Des glaces, fraîches ! Et des finales...

Les bons plans de la semaine #2 | Un rallye des gones pour amateurs de scooters et de culture mod, du foot, du tennis, Morcheeba, de la musique traditionnelle indienne dans un parc, et surtout, surtout, de la glace bien fraîche : voici nos bons plans de la semaine.

Sébastien Broquet | Lundi 9 juillet 2018

Photo : © DR


Lundi 9 juillet - théâtre

Se mettre dans la peau de l'Autre

« S'il y avait la guerre aujourd'hui en France, où iriez-vous ? » nous dit-elle, Anne de Boissy, comédienne majeure. En jouant le texte de la Danoise Janne Teller, Guerre : et si ça vous arrivait ?, qui est adapté au pays dans lequel il est traduit, elle nous confronte à l'inversion de la question des réfugiés et à la violence avec laquelle ils sont reçus dans leur exil, la mésentente aussi entre différents naufragés et les interminables attentes en camps. C'est simple, direct et émouvant.

Au Clos Carret (4e) dans le cadre de Tout le monde dehors à 18h


Mardi 10 juillet - food

Acheter ses glaces fraîches, au marché

C'est le retour du camion de glaces. Il ne sillonne pas les rues, mais les événements (bientôt le Printemps de Pérouges) et toute l'année les marchés de Monplaisir, le mardi et du quai Saint Antoine, le mercredi. On peut venir y chercher ses bacs : 500ml à partager à la maison. Au volant on retrouve Agathe et François, couple pâtissier ayant porté ses talents de Paris (Fauchon, Patrick Roger) à NYC (Ducasse, ABC Kitchen). Leur production est faite d'ingrédients frais et locaux : le lait bio de la GAEC du Thicaud, les fruits et légumes de producteurs isérois, le café torréfié de chez Mokxa... Et respecte les saisons : « on ne vendra pas de sorbet aux fruits rouges en hiver », à fin d'éducation et pour des raisons gustatives. En ce moment, parmi la douzaine de parfums dans le camion : une addictive glace à la fleur d'oranger aux éclats d'amandes caramélisées et miel ou un sorbet pêche-abricot-graine de courge. On goûta celui à la fraise, avec le sentiment qu'il venait d'être cueilli.

Page, glaces et gâteaux, à traquer sur les marchés (8, 50€ le bac)


Mercredi 11 juillet - cinéma

Un chien de sa chienne : Dogman

Toiletteur pour chiens dans une cité délabrée, Marcello la bonne pâte devient le larbin d'une brute toxicomane terrorisant le quartier, Simoncino, lequel ne manque pas une occasion d'abuser de sa gentillesse. Mais après une trahison humiliante de trop, le frêle Marcello réclame son dû…

« Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie » Blaise Pascal pressentait-il le décor de Dogman en rédigeant ses Pensées ? Vaste étendue ouverte sur une non moins interminable mer, cette scène rappelle l'agora de Reality, ce microcosme dans lequel une kyrielle de drames peut éclore et se jouer aux yeux de tous ; chacun étant libre d'ouvrir ou de fermer les yeux sur ce qui se déroule sous ses fenêtres.

Et de se claquemurer dans une passivité complice, surtout, quand un fou furieux a fait du secteur son espace de jeu. Mettre au ban l'une de ses victimes, la plus inoffensive (en l'occurence le serviable Marcello) tient de la pensée magique ou de l'exorcisme : en se rangeant implicitement du côté du bourreau, on espère soi-même être épargné. Personne n'imagine que Marcello a contracté le syndrome de l'élastique, et que sa patience sans cesse distendue, peut rompre avec fracas.

Garrone n'est jamais aussi bon que lorsqu'il resserre ses drames sur de braves gens pris dans les mâchoires de la fatalité — dans son tentaculaire (et un peu foutraque) Gomorra, c'est ainsi le destin du couturier Pasquale qui suscitait le plus de compassion. Son bouleversant Marcello est un nouveau héros à la dignité bafouée, un vengeur solitaire et rédempteur se chargeant des péchés de ses semblables. Pour autant, et malgré son amour des animaux, il n'a rien d'un nouveau Saint-François d'Assise ; peut-être est-il le seul à avoir conservé un peu d'innocence. Mais hélas l'innocence finit toujours par se corrompre au contact de la réalité. Amer…

Un film de Matteo Garrone (It, int. -12 ans, 1h42) avec Marcello Fonte, Edoardo Pesce, Alida Baldari Calabria…


Jeudi 12 juillet - sono mondiale

Virée en Inde

Menacé, pour cause de baisse de subvention, mais pas coulé : les Jeudis des Musiques du Monde orchestrés par le CMTRA montrent cette année encore leur pertinence par une sélection de concerts thématiques épatants, comblant le gros manque de sono mondiale durant l'année lyonnaise. Ce soir, direction l'Inde et ses vapeurs envoûtantes en compagnie du Amrat Hussain Brothers Trio, composé par trois frères : Amrat Hussain, of course (tabla et percussion), Teepu Khan (tabla) et Sanjay Khan (chant, harmonium, castagnettes). Suivra Nirmāan, création frenchy rock avec une chanteuse indienne.

Au Jardin des Chartreux à 20h ; prix libre


Vendredi 13 juillet - trip-folk

Morcheeba en finale

En ces temps de finale – nous sommes à deux jours de celle de Wimbledon et de la Coupe du Monde – voici venir celui (au masculin) de Jazz à Vienne après quinze jours de festival. Sont qualifiés, outre Dhafer Youssef et Electro Deluxe, Sofiane Saidi & Mazalda, ce phare du trip-folk qu'est toujours Morcheeba – même passé en duo et même les émanations du trip-hop un peu passées de mode – sur les ailes notamment de la voix inégalable de la fantastique Skye Edwards.

Au Théâtre Antique de Vienne


Samedi 14 juillet - scooter addicts

Bal mod

Le scooter club lyonnais organise durant trois jours la 5e édition de son Rallye des Gones, à Sathonay-Village : rassemblement de près de 400 passionnés de scooters vintage (Vespa et Lambretta, c'est évident, mais aussi Bernardet ou Peugeot) venus de Londres, Barcelone ou d'ici pour comparer leurs rétroviseurs… En prime, food et concerts avec en ce samedi soir les punks de la Croix-Rousse The Scaners, l'effeuilleuse Miss Glitter Painkiller et des DJ's pour pousser tard dans la nuit au son de la soul, du rock et du reggae vintage. Impeccable.

À Sathonay-Village dès 10h


Dimanche 15 juillet - finales de Wimbledon et de la Coupe du Monde de foot

Oh les Champions !

Temple de la rigueur (plus que du charme) british, Wimbledon sera le stade du sacre de ce génie tant sportif qu'artistique qu'est Federer. Malin comme un singe, l'athlète n'est pas assez fou, à quasi 37 ans, pour aller se faire balayer de fond de court sur terre battue par un Nadal épuisant à regarder jouer à Roland. Depuis il a gagné Stuttgart, été finaliste à Halle. L'herbe sied si bien à celui qui a poussé la beauté du geste à un sommet indépassable. À l'autre bout de l'Europe, du côté de la Coupe du Monde, la Mannschaft renvoyée, l'Espagne martyrisée, CR7 humilié, l'équipe de France ressuscitée contre un Messi crucifié, le Brésil toujours au bord de la crise de larmes et un tableau final déséquilibré comme jamais, à l'heure d'écrire ses lignes, il se pourrait bien que l'on assiste à l'une des Coupes du Monde les plus ouvertes de l'Histoire. Entre potion magique russe, révélation du talent offensif des Belges, succession de coups de reins mexicains et supériorité technique d'une Croatie certes un peu crâmée, on pourrait voir naître un champion du monde inédit. Et plus encore si la Suisse, toujours teigneuse et souvent injouable, la joue comme le Fed'. Allez savoir si l'été ne sera pas Helvète.

À Londres, Moscou et sur son canapé


Guerre, et si ça nous arrivait ?

De Janne Teller, ms Nicolas Ramond, dès 12 ans, 45 min
Clos Carret Lyon 4e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement



Cinéma Comœdia 13 avenue Berthelot Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Amrat Hussain Brothers Trio + Nirmaan

Jardin des Chartreux 36 cours Général Giraud Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Morcheeba + Dhafer Youssef + Electro Deluxe + Sofiane Saidi & Mazalda + Moon Hooch + Gauthier Toux Trio

Théâtre antique de Vienne Vienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


5e Rallye des Gones

Rassemblement de scooters ancien avec animations, concerts et djs set
1 Rue Saint-Maurice Sathonay-Village
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

The Briefs et The Scaners en speed dating

Punk pressé | Pour ceux que l'ennui menace et que la langueur automnale terrasse, voici la parfaite soirée antidote : double plateau qui réunit le temps d'un éclair les Seattlites The Briefs et l'UFO-punk des Lyonnais The Scaners. On attache sa ceinture, ça va pousser fort et vite.

Stéphane Duchêne | Mardi 3 décembre 2019

The Briefs et The Scaners en speed dating

Il y a des soirées comme ça où il faut plus que d'autres prendre soin à ne pas arriver en retard. Impératif jamais aussi catégorique que lorsque deux formations comme The Briefs et The Scaners montent sur scène le même soir. Or même en arrivant à l'heure (c'est-à-dire) en avance, il vous faudra être entièrement dédié à l'affaire : à peine aurez-vous cligné des yeux que les roadies (en réalité les musiciens eux-mêmes) seront déjà en train de charger la camionnette pour les uns, la soucoupe volante pour les autres. Voilà en effet une soirée qui avance une promesse dont on est sûr — c'est si rare de nos jours — qu'elle sera tenue. À savoir : ça va jouer vite, très vite, pied-au-plancher, ventre à terre, la tête en arrière et le postillon météorique. Il y a treize ans — une éternité dans une vie au sprint — que l'on n'avait plus vu les Seattlites à Lyon. Autant de temps qu'il n'avait livré d'albums jusqu'à ce Platinum Rats de cette année qui les ramène

