Séries B comme Bagnoles

Christophe Chabert | Mercredi 26 juin 2013

Photo : "Shaft"


On raconte que Roger Corman, qui vendait du cinéma comme on vend des voitures, avait impressionné Ingmar Bergman en projetant ses films dans les drive-in. Cette tradition typiquement américaine qui consiste à se garer sur de grands parkings avec sa caisse (et, en général, une caisse de bières) pour regarder en plein air un double programme constitué de séries B ou de films en fin d'exploitation, l'association ZoneBis et Le Transbordeur ont décidé de l'importer au cœur de l'été lyonnais pour deux soirées qui s'annoncent mémorables.

On réservera donc (pour 5 €) sa place sur le parking du Transbo, et on pourra, le 5 juillet à la tombée de la nuit (mais les grilles seront ouvertes dès 19h avec un bar, un camion-restau et un DJ pour patienter) redécouvrir Shaft (l'original, pas le remake avec Samuel L. Jackson), fleuron de la blaxploitation dont le générique signé Isaac Hayes est presque aussi légendaire que le film lui-même. Tout aussi mythique, Mon nom est personne sera lui projeté le 26 juillet, histoire de célébrer cet autre pan de la contre-culture cinématographique qu'est le western spaghetti.

Les plus audacieux tenteront même de relever le défi lancé par Charles Willeford dans son roman L'île flottante infestée de requins, où il est dit que l'endroit le plus difficile pour «lever une fille», c'est justement le drive-in. Chiche ?

Christophe Chabert


Drive-in

"Shaft" de Gordon Parks (1971, ÉU, 1h40, VO)
Transbordeur 3 boulevard Stalingrad Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Drive-in

"Mon nom est Personne" de Tonino Valerii (1973, Ita, 1h57, VO)
Transbordeur 3 boulevard Stalingrad Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Drive-in, drive out : retrait de permis en vue pour les séances en plein air ?

Cinéma | Situation ubuesque en France où, sur fond de pandémie, le principe du drive-in (voire du cinéma en plein air) se trouve menacé par la puissante Fédération Nationale des Cinémas Français. En Métropole lyonnaise, cette crise se donne même des airs de duel de western…

Vincent Raymond | Samedi 16 mai 2020

Drive-in, drive out : retrait de permis en vue pour les séances en plein air ?

C’est un bien étrange feuilleton qui se joue derrière les projecteurs. Alors que les spectateurs privés de séances se reportent depuis le début du confinement sur les offres de streaming, et que la réouverture des salles ne s’esquisse pas avant le début, voire la mi-juillet, selon les derniers échos du Ministère de la Culture et de l’ensemble de la profession, on commence à entendre parler ici ou là de drive-in. Il faut dire qu’ailleurs en Europe, ce recours à la voiture pour sortir tout en restant confiné fait florès : le Festival Art Parking de Prague a été un triomphe, quant au Danemark à l’Allemagne et à la Pologne, ils l’ont adopté pour des concerts… ou des messes. En quelques jours, les spectateurs lyonnais voient des propositions concurrentes éclore. Malheureusement, et c’est assez paradoxal, aucune ne risque de voir le jour. Indissociable du chromo nostalgique de l’Amérique des fifties — celle de l’après-guerre qui roule —, le drive-in n’est pourtant pas une nouveauté en terre lyonnaise, o

Continuer à lire

Hallucinante nuit hallucinée

ECRANS | Après une première expérience réussie l’an passé, les cinéphages de Zonebis, coupables chaque année d’organiser l’excellent festival Hallucinations collectives, (...)

Christophe Chabert | Mercredi 4 décembre 2013

Hallucinante nuit hallucinée

Après une première expérience réussie l’an passé, les cinéphages de Zonebis, coupables chaque année d’organiser l’excellent festival Hallucinations collectives, s’associent de nouveau au site Nanarland.com pour une deuxième Nuit hallucinée qui porte bien son nom. L’idée est d’y faire se rencontrer des nanars avérés — ces «mauvais films sympathiques» où l’amateurisme, l’opportunisme et le n’importe quoi règnent en maître — et des films bizarres et inédits. La soirée débutera ainsi avec l’avant-première du très attendu nouveau film de Quentin Dupieux, Wrong cops. En fait, un collage de trois sketchs dont le premier, avec Marylin Manson au naturel, avait fait crouler de rire la Croisette en 2012, et qui fait figure d’en-cas rigolo avant le prochain Dupieux, Réalité, déjà en boîte et qu’on espère voir à Cannes en 2014. Autre avant-première, celle d’HK / Forbidden super-hero où l’on voit un puceau timide se métamorphosé en super-héros après avoir enfilé — par mégarde d’abord — une petite culotte féminine sur la tête. C’est, de fait, plus drôle que de se faire piquer par une araignée radioactive, et cela conduit à s’exclamer

Continuer à lire

Une nuit à dormir debout

ECRANS | Après le succès remporté par la deuxième édition d’Hallucinations collectives, les esprits frappeurs de ZoneBis viennent mettre un beau cadeau sous le sapin (...)

Christophe Chabert | Vendredi 23 novembre 2012

Une nuit à dormir debout

Après le succès remporté par la deuxième édition d’Hallucinations collectives, les esprits frappeurs de ZoneBis viennent mettre un beau cadeau sous le sapin avec une "nuit hallucinée" placée sous le signe du n’importe quoi. Associée pour l’occasion à Nanarland, qui propose depuis plusieurs années la même chose à la Cinémathèque française, l’association présentera donc cinq films (un court, quatre longs) dont certains brillent par leur joyeuse nullité. On citera par exemple Troll 2, considéré comme le plus mauvais film jamais tourné, ce qu’une horde de fans déviants ne manquent pas de souligner aux États-Unis au cours de séances virant au happening géant. Tout aussi navrant, L’Infernale poursuite est un pur produit d’exploitation foutraque où le méchant est une ceinture noire de karaté ayant perdu ses jambes durant la guerre de Corée. Mais le plus beau morcea

Continuer à lire