5 choses que vous ne saviez pas sur Edgar Morin

Aux Célestins | La voix du sociologue et philosophe Edgar Morin est d'une importance capitale dans notre débat public, et sa venue pour une masterclass aux Célestins à l'invitation de nos confrères d'Acteurs de l'Économie à noter de suite dans son agenda. Derrière La Méthode, son œuvre majeure, se débusquent cinq choses que vous ne saviez (peut-être) pas sur le penseur de la complexité.

Sébastien Broquet | Mardi 13 mars 2018

Photo : © Laurent Cerino


1/ Morin n'est pas son nom

Morin n'est pas son véritable nom. Edgar est en fait né Nahoum en juillet 1921 à Paris, et prendra le pseudonyme de Morin durant la Seconde guerre mondiale, lors de laquelle il s'est engagé dans la Résistance dès 1942, communiste puis au sein des Forces françaises combattantes. À l'issue de la guerre, il écrira son premier ouvrage, L'An zéro de l'Allemagne. Et adopta définitivement le patronyme Morin.

2/ Avant les autres sur la pop culture

Edgar Morin se penche vite sur ce qui deviendra un phénomène majeur : la pop culture émergente, issue de la génération des babyboomers mais souvent dénigrée par les intellectuels, qu'il étudie au sein de Les Stars en 1957 où ce grand amateur de cinéma dissèque sous toutes les coutures les mythes hollywoodiens de Marylin à Brooks, ou encore L'Esprit du temps en 1962, qui observe en profondeur la « culture de masse » propagée par une télévision alors en plein essor, livre disruptif aujourd'hui jugé précurseur.

3/ Complice de Jean Rouch

À Jean Rouch, le cinéma doit beaucoup. Cet amoureux de l'Afrique, qu'il a passionnément parcouru au fil de pérégrinations et de films majeurs, a aussi théorisé le cinéma-vérité, en compagnie d'Edgar Morin donc, avec Chronique d'un été en 1960 où tous deux arpentent les rues de Paris en questionnant la jeunesse (parmi laquelle on déniche Régis Debray) sur la notion de bonheur.

4/ Ennemi des théories du complot

L'un de ses ouvrages les plus connus et les plus brillants s'attelle à disséquer le principe de la rumeur, en partant d'un fait divers réel, qui nourrira La Rumeur d'Orléans : la soit-disant disparition dès avril 1969 de jeunes filles dans les salons d'essayage de commerçants juifs pour être vendues à des réseaux de prostitution. En vérité, Orléans n'a connu aucune disparition. Allant sur place étudier les ressorts de cette rumeur en compagnie d'un crew de sociologues, Edgar Morin livre une brillante analyse étudiant la construction, largement alimentée médiatiquement, de cette rumeur à forts relents antisémites.

5/ Pas exempt de polémique

Durant l'hiver dernier, Edgar Morin a subit les foudres de la bien-pensance pour avoir osé dialoguer avec Tariq Ramadan au fil de deux ouvrages parus en 2014 puis 2017. Si ce dernier, Tartuffe de l'Islam, a très justement sombré et devra s'expliquer devant la justice des accusations circonstanciées de viols dont il fait l'objet, il serait malvenu d'entraîner dans sa chute un penseur ayant toujours guidé ses pas vers les Lumières et lutté contre l'obscurantisme.

Masterclass avec Edgar Morin
Aux Célestins le lundi 19 mars à 19h


Masterclass avec Edgar Morin

Refonder une pensée politique en France
Célestins, théâtre de Lyon 4 rue Charles Dullin Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Edgar Morin : « nous avons besoin d'une poésie de la vie »

Entretien | Lundi 19 mars, invité par le magazine Les Acteurs de l’Économie, Edgar Morin était au Théâtre des Célestins, donnant une masterclass sur le thème "Refonder une pensée politique en France". Nous l'avons rencontré en compagnie de France 3 à l'issue de sa conférence.

Elliott Aubin | Lundi 26 mars 2018

Edgar Morin : « nous avons besoin d'une poésie de la vie »

Comment expliquez-vous ce paradoxe entre votre postulat qui est de dire qu’il y a une absence voir même, pire, un vide de la pensée politique et le constat actuel d'une réelle effervescence de l’engagement citoyen, associatif, politique … ? Edgar Morin : C’est vrai. C’est ainsi que je fais la distinction entre ce que j’appelle l’infra-politique et le supra-politique. Aujourd’hui, on voit bien qu’il manque un lien entre l’infra et le supra, autrement dit cet engagement citoyen existe mais il n’accède pas pour autant à la responsabilité politique, à l’exécutif, au Parlement. Il y a bien, dans la société civile, des actions qui humanisent nos quotidiens, qui font vivre la démocratie et la conscience écologiste, mais ils font face aux lobbys et à la puissance des intérêts économiques des multinationales. Qu’entendez-vous par « régénérer notre humanisme » ? Quand une période est difficile, l’adversité doit nous stimuler, et ne doit pas nous faire hésiter à rechercher à réaliser notre vie. R

Continuer à lire