Causeries citoyennes

Jean-Emmanuel Denave | Samedi 12 janvier 2013

Photo : dr


Souvenez-vous… Il fut un temps où Eva Joly était candidate à l'élection présidentielle, Bernard-Henri Lévy philosophe, Martin Hirsch ministre du gouvernement Fillon… Et, plus sérieusement, un temps où, contre vents et marées de l'opinion, Robert Badinter défendit l'abolition de la peine de mort, votée en 1981. Cette brochette de guest stars interviendra dans le cycle de rencontres Causes communes, autour du thème large de la justice, organisé par la Villa Gillet, le Théâtre de la Croix-Rousse et l'Opéra. On y "causera" d'Europe (avec Eva Joly), d'ingérence humanitaire (avec BHL), de pénalisation et d'incarcération (l'une des conférences a priori les plus passionnantes qui réunira, en avril, Bernard Bolze, fondateur de l'Observatoire International des prisons, le philosophe spécialiste de Michel Foucault Frédéric Gros et l'intellectuellement très revigorant magistrat Serge Portelli). Cette semaine, Martin Hirsch interviendra sur la notion de solidarité en compagnie du sociologue Nicolas Duvoux et du philosophe Jean-Fabien Spitz. Et Robert Badinter, engagé aujourd'hui contre les sinistres conditions de détention en nos prisons, parlera de «Victor Hugo et la justice» à l'occasion de l'opéra Claude de Thierry Escaich dont il a signé le livret (à partir du roman Claude Gueux de Victor Hugo), mis en scène à Lyon par Olivier Py. Un opéra dont la première aura lieu à Lyon le 27 mars.

Jean-Emmanuel Denave

Causes communes. Justice/Injustice
jusqu'au lundi 15 avril
«La Solidarité», au Théâtre de la Croix-Rousse, lundi 21 janvier
«Victor Hugo et la justice» par Robert Badinter, à l'Opéra, mercredi 23 janvier


Les Causes communes : justice / injustice

"La solidarité : une valeur à redéfinir ?" avec Nicolas Duvoux, Martin Hirsch, et Jean-Fabien Spitz
Théâtre de la Croix-Rousse Place Joannès Ambre Lyon 4e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Les Causes communes : justice / injustice

"Victor Hugo et la justice" par Robert Badinter
Opéra de Lyon Place de la Comédie Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

L’opéra se fait justice

MUSIQUES | De tous les festivals qu’il a tricoté depuis son arrivée à la tête de l’opéra, Serge Dorny livre le plus spectaculaire, le plus visionnaire et le plus culotté : Justice/Injustice, qui réunit une création mondiale, trois œuvres contemporaines, des metteurs en scène au geste pur et des chefs faisant entendre une musique aux partis pris insensés et jubilatoires. Explications avec l'intéressé. Pascale Clavel

Pascale Clavel | Lundi 25 mars 2013

L’opéra se fait justice

Le festival Justice/Injustice ne devrait-il pas s’appeler Festival Robert Badinter ?Serge Dorny : Non. J’ai une estime énorme pour Robert Badinter, je le vénère, je suis un "Badinterâtre", à la fois au niveau de l’engagement, de l’éthique, de la personne même. Mais l’opéra Claude, dont il signe le livret, est une œuvre parmi plusieurs. Quand je vois le festival, je vois quatre œuvres : Le Prisonnier de Dallapiccola et Erwartung de Schoenberg, Fidelio de Beethoven et une création mondiale, une nouvelle commande, à partir d'un texte de Victor Hugo, écrite par Robert Badinter et composée par Thierry Escaich. Bien évidemment le librettiste Badinter est une personne immense. Il a une place importante, le personnage est fascinant, intellectuellement et humainement. Sa détermination et son engagement sont exceptionnels. J’ai eu le privilège de travailler avec lui depuis quelques années et au-delà de la commande, j’ai rencontré un être à part.Comment s'est monté Claude ?C'est lors d’un dîner qu'il m’a pa

Continuer à lire

Claude et Robert en tête

MUSIQUES | Peut-on dire, sans tomber dans le clin d’œil historique trop appuyé, que cette deuxième partie de saison est marquée du sceau de Robert Badinter ? L’Opéra de (...)

Pascale Clavel | Dimanche 6 janvier 2013

Claude et Robert en tête

Peut-on dire, sans tomber dans le clin d’œil historique trop appuyé, que cette deuxième partie de saison est marquée du sceau de Robert Badinter ? L’Opéra de Lyon vient de réussir l’exploit le plus impressionnant de ces dernières années, en choisissant comme clef de voute du prochain Festival Justice/Injustice Claude, premier opéra du compositeur Thierry Escaich. L’ancien garde des Sceaux en a écrit le livret d’après le court roman de Victor Hugo. Lorsqu’on sait que Jérémie Rhorer est à la baguette et Olivier Py à la mise en scène, on jubile par avance. N’en oublions pas le reste de la programmation musicale lyonnaise, riche et diversifiée, savoureuse et délicatement construite autour de quelques pépites à déguster sans modération. Le Festival de musique baroque notamment, qui fête ses 30 ans et fait pour l’occasion venir Marc Minkowski, le baroqueux qui résiste le mieux au temps. Il nous livrera en avril une Messe en ut de Mozart des plus inspirées. Les Journées Grame quant à elles, s’étirent dans le temps pour que nos oreilles puissent enfin s’installer dans leur siècle. De janvier à mai, elles nous invitent

Continuer à lire