Sweeney Todd

Sommet de virtuosité formelle et de beauté plastique, collaboration parfaite entre un cinéaste et ses acteurs, drame macabre et sanglant d'une noirceur totale, le dernier Tim Burton a tout du grand film. Mais c'est aussi, hélas ! une comédie musicale... Christophe Chabert

Mèche blanche tombant sur des yeux cernés au crayon noir, Sweeney Todd revient en bateau vers Londres, la ville de «toutes les pourritures». Un travelling impressionnant nous fait découvrir les rues grouillantes et les bas-fonds de cette capitale saisie à un moment de son histoire qu'on se garde bien de nous révéler... C'est dans une pension bancale aujourd'hui tenue par une plantureuse faiseuse de tartes écrasant les cafards avec son rouleau à pâtisserie que Todd vécut autrefois le drame qui a bouleversé sa destinée : convoitant sa jeune et jolie femme, le puissant Juge Turpin a condamné un modeste coiffeur nommé Benjamin Barker à la prison à vie.

à lire aussi : Tim Story

C'est en mort-vivant aux rasoirs aiguisés et à la soif de vengeance sans limite que Barker, devenu Todd, va orchestrer quinze ans après la mise à mort du juge. Et c'est en virtuose de la mise en scène que Tim Burton va lui donner chair, dans un festival d'images baroques, macabres, drôles, poétiques, en poussant son récit jusqu'à sa logique la plus noire : pas vraiment de gentils ici, puisque tous se livrent à leurs passions les plus sombres et dévastatrices, et finissent par se déchirer au sens strict (gorges tranchées et geysers de sang) comme au figuré : même l'amour ne sauve personne.

Trop de notes...

Le flash-back sur la soirée costumée, le rêve de bonheur illustré comme des tableaux en relief se repliant les uns sur les autres, et les innombrables audaces gothiques de la direction artistique : Sweeney Todd marque un nouveau sommet esthétique dans la carrière de Tim Burton. Il fait même preuve d'une confiance à toute épreuve dans son propre univers, grandement liée à la complicité manifeste qui l'unit à Johnny Depp et Helena Bonham Carter, encore meilleurs que d'habitude chez le cinéaste.

Pourtant, le film trébuche sur ce qui est le cœur de son projet : une comédie musicale tirée d'un classique de Broadway de la fin des 70's signé Stephen Sondheim. Ce n'est pas la première fois que Burton s'aventure vers ce rivage - L'Étrange Noël de Monsieur Jack et Charlie et la chocolaterie contenaient aussi leur lot de numéros musicaux. Mais c'est son respect scrupuleux des codes du genre qui surprend (l'action se fige pendant les passages chantés), et le fait que les partitions ampoulées de Sondheim ne valent pas les tubes pop de Danny Elfman.

Appréciation subjective, probablement... Mais on ne peut s'empêcher de penser que Burton s'est laissé, comme c'était déjà le cas avec Sleepy Hollow, séduire par un matériau sur mesure pour son imaginaire, sans oser lui donner le coup de rasoir définitif qui aurait transformé un brillant exercice de style en œuvre intime et tranchante.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 11 octobre 2016 Grâce à un line-up complètement inédit dans lequel une clarinette remplace la guitare, Bärlin voyage aux frontières du rock. Le résultat ? La bande originale d'un conte de Perrault adapté au cinéma par Tim Burton.
Mardi 20 septembre 2016 De tous les super-héros capés, Batman est celui auquel chacun(e) s’identifie le plus aisément, puisque sa force réside dans ses faiblesses. Ni extraterrestre, (...)
Mardi 17 mars 2015 De Tim Burton (ÉU, 1h47) avec Amy Adams, Christoph Waltz, Danny Huston…
Mercredi 7 ao?t 2013 Curieux cocktail du duo Verbinski / Depp, entre hommage sincère et pastiche façon Pirates des caraïbes, qui tente de retrouver l’esprit des westerns de série en le mâtinant de réflexion politique sur l’origine de l’Amérique. Christophe Chabert
Jeudi 10 mai 2012 Tim Burton met un frein à la crise créative qu’il traversait depuis trois films avec cette comédie où il cherche à renouer avec la fantaisie noire de ses débuts, sans y parvenir totalement. Christophe Chabert
Mercredi 23 novembre 2011 De Bruce Robinson (ÉU, 2h) avec Johnny Depp, Amber Heard, Richard Jenkins…
Vendredi 18 mars 2011 Un caméléon domestique doit affronter un Ouest sale, hostile et asséché, dans ce western animé boulimique qui peine à trouver sa voie, sauf quand son réalisateur Gore Verbinski le transforme en portrait assez juste de Johnny Depp. Christophe Chabert
Mercredi 26 janvier 2011 De Tom Hooper (Ang-Austr-ÉU, 1h58) avec Colin Firth, Geoffrey Rush, Helena Bonham Carter…
Vendredi 3 juillet 2009 De Michael Mann (Éu, 2h11) avec Johnny Depp, Christian Bale, Marion Cotillard…
Jeudi 25 septembre 2008 Reprise à l’Institut Lumière d’«Edward aux mains d’argent», premier volet de la collaboration fructueuse entre Tim Burton et Johnny Depp, et mise sur orbite d’un style baroque et féérique. CC
Vendredi 12 septembre 2008 Les meilleurs films du moment ont tous un point commun : ils font de leur décor un personnage à part entière de leur récit et de leurs enjeux. Christophe Chabert
Mercredi 6 février 2008 Tim Burton, cinéaste, poursuit avec Sweeney Todd l'exploration de son univers gothique, baroque et poétique, en compagnie de son alter ego de comédie Johnny Depp. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !