Gringe : « reconstituer le puzzle de notre histoire commune »

Récit | Rappeur et maître slacker auprès de son acolyte Orelsan au sein de Casseurs Flowteurs ou en solo, dans la série Bloqués ou le film Comment c'est loin, Gringe lève le voile dans son premier livre, Ensemble, on aboie en silence, sur un aspect plus grave de son existence, avec lequel il lui a fallu composer parfois dans la douleur : la schizophrénie de son frère Thibault, diagnostiquée il y a vingt ans. Avant une rencontre au Mob Hotel, il nous entretient de ce livre, de son élaboration avec Thibault, également co-auteur, d'un lien fraternel aussi chaotique que puissant, et de son rapport naissant à d'autres formes d'écriture.

Stéphane Duchêne | Jeudi 22 octobre 2020

Photo : © Melania Avanzato


Qu'est-ce qui a présidé à ce livre ? Dans le premier chapitre vous expliquez avoir été convaincu par la confortable avance proposée par l'éditeur mais c'est peut-être un peu court...
Gringe : Je n'avais absolument rien prémédité, c'est vraiment la proposition qui déclenche l'envie à un moment où je finissais la tournée de mon premier album solo, où je n'avais rien de prévu, pas de perspectives de dates et assez peur de m'ennuyer. On me proposait cette carte blanche d'écriture en évoquant la participation de mon frère. Voilà comment c'est né, en septembre-octobre de l'année dernière.

Vous avez dû travailler au corps votre frère Thibault pour le convaincre de faire ce livre dont l'un des sujets est sa schizophrénie. Comment se sont passées ces négociations ?
Avant qu'il ne décide de s'engager il a fallu le rassurer, lui expliquer les enjeux du bouquin, lui parler de mon approche, du fait que je ne comptais pas le résumer à son état de souffrance. Je le dis en rigolant au début du livre mais l'aspect financier à joué dans le sens où il se rendait compte qu'il allait bosser pour un salaire, ce qui était valorisant pour lui. Durant les cinq mois d'écriture, j'ai dû le rassurer tous les jours, lui envoyer des fragments corrigés pour qu'il voie que je respectais sa volonté de ne pas trop en dévoiler.

Quels ont été ses exigences, ses vétos ?
Il avait des exigences sur tout. Parfois c'était à la virgule près, certains fragments me semblaient indispensables et c'était lui le péage, la douane. Je savais que sans lui je ne pouvais rien faire parce qu'il m'aurait manqué trop de matière et en même temps j'aurais trouvé ça très opportuniste d'écrire un livre sur la schizophrénie de mon frère sans son accord. C'était lui le décideur et il m'a fallu ruser, parfois. Les passages sur la sismothérapie, qui sont très intimes, j'évitais de lui en parler, ou alors en surface pour qu'il ne les découvre qu'à la sortie du bouquin. J'avais trop peur qu'il mette son véto alors que c'était pour moi des fragments essentiels à la construction du récit. Je dirais qu'il y a eu 90% d'honnêteté de ma part pour respecter sa volonté et un peu de ruse pour amener le projet à son terme. À l'arrivée, il a tout approuvé, même les passages les plus délicats, que je ne lui avais pas soumis. Mais le livre ne parle pas non plus que de schizophrénie, il y est question de fraternité, de résilience.

Y a-t-il des choses que vous vous êtes interdit de publier ?
Il y a des terrains sur lesquels je ne suis pas allé : ses états de souffrance, de démence parfois, des épisodes qui n'auraient pas spécialement apporté grand-chose au livre et dont l'évocation aurait dépassé la limite qu'on s'était fixé et dont je savais qu'il ne les auraient pas acceptés. Je ne voulais pas faire un livre qui soit pénible à lire, anxiogène. Je voulais un juste équilibre entre les moments difficiles de sa maladie, les épisodes qu'on est censé traverser, lui le premier et l'entourage avec, et les moments plus solaires, plus légers. Parce que la schizophrénie, ce n'est pas que de la souffrance, curieusement des moments de magie en découlent aussi.

Le livre est construit par fragments avec une alternance entre votre texte et des textes de votre frère, Il y a même des moments où le lecteur se perd, si bien qu'on ne sait plus vraiment qui parle, comme si vous parliez d'une seule voix, comment avez-vous construit cela ?
Ça m'est apparu dès le départ : ma voix à la première personne et des textes sur des voyages que Thibault a pu faire, des textes datant de plusieurs années, des textos qu'il m'envoyait pendant l'écriture du livre. J'ai mélangé un peu tout ça. J'avais juste envie de différencier ces textes anciens du reste. En dehors de ça, je ne voulais pas qu'on distingue la voix du narrateur, que les voix alternent jusqu'à ce qu'on ne sache plus forcément qui parle. L'idée était de reconstituer le puzzle de notre histoire commune.

Vous disiez dans une interview que vous ne vous considériez pas comme une personne mature... On sait que bien souvent les épreuves font grandir, qu'écrire sur ces épreuves est aussi un moyen d'avancer. Aujourd'hui, cette expérience de vie et ce livre vous ont-ils permis de grandir et d'être un frère différent de celui que vous étiez, ce « frère malade de [son] frère malade » dont vous parlez ?
Oui, pas totalement sans doute, mais il y a quelque chose dans le livre qui est de l'ordre de la réparation. Au moment où mon frère tombe malade, je suis encore très candide. Ce genre d'événements conduit à relativiser beaucoup sur sa propre vie, change votre rapport à l'autre, apprend l'empathie qui étaient à l'époque des notions très abstraites pour moi dans la mesure où j'étais très égocentré. Mais au-delà de l'écriture, la sortie du livre, la manière dont il est reçu par les gens permet également une réparation.

