Les luttes et les rêves

CONNAITRE | Michelle Zancarini-Fournel participera à la table ronde "Au cœur de la révolte", le mercredi 23 mai à 19h. Elle est l’autrice de Les luttes et les rêves (éd. Zones), véritable encyclopédie chronologique des luttes populaires en France de 1685 à 2005.

Elliott Aubin | Mardi 15 mai 2018

Photo : © DR


« Le récit s'attache à mettre en exergue des histoires singulières et pas seulement une histoire de groupes, de mouvements ou d'organisations. Il s'agit d'une histoire incarnée passant parfois par l'intime, une histoire sensible, attentive aux émotions, aux bruits et aux sons, aux paroles et aux cris. C'est pourquoi le texte est émaillé de nombreuses citations – témoignages, manifestes et chansons – qui sont autant de voix à entendre » explique Michelle Zancarini-Fournel.

Les Luttes et les Rêves est une référence au titre choisi par Victor Hugo pour le Livre 3 des Contemplations, hommage à l'œuvre de l'auteur des Misérables. Car ce livre retrace l'histoire de ces foules anonymes, des « gens d'en bas », des classes populaires, de ces femmes et de ces hommes « sans nom », de ceux qui luttent dans l'ombre. On explore cette frise chronologique de 1000 pages depuis 1685, année de l'adoption du Code Noir et de la révocation de l'Édit de Nantes, jusqu'aux émeutes urbaines de 2005. Entre revendications, rêves, révoltes, conflits sociaux, grèves, guerres et répressions, le lecteur traverse ces évènements historiques qui ont façonné l'histoire populaire de la France.

L'historienne, professeure à l'Université Lyon 1, évoque aussi au travers de quelques épisodes l'Histoire sociale de Lyon : De la révolte des canuts en 1831 et la Commune de Lyon de 1870, jusqu'à la marche pour l'égalité entamée dans le quartier des Minguettes à Vénissieux en 1983.

Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves (éd. Zones)

Au cœur de la révolte
Aux Subsistances le mercredi 23 mai à 19h


Au cœur de la révolte

Matthew Neill Null, A.G Lombardo, Michelle Zancarini-Fournel, Ludivine Bantigny
Les Subsistances 8 bis quai Saint-Vincent Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La Villa Gillet déroule un Mode d'Emploi 100% Web

Festival des Idées | Faute de pouvoir se tenir en "présentiel", selon l'infâme expression un peu trop consacrée, Mode d'Emploi s'avance donc virtuellement jusqu'au 21 novembre pour ne pas nous sevrer totalement de débats d'idées et de réflexions sur notre espace contemporain, déjà sacrément chamboulé. Comme pour les Assises Internationales du Roman au printemps, l'événement est à retrouver tous les soirs à partir de 19h sur le site de la Villa Gillet. Si vous voulez un conseil — autre que de défense —, faites-y donc un tour. Voici le programme.

Stéphane Duchêne | Mardi 17 novembre 2020

La Villa Gillet déroule un Mode d'Emploi 100% Web

Confinée au moment des Assises Internationales du Roman, la Villa Gillet en avait livré une version virtuelle sur son site Web. Reconfinée au moment de Mode d'Emploi, son festival des idées, la voici contrainte mais néanmoins enthousiaste de remettre le couvert avec un programme qui, sur la forme, se calque quelque peu sur le couvre-feu et, sur le fond, embrasse les thématiques auxquelles cette drôle d'année 2020 est venue donner davantage de relief. Ainsi chaque jour, sauf exception, Mode d'Emploi proposera un programme en trois temps. À 19h, il sera question de Libertés d'expression, sous la forme de capsules sonores ou vidéo avec des artistes et citoyens engagés. À 19h30 — de 16h à 19h pour la journée, copieuse, du samedi —, on enchaînera avec Les idées sous couvre-feu, soit une heure quotidienne de débats et conversations thématiques avec é

Continuer à lire

Révolutions intérieures aux Assises du roman

Révolte | "Au cœur de la révolte", l'une des thématiques fortes de cette édition 2018, et comme pour célébrer à distance Mai 68, les Assises Internationales du Roman ont placé deux auteurs américains, Martin Neill Null et A.G. Lombardo, dont les deux premiers romans épiques entraînent leurs personnages dans un désordre qui finit par les éclairer. Et nous avec.

Stéphane Duchêne | Mardi 15 mai 2018

Révolutions intérieures aux Assises du roman

« La rébellion est dans l'œil de celui qui la regarde » écrit A.G. Lombardo page 365 de son Graffiti Palace. Un aphorisme qui pourrait commenter, page 206 du Miel du Lion de Martin Neill Null, ces mots de Shelby Randolph, entrepreneur et copropriétaire de la Cheat River Paper & Pulp, une société du début du XXe siècle qui transforme les forêts de Virginie-Occidentale en pâte à papier et les ouvriers en forçats, persuadé de faire œuvre de philanthropie à travers le profit : « Quant aux syndicalistes, pour la plupart, ils se fourvoyaient tout bêtement et cédaient à la tentation typiquement humaine de la paresse. » On le sait, ce qui fait écho un jour peut résonner longtemps. Et il ne viendrait à l'idée de personne de contester le caractère actuel de deux phrases ayant la vertu d'expliquer la schizophrénie à l'œuvre dans une société française occupée à célébrer d'une main l'anniversaire du bel esprit de Mai 68 tout en balayant de l'autre la pertinence des grèves et manifestations qui pour s'ancrer dans notre quotidien de 2018 ne sont pas frappées, elles, du sceau de la nostalgie – pas plu

Continuer à lire