«La popularité avant tout»

CONNAITRE | Entretien / Déborah Lamy, comédienne, candidate à la direction du Théâtre de la Croix-Rousse Propos recueillis par Dorotée Aznar

Dorotée Aznar | Mardi 30 novembre 2010

Petit Bulletin : Pourquoi vous portez-vous candidate à la succession de Philippe Faure ?
Déborah Lamy : Déjà pour dire que je me bats depuis 25 ans. Ensuite, parce que j'ai été très soutenue dans cette démarche ; j'ai reçu une centaine de lettres de soutien. Et ce, même si, évidemment, cette candidature n'a pas plu à tout le monde…Vous avez envoyé un dossier à la Ville de Lyon ?
J'ai envoyé une lettre de quatre pages qui expliquait mes ambitions pour ce lieu.Et quelles sont-elles ?
Pour moi, la popularité doit être au centre de toute réflexion et l'accès à la culture pour tous passe par des places moins chères. Je pense qu'il faut être vigilants à ce que ce théâtre ne devienne pas un lieu semi-privé.Vous vous sentez une responsabilité par rapport à ce théâtre ?
Je suis Croix-Roussienne depuis 41 ans, je ne pense pas me tromper sur les attentes du public. Je voudrais simplement que ce lieu reste celui des Lyonnais. Peu importe la personne qui sera nommée, ce qui compte, c'est qu'elle soit compétente et bien entourée. C'est le théâtre qui doit être mis en avant, pas le nom d'un directeur.Comment faire de ce théâtre un lieu de «culture pour tous», comme vous le prônez ?
Cela passe, je pense, par une programmation, plurielle et ouverte à d'autres pays. Une programmation qui ne soit pas juste une collection de «stars» sur une affiche. Cela passe par un lieu de vie dans le théâtre, un bar, une bibliothèque dans laquelle on peut consulter facilement des ouvrages, des expositions ouvertes au public… Ma vision est un peu celle du théâtre russe, un théâtre toujours en mouvement.Êtes-vous intéressée par d'autres lieux en dehors du Théâtre de la Croix-Rousse ?
Oui. Mon rêve serait de créer une Cartoucherie, mais à Lyon !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter