Karin Viard - Reine d'un jour, reine toujours

Karin Viard, comédienne, future Ex-femme de ma vie chez Balasko la semaine prochaine, varie les plaisirs, les genres et les rôles au nom de sa liberté d'actrice. Luc Hernandez

Il y a boulet et boulet. Il y a la fille collante qu'on se trimballe comme un sac à émotions prêt à se renverser, et puis il y a le boulet de canon, la fille sexy un rien ostentatoire qui affiche sa disponibilité. Karin Viard est un peu les deux. Elle a sa grosse voix repérable entre toutes pour faire entendre la première. Mais aussi les gros seins et le joli minois pour montrer qu'elle peut faire quand elle veut une escapade dans le rôle de la seconde. La Nouvelle Eve de Catherine Corsini en 1999 lui a donné l'occasion de relier à la fois son côté sexy et paumé, dans son rôle favori : celui de la femme d'aujourd'hui, celle qui frise la vulgarité sans jamais y tomber. Déboussolée, elle l'était déjà dans Les Randonneurs, qui la fait exploser dans la comédie en même temps que Poelvoorde. Elle continuera de chercher le Nord de l'amour dans des films aussi différents que La Nage indienne, Embrassez qui vous voudrez (où elle aimerait bien, "juste une fois, pour voir, avoir un orgasme féminin"), Le Rôle de sa vie avec Agnès Jaoui ou l'épatant Reines d'un jour (où elle court après Gilbert Melki sans jamais l'attraper). Rebelote dans le dernier Balasko à venir la semaine prochaine, L'Ex-femme de ma vie. La plus drôle et la plus belle des célibataires sur grand écran français semble être disponible comme d'autres sont condamnés : à vie, pour le meilleur et pour le pire.L'anti-DeneuveCar cette voix cristalline, d'une franchise à tout casser dans la comédie, peut être aussi tranchante comme une lame quand le drame survient : déchirante dans Emmène-moi ou Haut les cœurs, elle est une des rares actrices françaises à s'être aventurée dans le thriller (Un jeu d'enfants ou le prochain Costa-Gavras avec José Garcia, Le Couperet), jusqu'au gore (Je suis un assassin, avec Giraudeau et Cluzet). À bientôt quarante ans et cinquante films, elle semble pouvoir tout jouer et l'air de rien, elle a déjà opéré une petite révolution dans le monde féminin un rien trop étroit du cinéma hexagonal. Ayant renoncé depuis toujours à la tradition hystérique de l'actrice française lancée par les deux Isabelle (Adjani et Huppert), elle n'a rien non plus de ces éternelles bourgeoises dont chaque rôle semble un peu trop l'occasion de tester la durabilité de leur image. Karin Viard, c'est l'anti-Deneuve : à l'aura, elle oppose le tempérament, et n'a pas besoin de pose existentielle pour faire exister ses personnages. Elle ressemblerait davantage à une petite sœur de Balasko : simple, directe, professionnelle. La singularité d'un rôle, d'un univers, voilà ce qui la motive, et si elle est sur le point pour la première fois de retourner avec des réalisateurs qu'elle affectionne (Christian Vincent, Solveig Anspach, Tonie Marshall et, "un jour, c'est certain", avec Philippe Harel), elle a surtout ressentie jusqu'ici le besoin de varier les plaisirs. "Plus on a de gens pour poser des regards sur soi, plus on a de chances de se renouveler. Certains vont me voir comme une grande mystérieuse, d'autres comme une grande angoissée. J'aime me laisser porter par ces regards." Tout sauf être stastique, et elle ne se sentirait sûrement pas de retourner au théâtre qu'elle a pratiqué au Conservatoire de Rouen puis à Paris dans les années 90 : "Quand c'est pénible le théâtre, c'est pénible. Ce n'est pas tant le fait de jouer que tout ce qu'il y a autour. Et tout ce qu'il y a autour me coupe parfois tellement le désir que c'est atroce. La durée, les partenaires, les tournées font que je me sens en prison."Belle mamanElle a aujourd'hui deux belles filles et compte bien ne pas perdre son temps en digressions inutiles. "Ça m'est arrivé de me retrouver dans une pièce et de me dire que je me suis trompée, que le personnage n'est pas si intéressant. Il me reste alors encore six mois à me trimballer avec ça. Au cinéma, si on se trompe, c'est deux mois de notre vie. Pour le moment, je me paie le luxe de continuer à fonctionner de façon à voir grandir mes enfants." Un seul credo : liberté chérie. "J'ai besoin d'indépendance. J'ai horreur des rapports affectifs quand ils sont trop lourds et trop investis. Je peux refuser un rôle formidable sur le papier si je sens que la rencontre ne repose pas sur des rapports sains. Je n'appartiens à personne, je suis libre et je choisis de faire des choses." Et des belles : après Le Couperet de Costa-Gavras (en mars), on la retrouvera dans L'Enfer, le deuxième film de Danis Tanovic après No man's land, adapté d'un scénario de Kieslowski.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 13 mai 2024 Elise Ternat, ancienne directrice de la Fête du livre jeunesse de Villeurbanne et journaliste prend les rênes du théâtre La Mouche à Saint-Genis-Laval. Elle succède à Mathilde Favier, qui a récemment rejoint l’APCIAC.
Lundi 6 mai 2024 Un conte mythologique imparfait mais à la direction artistique sans faille (Les 4 âmes du coyote), un coup d'essai étonnant à la fois solaire et orageux (Les trois fantastiques), et un film pas toujours évident à appréhender, mais souvent fascinant...
Vendredi 26 avril 2024 L'un des meilleurs spectacles de stand-up du moment s'appelle "La Formidable ascension sociale temporaire de G. Verstraeten". Un titre à rallonge signé Guillermo Guiz, enfant d'un milieu populaire qui livre une réflexion acide sur sa condition...
Mardi 31 octobre 2023 Le festival Lumière vient de refermer ses lourds rideaux, les vacances de la Toussaint lui ont succédé… Mais ce n’est pas pour autant que les équipes de (...)
Mardi 31 octobre 2023 Si le tourisme en pays caladois tend à augmenter à l’approche du troisième jeudi de novembre, il ne faudrait pas réduire le secteur à sa culture du pampre : depuis bientôt trois décennies, Villefranche célèbre aussi en beauté le cinéma francophone....
Mardi 17 octobre 2023 Nicolas Piccato a quitté à la rentrée ses fonctions de directeur de Lyon BD, à sa demande. Arrivé en 2021 en remplacement du fondateur Mathieu Diez, parti au (...)
Mercredi 13 septembre 2023 Pour sa 5e édition, le festival de street-art Peinture fraîche quitte la halle Debourg pour investir sa voisine aux anciennes usines Fagor-Brandt. Du 11 octobre au 5 novembre, 75 artistes s'exposent sur 15 000m2.
Mardi 5 septembre 2023 C’est littéralement un boulevard qui s’offre au cinéma hexagonal en cette rentrée. Stimulé par un été idyllique dans les salles, renforcé par les très bons débuts de la Palme d’Or Anatomie d’une chute et sans doute favorisé par la grève affectant...
Mardi 29 août 2023 Et voilà quatre films qui sortent cette semaine parmi une quinzaine : N° 10, La Beauté du geste, Alam puis Banel & Adama. Suivez le guide !
Jeudi 17 août 2023 [mise à jour mercredi 23 août 2023] Déjà interdit à Paris, Montpellier et Toulouse ces derniers jours, le spectacle de Dieudonné a été interdit à Lyon, amis s'est tenu dans un champs privé à Décines, et est interdit à Grenoble une semaine plus tard....
Lundi 12 juin 2023 Le musée à l’architecture déconstructiviste accueille, jusqu’au 18 février, "Afrique, mille vies d’objets". Ces 230 objets africains, principalement datés du XXe siècle, collectés par le couple d’amateurs et marchands d’arts Ewa et Yves Develon,...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X