Élisabeth Roudinesco : « Freud était un grand romantique »

Psychanalyse | Historienne de la psychanalyse, Élisabeth Roudinesco voyage librement, dans son dernier livre, à travers le temps, l'espace et les thématiques les plus inattendues ayant trait à la psychanalyse. Elle vient à la Villa Gillet présenter son savoureux Dictionnaire amoureux de la psychanalyse.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 10 octobre 2017

Photo : © DR


Êtes-vous amoureuse de la psychanalyse ?
Élisabeth Roudinesco : Je ne défends pas la psychanalyse avec un grand P, mais j'enseigne l'histoire de la psychanalyse en me situant un peu en dehors d'elle, et je défends ses différentes dimensions culturelles, scientifiques, internationales, la grande richesse d'une discipline qui a toujours été un peu en marge des autres...
Pour ce livre, ce qui m'a intéressée, c'est non pas d'être amoureuse de la psychanalyse, mais d'écrire un "dictionnaire amoureux de la psychanalyse", c'est-à-dire une sorte de contre-dictionnaire, pensé comme une leçon de choses avec des listes et des entrées par des personnages de romans, des villes, des cinéastes...

Comme un exercice de style alors ?
Oui, j'adore les exercices formels et je me suis pliée avec plaisir aux contraintes du dictionnaire amoureux de l'éditeur : écrire à la première personne, abandonner l'approche conceptuelle propre aux dictionnaires scientifiques (chose que j'ai réalisée auparavant avec Michel Plon). C'est une sorte de voyage, de principe associatif, mais, quelles que soient les entrées choisies (Philip Roth, Bardamu, Sherlock Holmes, Hollywood...), elles ont toujours un lien avec la psychanalyse. Ce dictionnaire est aussi une géopolitique de la psychanalyse (avec beaucoup de villes : Rome, Londres, Berlin...), discipline éminemment urbaine et mondialisée. Il y a encore beaucoup de listes : celle de maximes de Jacques Lacan par exemple, celle des « injures, outrances et calomnies » (dont certaines me sont adressées) contre la psychanalyse où je tente de faire entendre la violence de ces attaques...

La psychanalyse étant aujourd'hui pour le moins critiquée et controversée ?
Oui, les psychanalystes paraissent maintenant coincés entre des attaques extérieures (celles notamment de la psychiatrie biologique qui occupe tout le terrain ou presque) et des querelles de chapelles. Le public, lui, se dirige de plus en plus vers des approches du type développement personnel, bien-être... Dans l'entrée "Résistance", j'ai souligné la résistance de certains psychanalystes à la psychanalyse elle-même. Aux attaques extérieures, on réagit par des propos néo-réactionnaires (sur le mariage gay, les mœurs contemporaines...) et une résistance corporative. Freud était un conservateur éclairé, mais il n'a jamais été dans le camp réactionnaire. La psychanalyse est fondamentalement liée à l'idée de progrès.

Revenons à l'amour et à Freud chez qui cette notion apparaît peu, ou bien comme illusion, masque posé sur des désirs moins avouables ?
Oui, il n'y a pas de concept d'amour chez Freud, mais une conception de l'amour en termes cliniques de psychopathologie de la passion. Mais dans sa propre existence, l'amour joue au contraire un rôle considérable ! Freud est un grand romantique (il vient du romantisme allemand, avec son côté sombre aussi), et cela transparaît beaucoup dans sa correspondance : avec sa fiancée Martha, avec sa belle-sœur Minna, avec Lou Andreas-Salomé, et même dans sa correspondance avec ses disciples, avec Sandor Ferenczi tout particulièrement... Freud a eu peu de pratiques sexuelles, mais l'amour joue un rôle considérable dans sa vie et sa correspondance.
Dans mon entrée sur l'amour qui ouvre le dictionnaire, je parle aussi de la grande correspondance amoureuse de Louis Althusser avec Franca Madonia, et de Lacan qui, sur ce plan-là, est passé directement du 18e siècle au 20e siècle : il a été marqué par les libertins, ou encore par l'amour courtois et la mystique.

Aujourd'hui, l'amour, dit-on, serait supplanté par le narcissisme ?
Le narcissisme contemporain est une évidence. Dans les années 1960-70, il y a eu une libération sexuelle, et, depuis, le sujet s'est comme reporté sur le narcissisme et des conflits narcissiques (alors qu'auparavant, les conflits avaient trait aux interdits sexuels, aux désirs de l'autre...). Ce sont des psychanalystes américains (Heinz Kohut notamment) qui, les premiers, ont repéré ce phénomène dans les années 1970 : en l'absence de frustrations sexuelles, avec la diminution des interdits, la psychopathologie se manifeste par des replis sur soi, des pathologies narcissiques... Pour autant, il serait stupide de regretter les interdits d'antan et de donner, comme certains psychanalystes le font, dans le néo-conservatisme.

Élisabeth Roudinesco, Dictionnaire amoureux de la psychanalyse (Plon-Seuil)
À la Villa Gillet le mercredi 18 octobre à 19h30

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Penser le monde

Sciences Humaines | Du côté des sciences humaines et de la philosophie, quelques rencontres aussi peu médiatiques que fort intéressantes.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 26 septembre 2017

Penser le monde

À la Villa Gillet L'incontournable historienne française de la psychanalyse, Élisabeth Roudinesco, viendra à la Villa Gillet présenter, le 18 octobre, son dernier ouvrage au titre prometteur : Dictionnaire amoureux de la psychanalyse (Plon-Seuil), qui ouvre la découverte de Freud au cinéma, à la littérature, aux œuvres d'art... Et le jeudi 9 novembre à Sciences-Po (en partenariat avec la Villa Gillet), les sociologues Marc Joly et Gérald Bonner poseront une question simplissime : à quoi sert la sociologie ? Espérons que la réponse soit « à rien », tant notre époque est dominée par l'idéologie utilitariste ! À la fac et en galerie Parallèlement à l'exposition réunissant quatre plasticiens qu'il organise à la galerie Françoise Besson (Des pouvoirs et des écrans, jusqu'au 15 octobre), le philosophe Mauro Carbone (auteur de Philosophie-écrans chez Vrin) fera une conférence grand public au titre explicite : Au jour de nos écrans : du cinéma à la révolution numérique, le 10 octobre à 17h30 à l'Amphithéâtre de l'Université de Lyon

Continuer à lire

Dorra l'explorateur

Sciences Humaines | Il s'agit, écrit Max Dorra dans Angoisse (qui vient d'être publié chez Max Milo), « d'identifier le montage qui, à partir d'une image ancienne de (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 23 mai 2017

Dorra l'explorateur

Il s'agit, écrit Max Dorra dans Angoisse (qui vient d'être publié chez Max Milo), « d'identifier le montage qui, à partir d'une image ancienne de nous-mêmes – un enfant culpabilisé, un élève soumis -, donne un semblant de réalité au récit simpliste mais angoissant, dont nous sommes prisonniers. Incarcérés dans la causalité logique, le fil de ce récit, nous croyions librement penser, "ressentir", et nous nous apercevons avec rage que nous étions "parlés", "agis", à l'instar d'une marionnette angoissée ignorant les fils qui l'activent. L'enchevêtrement trompeur d'un rôle social et d'un agencement de notre passé émotionnel. » L'auteur invoque Marx et Freud, pour comprendre les montages sociaux autant que psychiques qui composent les mécanismes insidieux de l'angoisse. On croise aussi dans son livre passionnant et singulier : Eisenstein, Spinoza, Einstein, Proust, Bergson, tous ces explorateurs révolutionnaires des affects et de la mémoire. Les voies du rêve, la logique associée à la pensée intuitive, l'invention de nouveaux montages psycho-sociaux : tels sont les recours possibles pour une sorte de "lutte finale" contre l'angoi

Continuer à lire

Freud par Elisabeth Roudinesco, ou l'aube d'une idole

CONNAITRE | On a beaucoup écrit sur ou autour de la vie de Sigmund Freud, mais aucune biographie complète n'avait été publiée en français depuis celle de Peter Gay en 1991. (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 2 septembre 2014

Freud par Elisabeth Roudinesco, ou l'aube d'une idole

On a beaucoup écrit sur ou autour de la vie de Sigmund Freud, mais aucune biographie complète n'avait été publiée en français depuis celle de Peter Gay en 1991. L'historienne et psychanalyste Elisabeth Roudinesco a eu la chance, pour son projet, de pouvoir exploiter des archives et des documents inédits. Son Sigmund Freud, dans son temps et dans le nôtre (Editions du Seuil) replonge la vie et l’œuvre de Freud dans son contexte historique (la crise économique, la Grande Guerre, la montée du nazisme) et se lit (presque) comme un roman. On y apprend un tas de choses inutiles (la passion de Freud pour les chiens ou l'occultisme par exemple), bien des faits nouveaux sur ses différents patients, et le profane pourra encore y picorer quelques éléments faciles d'accès sur les grands concepts freudiens. Le livre n'a par ailleurs rien d'une hagiographie et aborde de front les paradoxes et les ambiguïtés de Freud (un homme accroc un temps à la cocaïne et à certains préjugés de son époque...) et se pose aussi comme un démenti à nombre d'attaques virulentes (dont la bouillie pseudo-biographique de Michel Onfray). L'aute

Continuer à lire

Lacan, 30 ans plus tard

CONNAITRE | Contrariée par un gouvernement qui voudrait contrôler sa pratique, mise à la corbeille par les influentes neurosciences ou les nouvelles psychothérapies (...)

