Le Grand Cuisine Cinéma Club, une première

Benjamin Mialot | Mardi 8 septembre 2015

D'habitude, les dimanches au Sucre, c'est hamburger. Ce 13 septembre, ce sera truffes, ramen et sauce sriracha, entre autres aliments au menu du Grand Cuisine Cinéma Club, «le premier événement entièrement dédié aux films et documentaires traitant de la cuisine, l'alimentation ou la foodculture, où vous pouvez manger ce que vous voyez à l'écran». Un banquet gaulois 2.0 ? Oui mais pas que.

La food for tought est aussi de mise puisque, entre un court animé mettant en scène des plagistes de barbaque (Wurst, par un animateur de Pixar) et la ressortie d'une comédie japonaise littéralement nounouille (Tampopo), il sera question de condition animale (avec un épisode des Politics of Food de Vice consacré au gavage), de rapport à l'image (Mukbang, qui analyse la mode coréenne du youtubing dînatoire) ou encore de géopolitique (Make Hummus not War, qui fait le point sur la dispute opposant le Liban, la Palestine et Israël quant à la paternité de la purée de pois chiches).

En tout, ce ne sont pas moins de dix films qui seront projetés, le temps de trois séances accessibles à l'unité. La bectance elle-même est en option, mais l'organisation ne fournit pas de quoi éponger les flaques de salive.


Le Grand cuisine cinema club

Films et documentaires dédiés à la cuisine, l'alimentation et la foodculture. 15h30 : séance Foodfighters, 18h : séance Foodentrepreneurs, 20h30 : séance Ramen Obsession
Le Sucre 49-50 quai Rambaud Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Mat Gallet : « On a la brigade éphémère la plus dingue et la plus brillante qui soit »

Grand Cuisine Cinéma Club | Ce dimanche a lieu la seconde édition du Grand Cuisine Cinéma Club, un festival de films culinaires, durant lequel on n’oublie pas de manger. Interview avec Mat Gallet, l’un des organisateurs de l’événement.

Adrien Simon | Dimanche 18 décembre 2016

Mat Gallet : « On a la brigade éphémère la plus dingue et la plus brillante qui soit »

Un mot sur l’année dernière : en plus des dix films présentés (six documentaires, deux films d’animation, un long-métrage de fiction et un court-métrage) on pouvait manger des petites assiettes en rapport direct avec les projections : du houmous préparé par Simon Huet pour suivre le film Make hummus not war, des ramens de Yomogi avec Tampopo, une salade thai de Têtedoie en accompagnement de Farang. Le dispositif va changer ? Mat Gallet : Au Grand Cuisine Cinéma Club, on essaye d’imaginer un format d’événement propre à chaque thématique. La première édition tournait autour des foodmaniacs. On l’avait donc construite comme une expérience quasi boulimique : douze heures non stop, une orgie de films et de tapas un peu sexy. Là, avec l’édition #disruption, on se devait de tester un nouveau modèle. Vu les films programmés, il nous semblait important que les cuisiniers puissent vraiment donner leur interprétation des films. On a donc pris le contrepied de tous les conseils qu’on nous donnait. Et plutôt que de faire un événement plus gros, on a choisi de proposer un événement plus concent

Continuer à lire

À mater & à manger

Grand Cuisine Cinéma Club | Le Grand Cuisine Cinéma Club retend la toile et remet le couvert pour un second festival de mets et de films, dont une avant-première goûtue : à savourer sans modération.

Adrien Simon | Mardi 13 décembre 2016

À mater & à manger

C’était en septembre de l’année dernière : un festival de cinéma (le premier du genre) offrant autant à voir qu’à manger. Pour la première édition du Grand Cuisine Cinéma Club, les spectateurs-dîneurs enchaînaient douze heures de films (documentaires, animation, fiction et courts-métrages) sur la cuisine, et de tapas apparus à l'écran (du houmous pour accompagner Hummus not war, des ramens pour suivre Tampopo...). Mat Gallet (Nuits sonores, Le Sucre) et sa bande recommencent ce week-end dans une formule moins boulimique, avec un nombre restreint de convives et une sélection filmique plus resserrée. En parallèle, quelques-uns des jeunes chefs lyonnais les plus en vue du moment « cuisineront en live, pendant les séances, dans la salle » pour (en plus de nombreuses surprises) servir un vrai repas, à table.

Continuer à lire