De quelle manière ?
Par la manière qu'il a de faire écho à la vie de gens qui connaissent cette maladie, des psychiatres travaillant avec des patients schizophrènes, des personnes schizophrènes aussi. C'est une manière de replacer de l'humain dans un accompagnement thérapeutique. Tout un tas de belles choses se produisent qui revalorisent beaucoup mon frère, son histoire, son implication dans le livre. Mais aussi le narcissisme, le beau narcissisme de Thibault qui pendant quinze ans a dû se protéger du regard des autres. Un regard marginalisant, parfois cinglant. Lever le voile sur cette partie de son histoire l'a aussi libéré d'un poids. Je pense qu'il vit ça comme quelque chose de très stimulant. Et ça, c'est très beau. Les premières retombées du livre l'ont sorti de cette solitude dans laquelle on se retrouve face à la maladie. Il se sent moins incompris : jusque là, on avait toujours parlé à sa place et là il pouvait s'exprimer comme il l'entendait.

Vous insistez beaucoup sur cette stigmatisation que vous mettez sur le compte d'une grande ignorance de cette maladie...
Aujourd'hui Thibault est capable de se gérer. Mais il y a toujours ce truc du regard des gens, les idées fausses que l'on se fait sur les malades et qui sont amplifiées par les médias, les représentations qu'on trouve dans les films. Tout un tas de choses dangereuses et stigmatisantes. En parler c'est aussi permettre aux gens de déconstruire ces schémas et de faire un effort d'intégration pour ne plus s'inquiéter des différences qu'ils ne comprennent pas. Il s'agit d'en parler de manière précise en évitant les phénomènes de récupération. C'est ce qu'on essaie de faire dans le livre.

Vous abordez dans le livre la question du "syndrome du survivant", or il semble que dans votre cas, il ait été décuplé par votre statut et votre célébrité. Vous sentiez-vous coupable de cela aussi ?
Évidemment, parce que la célébrité amplifie le phénomène. Je fais un métier qui me plaît, à travers lequel je m'épanouis. C'est assez rare de faire un métier comme cela qui en plus fédère l'attention des gens, l'aspect médiatique qui a fait la fierté des miens. Mais en face il y avait le regard de mon frère qui lui continuait de stagner dans sa vie d'homme, parce que c'est ce que cette maladie engendre. C'est quelque chose de très injuste et qui décuple forcément ce "syndrome du survivant".

Vous aviez l'impression que le fait d'attirer la lumière à vous, poussait Thibault davantage dans l'ombre ?
Oui, en tout cas dans la sphère familiale parce que c'est là que ça se passe. C'était déjà compliqué à l'époque de voir les gens de ma famille regarder mon frère d'un œil inquiet. Et d'un coup, j'accaparais l'attention. Il y a eu beaucoup de moments alors où j'aurais voulu avoir une vie normale et pouvoir l'aider du mieux que je pouvais. Mais mon travail faisait que j'étais toujours absent, lui ne me voyait qu'à travers le filtre des médias. On avait une relation par procuration et ça m'était très pénible parce que je le savais en souffrance. J'avais l'impression de le laisser tomber.

Il y a dans le livre un passage très touchant et même assez drôle : celui où vous évoquez Thibault débriefant votre prestation dans le film Carbone d'Olivier Marchal d'une manière très critique et sans prendre de gants. Ce genre de situation a-t-il eu un effet de balancier pour vous ramener sur terre ?
Complètement. Mais ça n'est pas qu'un trait de caractère de mon frère, c'est de famille, ma mère est comme ça aussi. Je sais que si je prends le melon, ils vont tout de suite me faire redescendre. Le fait de le savoir est peut-être ce qui m'évite de tomber dans ce travers. C'est vrai que Thibault a toujours été très critique avec moi : il n'aimait pas la musique qu'on faisait avec Orelsan, il trouvait ça commercial, formaté, trop marketé. Ça manquait d'authenticité pour sa sensibilité. Sur Carbone, il a en effet été très cinglant mais il avait pris de la coke quelques jours avant et était encore en descente, en plus de son regard singulier qu'il a du mal à m'expliquer aujourd'hui. Quand il me voit dans un film, il ne se concentre que sur moi, il ne voit rien d'autre. Et ça crée des situations très drôles parce qu'il dit les choses très frontalement.

Vous parlez aussi beaucoup de vos différences, de vos caractères opposés dès l'enfance, mais une chose semble vous unir. C'est le socle culturel que vous avez en commun, votre amour du cinéma notamment. Avez-vous trouvé-là le moyen de maintenir un lien à travers cette passion, de l'ordre d'une médiation ?
Ça a été un biais pour lui comme pour moi. Ensemble ou séparément, c'est une échappatoire mais pas que. C'est aussi un amour des réalisateurs, des comédiens, des comédiennes. Thibault a comme ça des obsessions comme le néo-réalisme italien. Des choses très pointues, il est très renseigné et c'est quelque chose qu'il me transmet comme je lui communique par exemple mon amour du cinéma coréen.

Vous dites souvent l'importance de l'écriture dans votre équilibre. Au-delà du témoignage, du récit, nourrissiez-vous pour ce livre quelque ambition littéraire ?
Oui, il y avait une envie de se confronter à ça. Il y a quelque chose de l'ordre de l'ego qui veut se mesurer à ce qu'on a l'habitude de lire, que l'on aime, savoir si on est capable d'en faire autant. Mais c'est aussi une façon de dépasser l'aspect purement médical de cette histoire. Il y a tout ça mais dilué dans un geste artistique. C'est aussi ce qui a déclenché l'envie, au-delà de vouloir écrire sur la schizophrénie.

Pour vous, le livre a-t-il un pouvoir que n'ont pas les chansons ?
Oui, j'y ai trouvé un sentiment de liberté que je n'avais pas dans la musique. Il y a tout un espace d'expression, de découverte, que je n'ai pas trouvé ailleurs. J'avais cinq mois pour écrire le livre, ce qui est un pari risqué parce que je ne suis pas quelqu'un de très synthétique et que j'aime prendre mon temps (rires). Mais le plaisir qu'a déclenché cette expérience d'écriture m'a permis de tenir ce pari.

Cette expérience va-t-elle vous conduire à aborder différemment l'écriture de chansons ?
Complètement. Et pas seulement l'écriture des textes, mais la manière de composer. Je veux me débarrasser du rap qui me colle à la peau. J'aimerais aller vers quelque chose de plus musical et sortir des réflexes rap, d'une écriture très orale. J'aime beaucoup par exemple la manière dont un Mathias Malzieu [chanteur de Dionysos, également écrivain et réalisateur, NdlR] décline son univers sur différents supports.

Vous évoquiez dans une interview le décalage temporel qui se joue toujours entre ce que vous vivez et ce que vous racontez dans vos disques ou dans le film Comment c'est loin avec Orelsan, en disant notamment que vous racontez une vie qui n'est déjà plus la vôtre.
J'ai du mal à écrire en temps réel sur les choses que je vis. Certains ont des antennes et arrivent très bien à choper ça. Moi, il me faut du temps pour parler des choses. Sur nos albums avec Orelsan, il était vraiment question d'un mode de vie révolu et le temps passé nous permettait de l'aborder avec plus de précision, un regard nostalgique aussi. Je ne sais pas si je serais capable de m'ancrer davantage dans le présent.

Pour revenir au livre, quel est le sens de son titre, Ensemble, on aboie en silence ?
La phrase, très métaphorique, clôt un fragment du livre écrit par mon frère sur sa relation avec son chien. Et je conclus en évoquant deux entités mutiques avec un caractère trempé qui se trouvent parfaitement et ça se résume par « quand c'est le bordel, on mange dans la même gamelle, et ensemble on aboie en silence ». C'est l'un de mes éditeurs qui m'a suggéré d'en faire le titre du livre et ça résume bien ma relation avec mon frère.

Pouvez-vous nous parler de ce texte très émouvant de Thibault qui clôt quasiment le livre ?
Je l'ai reçu comme un cadeau qui est arrivé en fin d'écriture. Je sais l'effort que ça a dû lui demander. Pas seulement un effort de cœur mais intellectuel qui dans son cas peut avoir des répercussions sur sa concentration, ses angoisses. Il se fait violence et quand il m'offre ce texte à la fin de l'écriture du livre, je le reçois comme une déclaration d'amour fraternel et comme un signe de son approbation, un remerciement pour ma patience. Et aussi une envie de s'impliquer. Ça faisait un moment que je lui demandais des précisions sur certaines choses, il m'envoyait des textos très évasifs et pas toujours exploitables. Je lui disais : « j'ai besoin que tu m'aides ». Ce n'est pas qu'il ne voulait pas mais il ne pouvait pas. Le fait de m'offrir ce texte était fort du point de vue symbolique et surtout très juste parce qu'arrivant à point nommé en fin de livre, comme une conclusion. C'est quelque chose que Thibault a vraiment flairé et tout est beau là-dedans.

Gringe, Ensemble, on aboie en silence (Harper Collins / Wagram Livres)
Au Mob Hotel le vendredi 30 octobre à 17h
Inscriptions ici

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Bloqués" : kéblo comme Oblomov

Série TV | C'est en 2015 que Gringe entame sa carrière de comédien aux côtés, comme pour sa carrière musicale, de son acolyte Orelsan. Bloqués, imaginé par Kyan (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 22 octobre 2020

C'est en 2015 que Gringe entame sa carrière de comédien aux côtés, comme pour sa carrière musicale, de son acolyte Orelsan. Bloqués, imaginé par Kyan Khojandi, c'est deux trentenaires squattant leur canapé avec un baobab dans la main, deux types qui, « en attendant qu'il se passe quelque chose, ont décidé de ne rien faire ». À la shortcom, souvent hilarante, on doit le personnage de Serge Le Mytho, spin-off qui lancera le talent d'impro de Jonathan Cohen. Mais difficile surtout de ne pas la relier à Comment c'est loin, le film qui met en scène la jeunesse mollusque des deux rappeurs, déjà évoquée par Orelsan dans un morceau adressé à son pote atteint d'oblomovisme, La Morale. Une sorte de Slackers (Richard Linklater) à la française qui dépeint le quotidien de la j

Continuer à lire

Benoît Magimel : « Guillaume me connaît et sait que je suis un gentil garçon »

Nous finirons ensemble | Personnage pivot des "Petits mouchoirs", Vincent est à nouveau interprété par Benoît Magimel. Conversation avec un comédien sur la manière d’appréhender un rôle et son métier à l’occasion des Rencontres du Sud d’Avignon…

Vincent Raymond | Lundi 6 mai 2019

Benoît Magimel : « Guillaume me connaît et sait que je suis un gentil garçon »

Figuriez-vous parmi les comédiens les plus heureux de retrouver leur personnage ? Benoit Magimel : Le plus heureux, je ne sais pas, mais lorsque Guillaume me l’a proposé j’ai tout de suite dit oui. C’est une chance si rare de pouvoir retrouver un personnage au cinéma dix ans plus tard, de vieillir avec lui ; forcément, c’est une expérience assez unique. Retrouver Vincent, sa voix, était une évidence. J’étais ravi. Sa situation, son statut et ses rapports avec les personnages, cela l’était-il également ? Oui, bien sûr. À partir de 40 ans, j’ai l’impression que plus les années passent, plus on accepte de vivre un peu plus pour soi, un peu moins pour les autres. La façade, le masque tombent, on s’accepte un peu plus, on se connaît mieux. Ce personnage est très hésitant, ses sentiments assez contradictoires : l’attirance qu’il avait pour Max dans le premier était de l’ordre d’une amitié forte : il considérait qu’il était plus heureux avec lui qu’avec sa femme ; ce n’est pas par hasard qu’il rencontre Alex — ce qui n’empêche pas qu'il éprouve toujours des sentiments pour

Continuer à lire

Encore un peu plus à l’ouest : "Nous finirons ensemble"

Comédie dramatique | De Guillaume Canet (Fr, 2h15) avec François Cluzet, Marion Cotillard, Gilles Lellouche…

