Yamina Benahmed Daho, l'affaire de tous

Littérature | La parole des femmes se libère, nous dit-on, depuis l'affaire Weinstein et le salvateur mouvement #metoo. Oui, mais elle n'est que réponse à des actes masculins liberticides. La romancière Yamina Benahmed Daho met en perspective une tentative de viol et les conséquences destructrices chez la victime. Limpide et poignant.

Nadja Pobel | Mardi 5 mars 2019

Photo : © DR


L'apaisement vient quand elle cuisine. Laver et éplucher des légumes lui permet enfin de se concentrer sur autre chose que le traumatisme survenu au petit matin d'une année toute neuve. Un homme alors la pousse dans un hall, la brutalise et pose violemment ses mains sur son corps et ses organes sexuels. Elle parviendra à s'enfuir par une porte entrouverte, retrouver la rue et un passant temporairement protecteur. De la sauvagerie, les gestes interdits et l'attaque venue lâchement de dos, Alya va conserver une peur tenace, invalidante. La façon dont elle se propage, se déjoue, s'encadre dans la sphère publique, dans le cercle intime et par les pouvoirs publics est le propos de ce roman si bien-nommé De mémoire.

L'écrivaine Yamina Benahmed Daho choisit de raconter cela aussi scrupuleusement que les traces laissées (invisibles) le permettent. Ainsi s'enchaînent et se croisent les récits faits à un médecin généraliste le lendemain de l'agression, à une gardienne de la paix, un médecin légiste, un psychiatre, une psychanalyste, un juge d'instruction... soit quatre années de traversée avec ces nouveaux compagnons étranges. Car comment identifier le coupable lorsque, par réflexe de survie, comme Alya, toutes empreintes ont été immédiatement supprimées par le lavage de vêtements, que le témoin n'a pas de nom car comment penser à lui demander cela dans « l'urgence vitale de s'échapper » ?

Notre intime

Une fois, deux fois, vingt fois, Alya revient sur les faits, les énonce avec clarté, rajoute des éléments, précise le contexte, détaille ses sensations (l'étouffement), suppose reconnaître l'offenseur au poste de police mais ne l'identifie pas formellement, ce qui judiciairement ne vaut rien. Quand la principale activité est de lutter contre l'anxiété, le quotidien est bouleversé, malmené. L'autrice le rend palpable et offre à son lecteur de se familiariser avec cette agression - "tentative de viol" - souvent fantomatique lorsqu'elle est approchée dans les faits divers.

Dormir ? C'est un laisser-aller qui expose au danger et à la vulnérabilité. Travailler ? Rendu impossible car cela engendre des déplacements et l'extérieur est peuplé d'agresseurs potentiels. Aimer ? Encore impossible jusqu'à une rencontre essentielle, quelques années plus tard, avec Simon qui rassure, réconforte et atténue les blessures. Cette attaque est aussi l'occasion pour la narratrice de fouiller brièvement l'histoire familiale avec des parents muets face au deuil qu'ils ont traversé jadis, un bébé mort-né, dont la non vie irrigue fatalement celle des autres. Et se mêle par la fluidité de l'écriture au continuum de cette existence.

« Faire du courage »

Au-delà de ce récit personnel, l'écrivaine parvient à dire à plusieurs reprises comment l'agression qu'elle a subie n'est pas déterritorialisée. Si jamais elle ne la justifie et ne s'apitoie sur le bourreau sans remord qui « ne prend pas en charge la vérité », ni n'accepte la plaidoirie effarante de niaiserie et d'inconséquences de son avocate (« il se frotte aux femmes parce qu'il a été rejeté par sa mère... »), elle esquisse tout de même une société qui amoindrit la place des petites filles au profit des petits garçons dans les jardins d'enfants et où « la solitude d'une femme dans l'espace public est toujours interprétée comme une sollicitation. »

Sans aucun simplisme ni conclusion hâtive, forcément fausse et réductrice, elle tisse la toile dans laquelle son personnage et son agresseur évoluent : un endroit partagé où il est fréquent et accepté qu'un homme s'approche d'une femme en lançant débonnairement mais jamais innocemment « Alors un p'tit livre au soleil ? Alors on s'entraîne pour le prochain marathon ? Alors on est toute seule ? ». C'est de ces détails que Yamina Benahmed Daho (par ailleurs spécialiste de football, cf. son ouvrage Poule D) truffe son troisième livre et permet de donner une réalité concrète, parfois clinique, sans pathos et à l'os d'une déflagration intime qui n'est pas sans rapport avec le monde dans lequel chacun vit, bien au contraire. Cet ouvrage s'en trouve aussi être un acte politique, au sens des "affaires de la cité".

Yamina Benahmed Daho, De mémoire (Gallimard / L'Arbalète)

Dialogue avec Fabienne Jacob sur le thème "À bras le corps (des femmes)"
À l'Hippodrome de Parilly (salle des Balances) le dimanche 10 mars à 14h
Dans le cadre de la Fête du Livre de Bron


Yamina Benahmed Daho + Fabienne Jacob

A bras le corps (des femmes)
Hippodrome de Parilly Avenue Pierre Mendès-France Bron
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Barthélemy Thimonnier, inventeur de la machine à coudre, au cœur du nouveau roman de Yamina Benahmed Daho

Littérature | Dans son nouveau roman, "À la machine", Yamina Benahmed Daho retrace la vie, au XIXe siècle, du rhodanien Barthélemy Thimonnier. Où il est autant question du parcours rude de l’inventeur de la machine à coudre que du mécanisme sociétal qui l’a laissé dans la misère. Ceci n’est pas sans rapport avec aujourd’hui.

Nadja Pobel | Mardi 2 mars 2021

Barthélemy Thimonnier, inventeur de la machine à coudre, au cœur du nouveau roman de Yamina Benahmed Daho

15 novembre 1855, Barthélemy Thimonnier est officiellement reconnu inventeur de la machine à coudre lors de l’exposition universelle de Paris, mais l’américaine Singer, plus simple d’utilisation, fera les beaux jours des femmes (surtout elles…) jusqu’à maintenant, encore. Jamais le tailleur n’améliorera sa condition avec ce qu’il a maturé et imaginé. Miséreux, il devra même finir par vendre en pièces détachées les éléments de son engin pour se nourrir. Oui, nous sommes parfois chez Zola. La condition ouvrière est d’une extrême dureté et, passée au tamis de l’écriture très précise de Yamina Benahmed Daho, il en résulte des données chiffrées fondamentales : déjà, Paris « est une ville indécemment chère », il faut seize heures de train pour rallier Lyon à la capitale, l’enterrement de la grand-mère « est privé des apparats que l’industrie de la marbrerie vend à un prix insensé », le tarif du ticket à l’entrée

Continuer à lire

Nouvel an, nouveaux romans

Littérature | Sur le modèle de son rendez-vous de septembre, Auvergne-Rhône-Alpes Livre et Lecture duplique pour la première fois sa traditionnelle rentrée des auteurs (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 22 janvier 2019

Nouvel an, nouveaux romans

Sur le modèle de son rendez-vous de septembre, Auvergne-Rhône-Alpes Livre et Lecture duplique pour la première fois sa traditionnelle rentrée des auteurs auralpins au mois de janvier pour une deuxième salve de rencontres consacrées à une sélection des romans à paraître en ce début d'année. Le 28 janvier à 17h dans les locaux d'Auvergne-Rhône-Alpes Livre et Lecture du 25 rue Chazière, huit auteurs viendront ainsi présenter leur nouvelle publication : Yamina Benahmed Daho pour De mémoire (L'Arbalète / Gallimard), Sophie Chabanel pour Le Blues du chat (Cadre Noir / Seuil), Antoine Choplin pour Partiellement nuageux (La Fosse aux Ours), Daniel Parokia pour Chasseurs dans la neige (Buchet Chastel), Irma Pelatan pour L'Odeur de chlore (La Contre-allée), Paola Pigani pour Des orties et des hommes (Liana Lévi), Benoît Reiss pour Le Petit Veilleur (Buchet-Chastel) et Lionel Salaün pour Whitesand (Actes Sud). Une rencontre ouverte –

Continuer à lire

Quoi de neuf, docs ?

ECRANS | Alors que le mois du film documentaire bat son plein, deux festivals complémentaires y seront exclusivement consacrés durant les quinze jours à venir. (...)

Christophe Chabert | Lundi 12 novembre 2012

Quoi de neuf, docs ?

Alors que le mois du film documentaire bat son plein, deux festivals complémentaires y seront exclusivement consacrés durant les quinze jours à venir. Histoires vraies.doc au Ciné Duchère tire le premier, avec parmi les reprises proposées De mémoires d’ouvriers de Gilles Perret, sur la naissance de la classe ouvrière dans les Alpes ou encore le beau film de Safinez Bousbia sur El Gusto, ce groupe de papys du chaâbi algérois façon Buena Vista Social Club. La musique sera au cœur de cette édition avec Les Fils du vent, sur les héritiers de Django Reinhardt, Traviata et nous, ou comment Nathalie Dessay et Jean-François Sivadier se sont confrontés au monument de Verdi et enfin, en avant-première, un documentaire sur la rencontre entre les Pockemon Crew, troupe de danseurs hip-hop lyonnais et Emelthée, un chœur spécialisé dans la musique baroque et contemporaine. Du côté de Décines, Les Écrans du doc ouvrira sa troisième édition avec l’avant-première des Invisibles de Sébastien Lifschitz, témoignage d’une

Continuer à lire

De mémoires d’ouvriers

ECRANS | De Gilles Perret (Fr, 1h19) documentaire

Christophe Chabert | Jeudi 23 février 2012

De mémoires d’ouvriers

C’est peu dire que Gilles Perret a choisi ici le bon angle pour aborder les sujets les plus brûlants de notre actualité politique : mondialisation, délocalisations, abandon de la classe ouvrière par les multinationales et leurs actionnaires… Et pourtant, c’est en braquant ses projecteurs sur un tout petit bout de France, les Alpes, et en retournant dans le passé qu’il éclaire avec une réelle pertinence les incertitudes de l’avenir. C’est là-bas que la conscience ouvrière contemporaine est née, après une répression sanglante orchestrée conjointement par le patronat et les pouvoirs publics ; c’est là-bas aussi que l’industrie a pris son essor, les paysans se muant en ouvriers pour répondre à la ruée vers l’or blanc, construisant barrages, lignes ferroviaires et stations de ski ; c’est là-bas, enfin, que les fusions-acquisitions et autres consortiums ont transformé les travailleurs en «ligne sur un bilan comptable», variable d’ajustement pour les profits des actionnaires. À travers une passionnante collecte d’archives et des entretiens avec les témoins de cette époque bénie et aujourd’hui oubliée, Perret signe un documentaire qui, s’il n’est pas d’une fulgurante pertinence

Continuer à lire