Riad Sattouf : « Le patriarcat me semble être à la base de tout ce qui bloque »

Bande Dessinée | Alors que le deuxième tome de ses Cahiers d’Esther vient de sortir, Riad Sattouf, passionnant auteur de BD (son Arabe du futur est un véritable succès) et réalisateur de deux bijoux cinématographique (dont un, malheureusement, incompris), sera mercredi à Lyon.

Aurélien Martinez | Mardi 28 février 2017

Photo : © Olivier Marty


Vous êtes une figure très populaire de la BD française actuelle. Quasiment une star ! Et vous continuez les rencontres dans les librairies...
Riad Sattouf :
Je fais des bandes dessinées "professionnellement" depuis quinze ans, mais c'est une grande passion qui me suit depuis l'enfance. Au début, je n'avais pas énormément de lecteurs mais j'étais déjà heureux de vivre de ma passion. Alors maintenant que j'en ai beaucoup, je suis encore plus heureux et j'ai du coup envie de tous les rencontrer, de tous les connaître… Je suis même devenu un peu drogué à ces rencontres dans lesquelles j'apprends plein de choses !

Et en plus, j'adore les librairies. J'aurais adoré être libraire. Les libraires font partie, pour moi, des gens les plus précieux de notre société. Surtout dans les petites villes où l'on parle tout le temps de désertification : ils sont porteurs de lien social, ils créent des communautés autour d'eux. Je rêve de monter une librairie un jour. D'ailleurs, si on me demande si je me sens plutôt Syrien ou Français, je dirais que je me sens plutôt lecteur et amateur de livres !

Vous présentez le deuxième tome des Cahiers d'Esther, qui évoque la vie d'une jeune fille d'aujourd'hui. Une série qui vient après L'Arabe du futur, dans laquelle vous racontez votre enfance. Vous vouliez changer de sujet, vous éloigner de vous, tout en restant dans le réel ?
Quand, en 2014, j'étais en train d'écrire L'Arabe du futur, je me rappelais de mon enfance, de mes souvenirs… C'est à ce moment-là que j'ai revu cette petite fille que je n'avais pas vue depuis longtemps – c'est la fille d'un couple d'amis. Elle avait neuf ans à l'époque et était très volubile. Elle s'était mise à me raconter sa vie, comment ça se passait à l'école, ses goûts musicaux, comment se comportaient les garçons… Des paroles qui ont tout de suite fait écho à ma propre expérience d'enfant que j'étais en train de raconter dans L'Arabe du futur. D'où cette envie de raconter son enfance à elle, aujourd'hui, trente ans après la mienne. Pour voir s'il y a des points communs, des différences…

Comment marche votre binôme avec Esther ?
Je l'appelle assez souvent, je la vois parfois… On parle, je lui pose des questions, je prends beaucoup de notes… Je vais la suivre jusqu'à ses dix-huit ans, à raison d'un album par an, pour observer comment passe une jeunesse – sauf si elle me vire avant bien sûr !

Revenons sur L'Arabe du futur, dont les trois tomes déjà publiés ont connu un immense succès – 1, 5 millions d'albums vendus. Comment a débuté cette aventure ?
En 2011, j'ai dû aider une partie de ma famille à quitter la Syrie. J'ai eu beaucoup de difficultés à leur obtenir des autorisations pour rentrer en France. J'ai alors voulu raconter ces difficultés en bande dessinée. Mais pour que ça puisse être intéressant pour le lecteur, qui forcément ne connaît rien à mon histoire, il fallait que je la raconte depuis le début. C'est comme ça que je me suis lancé dans L'Arabe du futur.

C'est une série de bandes dessinées dont le titre est très fort…
Je l'explique dans le volume 1. Quand j'étais petit et ne voulais pas aller à l'école, mon père me motivait en me disant que l'Arabe du futur doit y aller, en opposition selon lui à l'Arabe du passé qui n'était pas éduqué, colonisé… Dans cette notion d'Arabe du futur, il y a donc une notion désuète de nationalisme que je voulais conserver. Et en même temps, il y a aussi cette notion d'enfance, comme les enfants portent en eux tous les espoirs pour le futur : le futur sera forcément mieux que celui que l'on connaît. C'est quelque chose d'assez nostalgique…

Le grand public vous connaît aussi grâce à une autre casquette : celle de réalisateur. Pourquoi avez-vous décidé de vous lancer dans cette aventure ?
Parce qu'Anne-Dominique Toussaint, la productrice, me l'a proposé. On a fait Les Beaux Gosses qui a été un énorme succès à sa sortie en 2009. Ça m'a donné plus de moyens pour un deuxième film : j'ai fait Jacky au royaume des filles, qui lui a été un énorme four...

Dans Jacky au royaume des filles, comme dans pas mal de vos œuvres, vous parlez de manière détournée du monde… Une façon de procéder imagée plus forte qu'un discours frontal ?
Les questions d'égalité entre les femmes et les hommes sont le sujet majeur du XXIe siècle, de l'humanité moderne… Si on arrive à cette égalité, je pense que l'être humain s'en sortira. C'était donc normal pour moi de faire un film sur ce sujet, et notamment sur le patriarcat, qui me semble être à la base de tout ce qui bloque. Après oui, je ne veux attaquer personne, aucune religion, donc pour en parler, j'ai été obligé de créer un monde parallèle.

Du fait de vos œuvres comme L'Arabe du futur et de vos origines franco-syriennes, on vous interroge souvent sur la géopolitique actuelle, sur les questions autour du monde arabe… Vous semblez toujours y répondre avec prudence, comme si vous ne vous sentiez pas légitime pour émettre un avis…
Oui, même si ce n'est pas que je ne me sens pas légitime. Je ne me sens juste pas à l'aise avec le temps médiatique, où il faut réagir constamment à des événements qui viennent de se passer. Mon temps d'expression, c'est celui du livre. Dans mes livres, et également dans mes films, je dis ce que je pense. En dehors, je préfère m'abstenir. Ce qui n'est pas plus mal : comme il y a plein de gens qui ne s'abstiennent pas de s'exprimer, ça contrebalance !

Rencontre avec Riad Sattouf
À La BD le mercredi 8 mars à 13h


Riad Sattouf

Pour sa BD Les Cahiers d'Esther
Librairie La Bande Dessinée 57 grande rue de la Croix-Rousse Lyon 4e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Lyon BD Festival : là où les dessins s'animent

Bande Dessinée | Officiellement, la 16e édition du Lyon BD Festival se tient les 12 et 13 juin. Mais chacun sait que, dans les faits, le rendez-vous de la bande dessinée a commencé depuis une septaine déjà. Rien à voir avec quelque éviction prophylactique : entre le off et le in, c’est tout le mois de juin qui est contaminé par le 9e art. Et aussi, surtout, l’ensemble de la vi(ll)e de Lyon…

Vincent Raymond | Vendredi 11 juin 2021

Lyon BD Festival : là où les dessins s'animent

Les éditeurs feront sans doute un peu grise mine cette année du fait de l’absence de barnum place des Terreaux accueillant les stands à leurs couleurs — et leurs auteurs. Mais le pragmatisme l’emportant toujours sur la déception, ils se consoleront vite en considérant le verre rempli à ras-bord : la tenue en présentiel d’un des plus grands festival de bande dessinée de France, avec un programme conforme en ambition, en diversité et propositions, avec ceux déployés lors des éditions précédentes — on imagine les trésors d’inventivité qu’il aura fallu mettre en œuvre ! Fidèle à sa philosophie, Lyon BD poursuit en effet cette politique du “décloisonnement“ qui a fait son succès en révélant l’infini extraordinaire des interactions potentielles entre, d’une part, un art séquentiel lui-même multiple dans ses modes d’expression, et de l’autre toutes les disciplines culturelles et/ou les lieux les abritant dans la cité. En gagnant de nouveaux à sa cause chaque année, telle la Biennale de la Danse pour cette édition. Ça repart en live ! Au-delà des dédicaces (lesquelles ont toujours cour

Continuer à lire

Riad Sattouf, petit blond avec un crayon noir

CONNAITRE | Riad Sattouf est sans doute l'auteur de BD le plus observateur de sa génération. "L'Arabe du futur", le recueil de souvenirs d'enfance qu'il dédicacera cette semaine, confirme qu'il est aussi le plus lucide. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 23 septembre 2014

Riad Sattouf, petit blond avec un crayon noir

«Dans trente ou quarante ans, les sociologues, s'ils existent encore, se pencheront sur La Vie secrète des jeunes». La compliment a beau être de Philippe Druillet, le démiurge graphique qui fit passer la bande dessinée à l'âge adulte (cf. notre n°751), il est réducteur. Avec ce recueil de scènes d'idioties urbaines comme avec Les Pauvres Aventures de Jérémie, portrait mordant d'un développeur de jeu vidéo auquel la déveine colle à la peau, Riad Sattouf s'est certes imposé, au début des années 2000, comme un dessinateur d'observation de premier plan, saisissant mieux que quiconque les fulgurances bébêtes et les aspirations confuses des adolescents et jeunes actifs du XXIe siècle. Mais cet art de la vignette moqueuse (et néanmoins amicale), par ailleurs transposé avec succès au cinéma avec Les Beaux Gosses, est le plus souvent l'expression d'une forte conscience politique et sociale.

Continuer à lire

Jacky au royaume des filles

ECRANS | Après "Les Beaux gosses", Riad Sattouf élève d’un cran son ambition de cinéaste avec cette comédie sophistiquée, aussi hilarante que gonflée, où il invente une dictature militaire féminine qu’il rend crédible par des moments de mise en scène très inspirés… Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 24 janvier 2014