Vincent Raymond | Mardi 30 avril 2019

Encore un peu plus à l’ouest :

Dix ans après l’été maudit qui vit périr l’un des leurs, le groupe d’amis du Cap Ferret s’est disloqué. Sous l’impulsion d’Éric, ils se retrouvent tous pour célébrer les 60 ans de Max. Or celui-ci, sur le point de vendre sa maison, goûte guère la surprise… On prend les mêmes et on continue en suivant la recette : faire fermenter dans une résidence de nabab émirati ou de milliardaire texan un groupe “d’amis“ aux égos hypertrophiés se mesurant la longueur du portefeuille pour savoir qui sera le nouveau mâle alpha de la bande. Fatalement, il faut s’attendre à du combat de coqs. Quand ils en ont le temps, certains et certaines de ces quadra adulescents pensent (un peu) aux autres. Pas forcément à leurs enfants — ces boulets d’arrière-plan décoratif conservés en cas de nécessité dramatique — ; plutôt à la planète le temps d’un couplet fédérateur dans l’air du temps. Ces personnages seraient faits pour être raillés, on souscrirait volontiers. Mais non : il faut les aimer pour leurs “blessures“, conséquences de leur égoïsme et de leur arrogance aveugle. Des liens profonds unissant Canet

Continuer à lire

Grand bain musical

Musilac | Vieilles gloires, valeurs sûres, piliers de festoches, jeunes pousses, smoothies de genres, et autres étrangetés à découvrir, le festival lacustre baigne l'été musical d'un éclectisme qui attire les foules comme les amateurs éclairés, jusqu'à les confondre.

Stéphane Duchêne | Mardi 19 juin 2018

Grand bain musical

Jeudi : old wave D'une certaine manière, s'il fallait un hymne en ouverture de cette édition 2018 de Musilac, il pourrait consister en trois bouts de refrains se répondant depuis le fin fond des âges 80, quand les uns martèleraient : « I Just can get enough », les autres répondraient « Don't you forget about me » ou « Always the sun ». Car on l'aura compris c'est une soirée très marquée "ressac de la new-wave" que celle-ci, avec Depeche Mode, Simple Minds et The Stranglers – quand bien même les carrières de chacun n'auraient pas résisté d'égale manière au passage du temps. Pour le reste, on notera que J. Bernardt, transfuge des Belges de Balthazar, remplacera numériquement son collègue Warhaus, présent l'an dernier ce même soir, que le rock indé répondra présent avec le Stroke Albert Hammond Jr. (le

Continuer à lire

Hybrides débridés : "Mutafukaz"

Animation | Retour gagnant sur grand écran pour Guillaume Renard, alias Run, qui offre de l’espace et du temps aux héros de l’univers pop-pulp-futuriste de Mutafukaz, la série qu’il avait développée en BD. Une synthèse street punk bariolée, avec des cafards, des mutants et de la lucha libre.

Vincent Raymond | Mardi 22 mai 2018

Hybrides débridés :

Dark Meat City. Livreur de pizzas parfumé à la lose, Angelino voit sa vie changer le jour où, après avoir un peu trop maté une belle donzelle, il percute un camion. Une armée de tueurs détruit son taudis, le forçant à partir en cavale avec son coloc’. Au passage, il se découvre des pouvoirs… Apparue avec le millénaire et son cortège de néo-usages techno-ludiques, la maison Ankama héberge une flopée de séries transmédia qui, fort logiquement, trouvent au cinéma un terrain de jeu supplémentaire. Après le réussi Dofus, livre 1 : Julith (hélas passé un peu inaperçu), voici donc un nouvel objet pop-fusion post-moderne tirée de cette galaxie aux inspirations multiples et débridées : entre l’anticipation et la dystopie, la jungle urbaine peuplée d’aliens undercover visant à prendre le contrôle de la planète en asservissant les humains rappelle le John Carpenter de Invasion Los Angeles. Ados dans le viseur Mais aussi la désinvolture vitaminée du Tarantino de

Continuer à lire

Musilac annonce Orelsan, Feu! Chatterton et Lomepal

Festival | Le festival Musilac vient d'annoncer une vingtaine de nouveaux noms, qui complètent ceux dévoilés précédemment. On fait le point.

Aurélien Martinez | Mardi 27 février 2018

Musilac annonce Orelsan, Feu! Chatterton et Lomepal

IAM, Franz Ferdinand, Beth Ditto, MC Solaar, Depeche Mode, Deep Purple, Simple Minds, Rone, Indochine, Roméo Elvis, Chloé… On connaissait déjà une partie des artistes qui seront programmés cet été, entre le jeudi 12 et le dimanche 15 juillet, à Aix-les-Bains, face au lac. Son équipe organisatrice vient de dévoiler d'autres noms, dont des têtes d'affiche comme : le on-ne-le-présente-plus Orelsan, qui a tout raflé aux dernières Victoires de la musique grâce à son rap simple et basique le rappeur qui monte Lomepal – écoutez Yeux disent et

Continuer à lire

Pierre-Bénite se met à Rire Ensemble

Humour | Du côté de Pierre-Bénite, où La Maison du Peuple anime le petit terreau culturel local, naît la première édition d'un festival d'humour baptisé Rire Ensemble, (...)

Sébastien Broquet | Mardi 14 novembre 2017

Pierre-Bénite se met à Rire Ensemble

Du côté de Pierre-Bénite, où La Maison du Peuple anime le petit terreau culturel local, naît la première édition d'un festival d'humour baptisé Rire Ensemble, aidé dès ses débuts par la Région à hauteur de 5000€ sur un budget total de 30 000€ : le maire, Jérôme Moroge, est un proche de Laurent Wauquiez et lui-même conseiller régional... Côté programmation, on passera outre l'ouverture où sont conviées les Vamps sorties de la naphtaline, pour guetter plus sûrement le traditionnel tremplin jeunes talents du samedi soir ; pas que l'on soit adepte de la compétition en culture, plutôt que l'on soit séduit par la sélection bien avisée de plus ou moins jeunes têtes qui vont se succéder, à commencer par Clémence de Villeneuve dont l'humour cinglant a déjà été remarqué dans ces mêmes pages, ou encore Valentin Clerc, échappé de la Comédie de Saint-Étienne, qui côtoieront Klotilde, Cyril Iasci, Nico et Anne Dupin. On réservera aussi sa soirée pour le touchant Réda Sedd

Continuer à lire

Anna Karina : sous la Lumière, exactement

Festival Lumière | « Tellement fière d’être invitée à Lyon », l’icône danoise est à l’honneur au Festival Lumière où elle présentera sa première réalisation Vivre ensemble (1973), Une femme est une femme de Godard et un documentaire de Dennis Berry qui lui est consacré, Anna Karina, souviens-toi…

Vincent Raymond | Mardi 10 octobre 2017

Anna Karina : sous la Lumière, exactement

Votre première réalisation Vivre ensemble vient d’être restaurée (et resortira au printemps 2018 dans les salles). Comment avez-vous vécu cette renaissance ? Anna Karina : Mon vieux film, c’est magnifique ! La pellicule avait déjà été restaurée une première fois par la Cinémathèque il y a 20-25 ans. Là, je l’ai revu. Les garçons ont bien travaillé : le son est parfait, l’image identique. J’étais un peu émue… Je n’ai pas pleuré quand même (rires) ou alors de joie, peut-être. Ce film est empreint d’une terrible insouciance, mais aussi d’une terrible gravité… Oui, j’ai voulu faire un portrait de cette époque, qui était comme cela, insouciante. Mon personnage y effectue un transfert avec celui de son amant. Au départ, elle vit sa vie au jour le jour, un peu je-m’en-foutiste… Et puis une fois qu’elle est enceinte, elle devient responsable, alors que lui, qui était professeur et petit-bourgeois, devient comme elle. C’était une sacrée intuition de choisir le journaliste Michel Lancelot pour vous donner la réplique…

Continuer à lire

Nocturne au Musée

ARTS | Tous les premiers vendredis du mois, de 18h à 22h, le Musée des Beaux-Arts organise des nocturnes croisant l'art avec la musique, la danse ou le théâtre. Ce (...)

Jean-Emmanuel Denave | Lundi 31 octobre 2016

Nocturne au Musée

Tous les premiers vendredis du mois, de 18h à 22h, le Musée des Beaux-Arts organise des nocturnes croisant l'art avec la musique, la danse ou le théâtre. Ce vendredi 4 novembre, vous pourrez découvrir le nouvel accrochage des collections d'art moderne du Musée en compagnie de l'Ensemble Emelthée qui jouera Satie, Poulenc, Stravinsky, et même... Boris Vian !

Continuer à lire

Michael Nyman et l’ensemble Céladon : le pouvoir éternel de la musique

MUSIQUES | Accorder du temps au temps, celui de l’introspection et de l’écoute — des moments rares aujourd’hui — c’est ce à quoi invite No Time in Eternity, un programme de "consort songs" pour cinq violes de gambe et voix de contre-ténor, qui mêle musique de la Renaissance anglaise et musique contemporaine, dans une création signée Michael Nyman.

Sébastien Broquet | Mardi 15 mars 2016

Michael Nyman et l’ensemble Céladon : le pouvoir éternel de la musique

On associe rarement la musique contemporaine à la notion de divertissement. C’est pourtant ce que propose cette édition 2016 de la Biennale Musique en Scène, programmée par le Grame (Centre National de Création Musicale) jusqu’au 27 mars. Désireuse d’interroger la façon dont les musiques de recherche et de création s’inscrivent dans la société de zapping et de loisirs dérivatifs qui est la nôtre, cette Biennale offre à la diffusion des pièces contemporaines réalisées à l’aide des outils technologiques du quotidien (comme nos smartphones). À l’opposé du spectre de ce type de création musicale ultra-contemporaine, l’évènement n’exclut pas le temps de l’écoute et invite également à redécouvrir celui du concert, qui reste l'un des moments privilégiés de notre époque connectée et surmenée. Emblématique de cette démarche, No Time in Eternity, interprété par l’ensemble Céladon, une formation française qui se consacre à la musique ancienne (médiévale, Renaissance et baroque), réunit une série de créations du compositeur britannique Michael Nyman, connu, entre autre, pour son travai

Continuer à lire

Nuits Sonores 2016 : les premiers noms

MUSIQUES | Retard à l'allumage ou temporisation stratégique, on ne saurait dire, toujours est-il que la première conférence de presse de Nuits Sonores fut chiche en (...)

Benjamin Mialot | Mardi 12 janvier 2016

Nuits Sonores 2016 : les premiers noms

Retard à l'allumage ou temporisation stratégique, on ne saurait dire, toujours est-il que la première conférence de presse de Nuits Sonores fut chiche en annonces : là où, traditionnellement, elle voyait ses organisateurs révéler l'ensemble de la programmation de jour, il aura fallu cette fois se contenter du nom des trois commissaires de ces Days, à savoir le taulier Laurent Garnier, son quasi-protégé Motor City Drum Ensemble et le génial allumé Seth Troxler – qui succèdent à la triplette Jamie XX, Ben Klock et John Talabot, sur le papier nettement plus inattendue. Les trois scènes qu'ils superviseront seront caractérisées selon une logique désormais bien connue : une orientée dancefloor, une dédiée au live et la dernière consacrée au digging, le tout à la Sucrière, le festival investissant pour la troisième année consécutive la Confluence. Outre des invitations aux festivals Elevate (Graz, Autriche) et c/o pop (Cologne, Allemagne), membres du réseau We Are Europe récemment tissé par Arty Farty, la surprise, pour le moment, vient une fois n'est pas coutume d

Continuer à lire

Comment c’est loin

ECRANS | De Orelsan & Christophe Offenstein (Fr, 1h30) Avec Orelsan, Gringe, Seydou Doucouré…

Vincent Raymond | Mardi 8 décembre 2015

Comment c’est loin

Les deux compères des Casseurs Flowters et de la capsule télé Bloqués se racontent, mais sans se la raconter, dans cette fiction largement inspirée de leurs débuts normands. Objet composite qui sent le bricolage et l’artisanat, Comment c’est loin assume sa forme bancale, à l’image de ses protagonistes — de sympathiques traîne-savates achoppant sur leur premier single de rap depuis des années. Cette tentative de cinéma se présente comme un concept et revendique, comble de l’honnêteté, la co-signature d’une caution technique : le chef-opérateur Christophe Offenstein, à qui Guillaume Canet doit beaucoup de son aura de cinéaste. On pardonne donc les incertitudes dans le rythme, qui peuvent passer pour des effets de style. Si prochain film il y a, il faudra trouver autre chose…

Continuer à lire

Cinq jours, quatre nuits, dix valeurs sûres

MUSIQUES | Leur venue n'est peut-être pas aussi exceptionnelle que celles de Kraftwerk et de ses plus glorieux descendants, mais leurs prestations compteront sans doute parmi les highlights du festival : coup d’œil sur dix valeurs sûres de Nuits Sonores 2014. Stéphane Duchêne et Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 27 mai 2014

Cinq jours, quatre nuits, dix valeurs sûres

Garnier B2B MCDE (Nuit 1 / Halle 2) Dans le coin gauche, le tôlier, revenu cette année au sommet (mais l'avait-il seulement quitté ?) avec cinq maxis conçus comme autant de défis – à chacun son label et, par conséquent, son esthétique. Dans le coin droit, Motor City Drum Ensemble, LA relève (allemande) de la house à la mode de Chicago. Inutile de vous faire un dessin.   Black Lips (Nuit 1 / Halle 3) Tenancier d'un garage rock d'époque, les Black Lips appartiennent à cette catégorie de groupes qui p

Continuer à lire

Woodstower 2014 - La programmation

MUSIQUES | On connaissait l'affiche de Woodstower 2014, on connait désormais une partie de sa programmation : pour l'instant à dominante hip hop, elle verra (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 2 avril 2014

Woodstower 2014 - La programmation

On connaissait l'affiche de Woodstower 2014, on connait désormais une partie de sa programmation : pour l'instant à dominante hip hop, elle verra notamment se succéder, samedi 23 août au Grand Parc de Miribel Jonage, les Casseurs Flowters (duo potache composé d'Orelsan et Gringe), DJ Pone (quart de Birdy Nam Nam, complice du duo précédemment mentionné et, plus généralement, figure du platinisme d'ici), Biga*Ranx (ambassadeur français du ragga) et les lettrés et corrosifs Odezenne. Le dimanche sera lui, comme à son habitude, dévolu à la détente, notamment au rythme des pitreries du duo de batteurs Fills Monkey.   Plus de détails par ici : www.woodstower.com

Continuer à lire

Ciel, mon Jimi !

SCENES | Dans baroque, il y a rock. Dit comme ça, ça n'a l'air de rien. Pas plus que l'intention de l'Ensemble Boréades de mettre au jour, tel Indiana Jones avançant (...)

Benjamin Mialot | Dimanche 19 janvier 2014

Ciel, mon Jimi !

Dans baroque, il y a rock. Dit comme ça, ça n'a l'air de rien. Pas plus que l'intention de l'Ensemble Boréades de mettre au jour, tel Indiana Jones avançant sur le chemin de Dieu (mais avec des cordes en boyau à la place d'un fouet en cuir), les passerelles invisibles qui relient ces musiques le temps d'un hommage à Jimi Hendrix basé sur le fanatique et m'as-tu-lu Hymne de Lydie Salvayre. A l'arrivée, Hendrix-XVIIe-Ciel est pourtant une franche réussite. Par quel tour de force ? Celui qu'accomplissent ses interprètes. D'un côté la comédienne Claudine Charnay qui, entre deux projections lo-fi d'images d'époque, compense l'ingratitude de son rôle de narratrice par un jeu subtilement nuancé. De l'autre Étienne Galletier et Nolwenn Le Guern, respectivement au théorde (sorte de guitare à double manche du XVIe siècle) et à la viole de gambe qui, non contents d'adapter les distorsions contrôlées de Jimi à leurs instruments avec une virtuosité de tous les instants, insufflent ce qu'il faut de nonchalance et d'animalité à leurs prestations pour que les échos outranciers et douloureux que se renvoient tel tube d'Hendrix et tel air d'Haendel ou de Kapsberger sonnent comme des évide

Continuer à lire

Nuits Sonores 2013 - Jour 4

MUSIQUES | Nuits Sonores, c'est terminé. Déjà ? Déjà. A se demander si un an d'attente pour quatre jours de réjouissances, ce n'est pas un peu cher payé. Au vue de la somme de glorieux souvenirs que nous avons emmagasinés lors de la dernière journée de cette édition 2013, on peut vous affirmer que ça ne l'est pas. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Dimanche 12 mai 2013

Nuits Sonores 2013 - Jour 4

N'eut été la présence de Tale of Us et des Raveonettes à son générique, nous n'aurions sans doute pas mis les pieds au quatrième NS Days, histoire de rassembler le peu de forces encore à notre disposition avant le bouquet final. Sans surprise, nous l'aurions amèrement regretté. Car si le duo italien a signé un set à la hauteur de sa précédente prestation lyonnaise (un mix marathon de 4h au Club Transbo en décembre dernier) et si la loud pop spectorienne du duo danois a été au cœur de l'un des concerts les plus troublants – de sensualité et de puissance - de cette édition, c'est un quasi-inconnu qui a livré la prestation la plus inattendue : Squeaky Lobster, producteur bruxellois dont l'abstract hip hop kaléidoscopique, à défaut d'avoir emporté l'adhésion de l'audience, nous a pour notre part durablement scotché. Les "Lee Hazlewooderies" saturées des Liminanas, le rock'n'roll high energy des Mojomatics et les collisions métalliques de The Hacker (qui a remplacé à la dernière minute le pauvr

Continuer à lire

Ensemble, tout devient audible

MUSIQUES | Certains prétendent être une bande de jeunes à eux tout seul. Danilo Plessow, plus connu des flibustiers de l'interweb sous le pseudonyme de Motor City Drum (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 24 avril 2013

Ensemble, tout devient audible

Certains prétendent être une bande de jeunes à eux tout seul. Danilo Plessow, plus connu des flibustiers de l'interweb sous le pseudonyme de Motor City Drum Ensemble, semble pour sa part se croire aussi sonore et aussi carré qu'une section de percussions – tous nos vœux de rétablissement aux festivaliers qui s'attendaient à ce qu'un véritable orchestre de timbaliers et joueurs de grosse caisse viennent sonner les cloches de Pantha du Prince. Sauf que c'est un peu plus compliqué que ça. La ville motorisée dont il est question ici, c'est Stuttgart, dont sont originaires le fameux Danilo et Karl Benz, l'inventeur de l'automobile. C'est aussi et surtout Detroit, industrieuse cité américaine dans laquelle furent noircies les pages les plus sauvages de l'histoire du rock'n'roll, qui vit naître la techno et où fut fondée l'institution soul Motown. Quant au Drum Ensemble, il fait référence à la collection de boîtes à rythmes que détient ce batteur de formation aux faux airs de Louis Garrel. La suite coule de source, Danilo produisant, à coups de samples vintages et de

Continuer à lire

Pialat à poing levé

ECRANS | Une rétrospective chasse l’autre à l’Institut Lumière. Après celle consacrée à Michael Cimino, c’est maintenant Maurice Pialat qui est à l’honneur durant tout le (...)

Christophe Chabert | Lundi 4 mars 2013

Pialat à poing levé

Une rétrospective chasse l’autre à l’Institut Lumière. Après celle consacrée à Michael Cimino, c’est maintenant Maurice Pialat qui est à l’honneur durant tout le mois de mars. Autrement dit, de fortes personnalités, des réalisateurs qui ont essoré leurs producteurs par leur perfectionnisme et leur désir de ne faire aucun compromis. Dans le cas de Pialat, les choses sont plus compliquées encore : son cinéma cherche l’accident, le surgissement de la vie et du naturel dans l’espace contrôlé du tournage. On le sait, Pialat était exigeant avec ses comédiens, matière première et décisive de sa méthode. Pour le meilleur : Depardieu, systématiquement génial chez lui, de Loulou au Garçu, de Police à Sous le soleil de Satan ; Sandrine Bonnaire, qu’il découvre dans À nos amours et retrouve dans Police puis, magistrale, en Mouchette dans Sous le soleil de Satan ; ou Dutronc, inoubliable Van Gogh. Pour le pire aussi, tant ses rapports furent parfois houleux avec certains — Jean Yanne dans Nous ne vieillirons pas ensemble, Sophie Marceau pour Police. C’est cependant ce qui fait la grandeur du cinéma de Pialat : q

Continuer à lire

Gloria in Carlos

MUSIQUES | L’Ensemble Relecture et Création et son chef Carlos Molina n’ont qu’une obsession : faire sonner des œuvres anciennes, baroques ou classiques comme si (...)

Pascale Clavel | Vendredi 16 novembre 2012

Gloria in Carlos

L’Ensemble Relecture et Création et son chef Carlos Molina n’ont qu’une obsession : faire sonner des œuvres anciennes, baroques ou classiques comme si elles avaient été écrites hier matin. Il ne s’agit pas là d’une de ces transpositions insipides et mièvres qui n’apportent rien à l’œuvre originale. Il est question d’un travail de dépoussiérage, de réappropriation, de mise en lumière, de mise à l’écoute qui révèlent l’œuvre initiale comme si elle nous était contemporaine. L’instrumentarium choisi étonne au début, déconcerte parce que la pâte sonore a l’air de sortir de nulle part : l'accordéon mêlé au vibraphone donne des accents très contemporains tandis que le dialogue du quatuor à cordes et du clavecin fait un clin d’œil appuyé à l’époque baroque, les cuivres et les bois surprennent à leur tour par une écriture rythmique que seul Carlos Molina est capable d’imaginer... Tout ce petit monde en marche pour faire redécouvrir des œuvres puissamment inscrites dans l’inconscient collectif, comme ici, rien moins que le très célèbre Gloria de Vivaldi. Une œuvre brillante, r

Continuer à lire

À base de hip-hopopop

MUSIQUES | Hip hop / Pas besoin de s'appeler Olivier Cachin (le spécialiste français du rap, qui, pour l'anecdote, a fait ses premières armes chez Picsou Magazine) (...)

Benjamin Mialot | Vendredi 30 mars 2012

À base de hip-hopopop

Hip hop / Pas besoin de s'appeler Olivier Cachin (le spécialiste français du rap, qui, pour l'anecdote, a fait ses premières armes chez Picsou Magazine) pour savoir que les cultures dites urbaines doivent leur essor à l'esprit de compétition, voire de confrontation, qui anime leurs ambassadeurs. L'une des grandes forces de L'Original Festival, vitrine annuelle desdites cultures, est justement de n'avoir depuis sa création jamais perdu du vue cette donnée, là où d'autres courent après la respectabilité avec l'avidité d'un présidentiable en mal de signatures. Un œil sur sa programmation musicale, en forme de choc des générations, suffit à en prendre conscience. Côté vieille garde, les immanquables se nomment Mash Out Posse, B-boys de la Côte Est à la proverbiale agressivité, Ali Shaheed, Dj des pionniers de l'anti-bling-bling A Tribe Called Quest, ou encore IAM, qui furent à NTM ce que Oasis fut à Blur (de très convaincants dauphins). Ce sont toutefois leurs héritiers qui se fen

Continuer à lire

L'Original à découvert

MUSIQUES | Après avoir été dévoilée au compte-gouttes sans tambour, ni trompette (normal c'est du hip-hop), la programmation de l'Original Festival, qui se déroulera du 5 au 9 avril est enfin complète. Stéphane Duchêne

Christophe Chabert | Lundi 27 février 2012

L'Original à découvert

C'est sans doute la première information à retenir : cette année c'est DJ Fab (Hip Hop Résistance, Underground Explorer, La Caution) qui succède au graffeur Mode2 en tant qu'artiste associé (un synonyme ronflant et donc plus classe de «parrain»). On connaissait donc déjà certains noms de tête d'affiche d'une édition qui s'annonce dans les grandes lignes plutôt mainstream tout en brassant les générations (Orelsan, IAM, Oxmo Puccino, Youssoupha, Sefyu et les petits prodiges de 1995) mais qui accueillera également Ali Shaheed d'A Tribe Called Quest, l'un des plus nobles représentants de l'histoire du hip-hop. Entre «Matinales» (projection du film Les Lascars ou brunch hip-hop, une expérience à ne sûrement pas manquer), « Spéciales » (projection du film De l'Encre d'Hamé et Ekoué, vernissages et inaugurations diverses, concert acoustique d'Oxmo Puccino), «Nocturnes» en tout genre (dont un DJ set d'Ali Shaheed à la Plateforme), l'Original multiplie les

Continuer à lire

Une autre idée de la musique

MUSIQUES | L’Ensemble Relecture et Création, imaginé et dirigé par Carlos Molina, se dévoile de saison en saison, avec l’appréhension de ceux qui savent innover sans (...)

Pascale Clavel | Jeudi 24 novembre 2011

Une autre idée de la musique

L’Ensemble Relecture et Création, imaginé et dirigé par Carlos Molina, se dévoile de saison en saison, avec l’appréhension de ceux qui savent innover sans choquer. Depuis l’origine, Carlos Molina a une obsession : prendre à bras le corps des œuvres du répertoire et leur donner une vie nouvelle. Pour cela, il réorchestre, harmonise et extirpe de son obsession des œuvres tout à la fois anciennes et nouvelles. Les mondes se croisent, le résultat est réjouissant, le public de plus en plus fidèle. Pour sa 7e saison, l’ERC propose un premier concert régalant. La Misa Criolla (les 3 ert 4 décembre à l'Abbaye d'Ainay), œuvre religieuse populaire, va sonner tout particulièrement. Cette messe écrite par le compositeur argentin Ariel Ramirez a fait un pur tabac dans les années 1960. L’église avait accepté – Vatican 2 oblige – que les messes soient chantées en langues vernaculaires. Ramirez écrit donc en espagnol et compose une musique colorée, tendre, où l’être humain se trouve au cœur du sujet. L’utilisation de rythmes, de formes musicales et d’instruments de tradition argentine en ont fait une œuvre pour le peuple. Carlos Molina recrée La Misa Criolla (accordéon chromat

Continuer à lire

Ensemble, nous allons vivre une très, très grande histoire d’amour…

ECRANS | De Pascal Thomas (Fr, 1h39) avec Marina Hands, Julien Doré, Guillaume Gallienne…

Dorotée Aznar | Jeudi 1 avril 2010

Ensemble, nous allons vivre une très, très grande histoire d’amour…

On aime bien Pascal Thomas, mais il y a des limites. Pour comprendre ce qui coince avec Ensemble, nous allons vivre une très, très grande histoire d’amour, il faut convoquer Le Grand Appartement, petit chef d’œuvre de comédie vitaliste, bordélique, généreuse, libre et sereinement irresponsable. Un petit chef d’œuvre volontairement naïf aussi, ce qu’aimerait être ce roman photo un peu aberrant dont accouche ici Thomas. Si l’on retrouve des points communs (un même ton, joyeux, bouffon, malin, entier et marginal), c’est d’abord l’opérette (citée dans Le Grand Appartement) que le film veut revisiter - sans parole ni musique, plutôt une question de style et d’état d’esprit. Pas forcément une mauvaise idée, sauf que le casting ne suit pas. Ainsi Marina Hands et Julien Doré jouent aux candides amoureux tels deux ados attardés, l’humeur est pouet pouet comme l’humour, et l’image, cheap, n’a pas peur du mauvais goût puisqu’elle l’assume ; en témoignent les génériques empruntant leur habillage au plus hideux des faire-part de mariage. Décalé tout en se voulant premier degré, le film se cherche sur le terrain de la bluette extatique et satirique alors qu’il se ré

Continuer à lire

(500 jours) ensemble

ECRANS | De Marc Webb (ÉU, 1h36) avec Joseph Gordon-Levitt, Zooey Deschanel…

Dorotée Aznar | Lundi 28 septembre 2009

(500 jours) ensemble

Pendant que personne ne faisait attention, un sous-genre a éclos dans le moelleux giron de la comédie romantique américaine : le boy meets girl jukebox, où l’on se séduit en écoutant de la musique top tendance (enfin, pas tout le temps). Après les battles d’Ipod d’Une nuit à New York, voici donc les états d’âme façon clips éthérés de (500 jours) ensemble. Tom rencontre Summer dans un ascenseur. Elle lui chante un passage de ‘There is a light that never goes out’ des Smiths, il en tombe instantanément amoureux (normal). Quand il pense à elle, ‘She’s like the wind’ de Patrick Swayze lui vient en tête. Puis leur passion s’exalte au son de Regina Spektor, des Black Lips, de Lee Hazlewood. Mais après avoir fait écouter ‘Quelqu’un m’a dit’ de Carla Bruni (comme par hasard…) à Summer dans sa voiture, Tom sent l’amour de sa vie lui échapper… Toujours à deux doigts de tomber dans la compilation filmée, Marc Webb prend soin de créer des personnages attachants, bien aidé en cela par le couple cinématographique formé par Zooey Deschanel et Joseph Gordon-Levitt. Mais il ne peut malheureusement empêcher son film de verser dans la pose, dans la conscience aigue de son caractè

Continuer à lire