Yves Bonnefoy primé

Nadja Pobel | Vendredi 9 décembre 2011

Et une distinction de plus ! Mais ce n'est jamais trop pour ce grand poète contemporain qu'est Yves Bonnefoy. À 88 ans, il est fraichement lauréat depuis le 7 décembre dernier du prix de poésie de la ville de Lyon, le prix Roger Kowalski, pour son recueil L'Heure présente (Mercure de France). Quand il n'écrit pas ses textes les plus reconnus comme Du mouvement et de l'immobilité de Douve (1953) ou La Longue chaîne de l'ancre (2008), il publie des essais critiques ou des traductions de Shakespeare notamment. Son prix lui sera remis lors du lancement national du Printemps des poètes qui, cette année, se fera depuis Lyon, en mars prochain.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

James Sacré, poète approximatif

Poésie | James Sacré viendra à Lyon pour recevoir le Prix Kowalski de la ville. Une belle occasion de découvrir l'une des plumes des plus touchantes et des plus sobres de la poésie contemporaine.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 10 mars 2020

James Sacré, poète approximatif

Coup sur coup, les Figures de silences (éditions Tarabuste) de James Sacré ont reçu, en 2019, le Prix Théophile Gautier de l'Académie Française et le Prix Kowalski. Ce recueil tente de dire le(s) masque(s) des paysages traversés (aux États-Unis, au Maghreb, en France...), l'insoutenable légèreté des mots écrits... Ou encore la fête et le carnaval : « Carnaval de quelle vérité montrée / Dans le faux d'un masque et des gestes crus ? / On veut croire à de la fête, on caresse / La mort et son cul. » Chez James Sacré, le tragique gît dans le prosaïque, l'émotion dans le presque rien des choses et des êtres. Et rarement poète ne nous aura donné à ressentir ce vent du temps qui passe sur les mots et les choses jusqu'à, aussi intolérablement qu'en toute légèreté, les effacer : « À la fin des mots se perdent dans le silence / À la fin tout le dictionnaire se perd / Dans le silence du monde. » « Poème comme un cul qu'ose pas se montrer nu »

Continuer à lire

Alexandre Hollan : Là où le temps dort...

Peinture | Depuis le début des années 1980, Alexandre Hollan peint et dessine uniquement des arbres et des natures mortes. Même s'il tira les leçons essentielles de (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 28 mars 2017

Alexandre Hollan : Là où le temps dort...

Depuis le début des années 1980, Alexandre Hollan peint et dessine uniquement des arbres et des natures mortes. Même s'il tira les leçons essentielles de l'abstraction, l'artiste né en 1933 a toujours besoin de partir d'images : « Sans images, c'est trop abstrait. Ces images se forment dans la nature : arbres, fruits, chemins, maisons... Elles habitent les brumes, les collines, la lumière du soir des garrigues, et aussi les lieux fermés, l'usure, l'oubli. Elles habitent des endroits où le temps dort. » Son œuvre tente d'extraire ces visibilités tapies dans l'oubli et les replis du temps, et de nous donner à voir notre rapport essentiel (sensible et poétique) avec les "choses". L'artiste présente un ensemble de dessins et de peintures à la galerie Pome Turbil (jusqu'au 29 avril) et sera présent à la Bibliothèque Denis Diderot de l'École Normale Supérieure Lettres (le jeudi 30 mars de 17h à 19h) pour une rencontre autour du livre que lui consacra le poète

Continuer à lire

Le Prix Kowalski pour François Boddaert

CONNAITRE | Le prix Roger-Kowalski/Grand Prix de poésie de la Ville de Lyon 2016 a été attribué le lundi 5 décembre à François Boddaert pour son livre Bataille (sous-titré Mes (...)

Nadja Pobel | Mardi 13 décembre 2016

Le Prix Kowalski pour François Boddaert

Le prix Roger-Kowalski/Grand Prix de poésie de la Ville de Lyon 2016 a été attribué le lundi 5 décembre à François Boddaert pour son livre Bataille (sous-titré Mes satires cyclothymiques) paru aux éditions Tarabuste. Un prix qui lui sera remis lors du Printemps des poètes, en mars prochain.

Continuer à lire

Fête des poètes

CONNAITRE | Manifestation nationale majeure, le Printemps des Poètes se déroule du 5 au 12 mars et met cette année à l’honneur le surréalisme et son père André Breton, (...)

Nadja Pobel | Mercredi 2 mars 2016

Fête des poètes

Manifestation nationale majeure, le Printemps des Poètes se déroule du 5 au 12 mars et met cette année à l’honneur le surréalisme et son père André Breton, disparu il y a 50 ans. Il en sera notamment question le 6 mars au Périscope avec Yvon le Men. Le traditionnel prix Kowalski sera remis la veille à Patrick Laupin pour Le Dernier Avenir. Et le 7 mars, c’est le jeune Thomas Vinau qui recevra la non moins jeune distinction René Leynaud pour Bleu de travail.

Continuer à lire

Le Prix Kowalski 2015

CONNAITRE | Les jurés du prix Kowalski 2015 ont décerné mardi 15 décembre la prestigieuse récompense de poésie de la ville de Lyon à Patrick Laupin pour Le Dernier avenir paru à (...)

Nadja Pobel | Jeudi 17 décembre 2015

Le Prix Kowalski 2015

Les jurés du prix Kowalski 2015 ont décerné mardi 15 décembre la prestigieuse récompense de poésie de la ville de Lyon à Patrick Laupin pour Le Dernier avenir paru à La Rumeur Libre (éditeur rhônalpin). Patrick Laupin est installé à Lyon depuis longtemps mais il n'en est pas originaire puisqu'il est né en 1950 à Carcassonne, dans l'Aude. Il a passé son enfance dans les Cévennes, dans une famille de mineurs de fond. Il a exercé pendant dix ans le métier d’instituteur et pendant vingt celui de formateur de travailleurs sociaux. Il a publié une vingtaine d'ouvrages chez Comp' Act, Paroles d'Aube, Seghers, La Rumeur Libre... Le Prix lui sera remise lors de la prochaine édition du Printemps des Poètes qui se déroulera du 5 au 12 mars prochains.

Continuer à lire

Le Prix Kowalski décerné à Jean Joubert

CONNAITRE | Le Prix Kowalski, prix de la poésie de la Ville de Lyon, a été attribué ce mercredi 10 décembre à Jean Joubert pour son receuil L'Alphabet des ombres paru cette (...)

Nadja Pobel | Jeudi 11 décembre 2014

Le Prix Kowalski décerné à Jean Joubert

Le Prix Kowalski, prix de la poésie de la Ville de Lyon, a été attribué ce mercredi 10 décembre à Jean Joubert pour son receuil L'Alphabet des ombres paru cette année aux éditions Bruno Doucey. Jean Joubert, 86 ans, vit depuis de nombreuses années dans le Languedoc. Il est également un auteur pour la jeunesse reconnu  et un romancier, récompensé notamment par le prix Renaudot en 1975 pour L'Homme de sable. Le prix Kowalski lui sera remis à Lyon lors de la prochaine édition du Printemps des poètes, qui se déroulera du 7 au 22 mars 2015.

Continuer à lire

Le Prix Kowalski décerné à Jacques Réda

CONNAITRE | Le Prix Kowalski, prix de la poésie de la Ville de Lyon, a été attribué ce mardi 10 décembre à Jacques Réda pour son receuil Prose et rimes de l'amour menti paru (...)

Nadja Pobel | Mercredi 11 décembre 2013

Le Prix Kowalski décerné à Jacques Réda

Le Prix Kowalski, prix de la poésie de la Ville de Lyon, a été attribué ce mardi 10 décembre à Jacques Réda pour son receuil Prose et rimes de l'amour menti paru cette année chez Fata Morgana. Jaques Réda, 84 ans, ancien rédacteur en chef notamment de la NRF, Nouvelle Revue Française, chez Gallimard, se verra remettre officiellement son prix en mars, lors du Printemps des poètes.

Continuer à lire

Philippe Delaveau, prix Kowalski 2012

CONNAITRE | Le prix de poésie Roger Kowalski, Grand prix de la Ville de Lyon, le plus doté dans son domaine, a été attribué ce mercredi 12 décembre à Philippe Delaveau pour (...)

Nadja Pobel | Mercredi 12 décembre 2012

Philippe Delaveau, prix Kowalski 2012

Le prix de poésie Roger Kowalski, Grand prix de la Ville de Lyon, le plus doté dans son domaine, a été attribué ce mercredi 12 décembre à Philippe Delaveau pour son livre Ce que disent les vents paru aux éditions Gallimard. Issu d’une famille d’origine tourangelle mais né à Paris en 1950, le lauréat, qui fut professeur de littérature, est l'auteur de plusieurs recueils chez Gallimard depuis Eucharis en 1989, avec, pour la plupart, des titres emblématiques de l'œuvre entière, tels Infinis brefs avec leurs ombres (2001) ou Instants d'éternité faillible (2004). On lui doit également de nombreux ouvrages réalisés avec des peintres, notamment Julius Baltazar.Rappel de la composition du jury :Georges Képénékian, adjoint à la culture de la Ville de Lyon, Jean-Yves Debreuille, secrétaire du prix, Patrice Béghain, Béatrice de Jurquet-Burgelin, Patrick Kéchichian, Hervé Micolet, François Montmaneix, Jean Pérol, Didier Pobel, Roger-Yves Roche, Annie Salager et Jean-Pierre-Siméon.  

Continuer à lire

Questions sur le monde

CONNAITRE | Alors qu'on l'imaginerait bien à Stockholm pour le prix Nobel de littérature, Yves Bonnefoy sera à Lyon le 5 mars pour recevoir le prix Kowalski de la ville (...)

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 23 février 2012

Questions sur le monde

Alors qu'on l'imaginerait bien à Stockholm pour le prix Nobel de littérature, Yves Bonnefoy sera à Lyon le 5 mars pour recevoir le prix Kowalski de la ville pour son dernier recueil de poèmes, L'Heure présente. / Extrait : «Chambre après chambre et lui dans la dernière / Et le doute qui cesse. C'est comme si, / De ton errance aux pieds ensanglantés / Tu avais recousu l'irréparable. / Et ta vie enfouit son front sur cette épaule, / Et qu'importe s'il est trop tard et si tu meurs». Le comédien Yannick Laurent lira des extraits de cette œuvre en présence d'Yves Bonnefoy. Un poète capital pour qui la poésie (il parle là de celle de Rimbaud mais on peut généraliser) «se doit d'être, non un jeu sur les mots mais une question sur le monde». Cet événement s'inscrit dans le cadre du Printemps des poètes (du lundi 5 au dimanche 11 mars à Lyon et son agglomération) qui mettra en avant cette part essentielle et trop rare de la littérature, dans des cafés, théâtres et autres espaces publics. Une thématique, les «Enfances», sera déclinée par bien des invités prestigieux comme le Lyonnais Charles Juliet, le Martiniquais Patrick Ch

Continuer à lire

Yves Bonnefoy

CONNAITRE | «Car la poésie, c'est rechercher le contact avec ce que la vie a d'immédiat dans des rapports avec d'autres êtres qui en deviennent de l'absolu, et cette (...)

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 3 février 2011

Yves Bonnefoy

«Car la poésie, c'est rechercher le contact avec ce que la vie a d'immédiat dans des rapports avec d'autres êtres qui en deviennent de l'absolu, et cette expérience ne peut se faire qu'en délivrant la parole des systèmes conceptuels qui substituent à cette plénitude possible leurs représentations abstraites», dit Yves Bonnefoy dans "L'Inachevable", suite d'entretiens passionnants récemment publiée chez Albin Michel. Une quête toujours relancée, toujours remise en question, du superbe recueil "Du mouvement et de l'immobilité de Douve" (1953) au beaucoup plus récent "Raturer outre" (2010). Le poète est aussi un formidable essayiste, critique d'art (avec des textes clefs sur Poussin, Giacometti...), traducteur (Shakespeare au premier chef), passeur de Rimbaud (on ne saurait trop vous conseiller son livre "Notre besoin de Rimbaud") ou de Baudelaire. Un contemporain essentiel qui, à 87 ans, délivre à l'oral comme à l'écrit une pensée toujours aussi intense et singulière. Sa venue à Lyon pour un échange avec le poète Jean-Pierre Siméon n'est donc rien moins qu'un événement. JED

Continuer à lire

Bonnefoy, la référence

CONNAITRE | Rencontre / Yves Bonnefoy est, au même titre que beaucoup des artistes qu'il a fréquentés (André Breton, Raoul Ubac, Pierre Leyris, Alberto Giacometti), une (...)

| Mercredi 13 décembre 2006

Bonnefoy, la référence

Rencontre / Yves Bonnefoy est, au même titre que beaucoup des artistes qu'il a fréquentés (André Breton, Raoul Ubac, Pierre Leyris, Alberto Giacometti), une des figures de l'histoire littéraire, artistique et intellectuelle du XXe siècle. C'est dans l'immédiate après-guerre qu'il publie son premier recueil de poèmes, intitulé Du mouvement et de l'immobilité de Douve. Suivront des livres comme Hier régnant désert ou Dans le leurre du seuil qui sont tous marqués par la fameuse «quête de présence» qui anime son art poétique : «Aussi peu le poème aura-t-il réussi à être le dévoilement de la présence, autant il a été en son commencement, et demeure - c'est là sa qualité négative, mais qu'il ne faut pas méconnaître - le dégel des mots, la dispersion des notions qui figent le monde, en bref un état naissant de la plénitude impossible : et s'il ne peut s'y tenir, il en dit au moins l'espérance». Mais l'influence de Bonnefoy ne s'arrête pas à la sphère poétique. Elle s'étend en effet à l'ensemble du panorama artistique, puisque il est aussi un essayiste de talent qui aborde la peinture ou la littérature avec érudition et singularité. Ses ouvrages sur Giacometti, Baudelaire, Aléchinsky ou Le

Continuer à lire