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 15 septembre 2011

Lacan, 30 ans plus tard

Contrariée par un gouvernement qui voudrait contrôler sa pratique, mise à la corbeille par les influentes neurosciences ou les nouvelles psychothérapies comportementales qui la trouvent inefficace, attaquée en dessous de la ceinture par le philosophe Michel Onfray qui fait de Freud une sorte de cocaïnomane frustré et réactionnaire, la psychanalyse traverse une période pour le moins difficile, loin de sa prééminence théorique et institutionnelle dans les années 1970-80. Sans oublier qu’elle est elle-même souvent son meilleur ennemi avec ses guéguerres intestines et ses subdivisions ésotériques… En 1981 mourait Jacques Lacan, dernier grand théoricien en date ayant renouvelé et revivifié la pensée psychanalytique à l’aide de la linguistique, de la philosophie et de la topologie. L’incontournable historienne Elisabeth Roudinesco retrace de manière condensée cette aventure intellectuelle dans son livre Lacan, envers et contre tout (synthèse actualisée de sa biographie de Lacan, avec ici et là quelques copiés-collés flemmards). Le linguiste et philosophe Jean-Claude Milner revient quant à lui sur l’ensemble de son œuvre hétéroclite, très influencée par Lacan, dans un passionnant livre d’

Continuer à lire

La question reste entière

CONNAITRE | Rencontre / L’historienne Elisabeth Roudinesco est l’invitée de la Villa Gillet pour une rencontre qui s’annonce passionnante autour de son dernier ouvrage, Retour sur la question juive. Un livre à mettre entre toutes les mains… Yann Nicol

Aurélien Martinez | Lundi 30 novembre 2009

La question reste entière

En 1946, au lendemain d’une guerre qui aura vu l’extermination de plus de cinq millions de Juifs par les nazis, Jean-Paul Sartre publiait un ouvrage, intitulé ‘Réflexions sur la question juive’, dans lequel le philosophe tentait une définition de l’antisémite et du démocrate, en faisant du regard d’autrui l’origine principale d’une « identité juive » : «C’est l’antisémite qui fait le Juif», écrivait-il notamment dans un livre qui reste une référence malgré les nombreuses polémiques qu’il a soulevées. Plus de soixante après, la «question» est loin d’être réglée : l’antisémitisme est toujours présent, rampant même, et symbolisé par le tragique cercle vicieux que représente le conflit israélo-palestinien. L’historienne et psychanalyste Elisabeth Roudinesco (qui vient d’entrer dans l’histoire des idées avec la publication de son vivant, dans la pochothèque, de son ‘Histoire de la psychanalyse en France’) étudie cette question avec un livre dont le titre fait bien sûr écho à celui de Jean-Paul Sartre : Retour sur la question juive. Dans l’esprit des LumièresEn bonne historienne, Elisabeth Roudinesco revient d’abord sur les origines du mal, en insistant sur la distinction à f

Continuer à lire

Freud bouge encore

CONNAITRE | Connaître / Professeur à la prestigieuse New School for Social Research de New York, Eli Zaretsky est un intellectuel singulier. Spécialiste d’histoire de (...)

Jean-Emmanuel Denave | Dimanche 22 février 2009

Freud bouge encore

Connaître / Professeur à la prestigieuse New School for Social Research de New York, Eli Zaretsky est un intellectuel singulier. Spécialiste d’histoire de la psychanalyse aux États-Unis, il ne s’est pour autant jamais allongé sur un divan et puise ses outils théoriques aussi bien dans l’œuvre de Freud que dans celle d’André Gorz, de Max Weber ou de Jacques Derrida. Ce militant de la Nouvelle Gauche américaine, féministe et défenseur de l’émancipation des minorités ethniques ou sexuelles, a publié en 2004 un ouvrage fleuve et passionnant, Secrets of the soul, qui vient d’être traduit chez Albin Michel sous le titre Le Siècle de Freud. Le livre porte un regard étonnamment neuf et transversal sur le(s) parcours de Freud et de ses disciples (anglo-saxons notamment) en inscrivant la psychanalyse dans le champ plus large de l’histoire des idées, de l’évolution socioculturelle du XXe siècle et des mutations du capitalisme en particulier. Parmi les hypothèses osées défendues par l’auteur, on découvre celles-ci : le freudisme serait le deuxième grand moment d’introspection après le calvinisme au XVIe siècle, pourrait aussi être rapproché du fordisme, libérant le «moi» pour mieux l’ouvrir à

Continuer à lire