Charles Berbérian, croqueur de bonheur

CONNAITRE | Double visite à Lyon pour Charles Berbérian, qui passe par La BD sur le plateau de la Croix-Rousse mais aussi par la traditionnelle nocturne d'Expérience, muni d'un nouvel album : Le Bonheur Occidental.

Sébastien Broquet | Mardi 13 septembre 2016

Photo : © DR


Charles Berbérian est de retour, cette fois en solitaire, sans son acolyte Dupuy, mais muni d'un album édité par Fluide Glacial : Le Bonheur Occidental. Pour une grande part, il s'agit d'une vaste quête autour d'un "grand cerceau européen", sorte de foutaise romantique inventée par un lot de politiques en panne d'idées pour exister médiatiquement. L'histoire, ou plutôt les histoires, se composent au gré des humeurs d'un auteur lucide autant qu'énervé par l'actualité, réagissant au fil des news pour rythmer un récit où la profondeur vient aussi d'une certaine mise en abîme, comme déjà essayé dans Bienvenue à Boboland.

Ici, l'on croise un DSQ libertin et menotté, un Sarkouille trépidant d'impatience autocentrée et prêt à toutes les compromissions pour se faire élire ou un socialiste égaré au pouvoir : autant de personnages facilement "identifiables". L'on décèle surtout un dessinateur se sentant vieillir, s'interrogeant sur sa pertinence, sur ses succès passés, sur son talent ou son rapport aux autres. Charles Berbérian n'occulte rien de ses doutes et les traduit en gags autant que les travers de son époque qu'il sait si bien observer de son trait fin.

Le Bonheur Occidental, c'est encore l'occasion de rendre hommage à ses maîtres qui parsèment de leur influence son œuvre : Gotlib et les Monty Python sont chacun gratifiés de quelques cases.

Car en solo comme en duo, Charles Berbérian a marqué de son empreinte la bande dessinée française, depuis les débuts en tandem avec Dupuy, au sein de Fluide en 1985, avec Le Journal d'Henriette jusqu'au chef d'œuvre autobiographique, Journal d'un album, paru en en 1994 chez L'Association et devenu un classique au fil des ans. Sans oublier Monsieur Jean, débuté en 1990 dans Yéti, qui sera élu meilleur album à Angoulème en 1999. Autant d'ouvrages et de sujets dont il sera possible de discuter avec l'auteur lors de ses deux visites lyonnaises cette semaine.

Charles Berbérian
En nocturne chez Expérience le jeudi 15 septembre dès 18h
À la librairie La BD le samedi 17 septembre à 14h30


Charles Berberian

Pour sa BD "Le bonheur occidental"
Librairie La Bande Dessinée 57 grande rue de la Croix-Rousse Lyon 4e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Folk en ballade

MUSIQUES | Comme de tradition, c’est en douceur, par un petit décrassage folk à travers les rues de Lyon, que se prépare le marathon Just Rock ?. Le principe est (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 10 octobre 2013

Folk en ballade

Comme de tradition, c’est en douceur, par un petit décrassage folk à travers les rues de Lyon, que se prépare le marathon Just Rock ?. Le principe est désormais connu : par un bel après-midi d’octobre, ici, le 19, on baguenaude en plein air dans le 5e arrondissement (de la place Gerson au Vieux Lyon ; avec quelques solutions de repli au cas où la météo ferait des siennes) en salles accueillantes et/ou improbables (bibliothèque Saint-Jean, galerie Viva Dolor, salle Léo Ferré). Et comme d’habitude, il y a de quoi éveiller la curiosité du chaland. A commencer par l’Auvergnat Adam Wood (Wood étant un nom très répandu en Auvergne, et sans doute n’est-ce pas par hasard si son album, dans une veine Jayhawks/Counting Crows, s’intitule A Forest Behind the Tree). Wood ne suffira pourtant pas à cacher la forêt de talents qui officiera, en les personnes des puissants Narrow Terrence (de Rognes, ça ne s’invente pas), du mystérieux E-Grand, ou de Lena Deluxe, songwriter lilloise à la voix cristalline et sujette à la montée en pression rock. Autre curiosité, la présence de Charles Berbérian (oui, de

Continuer à lire

La mécanique du fluide

CONNAITRE | De la première bouffée de cigarette au dépucelage, l'adolescence est parsemée de rites de passage délicats. Le plus embarrassant de tous a toutefois longtemps (...)

Benjamin Mialot | Jeudi 6 juin 2013

La mécanique du fluide

De la première bouffée de cigarette au dépucelage, l'adolescence est parsemée de rites de passage délicats. Le plus embarrassant de tous a toutefois longtemps consisté à se pointer devant un buraliste avec un exemplaire de Fluide Glacial entre les mains. Il faut dire que ce «journal d'umour et bandessinées», fondé en 1975 par l'érudit et désopilant Marcel Gotlib (déjà à l'origine de L’Écho des Savanes) cultivait l'irrévérence et le mauvais esprit avec un zèle confinant à la déraison. Cultivait car depuis 1995 et son rachat par Flammarion, le magazine n'a eu de cesse, qui par l'emprunt d'un rédacteur en chef à Spirou, qui par un passage à la couleur, de se standardiser. Mais si nombre de ses piliers (Coyote, Maëster...), y compris les plus tardifs comme Manu Larcenet, sont allés voir ailleurs si l'herbe était plus folle, il compte encore dans ses rangs pas mal de bonnes plumes. Par exemple Binet, le Jérôme Deschamps (Les Deschiens) du neuvième art, qui mettra en scène ses Bidochon au Musée des Beaux-Arts. Ou, Franck Margerin, le créat

Continuer à lire