Pacôme Thiellement, yogi pop

CONNAITRE | Essayiste érudit et volubile, Pacôme Thiellement propose une approche sacrée et exégétique de la culture pop et de ses totems, nourrie par les lectures mystiques. Une démarche tout entière contenue dans le recueil d’articles "Pop Yoga". Stéphane Duchêne.

Stéphane Duchêne | Lundi 9 décembre 2013

S'il fallait un livre pour entrer dans l'univers de Pacôme Thiellement, auteur d'ouvrages sur Nerval, Lost, David Lynch, Led Zeppelin, Zappa, les Beatles, Pop Yoga serait sans doute celui-ci. Riche de 42 articles, l'ouvrage documente au mieux la cohérence de l'approche analytique des marottes précitées – et de bien d'autres : théologie et théophanie (apparition ou révélation d'une divinité ou d'un caractère divin), démonologie, gnose (à la fois doctrine promettant à ses adeptes la connaissance de Dieu par une révélation intérieure et connaissance ésotérique parfaite et initiatique contenant tous les savoirs sacrés).

«Une méthode pour accéder à l'union par l'étude active des œuvres de la pop culture», voilà en quoi consiste le «Pop Yoga» de Pacôme Thiellement, soucieux de rendre à la culture de masse sa dimension mythologique, les mouvements, les transcendances et les liens invisibles qui la traversent. Pour l'auteur, le «Pop Yoga» est un « ta'wil » : l'acte, tel que défini dans la religion musulmane, de «ramener une parole vers le résultat qu'on veut lui donner en expliquant son sens ou en déterminant ses effets».

Monde miroir

Non pas une critique culturelle mais une une forme d'exégèse donc, «analyse interprétative des textes sacrés» plaçant l'objet pop sur un plan sacré, et identifiant la figure pop (héros de fiction ou pop star) comme un archétype sacrificiel, un Christ, creuset des passions et angoisses du public et vecteur de leur exorcisme – à propos d'Elvis : «un héros dont nous avons fait un monstre» ; dans un splendide article-pivot sur le basculement de la figure de la pop star, «L'Homme que la terre vendit», cette affirmation que nous avons tué Cobain parce que nous l'avons investi de notre incapacité à vivre.

Car, «la culture pop est la construction d'un miroir à la civilisation : un monde miroir où ce qui est absurde et insignifiant dans l'existence se transforme en non-sens consolateur, en non-sens bénéfique. Mais c'est aussi la tentative de faire émerger ce monde miroir depuis notre monde, (...) de transformer notre quotidien pour qu'il dégage à son tour cette qualité consolatrice et bénéfique». Une échappatoire, seule capable, si l'on en croit Pacôme Thiellement, de nous aider à supporter le monde et surtout la solitude, «identité ultime de l'homme» à laquelle il nous condamne.

Pacôme Thiellement
Au Bal des Ardents, jeudi 12 décembre


Pacôme Thiellement

Pour ses livres "Poppermost : considérations sur la mort de Paul Mc Cartney " et "Pop Yoga"
Le Bal des Ardents 17 rue Neuve Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Pacôme par Thiellement

Littérature | Pas avare de publications, Pacôme Thiellement publiait en 2019 The Leftovers, le troisième côté du miroir, dans lequel il se livrait, comme il le (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 4 février 2020

Pacôme par Thiellement

Pas avare de publications, Pacôme Thiellement publiait en 2019 The Leftovers, le troisième côté du miroir, dans lequel il se livrait, comme il le fit jadis sur Lost ou David Lynch à l'un de ses exercices favoris : une véritable exégèse de l'inclassable série de Damon Lindelöf. Le revoici déjà avec Tu m'as donné de la crasse et j'en ai fait de l'or, que l'on pourra qualifier, si une telle chose est possible le concernant, de livre le plus singulier que nous ait livré l'auteur. Le pop yogi y plonge ainsi dans les événements les plus sombres de sa vie de mortel – amitiés trahies, douleur du premier amour, avanies professionnelles, impuissance sexuelle, décès d'un proche – pour, en un geste philosophal, en faire de l'or, comme le laisse supposer le titre emprunté à B

Continuer à lire

10 rencontres littéraires à ne pas manquer

CONNAITRE | Héros de la rentrée romanesque ou mythes vivants de l'écriture, fut-elle littéraire ou graphique, ces auteurs ont toute leur place dans une "bibliothèque idéale". Ils passeront par ici dans les semaines qui viennent.

Benjamin Mialot | Mardi 30 septembre 2014

10 rencontres littéraires à ne pas manquer

Emmanuel Carrère Avec Le Royaume, imposant volume de 600 pages où il mène une double enquête sur la «crise de foi» qui l’a transformé en croyant fervent pendant deux brèves années et sur les premiers chrétiens, l’auteur de L’Adversaire poursuit son impressionnante exploration des "autres vies que la sienne". Ici, le vertige saisit le lecteur devant l’imbrication virtuose entre les questions que l’homme et le romancier se posent et la tentative de ramener la mythologie chrétienne à son point le plus profane : une secte d’évangélistes traversée par des luttes intestines, des enjeux de pouvoir et le désir d’écrire à plusieurs mains le roman du Christ ressuscité. Christophe Chabert Le 9 octobre à PassagesLe 27 novembre à Lucioles à Vienne    

Continuer à lire