Continuer à lire

The Scaners : « des morceaux simples, peu d'accords et des mélodies accrocheuses »

Punk Lyonnais | Voilà un moment que le Lyon underground annonce l'avènement de The Scaners, un drôle de combo mêlant obsession pour l'ufologie, hymnes garage punk joués à mille à l'heure sur les ailes d'une soucoupe volante et synthés vintage prêts à "space-invader" la planète rock. Rencontre du troisième type avec les trois quarts de l'équipage.

Stéphane Duchêne | Mardi 20 février 2018

The Scaners : « des morceaux simples, peu d'accords et des mélodies accrocheuses »

Le groupe a une esthétique très marquée, entre l'influence de groupes comme les Ramones, les Dickies, et le recours aux synthés... L'avez-vous tout de suite eu en tête à la création du groupe ? Dédé : L'esthétique à la Ramones, c'était un peu le tronc commun au départ... Pav : La toute première répét' qu'on a fait c'était une reprise des Ramones, Commando. Tama : Pendant deux heures. (rires). Pav : Les synthés sont venus un peu après. Dans mes autres groupes, j'étais chanteur guitariste et je voulais un peu lâcher la guitare. Être plus libre de mes mains et de mes gestes. On s'est dit que l'on pourrait amener à notre style un truc un peu synthétique. J'ai appris à jouer du clavier, on a commencé à orienter les morceaux autour de ça. Ç'a rajouté une couche harmonique super intéressante. Le côté UFO, équipage de vaisseau spatial avec les vestes, c'est arrivé plusieurs mois après. Dédé : C'est toujours plus facile d'avoir un concept à exploiter. Là, ça nous permet d'avoir un cadre et une identité qu'on s'est rapidement appropr

Continuer à lire

Gregory Porter à Jazz à Vienne

Festival | Trois premiers artistes excitants, un changement radical de charte visuelle : Jazz à Vienne s'offre une cure de jouvence.

Sébastien Broquet | Mardi 21 novembre 2017

Gregory Porter à Jazz à Vienne

Jazz à Vienne poursuit sa mue et ce de manière radicale en ce qui concerne le visuel : exit l'illustrateur historique Bruno Théry qui avait réalisé les 35 précédentes, bonjour Brüno, dessinateur nantais de BD ligne claire remarqué pour son travail avec le scénariste Appollo (Biotope), importé dans le cadre d'un partenariat noué avec le festival de bande dessinée d'Angoulême et amené à se renouveler : chaque année, un dessinateur différent choisi par Angoulême réalisera ainsi l'affiche de Vienne. C'est peu dire que le visuel de cette année, au personnage inspiré de Miles Davis, insuffle un sacré coup de jeune bienvenu... Outre l'affiche, pour chaque édition, un concert dessiné sera partagé entre les deux événements : débuts de grande classe avec une collaboration entre la chanteuse malienne Rokia Traoré côté musique et Rubén Pellejero côté dessin, à qui l'on doit le retour de Corto Maltese. Une date à cocher sans plus attendre (le 26 janvier à Angoulême et le 5 juillet au Théâtre Antiq

Continuer à lire

Skye is the limit

MUSIQUES | Musique / Séparé de son emblématique chanteuse Skye depuis deux albums, Morcheeba finira-t-il par trouver la formule idéale qui lui redonnera son lustre trip-hop d’antan ? Élément de réponse cette semaine. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Jeudi 8 mai 2008

Skye is the limit

La question vaut pour la plupart des formations «rock» de l’histoire : qui de la tête pensante ou de la tête chantante d’un groupe en constitue l’âme, l’élément d’identification ? Beaucoup de groupes se sont déchirés à coups d’ego sur cette question. Chez Morcheeba, trio phare du downtempo britannique des années Blair, on dira ce qu’on voudra mais la réponse était évidente : en dépit du talent et de la science musicale indéniable des deux laborantins du groupe, les frères Paul et Ross Godfrey, l’âme du groupe n’en était pas moins Skye Edwards. «Était» car pour ceux qui auraient arrêté de suivre il y a un petit moment, en 2005, les moines Godfrey ont invité la belle Skye et sa voix veloutée à aller officier sous d’autres cieux. La faute soi-disant à un succès trop difficile à gérer à trois. Le fait est surtout que les frères en avait un peu soupé qu’on ne les reconnaisse pas dans la rue. Mais la tentative d’intérim d’une nouvelle chanteuse en 2005 sur l’album The Antidote (il faut croire que la présence charismatique de Skye leur empoisonnait vraiment l’existence) se solda par un échec. Il faut dire que, comme ont pu l’expérimenter d’autres formations, ce genre de greffe prend dif

Continuer à lire