle d’une trentaine de places au fond. Depuis presque vingt ans, le Petit 38 accueille divers spectacles programmés par Chantal Morel, dont parfois les siens. Aujourd’hui, elle souhaite « le partager ». Le collectif Midi / Minuit a du coup vu le jour, porté par deux jeunes comédiens et metteurs en scène issus du Conservatoire de Grenoble : Élisa Bernard et Florent Barret-Boisbertrand. Pour lancer une nouvelle dynamique, comme nous l’a expliqué Florent Barret-Boisbertrand. « C’est venu de discussions avec Chantal. À la base, j’avais voulu la rencontrer pour voir s’il y avait la possibilité de faire un spectacle au Petit 38, un lieu que j’aime énormément. Elle m’a alors expliqué que, pour diverses raisons, c’était plutôt compliqué en ce moment au Petit 38, qu

Continuer à lire

Petit théâtre entre amis

SCENES | Le Festin des Idiots s'offre trois jours de théâtre à Seyssins pour dévoiler plusieurs de ses facettes.

Aurélien Martinez | Mardi 21 avril 2015

Petit théâtre entre amis

Un conservatoire d’art dramatique, ça apprend l’art dramatique, certes, mais c’est aussi un parfait lieu de rencontre. Nombre de jeunes compagnies se sont ainsi formées sur les bancs d’une école, les anciens élèves déboulant ensuite sur les scènes avec l’énergie du collectif façon "ensemble tout devient possible, surtout quand on est potes". Introducing Le Festin des Idiots, troupe issue de la promotion 2010 du conservatoire de Grenoble qui propose sur trois jours l’événement "Le Festin des Idiots fait ses bacchanales". Tout un programme, même si l’orgie sera principalement théâtrale. Chaque soir, un spectacle de leur répertoire sera présenté : Oreste, débris d'Orestie(s), relecture très bien ficelée du mythe d’Oreste, le jeudi ; La Livreuse du boucher, seul-en-scène autour d’une chanteuse lyrique barrée, le vendredi ; et Un peu d'optimisme, bordel !, « tragi-comédie franco-russe » avec un incroyable et très drôle poussin à sac à main, le samedi. Un collectif qui part donc dans beaucoup de directions, les metteurs en scène changeant d’ailleurs selon les créations. Si on peine du coup à trouver une cohérence d’ense

Continuer à lire