Jacky au royaume des filles

Il était une fois la République Démocratique de Bubune, où les femmes ont le pouvoir qu’elles exercent par la force, où les hommes sont réduits à porter une proto-Burka (la «voilerie»), où les pauvres mangent une bouillie immonde plutôt que des «plantins»… L’autarcie de cette dictature militaire et féminine est aussi un principe de mise en scène pour Riad Sattouf : pas de contrechamp sur l’extérieur (simplement appelé «l’étranger»), mais une immersion dans ce monde créé de toutes pièces, où l’on s’amusera à pister les éléments prélevés dans des pays existants. Il y a donc un peu de Corée du Nord, d’Iran façon Ahmadinejad et de Russie poutinienne, ou encore d’Inde à travers les castes et les vaches sacrées ici transformées en «chevallins». L’environnement de cette comédie hallucinante et hallucinée est tenue d’un bout à l’autre avec sa calligraphie, son Histoire, son langage, et il n’y a qu’à y propulser un héros sans qualité, Jacky (Vincent Lacoste, le Bernard Menez des années 2000), qui se masturbe en pensant à la Colonel promise à prendre le pouvoir (Charlotte Gainsbourg, aussi géniale et troublante ici que chez von Trier), et dont e

Continuer à lire

Riad Sattouf

CONNAITRE | La Vie secrète des jeunes – Tome 2 L'Association

Dorotée Aznar | Jeudi 22 avril 2010

Riad Sattouf

C'est un euphémisme de dire que les productions de Riad Sattouf ont le chic pour plaire. À la critique, qui n'a de cesse de se gondoler et s'émouvoir du regard qu'il porte sur la jeunesse (Manuel du puceau, Retour au collège). Au public, comme en témoignent les 900 000 entrées de son premier long-métrage, Les Beaux Gosses, dont il était à la fois scénariste et réalisateur. À ses pairs enfin, la dernière édition du Festival Angoulême ayant consacré le troisième volet de Pascal Brutal, désopilante série d'anticipation dont le héros se veut modèle de virilité, gourmette à l'appui. La Vie secrète des jeunes est d'un toute autre genre, Sattouf y rapportant des scènes dont il a été le témoin dans le métro, à la terrasse de quelque café parisien ou au commissariat. Présenté ainsi, ça n'a l'air de rien, il s'agit pourtant de son travail le plus fort, au sens où celui-ci se paye le luxe d'être à la fois hilarant, inquiétant et en prise avec son époque. Parents givrés, lycéennes hystériques, loulous philosophes, kids lubriques, la faune croquée chaque semaine par Sattouf dans les pages de Charlie Hebdo (et parquée dans ce deuxième volume tout frais) l'est en outre avec une expressivité délir

Continuer à lire

Timide et décomplexé

ECRANS | On a découvert Riad Sattouf sur le tard, via son personnage culte Pascal Brutal. Soit la description en bande dessinée, dans une France futuriste dirigée (...)

Dorotée Aznar | Lundi 22 juin 2009

Timide et décomplexé

On a découvert Riad Sattouf sur le tard, via son personnage culte Pascal Brutal. Soit la description en bande dessinée, dans une France futuriste dirigée par Alain Madelin, du quotidien d’un parangon de virilité doutant en permanence de sa sexualité – un travail de caricaturiste averti, qui tranche cependant avec le reste de l’œuvre de son auteur. Dans le ton, déjà, beaucoup plus loufoque que dans ses travaux précédents, et dans la méthode : Sattouf se laisse systématiquement guider par son héros, improvisant le scénario de case en case. Alors que dans ses albums “générationnels“ (Retour au collège, La Vie secrète des jeunes, Manuel du puceau…), il se fonde sur ses observations, ses ressentis personnels, son propre vécu pour retranscrire de la façon la plus juste qui soit l’état d’esprit des jeunes qu’il dépeint. Ce regard acéré, tendre et empathique jusque dans l’observation des pires crasses dont sont capables les victimes de l’âge ingrat, fait toute la valeur et l’unicité des Beaux Gosses. FC

Continuer à lire

Les Beaux Gosses

ECRANS | Une comédie sur des ados moyens, dans un espace-temps insituable, se jouant des codes du réalisme avec un humour franchement incorrect : le premier film de Riad Sattouf est un pur bonheur. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 2 juin 2009

Les Beaux Gosses

Pour donner le ton de cette teen comédie à la française écrite et réalisée par l’auteur de l’immortelle BD Pascal Brutal, il est bon d’en livrer un petit extrait. Hervé, ado complexé et maladroit, est avec son père en voiture (le reste du film, il vit seul dans une HLM triste à pleurer avec sa mère, une harpie obsédée par la vie sexuelle de son fils, notamment son penchant masturbatoire). Il l’interroge sur son prénom : «— C’est toi ou maman qui m’avez appelé Hervé ? — C’est moi. — Pourquoi ? C’est pourri comme prénom… — Ouais, mais c’est à cause de ta grand-mère, elle est morte juste avant ta naissance, et comme elle était fan d’Hervé Villard… Sinon, on t’aurait appelé Yannick, comme Yannick Noah…». Voilà le genre de dialogues qui parsèment Les Beaux Gosses ; il en dit long sur le talent de Sattouf pour imprégner son histoire de notations arrachées à même la viande de la culture populaire française puis transformer en humour sophistiqué et ravageur. Bienvenue dans l’âge ingrat Les Beaux Gosses s’intéresse donc à une poignée d’ados ingrats, stéréotypés et immédiatement attachants : le geek zozotant, l’arabe fan de hea

Continuer à lire