Et surtout, la santé

Entretien / Denise Chalem, auteur, metteur en scène et comédienne, revient sur le succès de Dis à ma fille que je pars en voyage. Propos recueillis par Dorotée Aznar

Dis à ma fille que je pars en voyage est une rencontre improbable entre deux femmes qui n'auraient jamais dû se connaître. Dominique est issue d'un milieu populaire, n'a connu que la pauvreté et la violence tandis que Caroline est une bourgeoise, préservée par la vie. Pendant plusieurs mois, elles vont partager 9 m2 et une solide amitié va se nouer entre elles.PB : Pourquoi avez-vous choisi de travailler sur l'univers carcéral et quelle connaissance en avez-vous ?Denis Chalem : C'est toujours difficile de savoir ce genre de choses... D'abord on a un coup de cœur pour un univers puis on mesure les conséquences. Il y a deux ans, l'univers des prisons a été soudain très «à la mode» ; notamment après la publication du livre de Véronique Vasseur sur la prison de la Santé. J'ai beaucoup lu, vu des reportages et j'ai constaté que l'on parlait très peu des prisons de femmes, comme si cette réalité n'existait pas. Je suis donc partie à la recherche de paroles de femmes, je me suis documentée pendant deux ans. Je voulais que ce que je raconte soit vrai, or, on n'entre pas si facilement dans les prisons. Je ne voulais pas sombrer dans le pathos ; il y a beaucoup d'humour dans la pièce, afin de rendre cette violence supportable. Les lumières qui s'éteignent sans cesse, le bruit permanent...Dans votre texte, il y a beaucoup de non-dits, les gestes sont aussi importants que la parole...Un espace aussi petit que celui de la cellule laisse l'opportunité de travailler sur le corps, de laisser parler le corps. En général, au théâtre, on accorde beaucoup plus d'importance aux dialogues mais dans cette pièce, les gestes du quotidien ont une importance énorme, notamment puisque l'on évoque l'intimité violée. Ainsi, des scènes entières sont composées de didascalies ; pour moi, c'est quand même du dialogue. Les premières scènes sont presque muettes car le nouveau qui arrive dans une cellule, c'est l'ennemi et quand la parole arrive, elle est forcément agressive.De qui vous êtes-vous inspirée pour créer le personnage de Caroline ? On pense évidemment à Deviers-Joncour....Il y a eu plusieurs femmes qui m'ont inspirée : Christine Deviers-Joncour mais aussi Louise-Yvonne Casetta, ex-trésorière du RPR ou cette femme qui jouait aux courses et qui raconte que, lorsqu'elle était en prison, la surveillante voulait casser de la bourgeoise et la réveillait toutes les heures pour la pousser à bout. Caroline est comme cette femme, elle veut continuer à s'habiller, elle arrive en prison avec sa dignité, sa propreté, voire sa stupidité. Mais elle est maligne et tout en gardant son éducation, elle comprend très vite le mode de