La Métamorphose

Attention document ! The Other Side of The Mirror... décrit, l'espace de trois éditions du Newport Festival (1963-1965), grand messe folk de l'époque, l'ascension d'un Bob Dylan passant successivement du statut de jeune espoir (1963) à celui d'idole (1964) puis de Judas renié par ses ouailles (1965) à l'occasion du célébrissime tournant de sa carrière : son fameux passage à l'électricité. Le tout livré brut, sans voix-off ni analyse, entre moments pénibles montés à la va-comme-je-te-pousse (coulisses, duos avec Joan Baez et sa voix de cafetière) et instants de grâce : comme quand, en 1965, sur Love Minus Zero, les feuillages des arbres éventés derrière lui se confondent avec la tignasse rimbaldienne de celui qui a, comme le dit un speaker, «le doigt sur le pouls de sa génération».


Bob Dylan - Love minus zero-no limit (live 1965) par Bambino_Portoghese

Mais quand, en 1965, il appuie sur la veine pour que «la génération» sente son cœur battre, quand il métamorphose les complaintes des ancêtres en grondement sonique, c'est comme si son doigt pressait une détente. D'abord avec cette version hirsute d'une Maggie's Farm besognée par la sorcière électricité en un boogie furibard chargé de dépoussiérer tout ce qui peut l'être. Les paroles crachées en rafale à un public défait sont alors une déclaration d'indépendance au nez du mouvement folk (cette «ferme de Maggie» où il ne peut «être lui-même»).


Bob Dylan & Mike Bloomfield -Maggies Farm... par Tushratta

Conspué par de gentils folkeux montrant enfin les dents, il enchaîne avec Like a Rolling Stone, alors inédit, qui enfonce le clou dans la tempe d'une Amérique à qui il demande d'ouvrir les yeux. Puis avec une version nue et bouleversante d'It's All Over Now, Baby Blue qui n'est rien d'autre qu'un chant du cygne acoustique, dernier soubresaut d'une métamorphose. Car pour beaucoup, après Newport 65, instant électrique et infernal, Dylan ne sera plus jamais le même. Ce que peu savent alors, et démontre I'm not There, c'est qu'il ne l'avait jamais été. Stéphane Duchêne


Bob Dylan - Like a Rolling Stone (Live... par toma-uno

«Bob Dylan The Other Side of the Mirror : Live at The Newport Folk Festival (1963-1965)» (Sony/BMG)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 28 octobre 2013 A la poursuite de la chimérique Vérité dylanienne depuis près de 50 ans, et déjà auteur de plusieurs ouvrage sur la question, le critique rock et théoricien pop Greil Marcus compile près de 40 ans d'articles sur l'homme qui a révolutionné le rock....
Vendredi 25 janvier 2013 Où qu'il puise ses origines éparpillées, le folk aura toujours été une affaire de transmission. C'est bien là l'esprit de la double rencontre organisée à la (...)
Lundi 21 janvier 2013 {Awayland} (Domino/Pias)
Lundi 24 décembre 2012 Silver & Gold – Songs for Christmas (Vol. 6-10) (Asthmatic Kitty/Differ-ant)
Vendredi 27 avril 2012 Après "Cascadeur" l'an dernier, Rover est sans doute la révélation pop française de cette année. Un ovni romantique et bowie, dandy et bestial qui devrait envoûter par sa seule présence, les spectateurs du festival Changez d'Air. Stéphane Duchêne
Lundi 26 mars 2012 Et voici la programmation complète (ou presque, tant elle est riche) des Nuits de Fourvière 2012 ! Certains événements étaient déjà connus, mais s’y ajoutent d’excellentes surprises, qu’elles soient musicales ou théâtrales… Christophe Chabert
Lundi 14 juin 2010 Ça a commencé le 7 juin 1988 à Concord, Californie et personne n'imaginait que ça durerait encore 22 ans plus tard. Quoi donc ? Le Never Ending Tour. Bob (...)
Lundi 14 juin 2010 Musique / Au crépuscule de sa carrière et au turbin de son Never Ending Tour depuis 22 printemps, Bob Dylan est revenu depuis quelques années à ses premières amours : la country et le blues, dignes grands-parents d'une des plus grandes œuvres...
Jeudi 17 décembre 2009 En chantant Noël, Bob Dylan nous offre la possibilité d’avoir tout vu et tout entendu. Et le bon moyen de lâcher une bonne fois pour toute devant les (...)
Mercredi 5 décembre 2007 I'm not there : le titre d'une chanson de Dylan, mais aussi le premier rébus d'un film à clé particulièrement bien verrouillé... I'm not her, I'm not he, I'm (...)
Mercredi 5 décembre 2007 B.O. / Dylan repris par la crème des musiciens internationaux : une bande originale qui prolonge le concept du film... CC
Mercredi 5 décembre 2007 Cinéma & Musique / L'Institut Lumière propose pendant un week-end la totalité des images de et avec Bob Dylan, un ensemble hétéroclite qui est le meilleur mode d'emploi pour entrer dans «I'm not there», faux biopic de Todd Haynes consacré au...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !