Dorra l'explorateur

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 23 mai 2017

Photo : © Lucille Caballerro


Il s'agit, écrit Max Dorra dans Angoisse (qui vient d'être publié chez Max Milo), « d'identifier le montage qui, à partir d'une image ancienne de nous-mêmes – un enfant culpabilisé, un élève soumis -, donne un semblant de réalité au récit simpliste mais angoissant, dont nous sommes prisonniers. Incarcérés dans la causalité logique, le fil de ce récit, nous croyions librement penser, "ressentir", et nous nous apercevons avec rage que nous étions "parlés", "agis", à l'instar d'une marionnette angoissée ignorant les fils qui l'activent. L'enchevêtrement trompeur d'un rôle social et d'un agencement de notre passé émotionnel. »

L'auteur invoque Marx et Freud, pour comprendre les montages sociaux autant que psychiques qui composent les mécanismes insidieux de l'angoisse. On croise aussi dans son livre passionnant et singulier : Eisenstein, Spinoza, Einstein, Proust, Bergson, tous ces explorateurs révolutionnaires des affects et de la mémoire.

Les voies du rêve, la logique associée à la pensée intuitive, l'invention de nouveaux montages psycho-sociaux : tels sont les recours possibles pour une sorte de "lutte finale" contre l'angoisse.

Les Vertiges de l'angoisse
Mardi 30 mai aux Subsistances, dans le cadre des Assises Internationales du Roman


Les vertiges de l'angoisse

Avec Max Dorra et Valter Hugo Mae
Les Subsistances 8 bis quai Saint-Vincent Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Élisabeth Roudinesco : « Freud était un grand romantique »

Psychanalyse | Historienne de la psychanalyse, Élisabeth Roudinesco voyage librement, dans son dernier livre, à travers le temps, l'espace et les thématiques les plus inattendues ayant trait à la psychanalyse. Elle vient à la Villa Gillet présenter son savoureux Dictionnaire amoureux de la psychanalyse.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 10 octobre 2017

Élisabeth Roudinesco : « Freud était un grand romantique »

Êtes-vous amoureuse de la psychanalyse ? Élisabeth Roudinesco : Je ne défends pas la psychanalyse avec un grand P, mais j'enseigne l'histoire de la psychanalyse en me situant un peu en dehors d'elle, et je défends ses différentes dimensions culturelles, scientifiques, internationales, la grande richesse d'une discipline qui a toujours été un peu en marge des autres... Pour ce livre, ce qui m'a intéressée, c'est non pas d'être amoureuse de la psychanalyse, mais d'écrire un "dictionnaire amoureux de la psychanalyse", c'est-à-dire une sorte de contre-dictionnaire, pensé comme une leçon de choses avec des listes et des entrées par des personnages de romans, des villes, des cinéastes... Comme un exercice de style alors ? Oui, j'adore les exercices formels et je me suis pliée avec plaisir aux contraintes du dictionnaire amoureux de l'éditeur : écrire à la première personne, abandonner l'approche conceptuelle propre aux dictionnaires scientifiques (chose que j'ai réalisée auparavant avec Michel Plon). C'est une sor

Continuer à lire

Freud par Elisabeth Roudinesco, ou l'aube d'une idole

CONNAITRE | On a beaucoup écrit sur ou autour de la vie de Sigmund Freud, mais aucune biographie complète n'avait été publiée en français depuis celle de Peter Gay en 1991. (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 2 septembre 2014

Freud par Elisabeth Roudinesco, ou l'aube d'une idole

On a beaucoup écrit sur ou autour de la vie de Sigmund Freud, mais aucune biographie complète n'avait été publiée en français depuis celle de Peter Gay en 1991. L'historienne et psychanalyste Elisabeth Roudinesco a eu la chance, pour son projet, de pouvoir exploiter des archives et des documents inédits. Son Sigmund Freud, dans son temps et dans le nôtre (Editions du Seuil) replonge la vie et l’œuvre de Freud dans son contexte historique (la crise économique, la Grande Guerre, la montée du nazisme) et se lit (presque) comme un roman. On y apprend un tas de choses inutiles (la passion de Freud pour les chiens ou l'occultisme par exemple), bien des faits nouveaux sur ses différents patients, et le profane pourra encore y picorer quelques éléments faciles d'accès sur les grands concepts freudiens. Le livre n'a par ailleurs rien d'une hagiographie et aborde de front les paradoxes et les ambiguïtés de Freud (un homme accroc un temps à la cocaïne et à certains préjugés de son époque...) et se pose aussi comme un démenti à nombre d'attaques virulentes (dont la bouillie pseudo-biographique de Michel Onfray). L'aute

Continuer à lire