Que Viva Calexico !

À l’image d’une Amérique de retour à l’air libre, Calexico respire à nouveau à pleins poumons avec son album "Carried to Dust" qui reprend la route pour élargir le territoire. Stéphane Duchêne

Pour qualifier Calexico, les programmateurs, et pas mal de journalistes, présentent souvent le duo de Tucson (Joey Burns et John Convertino) comme du «folk mariachi». Un terme qui fait craindre de voir débouler dans la minute une armée de sombreros psychopathes venus hurler une sérénade hispanisante sous de paisibles fenêtres. C’est un peu la faute du groupe, il est vrai, qui convie régulièrement sur scène la troupe mariachi Luz de Luna, une douzaine de gringos en costume jouant très fort mais très bien (la preuve sur le DVD Worlds Drift In : Live at The Barbican, une merveille).

Sur disque aussi, le Mexique n’est jamais loin, comme en témoigne leur titre emblématique The Crystal Frontier et des dizaines d’autres. Mais les frontières musicales de Calexico ne se contentent guère d’enjamber le Rio Grande en d’incessants allers-retours. Au départ projet récréatif développé pendant les vacances que leur accordait leur mentor Howe Gelb au sein de Giant Sand, Calexico est devenu l’un des grands défricheurs musicaux américains de la dernière décennie. Atteignant un climax avec l’album Feast of Wire, véritable condensé de musique américaine passée (jazz, folk), présente (pop) et future (post-rock).

Cartographie

Avec Carried to Dust, dernier album en date, le duo a souhaité reprendre une route perdue de vue. Le précédent, Garden Ruin, étant plus recroquevillé sur lui-même, sur l’Amérique et ses problèmes, en une chronique sociale fatiguée du conservatisme mourant. On ne verra pas nécessairement en Carried to Dust d’effet Obama, le disque ayant précédé l’avènement du nouveau président américain, mais le dispositif Calexicain est ici rétabli : des histoires à raconter, des paysages immenses et des grands airs panoramiques au folklore tordu.

Mais ni exclusivement mariachi, ni obstinément western, le folk de Calexico progresse dans tous les sens, au plus loin des quatre points cardinaux. A l’Ouest la Californie et l’Océan, au Nord les Rocheuses, au Sud le Mexique, à l’Est le Nouveau-Mexique et le Texas des cowboys, puis le Golfe du Mexique et les Caraïbes. Jusqu’au Chili et à la Russie, évoqués sur quelques titres. Car ce que trace au fond la musique de Calexico, c’est avant tout la cartographie d’un pays idéal où les histoires et les paysages se déploieraient en cinémascope. Un pays où le langage musical serait un territoire toujours plus vaste.

Calexico
À l’Epicerie Moderne, jeudi 22 février
Carried to Dust (Cooperative Music)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 20 mars 2018 De retour à l'Épicerie Moderne, les arizonards de Calexico viendront présenter leur dernier morceau de bravoure The Thread that keeps us, où s'agitent les fantômes de l'Amérique de Trump vécue comme une fin du monde.
Mardi 9 janvier 2018 La trêve des confiseurs à peine achevée, la dinde à peine digérée, voilà que redémarre déjà la saison des concerts. Pour vous éviter une autre indigestion, nous avons sélectionné pour vous, d'une main innocente, incontournables et découvertes de...
Jeudi 19 octobre 2017 Alors qu'un single un peu déroutant (diablement efficace mais étrangement étiqueté indie pop façon Nada Surf) intitulé End of the world with you vient tout juste (...)
Mardi 19 avril 2016 Alternative rock, indie folk, Americana, Tex-Mex, alternative country, post-rock : lorsqu'on jette un œil sur la catégorie musicale dans laquelle l'ami Jean-Christophe Wikipédia classe le dernier album du groupe, Edge of the Sun, voici...
Jeudi 14 avril 2016 Sortez vos agendas : voici dix concerts à ne pas manquer ce mois-ci ; du show latino où emmener votre maman à l'indie pop dépressive où s'oublier. Par Stéphane Duchêne & Sébastien Broquet.  
Mardi 2 février 2016 La bande de Joey Burns et John Convertino en concert, c'est toujours quelque chose. Ce fut le cas en 2009 à l'Épicerie Moderne et en 2003 à Fourvière. (...)
Jeudi 27 septembre 2012 Quatre ans après A l'Aveuglette, Françoiz Breut est de retour avec "La Chirurgie des Sentiments" et un concert à l'Epicerie Moderne. À cette occasion, elle se confie de bon cœur sur ce disque du changement dans la continuité. Et sur le reste : la...
Vendredi 13 avril 2012 Tucson Songs, l'album, «parrainé» par les incontournables Calexico et Giant Sand (qui clôt la marche), commence par un titre assez extraordinaire qui a le (...)
Vendredi 13 avril 2012 Avec "Tucson Songs", spectacle relayant l'album du même nom, l'Épicerie Moderne nous présente la relève de la scène musicale de Tucson, poussée entre cactus, vieux cow-boys à moustache et autres figures tutélaires (Giant Sand, Calexico, Jim Waters)...
Mardi 16 septembre 2008 Disques / Beaucoup de filles, un mort et quelques rescapés des époques précédentes au menu d’une rentrée discographique réservée à ceux qui croient encore en l’avenir du format album. CC

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !