Bienvenue au Lynch-land !

Critique / Film-monstre, abscons, dément, INLAND EMPIRE représente une forme de suicide commercial de la part de David Lynch, mais aussi une expérience cinématographique qui encourage autant qu'il décourage le commentaire. Christophe Chabert

Arrivé à une forme ultime de reconnaissance critique et même publique - du moins en Europe, quoique le DVD de Mulholland drive ait fait son beurre aux États-Unis... David Lynch a choisi non pas de capitaliser sur son nouveau statut, mais de casser définitivement son jouet. C'est le sentiment premier après les trois heures hallucinées d'INLAND EMPIRE. À côté, Lost Highway, Mulholland drive et même Eraserhead ont quelque chose de gentils films narratifs ; c'est dire si l'objet est déroutant. Et osons l'avouer, clairement moins plaisant à regarder, pour une raison simple : Lynch, ce grand maître du scope et de la pellicule, cet artiste du cadre et des textures, l'a tourné avec une DV qu'il utilise comme votre pépé son camescope : sans ajout de lumière artificielle et la plupart du temps à la main ! Il n'est pas impossible de faire quelque chose d'intéressant visuellement avec un tel parti-pris - et la toute première séquence d'INLAND EMPIRE le prouve d'ailleurs ! mais ce n'est visiblement pas le souci de Lynch. Idem pour la musique, d'ordinaire en complète adéquation avec les images, mais ici souvent à contretemps, sinon franchement décalée (la chanson de Beck sur la fin en est le meilleur exemple). Si on ajoute à cela qu'après une petite heure à peu près lisible, le film part vers un monde où la logique semble abolie pour ne jamais en revenir, on peut oser ce pronostic : à chaque projection, les salles se videront de moitié, et on comprendra sans le blâmer un tel rejet.Mort du cinémaPourtant, c'est bien sur la longueur qu'INLAND EMPIRE trouve sa profonde raison d'être. Plus qu'un film expérimental, Lynch parvient ici à une réelle expérience cinématographique, presque narcotique, qui affecte durablement le spectateur et son rapport à la réalité (en cela, l'heure qui suit la projection est encore du David Lynch !). Durant sa vision, si des morceaux des films précédents de Lynch reviennent à la mémoire (le calvaire de Laura Dern en écho à celui de Laura Palmer dans Twin Peaks, le mari jaloux qui ressemble à Bill Pulman dans Lost Higway...), les vraies réminiscences cinématographiques sont à chercher du côté de Stan Brakhage, Kenneth Anger ou... Jean-Luc Godard ! Un des motifs d'INLAND EMPIRE rappelle d'ailleurs l'obsession du vieux maître suisse : la mort du cinéma, ou plutôt son implosion en une série d'images et de sons disloqués, comme des aphorismes poétiques dont le sens se dérobe constamment. À partir du moment où l'héroïne-actrice ouvre une porte mystérieuse marquée d'un sceau ésotérique («Axxon N»), le film qu'elle était en train de tourner n'existe plus, ou alors elle en est à la fois l'actrice et la spectatrice ; ou alors il n'y a rien du tout, juste un Lynch-land dans lequel chaque territoire est une séquence, et chaque séquence un nouveau territoire.Plusieurs femmes, plusieurs lieux, plusieurs films...INLAND EMPIRE serait-il alors un film totalement abscons, délire mégalo et égocentrique d'un cinéaste perdu dans les méandres de son imaginaire ? Pour répondre, il faut essayer de le décrire (sinon de le résumer) : Nikki Grace, comédienne has been, se voit proposer un rôle dans un mélo visiblement ringard ; elle tombe amoureuse de son partenaire, playboy de 10 ans son aîné, et apprend dans le même temps que ledit film est le remake d'un autre, maudit et inachevé pour cause d'homicide sur le tournage. Ensuite, Nikki pousse cette fameuse porte, et elle semble devenir plusieurs femmes en même temps : prostituée, femme au foyer d'un petit truand, actrice bourgeoise et dépressive... Plusieurs femmes, mais évoluant aussi dans plusieurs lieux : quelque part entre un Los Angeles nocturne et cauchemardesque, peuplé de putes et de clochards, et une Pologne fantomatique. Sans oublier cette scène de sitcom habitée par des lapins humains qui s'expriment comme des acteurs brechtiens, provoquant des rires enregistrés à contretemps ! Dans ce dédale où l'on passe beaucoup de temps à traverser des couloirs et monter des escaliers, Lynch ménage tout de même une place spécifique aux sensations : avec moins de brio que dans Mulholland drive, il arrive malgré tout à provoquer des frissons d'angoisse, sinon des spasmes de panique chez les spectateur, incrédule et aussi paumé que Laura Dern/Nikki.Silencio !Impossible dès lors de crier au ratage ; tout comme il ne faut pas prendre trop au sérieux ceux qui parlent de génie absolu. INLAND EMPIRE dépasse ce genre de jugements critiques, il se situe dans cette sphère particulière de l'œuvre d'art qui provoque non pas un commentaire définitif, mais un commentaire sans fin ou, ça revient un peu au même, pas de commentaire du tout... Comme si le «Silencio !» final de Mulholland drive s'adressait par avance aux futurs spectateurs d'INLAND EMPIRE. Notre interprétation ne vaut alors pas plus que toutes les autres : et si Lynch avait réalisé un film sur sa fille Jennifer ? Un des derniers plans le laisse clairement penser, tout comme l'idée finalement assez étonnante de la part du cinéaste de montrer une femme de 40 ans (l'âge de Laura Dern et de Jennifer Lynch) qui devient spectatrice de sa propre vie et tente d'en redevenir actrice pour pouvoir comprendre qui elle est et sortir de la dépression. C'est l'image que l'on retient quand on cherche à se remémorer ce rêve éveillé et évanescent : une jeune fille qui pleure devant un téléviseur, avec ce rapport naïf qui consiste à reconnaître dans l'histoire qu'on nous raconte les clés de sa propre existence. La vie est le remake d'un film inachevé où l'on joue à être soi-même tout en essayant d'être un autre, où l'on cherche en soi les réponses aux questions que les autres se posent. Comme celles, nombreuses, que ce film-monstre n'a pas fini de susciter !INLAND EMPIREde David Lynch (Fr-Pologne-ÉU, 2h52) avec Laura Dern, Jeremy Irons, Justin Theroux...

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Musiques...

Lundi 25 avril 2022 Toujours curieux et singulier, le festival Superspectives accueille cette année quelques grands noms de la musique contemporaine et expérimentale : Gavin Bryars, Alvin Curran, Charlemagne Palestine…
Mardi 26 avril 2022 Il est libre, Iggy Pop. Bon, y en a quand même pas qui disent qu'ils l'ont vu voler, mais continuer de se trémousser torse-poils devant (...)
Mardi 29 mars 2022 Alors qu'il remonte sur scène pour présenter son dernier objet d'artisanat, La Vraie vie de Buck John, Jean-Louis Murat est l'objet d'une belle rétrospective menée par l'agence musicale lyonnaise Stardust et une vingtaine d'artistes aurhalpins.
Mardi 29 mars 2022 Un peu plus de deux ans après la tournée de Reward, la Galloise Cate le Bon est de retour sur une scène lyonnaise. Avec Pompeii, un album tout en minimalisme pop, composé et enregistré durant le grand confinement, et qui plonge dans la torpeur tout...
Mardi 1 mars 2022 Événement du côté du Ninkasi avec la venue du commandant en chef de feu Sonic Youth, qui depuis la séparation du groupe phare de l'indie rock américain multiplie les saillies solo comme pour mieux combler et dérouter ses fans éplorés.
Mardi 1 mars 2022 2021 aura été l'année de l'avènement pour Tedax Max. Douze mois pour sortir trois albums et se hisser au premier plan de la scène rap locale. Avant son passage du côté de Vénissieux à Bizarre!, le vendredi 18 mars, on a échangé...
Mardi 15 février 2022 1913, quelle année ! La modernité artistique y éclate dans toute sa superbe et aussi dans toutes ses surprises qui désarçonnent le public. C’est par exemple : les premiers ready-made de Marcel Duchamp, la publication à compte d’auteur...
Jeudi 17 février 2022 Les Parisiens de Bryan’s Magic Tears ont sorti mi octobre leur troisième album, "Vacuum Sealed". Le groupe signé sur Born Bad sera au Périscope ce jeudi 17 février.
Mardi 15 février 2022 Membre du collectif Under Rave de u.r.trax, Vel incarne la relève de la scène techno française. L’artiste et ingénieure — qui semble dotée d’une jauge d’énergie infinie — nous invite dans ses sets intenses à une transe...
Mardi 15 février 2022 Dans la droite ligne des réflexions engagées durant la crise sanitaire,  Le Sucre a annoncé une légère inflexion de son concept. Surtout, la club de Confluence veut accroître son travail d’accompagnement auprès de la...
Mardi 15 février 2022 Après s’être taillée une belle réputation chez nos voisins grenoblois, Bernadette (Chloé de son vrai nom) s’est imposée sur la scène lyonnaise puis en France. D’abord harpiste, elle prend rapidement la voie des musiques électroniques et mixe...
Mardi 15 février 2022 Son appétence pour les arts graphiques, le Japon et les jeux vidéo infusent dans les sets de la Lyonnaise, où les musiques anciennes nipponnes se confondent avec des tracks enivrantes de footwork, UK hardcore, breakbeat et jungle....
Mardi 15 février 2022 Elle s’était promis, il y a dix ans, de ne pas toucher une CDJ avant d’avoir parfaitement domestiqué les platines vinyles. Collectionneuse depuis toujours, Warum a décidé de faire profiter les autres de sa sélection hétéroclite il y a quelques...
Mardi 1 février 2022 Le projet LKDM a pour vocation de réunir les rappeurs et rappeuses les plus prolifiques de la région. Il prend la forme d'un cypher géant, mêlant freestyle et clips vidéo, brassant diverses tendances et générations. Rencontre avec Fong...
Mardi 4 janvier 2022 Le retour en force du Covid a entraîné de nouvelles restrictions sanitaires, annoncées le lundi 27 décembre par le Premier ministre : spectacles assis, jauges limitées à 2000 personnes en intérieur, le tout au moins jusqu’au lundi 24...
Mardi 4 janvier 2022 La musique dite savante ne s’arrête pas à Mahler ni même à Stravinsky (que nous serons heureux de réécouter cette année), et son cœur bat toujours aujourd’hui. Ce que nous rappellent notamment la Biennale des Musiques Exploratoires et la...
Mardi 4 janvier 2022 Depuis l'automne, Piers Faccini et ses invités sont à l'honneur à l'Opéra Underground. Avant de recevoir Blick Bassy, il convie le percussionniste Karim Ziad, le musicien gnaoui Mehdi Nassouli et le quatuor de chambre Emana à revenir avec lui, sur...
Mardi 4 janvier 2022 Avec le grand retour des internationaux et un nombre invraisemblable de reports, le printemps 2022 déborde de concerts prometteurs et/ou attendus. Revue d'effectifs forcément très sélective et un peu subjective.
Vendredi 10 décembre 2021 De passage à la Chapelle de la Trinité à l'invitation des Grands Concerts, Fredrika Stahl viendra y présenter une merveille d'album nocturne publié cette année et baptisé Natten, tout en clair obscur et en ambiance amniotique, où la chanteuse...
Mardi 14 décembre 2021 Héraut d'une certaine idée du psychédélisme pop et du rock progressif à la française, Aquaserge s'attaque à une poignée de totems de la musique contemporaine (Ligeti, Varèse...) malaxés comme des beaux diables. À retrouver sur la scène de l'Opéra...
Mardi 30 novembre 2021 Premier opus en solo pour Tushen Raï, habitué du Sucre et co-directeur du label Hard Fist : où l'on croise sonorités ancestrales et globalisées avec l'acid-house de Chicago afin de produire quelques bombes pour dancefloor.
Mardi 30 novembre 2021 Le quatuor sud-africain a publié cette année un premier album soyeux et délicieusement pop, inspiré de divers courants artistiques rayonnants sur sa terre natale, pour en faire une œuvre trouvant parfaitement sa place sur le toujours aussi bien...
Mercredi 1 décembre 2021 Nouvelle pépite néo-soul, Arlo Parks, de passage au Ninkasi Gerland, n'est pas qu'une chanteuse exceptionnelle de 21 ans. Elle est, volontairement ou non, la voix d'une génération Z tracassée.
Mardi 23 novembre 2021 C'est un mélange d'habitués et d'artistes reportés des précédentes éditions que propose Jazz à Vienne avec les premiers noms de son édition 2022, déjà alléchante, qui dévoile également sa nouvelle identité visuelle.  
Jeudi 18 novembre 2021 C'est un monument d'indie rock tordu et libre comme l'air qui s'apprête à fouler la scène du Sonic en la personne d'Old Time Relijun et de son leader Arrington de Dionyso, artiste d'avant-garde, persécuté par l'arrière-garde crypto-fasciste.
Jeudi 4 novembre 2021 Troisième album et passage à la maison, au Transbordeur, pour le Lyonnais Folamour, king de la house music élargissant le spectre de ses influences via son dernier album.
Jeudi 4 novembre 2021 En plein mois de novembre, Bertrand Belin et Agnès Gayraud aka La Féline prennent d'assaut l'Opéra Underground pour une carte blanche musicale dont la diversité le dispute à l'exigence, au point de transformer la chose en semaine de la découverte.
Jeudi 4 novembre 2021 Artiste associée à l’Auditorium cette saison, la pianiste Maria João Pires se produira sur scène deux fois (en concert symphonique puis en récital), avec ses compositeurs fétiches : Mozart, Beethoven, Schubert…
Mercredi 3 novembre 2021 À La Marquise, qui était son fief, se déroulera le mercredi 10 novembre une soirée en hommage à DJ Duke, décédé le 6 novembre 2020. Une figure incontournable du rap lyonnais et français, qui officiait avec Assassin, a produit pour...
Jeudi 21 octobre 2021 Toute juste de retour dans le paysage nocturne lyonnais après une trop longue absence, L'Ambassade accueille une figure de la deep house française : Franck Roger, auteur d'un récent album étonnant de diversité.
Jeudi 21 octobre 2021 L’Auditorium accueille l’orchestre de la Philarmonie de l’Elbe, une formation pour le moins réputée, avec Alan Gilbert à la baguette. Ils joueront la (...)
Jeudi 7 octobre 2021 Dans sa belle série de soirées docu-rock à l'Aquarium, le Marché Gare propose Come On People ! (2009) qui revient sur la trajectoire du meilleur groupe de rock français que personne ne connaît, Les Thugs d'Angers, chouchous du label Sub Pop de...
Jeudi 7 octobre 2021 Timothée Régnier, alias Rover, le répète souvent en interview, chez lui, l'inspiration et les compositions doivent moins aux figures dont il a pu faire ses (...)
Jeudi 7 octobre 2021 Rangée du duo Teleferik avec lequel elle officia pendant dix ans, la chanteuse-musicienne-autrice-compositrice Eliz Murad, Franco-libanaise, désormais installée et travaillant entre Lyon et Saint-Étienne, vient de publier son premier EP solo,...
Mercredi 22 septembre 2021 Dix concerts classiques à ne pas rater cette saison. Une sélection qui fait la part belle aux stars et aux grandes œuvres de répertoire, mais avec une attention particulière portée aux auteurs plus contemporains : Boulez, Grisey, Neuwirth,...
Jeudi 23 septembre 2021 Faute d'avoir pu correctement reporter son édition du printemps dernier — transbahutée au printemps prochain — le Festival Transfer s'offre un genre d'édition automnale et hors-série, en collaboration avec Cold Fame et sa traditionnelle...
Mercredi 22 septembre 2021 Au Périscope pour présenter la version live de Boredoms & Heartstrings, revisite avec quatuor à cordes de Boredoms, Marine Pellegrini revient sur l'évolution d'Erotic Market, la genèse de ce projet mais aussi les difficultés créatives...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !