Tardi et Grange dédicacent chez Expérience

Vincent Raymond | Jeudi 18 novembre 2021

Photo : © Tardi / Delcourt


Certes, c'est loin d'être la première fois qu'ils collaborent sur un projet, qu'il soit personnel, politique ou artistique, mais chacun d'entre eux mérite d'être considéré. Et leur venue d'être signalée : Jacques Tardi, l'un des très rares auteurs français de BD à figurer au Temple de la renommée Will Eisner — lui qui ne prise guère les honneurs, ça pose quand même son bonhomme — et sa compagne Dominique Grange, à la fois scénariste, chanteuse et militante historique font en effet une escale à la librairie Expérience ce lundi 22 novembre de 17 à 19h pour présenter leur nouveau rejeton, après notamment les albums livre/CD N'effacez pas nos traces et Le Dernier Assaut. Baptisé Elise et Les Nouveaux Partisans, il raconte le parcours d'une jeune chanteuse découvrant l'engagement politique durant les événements de mai-1968. Toutes ressemblances avec une certaines Dominique G. ne seraient que non fortuites…

Compte tenu des contraintes en vigueur, seuls 30 heureux privilégiés pourront bénéficier d'une dédicace (et attention : uniquement du dernier album paru, ne tentez pas de vous radiner avec un Adèle Blanc-Sec ou un Nestor Burma, voire avec Voyage au bout de la nuit, vous risqueriez de vous faire appeler Bardamu !).

Heureusement, pour tenter d'abolir le privilège de la sélection, le coup de dé démocratique du hasard sélectionnera par tirage au sort les futurs élus. À condition qu'ils adressent un mail à evenementexperience@gmail.com avec en sujet "Tardi&Grange", en donnant leur nom et prénom, avant le vendredi 19 novembre à midi. Vous savez tout.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Avril et le monde truqué

ECRANS | Si vous pensez qu’un film d’animation français alliant intelligence de l’écriture, maîtrise du style graphique et virtuosité de réalisation est impossible dans notre espace-temps, préparez-vous à changer de monde…

Vincent Raymond | Mardi 3 novembre 2015

Avril et le monde truqué

Voir fleurir avril sur les écrans début novembre tient déjà de la gageure, alors que dire d’un 1941 à Paris dépourvu du contexte de l’Occupation ! Avril et le monde truqué appartient à cette catégorie rare de films d’animation bouleversant les repères, renversant les habitudes, changeant les règles données pour fixes. Alors que la majorité d’entre eux sont construits en privilégiant leur essence graphique (et se trouvent, de fait, prisonniers des codes propres à sa narration), celui-ci, parce qu’il procède à l’inverse, transcende le genre. À l’instar du Tombeau des Lucioles de Isao Takahata ou du Géant de Fer de Brad Bird, il conjugue les bénéfices d’une histoire astucieuse qui aurait pu être racontée sous la forme d’un long métrage "traditionnel" et d’un traitement animé de luxe. Cette histoire, une uchronie dystopique, est le premier joyau du film : une expérience scientifique ratée (en apparence) a conduit à la mort de Napoléon III à la veille de la déclaration de la guerre contre la Prusse et scellé le sort de la révolution industrielle, bloquant l’humanité à l’âge du c

Continuer à lire