68, année politique : arrêtez le monde, je veux descendre !

Mai 1968 | Conversation entre le rare et précieux Tariq Ali, le romancier et ancien étudiant à Nanterre Jean-Christophe Bailly, et la remarquée historienne Ludivine Bantigny : un autre regard sur mai 1968 se profile du côté de Bron.

Sébastien Broquet | Mardi 6 mars 2018

Photo : Tariq Ali © Nina Subin


La légende veut qu'il ait inspiré en partie les paroles de Street Fighting Man, fameuse composition des Rolling Stones, rare incursion des apôtres du british beat dans le politique ; au même titre que la révolte de mai 1968 à Paris, ce que Mick Jagger a largement reconnu. Tariq Ali, incontournable activiste londonien au cœur des swinging sixties, méconnu en France, est invité à Bron pour évoquer "1968, année politique", fort de son expérience de militant trotskyste au sein de l'International Marxist Group. Alors rédacteur au sein de The Black Dwarf, il suivait de près les événements de Paris et en a fait la Une du journal de la gauche radicale. Le 13 juin 1968, il était même invité à la BBC pour une émission avec, entre autres, les leaders parisiens que sont Daniel Cohn-Bendit et Alain Geismar. Tariq Ali a écrit deux essais consacrés à 1968, non traduits en français à ce jour : il dialoguera à Bron avec Jean-Christophe Bailly, lui-même auteur d'un récit sur son expérience (il était étudiant à Nanterre au moment du mouvement du 22 mars) titré Un arbre en mai, tout juste paru en janvier 2018, au Seuil.

Surtout, ce dialogue à trois sera dynamisé par Ludivine Bantigny, jeune historienne remarquée dès son très estimable La France à l'heure du monde. De 1981 à nos jours (paru au Seuil en 2013), avant de récidiver cette année en offrant la première relecture d'ampleur des événéments qui nous occupent ici au sein de 1968, de grands soirs en petits matins (toujours au Seuil), qui fera date par son travail en profondeur, l'autrice étant allé consulter des archives, souvent inédites, dans tout le pays, sans se focaliser sur Paris et les figures médiatiques mais puisant à toutes les sources, y compris bien sûr celles des opposants à la révolte. C'est touffu et passionnant, offrant un regard neuf et loin des fantasmes légués par le camp des irréductibles nostalgiques ou de celui des déclinistes accusant mai 68 de tous les maux. Surtout, son ouvrage offre une nouvelle lumière aux rêves de changement de vie, aux utopies, aux luttes et créativités alors partagées par nombre de personnes, en France et ailleurs (l'internationalisation du mouvement est aussi abordée). Comme l'un des nombreux slogans d'alors le clamait : ayez des idées !

68, année politique avec Ludivine Bantigny, Tariq Ali et Jean-Christophe Bailly
À l'hippodrome de Parilly au Magic Mirror le dimanche 11 mars à 11h


68, année politique

Avec Tariq Ali, Jean-Christophe Bailly et Ludivine Bantigny, animé par Michel Abescat
Hippodrome de Parilly Avenue Pierre Mendès-France Bron
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Révolutions intérieures aux Assises du roman

Révolte | "Au cœur de la révolte", l'une des thématiques fortes de cette édition 2018, et comme pour célébrer à distance Mai 68, les Assises Internationales du Roman ont placé deux auteurs américains, Martin Neill Null et A.G. Lombardo, dont les deux premiers romans épiques entraînent leurs personnages dans un désordre qui finit par les éclairer. Et nous avec.

Stéphane Duchêne | Mardi 15 mai 2018

Révolutions intérieures aux Assises du roman

« La rébellion est dans l'œil de celui qui la regarde » écrit A.G. Lombardo page 365 de son Graffiti Palace. Un aphorisme qui pourrait commenter, page 206 du Miel du Lion de Martin Neill Null, ces mots de Shelby Randolph, entrepreneur et copropriétaire de la Cheat River Paper & Pulp, une société du début du XXe siècle qui transforme les forêts de Virginie-Occidentale en pâte à papier et les ouvriers en forçats, persuadé de faire œuvre de philanthropie à travers le profit : « Quant aux syndicalistes, pour la plupart, ils se fourvoyaient tout bêtement et cédaient à la tentation typiquement humaine de la paresse. » On le sait, ce qui fait écho un jour peut résonner longtemps. Et il ne viendrait à l'idée de personne de contester le caractère actuel de deux phrases ayant la vertu d'expliquer la schizophrénie à l'œuvre dans une société française occupée à célébrer d'une main l'anniversaire du bel esprit de Mai 68 tout en balayant de l'autre la pertinence des grèves et manifestations qui pour s'ancrer dans notre quotidien de 2018 ne sont pas frappées, elles, du sceau de la nostalgie – pas plu

Continuer à lire

Jean-Christophe Bailly, vers l'infini et au-delà

CONNAITRE | Connu du grand public pour "Le Dépaysement, voyages en France", Jean-Christophe Bailly vient de faire paraître un livre entretiens qu'il présentera à la galerie Descours. Soit une double occasion de découvrir son œuvre foisonnante et singulière. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 25 novembre 2014

Jean-Christophe Bailly, vers l'infini et au-delà

Jean-Christophe Bailly fait partie de ces écrivains ou intellectuels qui agacent particulièrement les journalistes (tant mieux !) en n'entrant dans aucune "case". A la fois poète, philosophe, dramaturge, éditeur, critique d'art, essayiste, romancier, ce penseur âgé de soixante-cinq ans a aussi connu les influences les plus diverses : le surréalisme, Georges Bataille, le premier romantisme allemand (avec L'Encyclopédie de Novalis notamment), Cesare Pavese, Walter Benjamin, Büchner... On lui connaît aussi des amitiés et des collaborations avec des artistes (Jacques Monory, Piotr Kowalski...), des philosophes (Jean-Luc Nancy, Philippe Lacoue-Labarthe), des photographes (Bernard Plossu)... Sa biographie comme sa bibliographie ressemble à un archipel éclaté. Et lui-même se réclame du projet romantique consistant à «connecter infiniment» les genres et les domaines. «L'univers aussi parle, écrit Novalis. Tout parle, des langues inconnues» Il s'agira donc d'écouter et d'intensifier notre perception de ces langues inconnues, qu'elles soient celles des poètes ou celles des animaux, que Bailly chérit tout particulièrement. Une pensée clau

Continuer à lire