Du cinéma à l'envers

Rétro / Si Benjamin Button remonte physiquement le temps dans le film de David Fincher, c’est par les capacités nouvelles du cinéma numérique que ce prodige s’effectue. Mais le film est aussi conçu comme un jeu d’allers-retours entre le présent et le passé, de 2002 à 1918. Art de la manipulation du temps et de l’espace, le cinéma a ces dernières années compris les vertus novatrices de ce processus qui consiste à raconter les choses à l’envers. Dans 5X2, François Ozon disséquait le délitement d’un couple en cinq blocs allant de sa rupture à sa rencontre. Plus hardcore, Gaspar Noé avec Irréversible renversait le rapport bourreau/victime en commençant par la vengeance pour remonter vers le viol et enfin aboutir au paradis perdu d’avant le drame. Tout cela se passait dans l’espace d’une soirée en quasi-temps réel. Mais quelques années auparavant, le brillant cinéaste sud-coréen Lee Chang Dong avait utilisé un procédé similaire pour raconter le destin tragique d’un adolescent ordinaire dont la vie sera bouleversée par sa propension au ratage. Le personnage se faisait ainsi le miroir des traumas de la Corée du Sud, nation fracturée en deux dont l’Histoire s’est mal écrite depuis ce temps zéro. Gros tricoteur de fils temporels, Christopher Nolan aime à paumer le spectateur dans d’incessantes ruptures passé/présent/futur. Avec Memento, il avait réalisé le parfait prototype de ce cinéma à l’envers, judicieusement adapté à son sujet : un homme souffre d’amnésie immédiate, ne pouvant fixer les événements au-delà de cinq minutes (le temps d’une séquence). Du coup, le spectateur, comme le personnage, doit ramer à contre-courant pour savoir qui il est vraiment ; qui sont ces gens qui gravitent autour de lui ; et surtout, si on lui veut du bien ou si on utilise son infirmité pour assouvir d’obscurs desseins. Arrivée au bout de sa scène primitive, le film peut repartir dans le bon sens, boucle infernale aux significations multiples.

CC

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 23 mai 2023 C'est un Depeche Mode qu'on pourrait penser diminué, car inférieur en nombre depuis le décès d'Andy Fletcher, qui se présente pour la date lyonnaise de son Memento Mori Tour, du nom de leur dernier album dédié à l'ami Fletch. En réalité, c'est un...
Mardi 15 octobre 2019 En guise d’amuse-rétines nocturne, Gaspar Noé a composé un appétissant sandwich cinématographique qui devrait teinter d’une belle couleur rubis les rêves de ses spectatrices et spectateurs. Estomacs délicats et autres ténias, passez votre chemin.
Mardi 26 mars 2019 Et c’est Michel Bussi qui présente la séance. Venez nombreux ! (…) Juste après Following, un polar à petit budget en noir et blanc, le jeune Christopher Nolan (...)
Mardi 23 mai 2017 Il a révélé en France Asghar Farhadi ou Joachim Trier, et accompagne désormais Nuri Bilge Ceylan ou Bruno Dumont. À Cannes cette année, le patron de Memento Films présente quatre films, dont 120 battements par minute de Robin Campillo, en lice pour...
Mardi 27 janvier 2009 Portrait / David Fincher, réalisateur de Benjamin Button, adopte de plus en plus le «Eastwood style» face aux journalistes, résumable par : je fais ce que j’ai à faire. Christophe Chabert
Mardi 27 janvier 2009 Avec "L’Étrange histoire de Benjamin Button", David Fincher confirme le virage «classique» amorcé avec "Zodiac". Derrière le beau catalogue d’images numériques et les grands sentiments, le film surprend par son obsession à raconter le temps qui...
Mercredi 30 mars 2005 FRANÇOIS OZON (Fox Pathé Europa)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X