fonctionnement de la prison : «ou on s'adapte, ou on meurt», et elle devient parfois plus voyou que Dominique...Au départ vous ne jouiez pas le rôle... Vous aviez finalement envie d'incarner ce personnage ?Au début, j'étais de l'autre côté de la caméra. Ce texte, je ne l'ai pas écrit pour moi, j'ai du mal avec cette idée et je pense qu'il n'est pas facile de jouer son propre texte. En mettant en scène mon texte, j'avais oublié que j'étais comédienne. Le travail de création a été très complexe : la bande son, le décor... En prison, on voit très mal, c'est comme un brouillard de lumière électrique et je voulais recréer cela, et des images fortes. En fait, cela a été à la fois très facile et très difficile de m'approprier ce rôle car cet univers m'était devenu familier et, en le jouant, je devais le découvrir pour la première fois...Parlez-nous de Christine Murillo, qui interprète le rôle de Dominique. Nous nous sommes connues au Conservatoire, puis perdues de vue. Quand j'ai décidé de mettre en scène Dis à ma fille, le choix de Christine s'est imposé : elle est tout sauf un modèle de femme rétréci. Elle était parfaite pour parler de l'abandon en prison, quand on lâche tout. Sur scène, je voulais deux cow-boys, pas des femmes mignonnettes...Vous parlez souvent de caméra... Vos choix de mise en scène, votre regard sur ce huis clos fait penser souvent au cinéma...Je suis fascinée par le temps. Cela pose une vraie question au théâtre : comment faire passer le temps, comment utiliser les ellipses ? C'est un procédé plus cinématographique que théâtral.Montrer des scènes de la vie quotidienne, c'est beaucoup plus difficile au théâtre. Au cinéma, une femme qui va aux toilettes, on la cadre comme on veut, au théâtre, on peut très facilement tomber dans l'obscénité. Je pense avoir fait un travail sur le corps que l'on ne rencontre pas beaucoup au théâtre. Je songe à en faire un film, je travaille sur un story board mais je ne sais pas encore bien comment transposer la pièce au cinéma ; je ne veux pas faire de théâtre filmé, ni un documentaire amélioré.Espériez-vous un tel succès ?Au départ, on m'a dit que l'idée de la prison allait faire peur au public mais je ne le pensais pas. Cette pièce n'est pas tragique, on rit beaucoup ! Et le bouquin de Véronique Vasseur n'a pas été lu que par des spécialistes... En revanche, je ne m'attendais pas à une telle unanimité. Cela montre que les Molière restent une cérémonie importante, surtout pour le public non-spécialiste. Cela permet d'instaurer la confiance. Il y a d’ailleurs des publics très différents dans les salles, certains oublient même où ils sont et commentent la pièce en direct ! Sans mauvais jeu de mots, je crois que ce spectacle a la santé !Dis à ma fille que je pars en voyageTexte et ms Denise ChalemAu Théâtre les Célestins, jusqu'au 14 janvier

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Scènes...

Mardi 26 avril 2022 Sur les planches ou au cinéma (Au poste, Problemos…), Marc Fraize est un artisan. Auteur, acteur, humoriste, clown tendre et jubilatoire, il porte le rire loin des standards et  de l’enchaînement de blagues surfant sur l’actualité. Son...
Mardi 12 avril 2022 Non labellisé Scènes Découvertes, mais enfin aidé par la Ville, le Théâtre de l’Uchronie, au cœur de la Guill’, défend depuis 2014 des récits imaginaires et oniriques. Les pieds beaucoup plus sur terre que satellisés.
Mardi 29 mars 2022 Dans un spectacle dérangeant et éblouissant, Alice Laloy renverse les codes du roman de Pinocchio et s’attache au moment de sa transformation. Un des grands spectacles du dernier Festival d’Avignon ; de surcroît accessible aux enfants.
Mardi 15 mars 2022 Après son premier one-man-show dans lequel le prince des potins, Tristan Lopin, nous comptait ses déboires amoureux, l’humoriste revient avec un seul en scène brut, décapant et authentique, le 1er avril, à la Bourse du Travail.
Mardi 15 mars 2022 Pas simple de restituer Pialat au théâtre tant il a éclaboussé le cinéma de son génie à diriger les acteurs. Dans ce spectacle énamouré adossé à À nos amours, Laurent Ziserman parvient à saisir l’infinie justesse qui émanait des films du...
Mardi 1 mars 2022 Avant de présenter Un Sacre aux Célestins en mai, Lorraine de Sagazan propose au Point du Jour une plus petite forme, La Vie invisible, conçue avec le même auteur Guillaume Poix. Où il est question de la perception d’une pièce par un malvoyant....
Mardi 18 janvier 2022 C’est un art que le metteur en scène Renaud Rocher maîtrise à merveille. Celui de faire théâtre d’un recueil de témoignages. En 2020, il invitait à suivre les méandres du parcours d’un demandeur d’asile. Voici qu’avec Comme une image, il se...
Mardi 4 janvier 2022 L’année 2022 sera l’occasion de réviser ses classiques de la danse contemporaine : Maguy Marin, Jiří Kylián, Ohad Naharin, Pina Bausch… Et entre deux révisions, de découvrir aussi nombre de jeunes talents internationaux.
Mardi 4 janvier 2022 Dans Le Jeu des ombres, pensée pour la cour d’honneur du Festival d’Avignon 2020 annulé, Jean Bellorini, avec Valère Novarina et Monteverdi, embrasse en musique et en mots, le monde des morts, plus vivant qu’on ne le croit.
Mardi 4 janvier 2022 Après une première moitié de saison d’une densité inédite, les théâtres attaquent 2022 sans baisser de rythme. Les six mois à venir seront riches comme rarement de découvertes et de grandes figures pour se clore sur la venue d’Ariane Mnouchkine.
Jeudi 16 décembre 2021 Créée en 1981, représentée plus de 800 fois à travers le monde, la pièce May B de la chorégraphe Maguy Marin est un monument de la danse contemporaine, et même (...)
Mercredi 15 décembre 2021 Dans son petit cabaret, Johanny Bert, auteur, chanteur, marionnettiste, metteur en scène fait souffler un vent de liberté incroyable grâce à sa figurine queer en mousse. Intelligent, tendre, drôle, follement enthousiasmant, Hen est aux Célestins et...
Jeudi 30 décembre 2021 Immuable tradition pour certains, baptême du feu pour d’autres, le réveillon est une belle occasion d’assaillir les café-théâtres. Tour d’horizon de la programmation du 31 décembre pour mettre en boîte 2021 et saluer 2022.
Mercredi 17 novembre 2021 Christiane Jatahy, brésilienne, surestimée star du théâtre en France, vient au TNP avec sa dernière création en date, très aboutie. Dans Entre chien et loup, variation sur le film Dogville, elle parvient à mêler avec virtuosité ce que jusqu'ici elle...
Mercredi 17 novembre 2021 Originaire du Brésil, formée à la danse dans son pays puis à Bruxelles, Vania Vaneau a été interprète pour certains des plus aventureux des chorégraphes (...)
Mercredi 17 novembre 2021 Le roi de la punchline et chroniqueur sur France Inter Waly Dia sera à l'affiche de la Bourse du Travail le vendredi 26 novembre avec son dernier spectacle, Ensemble ou Rien : 1h20 de one-man-show bien rodé, dynamique et incisif.
Jeudi 4 novembre 2021 La gamine de la Croix-Rousse prolo a bien grandi. À 70 ans sonnés, la pause du confinement aidant, la comédienne Myriam Boyer fait dans une biographie tout juste parue un retour arrière sur ses vies de cinéma et de théâtre. Où l’on croise...
Mercredi 6 octobre 2021 Bouleversant, intimidant par tant de sensibilité, Love est un immense spectacle de théâtre dans lequel Alexander Zeldin nous convie dans un foyer d’urgence de l’aide sociale britannique.
Mercredi 8 septembre 2021 100 ans en plein Covid, 101 ans cette année. Enfin le TNP peut convoquer son histoire lors d’un mois de septembre dense et réjouissant. De Paris à Villeurbanne, de Firmin Gémier à Jean Bellorini,  l’aventure du théâtre national populaire...
Jeudi 9 septembre 2021 Ces Invites retrouvées (du mercredi 15 au samedi 18 septembre à Villeurbanne) sont d’une densité folle. Et d’une qualité remarquable. Gratuit, as usual pour ce festival des arts de la rue.
Jeudi 9 septembre 2021 Entre la Maison de la Danse et l'Opéra de Lyon, trois rendez-vous aguicheurs sont proposés cet automne en compagnie du maître néoclassique qu'est William Forsythe. 

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter