Yves Bonnefoy

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 3 février 2011

«Car la poésie, c'est rechercher le contact avec ce que la vie a d'immédiat dans des rapports avec d'autres êtres qui en deviennent de l'absolu, et cette expérience ne peut se faire qu'en délivrant la parole des systèmes conceptuels qui substituent à cette plénitude possible leurs représentations abstraites», dit Yves Bonnefoy dans "L'Inachevable", suite d'entretiens passionnants récemment publiée chez Albin Michel. Une quête toujours relancée, toujours remise en question, du superbe recueil "Du mouvement et de l'immobilité de Douve" (1953) au beaucoup plus récent "Raturer outre" (2010). Le poète est aussi un formidable essayiste, critique d'art (avec des textes clefs sur Poussin, Giacometti...), traducteur (Shakespeare au premier chef), passeur de Rimbaud (on ne saurait trop vous conseiller son livre "Notre besoin de Rimbaud") ou de Baudelaire. Un contemporain essentiel qui, à 87 ans, délivre à l'oral comme à l'écrit une pensée toujours aussi intense et singulière. Sa venue à Lyon pour un échange avec le poète Jean-Pierre Siméon n'est donc rien moins qu'un événement. JED

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter